• Antoiniste décédée de Merxem (Schoten)(Journal de Charleroi, 13 octobre 1937)(Belgicapress)

    Antoiniste décédée de Merxem (Schoten)(Journal de Charleroi, 13 octobre 1937)(Belgicapress)

    Ayant trop sacrifié à Bacchus, il se promenait en ville
    au volant d'un tracteur de 10 tonnes avec remorque !

    MAIS IL ECRASA UNE VIEILLE FILLE
    QUI EN MOURUT PARCE QU'ELLE REFUSA DE SE FAIRE SOIGNER !

    Telle est l'affaire inouïe qui se plaide devant le tribunal d'Anvers

        Le machiniste Pierre Van H..., âgé de 31 ans, domicilié à Anvers, est prévenu de vol et d'homicide par imprudence, dans des circonstances vraiment exceptionnelles.
        Le prévenu était au service de la firme Fr. Bollekens. Le 7 février dernier, pris de boisson, il conçut une idée qui ne peut germer que dans un cerveau obscurci par l'alcool : faire un petit tour avec... un tracteur et remorque chargée de dix tonnes de papier ! Sans être vu, le machiniste parvint à sortir le lourd véhicule du garage de ladite firme et se dirigea vers Merxem. En voulant s'insinuer entre un autobus à l'arrêt et le trottoir, il écrasa la demoiselle Renée Delmaire, qui fut atteinte au ventre. Or, cette de moiselle était une « antoiniste », une secte mi-religieuse mi-spirite, qui possède un cloître hermétiquement fermé à Merxem. Mlle Delmaire fut transportée dans cette retraite, où l'on refusa de la laisser soigner par un médecin, parce que la règle des antoinistes défend tout attouchement étranger. On insista vainement : les antoinistes déclarèrent que la foi seule pouvait guérir la blessée. Celle-ci succomba d'ailleurs le 27 février, faute de soins et à la suite de l'infection de la plaie. Dans la lettre de faire part, les antoinistes annoncèrent que la demoiselle « s'était désincarnée » ...
        Dans ces conditions, le ministère public a abandonné la prévention d'homicide par imprudence et ne retient que le vol, les coups et blessures involontaires avec la circonstance aggravante pour l'intéressé d'avoir conduit un véhicule alors qu'il se trouvait sous l'influence de la boisson.
        Me Monette plaidait comme partie civile au nom de la firme Bollekens, dont le matériel fut endommagé. Me Brans défendait le prévenu.
        Prononcé à quinzaine.

    Journal de Charleroi, 13 octobre 1937 (source : Belgicapress)

     

        On n’en apprendra pas plus sur cette pauvre femme. Het Handelsblad van Antwerpen du 9 novembre 1937, après avoir rappelé les faits indique que l’inculpé sera puni d’une peine de 6 mois de prison et 1.400 francs d’amende. M. Bollekens reçoit 10.000 francs en dommages et intérêts. La Libre Belgique du 11 novembre évoque seuls les faits bruts de l'histoire.

    Antoiniste décédée de Merxem (Schoten)(Journal de Charleroi, 13 octobre 1937)(Belgicapress)

    Het Handelsblad, 9 novembre 1937 (Belgicapress)

     

    Antoiniste décédée de Merxem (Schoten)(Journal de Charleroi, 13 octobre 1937)(Belgicapress)

     

     

    La Libre Belgique,
    11 novembre 1937
    (source : Belgicapress)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :