• Antoinisme (Le Protestant Liégeois-février 2011)Le Protestant Liégeois
    Périodique de la paroisse et du Foyer Lambert-le-Bègue
    Mensuel février 2011

    Sectes d'hier et d'aujourd'hui (13)

    Le culte Antoiniste
    Introduction
    Je dois avouer que je me suis senti un peu mal à l’aise en commençant cet article par le fait que, bien que classé par les assemblées parlementaires belge et française dans la catégorie des sectes, voire même, pour la France, dans celle des sectes guérisseuses nuisibles, le culte Antoiniste s’apparente, à mes yeux, plutôt à un mouvement d’ordre philosophico-religieux axé principalement vers la guérison des malades. L’Antoinisme représente un des très rares mouvements religieux purement belges. Il ne partage cette particularité qu’avec la secte des « Trois Saints Coeurs » qui a surtout fait parler d’elle pour de sombres affaires d’escroqueries.

    Le Fondateur.
    La période spirite.
    L’Antoinisme.
    Après le Père.
    Doctrine.
    La symbolique.
    La diffusion de l’Antoinisme.

    source : www.lambert-le-begue.be/attachments/File/PLf__vrier2011_finalis__.pdf


    votre commentaire
  • Auteur :     Hubert Bourguet (paru sans nom d'auteur)
    Titre :     Antoine de Jemeppe et l'Antoinisme
    Editions :     Vaillant-Carmanne, Liège, 1918, 50 p.
    Sommaire :
    - Antoine de Jemeppe
        - Le spiritisme organisé
    - L'Antoinisme évocateur
        - Les pratiques de l'évocation au début de l'Antoinisme
        - Le spiritisme expérimental en défaveur
        - Etat actuel de l'évocation antoiniste
    - L'Antoinisme guérisseur
        - Antoine guérisseur
        - Les méthodes employées
        - Les foules à Jemeppe
        - Les guérisons
        - Les victimes de l'Antoinisme
        - Avenir de l'Antoinisme guérisseur
    - L'Antoinisme doctrinal
        - I. La Doctrine antoiniste
            - La notion de Dieu
            - La notion du monde matériel
            - La notion de l'homme
            - L'idée de rédemption
            - Les organisations religieuses
            - Les fins dernières
        - II. La Morale antoiniste
            - Vogue de la doctrine antoiniste
            - Vogue passagère
    - L'Antoinisme cultuel
        - Le culte antoiniste
        - Les temples
        - Les livres saints nouveaux
        - Le nouveau décalogue
        - La prière antoiniste
        - Les mandataires officiels de l'Antoinisme
        - Réunions cultuelles
        - L'emblème antoiniste

        Elle est citée par Lucien Roure (un jésuite français) comme étant "une très consciencieuse brochure". Pierre Debouxhtay dit seulement qu'elle "obtint le plus grand succès" (p.282).
        L'auteur est curé de Saint-Antoine à Liège, dont le presbytère était voisin du temple antoiniste de Hors-Château. Elle est la base en grande partie des arguments de l'abbé Brabant dans L'Antoinisme ou la religion bizarre d'un faux prophète, édité chez Rex en 1931.

        L'auteur pense que les Antoinistes prient le Démon en citant la phrase : "le Dieu auquel vous vous adressez pour être exempt de tous vos maux, « c'est le Démon » (Développement, p.410)".
        La phrase exacte est : "Ne croyons pas en Dieu mais croyons en nous, sachons que nous sommes Dieu nous-mêmes, nous aurons compris également le Dieu auquel nous ne devons pas croire. Rappelez-vous que je vous ai parlé jadis de l'existence du démon. Eh bien : le voilà, c'est le Dieu auquel vous vous adressez pour être exempts de tous vos maux ; c'est par lui que nous sommes accessibles à toutes les maladies, tous les accidents, toutes les catastrophes qui nous affligent ; nous le prions pour qu'il nous en préserve, croyant qu'il est le vrai Dieu, tandis que nous prenons le Dieu véritable pour le démon."
        Le Père nous enjoint donc ici bien au contraire : de prier le Dieu qui est en nous, et non le Dieu extérieur dont on voudrait qu'il nous sauve de nos malheurs. Ce Dieu-là est le démon. Le vrai Dieu est notre Dieu intérieur, c'est lui que nous devons prier.
        Les auteurs n'auront donc pas lu cette phrase : "Quand nous ne verrons plus le mal, nous serons avec Dieu ; mais si peu que nous le voyions, nous devenons incompatibles avec Lui : d'un Dieu de bonté et d'amour, nous faisons un démon car s'il existait une injustice, elle aurait nécessairement sa source en Lui" (Le Couronnement de l'OEuvre Révélée, C'est Adam & Eve qui forment la base des termes de comparaison, p.XVII). Mais s'il l'avait lu, il l'aurait certainement encore compris à l'envers, comme tous l'Enseignement qu'il cite d'ailleurs dans cet ordre : voyons ses références de bas de page quand il cite la Révélation aux pages 31-32 de son livre : p.50-51, p.74, p.77, p.74, p.66, p.184, p.169, p.168, p.118, p.102, p.87, p.97, p.102-103, p.97. Si je prenais n'importe quel livre en le lisant dans cet ordre, il est presque sûr que je comprendrais l'inverse de ce que l'auteur a voulu me dire.

        Cet auteur conclut :
        « Les pages qu'il a laissées contiennent un charabia extravagant, à la fois si soutenu et si fortement condensé qu'elles ne laissent aucun doute sur le trouble des facultés mentales de leur auteur. Une conviction douce et sereine les anime. On la retrouve dans toute la vie d'Antoine. C'est elle qui l'a isolé du monde des choses sensibles qui se pèsent et se mesurent et qui l'a muré dans un monde imaginaire, un monde de fictions avec lesquelles il aimait converser. Avec un sérieux imperturbable, il traitait les choses tangibles de vaines apparences, et il prenait le monde fictif qu'il se forgeait pour la réalité même : c'est un signe non équivoque de dérangement cérébral. La maladie opiniâtre d'estomac dont il souffrit toute sa vie, avait affaibli l'organisme et atteint lentement mais profondément le cerveau.
        « La folie chez Antoine n'et jamais de transports redoutables ; jamais non plus, elle ne fut complète et, en tout cas, elle ne l'empêcha pas d'être un habile homme et un madré directeur d'entreprises. Il multipliait les déclarations de désintéressement et, en même temps, il parvenait à accumuler des ressources qui lui permirent de donner une organisation matérielle assez forte à son oeuvre et d'en assurer le maintien et le développement pour un avenir qui ne sera pas long, mais qui est de l'avenir tout de même. — Il prodiguait les conseils les plus recommandables sur la sincérité et en même temps laissait soignement croire qu'il possédait une puissance extraordinaire de guérir toutes les maladies alors qu'il n'en était rien ... il laissait écrire qu'il continuait les enseignements du Christ quand il les contredisait et qu'il ne pensait pas établir une religion nouvelle au moment même où il l'organisait. — Enfin, Antoine vantait l'humilité et l'oubli de soi et, un instant après, il félicitait ses admirateurs des louanges qu'ils lui décernaient, il acceptait tous leurs éloges, toutes leurs vérénations et tous leurs encensements. Il attirait l'attention de la foule et ses sympathies, se laissait décerner des honneurs divins. Cela fait bien un peu penser au père du mensonge, au démon de l'orgueil et cela rappelle la parole du blasphème qu'il profèra contre Dieu, le jour de sa révolte : « Je serai semblable au Très-Haut ». » (p.48).

        Pour cet auteur, Louis Antoine aurait pu souffrir de ce qu'on appelle "paraphrénie fantastique". Nous avons évoqué dans un autre billet cet théorie.


    votre commentaire
  • Auteur :     Denruit, A. (ps. van Adjutus Drieghe) - 1872-1929
    Titel:     Bij père Antoine
    Reeks:    Voor ons volk ; 3.2
    Publicatiejaar: 1925
    Uitgever :    Eysden : Secretariaat voor goede drukpers,
    Print:     Denis (Maeseyck)
    Fysieke details: 16 p.

        L'auteur est également à l'origine de la brochure Het spiritisme in zijn hoofdlijnen (publié à Anvers chez Geloofsverdediging en 1926).


    votre commentaire
  • A.Denruit (ps. van Adjutus Drieghe) - Ons Geloof (Juni 1922)

      

    Auteur :     Denruit, A. (ps. van Adjutus Drieghe) - 1872-1929
    Titel:     Ons Geloof (1911-1948), bl. 263
    Reeks:    Juni 1922 (Tijdschriften - Periodieken)
    Uitgever :    Antwerpen : ’t Groeit, Algemeen secretariaat van geloofsverdediging

     


        L'auteur est également à l'origine de la brochure Het spiritisme in zijn hoofdlijnen (publié à Anvers chez Geloofsverdediging en 1926). Cet article servit de point de départ au Pastor Verlinden pour son Het antoinisme - zijn ontstaan, zijn ziekenbehandeling, zijn godsdienst en zijn eeredienst (1929), qui le cite :
        We antwoorden met E.P. Adjutus Drieghe in "Ons Geloof" Juni 1922, bl. 263 : Men kan gereedelijk aannemen dat bij den spiritist enkele zenuwzieken en maaglikders genazen. Zenuwziekten kan een hevige ontroering plots genezen en te Lourdes komen dan ook, naar men weet, zulke genezingen niet in tel. 't Kan best gebeuren dat zieken die Antoine gingen opzoeken, in de vaste overtuiging bij hem heul en redding te vinden, geschokt door zijne mysterieuse gebaren, extatischen blik, en uitgemergeld thaumaturg-gelaat, de gezondheid terug bekwamen, waar het slechts een ontreffering gold van hun zenuwgestel. Het is ook goed mogelijk dat hij maagkranken heeft genezen : hij legde immers de patienten die hem kwamen raadplegen strenge matigheid op in spijs en drank. En waar deze den brui zouden hebben gegeven van een door dokters opgelegd dieet, onderhielden zij nauwgezet, zonder een duimbreed af te wijken, het gezondheidsregiem door Père Antoine voorgeschreven.


    votre commentaire
  • Titre :     Seraing autrefois
    Auteurs :    Yannik Delairesse et Michel Elsdorf
    Editions :    Noir Dessin Production, 232 pages, 400 photos, 2010

        Cf. le reportage de RTC Télé-Liège : http://www.rtc.be/content/view/1390656/443/

        Evoque l'antoinisme en carte postale aux pages 166-168 :
    - Louis-Joseph Antoine, né à Mons-lez-Liège, en 1846. Il travailla comme mineur puis comme ouvrier à Cockerill. Il est le fondateur du culte qui porte son nom [photo du Père la main levée comme pour l'Opération] ;
    - La maison qu'Antoine le guérisseur habitait au coin des rues Rousseau et des Tomballes à Jemeppe. Le mouvement Antoiniste fut reconnu comme fondation d'utilité publique en 1922 [carte postale des quatres ruelles, avec le temple] ;
    - Après avoir développé des dons de guérisseur et de médium, il se fait appeler "le Père", fonde une nouvelle religion "l'Antoinisme" et construit un temple à Jemeppe [photo du café au coin et du temple] ;
    - Intérieur du temple Antoiniste de Jemeppe. C'est son épouse, surnommée "la Mère" qui poursuivra la direction du culte. Elle décédera, à son tour, en 1940 [photo de l'intérieur du temple, qui servait encore pour les réunions de moralisation des Vignerons du Seigneur, sans l'Auréole de la Conscience] ;
    - Sortie d'une réunion dans le temple Antoiniste de Jemeppe de la rue des Tomballes. Les membres de ce nouveau culte faisaient partie de toutes les classes de la société [photo du café du coin et du premier local construit par Louis Antoine pour les réunions des Vignerons du Seigneur].

        En page 55, une faute s'est glissé dans le texte, car on dit qu'un temple antoiniste fut construit en 1870 dans la rue Fransisco Ferrer à Seraing. Il s'agit bien sûr du temple protestant (comme nous le dit la page suivante).
        En page 82, on voit une carte postale présentant la Belle Pierre de Seraing, avec le Temple antoiniste derrière. La description n'évoque que l'histoire de la Belle Pierre.

    source : http://portfolio.sudpresse.be/main.php?g2_itemId=619035


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique