• Milorad - Les Aveux romanesques (1957)

    Auteur : Milorad
    Titre : Les Aveux romanesques
    Éditions : Robert Laffont, Paris, 1957

        Le chapitre II (FAUVETTE) évoque les Antoinistes.

    Quatrième de couverture :
        A travers les cinq textes qui composent ce livre, quels qu'en soient les héros, c'est toujours la même voix qui se fait entendre. Celle d'un homme qui éprouve de façon aiguë la « difficulté d'être » – difficulté de vivre, d'aimer, d'être aimé – et qui ne trouve de salut que dans la création. Les deux personnages des Aveux romanesques, le narrateur de L'École des veufs, l'écrivain des Autographes, la dame à la licorne, cherchent tous à dépasser la platitude de leur condition ou la fatalité de la mort par l'œuvre, le poème. Il s'agit toujours pour eux d'élever le tombeau qui gardera la mémoire de leurs amours et de leurs passions - et peut-être surtout d'eux-mêmes.
        Usant tour à tour du réalisme le plus cru et de l'expression la plus délicate, Milorad donne avec Les Aveux romanesques un livre d'une étrange beauté, d'une pureté troublante - un livre qui annonce une œuvre véritablement « singulière ».


    votre commentaire
  • Olivier Maillart - Les dieux cachés (2019)

    Auteur : Olivier Maillart
    Titre : Les dieux cachés
    Éditions : du Rocher, Paris, 2019

    4e de couverture :

        «Il fallait qu'on eût calomnié Henri R. car, lorsqu'il se réveilla le dimanche matin... »
        Dans une charmante ville côtière de la Manche, signes étranges et lettres mystérieuses se multiplient, plongeant malgré lui un honnête professeur de philosophie dans une bien ténébreuse affaire. Complots, enlèvements et sacrifices humains se succèdent à un rythme inquiétant. Avec l'aide de deux petits chiens astucieux, de quelques amis et de beaucoup d'alcool, Henri R. parviendra-t-il à résoudre les énigmes qui l'entourent, et à deviner quel drame obscur elles recouvrent ?Aux confins d'une France perdue, où chacun semble chercher sa secte, on a en effet tout à craindre du retour des dieux cachés...

     

    Recension
        Écrire un roman en 2019 : il faut être courageux. Olivier Maillart relève le défi. Il y a du cartoonesque dans son roman, du Tintin parfois : on imagine bien les bulles et les dessins. C’est un roman fantaisiste, parfois surréaliste qui mélange Hergé, Agatha Christie, Flaubert et Barbey d’Aurevilly.
        Scène de la vie de province, le roman est également une étonnante tentative de réenchantement du monde. La satire et l’analyse de types psychologiques le font parfois pencher du côté du réalisme. Mais le véritable propos du livre serait plutôt celui du conte.
        Le régime esthétique du roman fait penser au « jeu sérieux » cher à la Renaissance. Ce n’est pas un roman à thèses, même si l’aspect ludique n’est pas le seul du roman. S’il fallait trouver un genre dans lequel classer ce roman, la catégorie la plus proche serait certainement celle de la sottie. Ce genre médiéval, réemployé par Gide dans Les caves du Vatican, utilise le paradoxe, le contraste comme élément comique afin de rire des ridicules de personnages-types.
        Scène de la vie de province, ce roman est également une peinture sarcastique du désordre spirituel qui règne en Europe occidentale. Il y aurait presque du Huysmans dans ce roman, tant notre début de siècle a étrangement une atmosphère fin de siècle, parcourue par cette « fin des grands récits » dont parlait Lyotard.
        Le catholicisme semble épargné dans le livre, tandis que la franc-maçonnerie, le néo-paganisme sont objets de satire. À la fin du roman, la fête de Noël semble apaiser les âmes contrairement au solstice d’hiver néo-païen présenté comme une parodie de sacré. Le propos du livre semble donc être un appel à l’humilité métaphysique, sans tomber dans le relativisme philosophique.
        Le ton du livre fait penser au début de La peau de chagrin, lorsqu’un personnage se moque des débats philosophiques sans fin et unilatéraux afin de savoir si le matérialisme ou l’idéalisme sont les conceptions les plus véridiques du monde. Le propos du roman n’est cependant jamais relativiste : le bocage parfois s’anime, tel paysage semble habité par une signification surnaturelle. Et puis les chiens parlent.
        Surtout, et c’est là certainement l’élément le plus essentiel et le plus émouvant du livre : son étonnant art du portrait. Henri R. et Henri G. renouvellent le topos du double et de la gémellité en littérature. Ni Bouvard et Pécuchet, ni Dupond et Dupont, les deux Henri forment un excellent portrait de l’amitié. Certaines pages sont bouleversantes d’empathie. Car c’est ce que semble nous dire le narrateur : plus important que les dieux cachés, il y a l’humain révélé.

    source : https://skholeus.wordpress.com/2019/01/19/les-dieux-caches-olivier-maillart/

     

        Le livre évoque l'antoinisme :

        Bref, il pleuvait ce soir d'automne sur Hirocherbourg lorsqu'une Renault Clio bleu ciel se gara en face d'un bâtiment qui eût pu passer pour industriel, quoique deux ou trois efforts décoratifs en attestassent l'usage cultuel. Une femme d'une cinquantaine d'années en sortit, vêtue d'une large housse de la même couleur que son véhicule, la pluie battante ne permettant pas, de loin, de déceler s'il s'agissait d'une burqa ou d'un vêtement de pluie particulièrement couvrant.
        La porte du bâtiment étant malheureusement fermée de l'intérieur, on entendit la femme pester puis, alors qu'une voix lui réclamait le mot de passe, répéter à trois reprises, de plus en plus fort afin de couvrir les mugissements du vent, la formule « Ja ja so blau blau blau blüht der Enzian », avec l'entrain de Heino au temps de sa splendeur, au cours d'une fête de la saucisse particulièrement arrosée. On lui ouvrit enfin la porte, et la femme put se mettre à l'abri.
        Dans le vestibule où elle venait d'entrer s'affairait déjà une autre femme, d'une cinquantaine d'années elle aussi. Elles n'échangèrent pas un mot, se dévêtant de leur cape de pluie bleutée pour enfiler un nouveau vêtement, semblable aux aubes des prêtres catholiques, entièrement bleu. Les murs étaient nus, d'aspect vétuste avec leur peinture écaillée. Une pancarte au-dessus de la porte qui menait à la pièce principale du temple indiquait qu'il était interdit de parler de « choses matérielles » dans le vestibule. Chantal, puisque c'était elle, finit par passer dans une petite pièce mitoyenne pour y prendre un fort volume dont la couverture disait qu'il contenait les Saints écrits du père Antoine. Elle attendit un instant, le temps que soeur Bénédicte lance le disque, puis, alors qu'une musique planante à la Vangelis se répandait dans tout le bâtiment, elle entra d'un pas mesuré, plein d'une noble dignité, et remonta l'allée principale de la grande salle qui séparait deux rangées de bancs vides. Elle arriva au niveau de l'autel, se prosterna, puis monta à la chaire. Relevant les yeux, elle reconnut soeur Bénédicte, soeur Brigitte et soeur Estelle. Les autres, une fois de plus, n'étaient pas venus.

        Il est difficile de faire comprendre ce qu'est une célébration antoiniste à qui n'a jamais assisté à l'une d'entre elles. L'Église antoiniste est une religion relativement récente, née dans la seconde moitié du xixe siècle. C'est la seule religion au monde, et cela mérite d'être relevé, qui soit jamais née en Belgique (pays d'apparition récente lui-même, il est vrai). Elle fut l'ouvre du père Antoine, un honnête homme ainsi qu'un être inspiré, si l'on en croit les antoinistes du moins, principale source d'information sur la question. Le père Antoine avait pour ambition de forger une religion syncrétique qui réconcilierait, au-delà des bornes du christianisme au sein duquel il était né, toutes les spiritualités du monde. Il plaçait une foi toute particulière dans ce qu'il appelait les « fluides ». Ceux-ci se trouvent un peu partout, dans les êtres et les éléments, passant par-ci, revenant par-là, à la manière des petits lapins des dunes chassés par Ippolit et Jean-Petit. Le père Antoine se livrait-il lui-même à la chasse au lapin lorsqu'il eut l'intuition de sa religion fluidique ? Il serait difficile de l'affirmer avec certitude, sans qu'on puisse pour autant rejeter catégoriquement cette hypothèse.
        Quoi qu'il en soit, le culte antoiniste, qui possède des antennes en Belgique, en région parisienne et en Normandie, se porte modestement. Dans ses temples, on croise des personnes vêtues de bleu qui peuvent parler à certains endroits, mais pas à d'autres. Chantal y avait le grade de chanoinesse et elle remplissait avec sérieux toutes les obligations attenantes à sa fonction. Seul le recrutement peinait un peu, malgré des efforts méritoires du côté de ses collègues de lycée.

        Une fois l'oraison finie, Chantal repartit en élevant devant elle les Saints écrits du père Antoine. Les autres soeurs avaient formé une procession derrière elle et, comme le disque n'était pas encore tout à fait fini et que la musique leur plaisait bien, elles avaient encore accompli plusieurs tours de la salle de prière avant de rejoindre le vestibule pour se changer. Une fois les aubes rangées, ces dames, toujours de bleu vêtues, s'étaient mises dans le seul coin du bâtiment où il était autorisé d'échanger des propos triviaux. On quittait les fluides pour retrouver les « choses matérielles ». Estelle avait une nouvelle recette de cake aux lardons dont elle voulait faire profiter les copines. Brigitte demandait à ce qu'on organise les trajets pour la réunion d'équipe.
        « Pour l'adresse, tout le monde sait, c'est bon, mais moi je ne veux pas me retrouver en carafe !
        - Oui, pas de problème, tu monteras avec Bénédicte. Par contre, il nous manque toujours une cinquième femme, et je vous rappelle qu'il nous faut une jeune fille pour le rite.
        - Oui, oui, on sait, mais comme tu sais aussi ce n'est pas si simple d'en attraper une, ici !
        - Oui, ce n'est pas faute d'avoir essayé. - Au Temple de Saint-Lô, il paraît qu'ils y sont arrivés...
        - Mais à Saint-Lô il y a quatre hommes, alors pour attraper des jeunes filles c'est plus facile !
        - Oui, mais en attendant, au-dessus (à ce moment-là, Brigitte fit mystérieusement un signe du doigt qui désignait le plafond et, bien au-delà, comme toutes le comprirent sur-le-champ, les hautes sphères du culte antoiniste), ils s'impatientent... Ils parlent de fermer notre temple si cette année on n'arrive pas à plus de résultat !
        - On sait, Brigitte, on sait. Écoutez, les filles, ne paniquons pas, on peut encore y arriver. Et si ça se trouve, ce soir même...
        - Ce soir même, tu as vraiment la foi, Chantal !
        - Bien sûr que j'ai la foi, sinon je ne serais pas ici. Allez les filles, aux voitures, et en route ! »

        Et tandis que les beaux oiseaux bleus du culte antoiniste s'égayaient par les rues hirocherbourgeoises en entonnant en choeur « Blau blau blau blüht der Enzian », dans une autre partie de la ville tout aussi battue par la pluie et les vents, Henri G. arrivait à l'entrée de l'Igloo pour le vernissage de l'exposition « La photographie new-yorkaise des années 2000, entre luttes post-urbaines et discriminations genrées ».


    votre commentaire
  • Michel Lecourt - Le corbeau à la paupière convulsive (2012)

    Auteur : Michel Lecourt
    Titre : Le corbeau à la paupière convulsive
    Éditions : PubliBook, Paris, 2012

        Dans les années 1950.
        Le linge de la semaine bout dans une lessiveuse.
        Un oubli.
        Un horrible relent de brûlé.
        La panique !
        Trente ans plus tard, un odieux chantage !
        Si vous pénétrez dans Le Corbeau à la paupière convulsive, c’est que vous acceptez de mettre les pieds dans une œuvre sous forme de dédale, d’entamer un parcours fait d’impasses, de pièges et d’obscurs croisements, où vous risquez, à l’instar de Bertrand et d’Ida, de vous perdre… Elle est ainsi longue et tortueuse, la voie vers la vérité tracée par Michel Lecourt dans ce roman où son habilité donne naissance à d’opaques ténèbres.
    Source : http://laplumedelecourt.canalblog.com

        La recherche anxieuse des clés du chantage, à Paris dans le vieux quartier de la Butte-aux-Cailles ou du côté du cimetière du Père-Lachaise ; à Rambouillet ; à Bourges ; à Bourg-en-Bresse ; en Bourgogne, à Tournus ; en Beaujolais, à Villefranche-sur-Saône et même à Oingt lors d'un festival international d'orgues de barbarie ; jusqu'en Italie, à Aoste dans la rue Trottechien.
        Qui donc est le maître chanteur ? On apprend qu'il a un tic, une paupière convulsive, rien de plus. La fin du roman est bien sûr inattendue, à la fois rassurante et assez affligeante pour le héros, avec une pointe d'humour macabre. Comme souvent dans mes romans, cette intrigue s'accompagne d'évocations historiques, culturelles, économiques.
    source : http://laplumedelecourt.canalblog.com/

        La page wikipedia sur l'Antoinisme indique que ce roman policier "comporte un passage relatant l'historique du culte pour évoquer les courants ésotériques". Google Books ne permet pas d'en lire beaucoup, en voici un extrait :
        "- As-tu visité le temple antoiniste, ici, à la Butte-aux-Cailles ? 
       - Je le connais seulement de vue. Je n'en sais rien de plus. 
       - C'est un culte fondé par Louis Antoine, un Belge né en 1846. Spirite un temps et surtout guérisseur. Il considérait que l'épreuve est purificatrice et la clé de la spiritualité en dissociant la matière et l'esprit. Lui-même et son épouse, Jeanne Collon, Mère Antoine, ont subi bien des duretés et vicissitudes de la vie. Il a été mineur et ouvrier métallurgiste ; elle fut cantinière. Des labeurs éprouvants, en Belgique, en Allemagne, en Pologne russe. Mais surtout, la pire épreuve a été la perte de leur fils unique en 1893. Louis Antoine a créé la Société Spirite des Vignerons du Seigneur. Aujourd'hui, son culte laisse une large place à la prière. Les desservants sont bénévoles. J'en suis. Les fidèles peuvent appartenir à une autre Eglise. Toutes les croyances sont bonnes..."


    votre commentaire
  • James Lohest, Monique Noé, Christian Robinet - Curiosités en Province de Liège (2015)

    Auteur : James Lohest, Christian Robinet (textes), Monique Noé (photos)
    Titre : Curiosités en Province de Liège
    Éditions : Éditions Racine, Bruxelles, 2015

        Premières pages disponibles sur le site de la maison d'édition.

        En page 80, on peut découvrir "Les maisons du culte antoiniste". Des erreurs sont pourtant présentes, ce qui gâchent un peu le plaisir de la lecture de tout le livre.


    votre commentaire
  • David Taylor - The Wandering Whale (1985)

    Auteur : David Taylor (1934-2013)
    Titre : The Wandering Whale and Other Adventures from a Zoo Vet's Casebook
    Édition :
    London ; Boston : G. Allen &​ Unwin, 1984

        La traduction allemande du livre So ein Affentheater - Abenteuer mit wilden und zahmen Raub- und Streicheltieren (Wilhelm Heyne Verlag, München) est disponible gratuitement. L’expérience et une série de livre de ce vétérinaire anglais ont été racontées dans une série de documentaire pour BBC television sous le titre One by One.

        Dans le 4e chapitre (Kim, l’orque, p.66-67), l'auteur se rend au temple antoiniste de Nice pour trouver l’origine du mal de Kim (Oum).

     

    Extrait :

         Der Graf fuhr fort: «Ich schlage vor ... nun ja. Sie werden es vielleicht ein bißchen bizarr finden, aber ... Also, ich habe für Sie morgen früh in Nizza eine Zusammenkunft mit einer Schwester von der Antoine-Sekte vereinbart.»
        «Mit einer Schwester von der Antoine-Sekte?»
        «Sie ist phantastisch — eine Hellseherin, würde man sagen. Sie weiß alles, sieht die unglaublichsten Dinge voraus.»
        Er erklärte mir die Zusammenhänge. Die Antoinisten waren eine Sekte, die zur Jahrhundertwende gegründet worden war und nach den Schriften des belgischen Bergwerkarbeiters Louis Antoine lebte. Ihre Lehre hatte christliche, pantheistische und theosophische Elemente, und die Mitglieder pflegten durch Handauflegen Kranke zu heilen. Die Schwester in Nizza war als Medium berühmt. Der Graf hatte Kim heimlich fotografiert und der Dame vor einigen Tagen das Bild gebracht, worauf sie gesagt hatte, bei dem Schwertwal stimme etwas nicht in der Wand zwischen Magen und Darm. Überdies hatte er das Bild noch einer Hellseherin in Paris gezeigt, der berühmtesten in Frankreich, die von Präsident Mitterand und anderen bedeutenden Persönlichkeiten regelmäßig konsultiert wurde. Auch die zweite Hellseherin hatte nach kurzer Betrachtung des Bildes ohne Umschweife erklärt: «Bei dem Tier steckt etwas in der Wand zwischen Magen und Darm.» Keinem der beiden Medien hatte er verraten, daß Kim krank war, und keines wußte etwas von Schwertwalen und von Tierheilkunde.
        «Sie sehen also ... wenn Sie mit der Sœur in Nizza sprechen wollen ...»
        Die Anregungen des Grafen durften nie leichtgenommen werden. Wenn es ihm nicht todernst gewesen wäre, hätte er sich niemals persönlich von Paris aus mit mir in Verbindung gesetzt.
        «Ja, natürlich gehe ich hin», antwortete ich. «Ich nehme Riddell mit. Mein Französisch reicht für medizinische Fragen, aber ins Esoterische kann ich mich damit nicht versteigen.»
        «Gut. Sie wird Sie um neun Uhr in der Kapelle erwarten.» Mein Reisewecker gab die elfte Stunde an. Ich wartete auf Erleuchtung. «Drei Dinge», hatte die Sœur gesagt. Eine Mischung von Präparaten? Drei neue Wege der Therapie? Drei Akupunkturstellen? Mein Geist wartete, obzwar nicht ganz überzeugt, auf eine Inspiration. Über die schwarze Leinwand meiner geschlossenen Augen zogen Bilder: Kim, die bemerkenswerte kleine alte Schwester und immer wieder die Zahl drei.
        Nichts geschah. Der Verkehrslärm tobte weiter. Der Staubsauger des Zimmermädchens summte draußen auf dem Gang. Eine halbe Stunde lag ich entspannt, gefaßt auf die Erleuchtung. Es sollte nicht sein. Ich stand auf und begab mich ins Delphinarium.
        «Na?» fragte Riddell mit hochgezogenen Brauen, als ich sein Büro betrat. «Was müssen wir tun?»
        «Ich habe keinen Hinweis erhalten», erwiderte ich.
        In diesem Augenblick platzte Martin herein. «Um Gottes willen, kommen Sie und sehen Sie sich Kim an!» stieß er hervor. «Ich glaube, er ist erblindet!»
        Wir drei rannten durch die Anlagen zum Walbecken. Kim schwamm eben auf die andere Seite hinüber. Riddell nahm eine Handvoll Heringe aus dem Fischeimer und warf sie dem Wal auf einigen Abstand vors Maul. Es gab ein lautes Geplätscher, und wie aus einer Träumerei erwacht, erschrak Kim, machte die Schnauze auf und schnappte nach ihnen. Er verfehlte sie, und sie sanken neben ihm in die Tiefe. Er drehte sich unsicher nach ihnen um, und da sah ich das eine Auge. Es war schneeweiß. Kim vollführte einen vollen Kreis, um die Heringe zu suchen. Da er jetzt in klarem Wasser lebte, hatte er wie die meisten gefangenen Waltiere den Gebrauch seines Echolots aufgegeben. Das andere Auge kam in Sicht. Es war ebenfalls farblos.
        «Sie haben recht, Riddell», murmelte ich bedrückt, «er kann überhaupt nichts sehen.»
        Ich zog mir hastig einen Taucheranzug an, stieg in Kims Becken und schwamm zu ihm hinüber. Es war am besten, die Augen unter Wasser aus der Nähe zu besichtigen. Meine Befürchtungen wurden bald bestätigt: Die weißen Augen bedeuteten nicht nur eine Entzündung der Hornhaut, sondern etwas viel Ernsteres. Tief im Innern des Auges saß eine Infektion.
        Die Bakterien hatten aus dem verborgenen Herd einen schrecklichen Guerilla-Überfall verübt. «Ich muß sofort damit beginnen, Chloramphenical in die Augen zu injizieren», sagte ich, nachdem ich aus dem Wasser gestiegen war. «Es sieht furchtbar aus!» Nie habe ich mich, glaube ich, in den ganzen fünfundzwanzig Jahren, die ich im Kampf gegen die unzähligen Krankheiten exotischer Tiere verbrachte, derartig niedergeschmettert gefühlt.

     

    Traduction :

         Le comte poursuivit : "Je suggère... Eh bien. Vous pourriez trouver cela un peu bizarre, mais .... J'ai arrangé un rendez-vous pour vous demain matin à Nice avec une sœur de la secte d’Antoine."
        "Avec une sœur de la secte d’Antoine ?"
        "Elle est fantastique – une médium, pourrait-on dire. Elle sait tout, prévoit les choses les plus incroyables."
        Il m'a expliqué le rapport. Les Antoinistes étaient une secte fondée au début du siècle et qui vivait selon les écrits du mineur belge Louis Antoine. Son enseignement comportait des éléments chrétiens, panthéistes et théosophiques, et les membres guérissaient les malades en imposant les mains. La sœur de Nice était connue comme médium. Le comte avait secrètement photographié Kim et il y a quelques jours, il avait apporté à la dame la photo dans laquelle elle avait dit qu'il y avait chez l'orque un problème dans la paroi entre l'estomac et les intestins. Il avait également montré l'image à un médium à Paris, le plus célèbre de France, qui était régulièrement consulté par le président Mitterrand et d'autres personnalités. Le second voyant, après un bref regard sur l'image, avait aussi expliqué sans hésitation : "Il y a quelque chose dans la paroi entre l'estomac et les intestins de l'animal". Il n'avait dit à aucun des deux médias que Kim était malade et ne connaissait rien aux orques et à la médecine vétérinaire.
        "Alors tu vois... si tu veux parler à la Sœur à Nice..."
        Les suggestions du comte ne pouvaient jamais être prises à la légère. S'il n'avait pas été mortellement sérieux, il ne m'aurait jamais contacté personnellement depuis Paris.
        "Oui, bien sûr que j'irai", répondis-je. "J'emmène Riddell avec moi. Mon français est assez bon pour les questions médicales, mais pour les questions ésotériques je ne m’y fierais pas.
        "Bien. Elle t'attendra dans la chapelle à neuf heures." Mon réveil de voyage indiquait la onzième heure. J'attendais l'illumination. "Trois choses", avait dit la Sœur. Un mélange de préparations ? Trois nouvelles thérapies ? Trois points d'acupuncture ? Mon esprit, bien que pas tout à fait convaincu, attendait une inspiration. Des images ont été dessinées sur la toile noire de mes yeux fermés : Kim, la remarquable petite vieille sœur et encore et encore le chiffre trois.
        Il ne s'est rien passé. Le bruit de la circulation a continué à faire rage. L'aspirateur de la bonne fait un ronron dans le couloir. Pendant une demi-heure, je restai allongé, détendu, préparé à l'illumination. Ce n’était pas possible. Je me suis levé et je suis allé au delphinarium.
        "Alors ? demanda Riddell, les sourcils relevés, en entrant dans son bureau. "Que devons-nous faire ?"
        "Je n'ai reçu aucun conseil", lui ai-je répondu.
        C'est à ce moment que Martin a fait irruption. "Pour l'amour de Dieu, viens voir Kim", a-t-il lancé. "Je crois qu'il est devient aveugle !
        Tous les trois, nous avons couru à travers les installations jusqu'à la piscine des baleines. Kim a nagé jusqu'à l'autre côté. Riddell a pris une poignée de harengs dans le seau à poisson et les a jetés devant la bouche de la baleine à une certaine distance. Il y eut une forte ondulation, et comme réveillé d'un rêve, Kim fut surpris, ouvrit son museau et se jeta sur eux. Il les a ratés, et ils ont coulé à côté de lui dans les profondeurs. Il se tourna incertain dans leur direction, et là j'ai vu un œil. C'était blanc comme neige. Kim a fait un tour complet pour chercher les harengs. Maintenant qu'il vivait dans une eau claire, il avait abandonné l'utilisation de son échosondeur comme la plupart des baleines capturées. L'autre œil est apparu en vue. Il était aussi incolore.
        "Tu as raison, Riddell," murmurai-je déprimé, "il ne voit rien du tout."
        Je me suis empressé de mettre une combinaison de plongée, j'ai grimpé dans la piscine de Kim et j'ai nagé jusqu'à lui. Il était préférable de voir les yeux sous l'eau de près. Mes craintes se sont vite confirmées : les yeux blancs ne signifiaient pas seulement une inflammation de la cornée, mais quelque chose de beaucoup plus grave. Au fond de l'œil, il y avait une infection.
        La bactérie avait perpétré une terrible attaque de guérilla à partir du foyer caché. "Je dois commencer à injecter du chloramphénicol dans les yeux immédiatement," dis-je après être sorti de l'eau. "Ça a l'air terrible ! Je ne me suis jamais senti aussi écrasé en vingt-cinq ans de lutte contre les innombrables maladies des animaux exotiques.

     

        L’orque Kim est décédé au Parc Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes) le 24 juillet 1982. Une autopsie a alors révélé un abcès du poumon.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique