• Béatrice ELLIOT - Le culte Antoiniste (Armanac nissart 1937)

    LE CULTE ANTOINISTE

     

    AVANT-PROPOS

        Plus on pénètre les religions primitives ou évoluées, plus on est étonné et déçu de constater le peu d'influence profonde qu'elles ont eu sur la moyenne de l'humanité. Entre la religion et la vie, il y a toujours eu « décalage », ce qui prouve que l'homme est plus naturellement porté à jouir de la vie matérielle qu'à s'inquiéter de sa destinée future. C'est pour cette raison que les religions ont valu en définitive ce que valaient les hommes qui les pratiquaient. Qu'est-ce à dire ? Ce monde ne serait-il fait que pour une élite allant joyeusement au sacrifice pour sauver une humanité qui n'a cure de son inconscience ? Des Hommes ont toujours surgi apportant des Révélations diverses, mais toutes également chargées d'une même espérance : sauver l'homme et lui assurer un bonheur ineffable dans une autre ou dans d'autres vies : et en attendant, le délivrer des maux apparents ou réels d'ici-bas. Le Père Antoine, dit « le Guérisseur », est un de ces inspirés qui a cherché à résoudre le problème de la divinité, de l'homme de l'au-delà, et qui a trouvé dans la Foi et dans l'Amour qui naît de cette foi, la base d'une nouvelle religion appelée « Culte Antoiniste ».

     

    II. — L'HOMME

        Né à Mons, près de Liège, en 1846, Louis Antoine, fils de mineur, fut le cadet de onze enfants. Ses parents étaient de très braves gens, et sa mère, très bonne et très charitable, faisait du bien à tous les déshérités de la vie malgré ses occupations et ses charges. Cet enfant ne connut donc, dès qu'il put comprendre, que le bon exemple. Dès l'âge de douze ans il dut travailler et descendit à la mine avec son père. Il était déjà sérieux, raisonnable et très pieux. Plus tard, il quitta la mine et devint ouvrier métallurgiste. Après son service militaire, il travailla en Allemagne, et en 1873, revint au pays pour se marier avec une fille de chez lui. Ils eurent un fils la même année. De 1879 à 1886, il travailla en Russie, y fit des économies et revint se fixer à Gemeppe-sur-Meuse avec sa femme et son fils. En 1893, un grand deuil se produisit : la mort de ce fils unique. Le ménage en éprouva un chagrin profond. Bien des années auparavant. Louis Antoine avait tué un homme accidentellement au régiment, et ces deux morts eurent une grande influence sur ce catholique convaincu. Devant cette double épreuve, Louis Antoine, aidé de sa femme, va désormais s'oublier lui-même pour se vouer à l'humanité souffrante et la soulager, puis la sauver.

     

    III. - LE GUERISSEUR

        Il fit d'abord du spiritisme, mais insatisfait, s'éloigna peu à peu du cercle spirite qu'il avait fondé : « les Vignerons du Seigneur ! ». Il se consacra alors de toutes ses forces à la guérison des malades. Il s'acquit une renommée telle que des centaines de malades venaient à lui chaque jour. Devant une telle affluence, le Corps médical le fit poursuivre en 1901 et 1907, mais il fut acquitté les deux fois. Toute son attention se porte désormais sur la morale, et sous la double influence du catholicisme et du spiritisme, il se mit à révéler chez lui, chaque dimanche, « le nouveau Spiritualisme », nommé plus tard « l'Antoinisme ».
        L'homme était alors strictement végétarien, vivait dans la solitude et la méditation, fixait les grandes lignes de son culte pour ses disciples, et donnait sa substance ! à tous les malheureux avec une ferveur presque surhumaine. Pour lui, nuits et jours n'étaient pas assez longs, et il s'épuisait à la tâche. Entouré de malades, Antoine se mettait en quête d'âmes pour sauver des corps. Il soignait, il guérissait le corps par l'âme. Il traitait par la Foi, et la Foi accomplissait des miracles. Il proclamait qu'il avait trouvé le moyen de guérir l'humanité en proie à une unique maladie : la matière, c'est-à-dire l'essence du mal. Tous les maux prenaient un sens et devenaient des « épreuves » destinées à assurer le progrès. Peu à peu son enseignement se fixait, et dès 1906, le « Culte Antoiniste » s'établissait à la satisfaction de tous les fidèles et prenait de suite une importance réelle. Louis Antoine, devenu « le Père », était adoré de tous. Usé par sa tâche colossale, il succombait le 25 Juin 1912 malgré l'aide efficace de sa femme et de ses disciples.
        Après sa mort, la religion antoiniste prit un développement inattendu. Dès 1922, « le culte antoiniste », reconnu d'utilité publique en Belgique, comptait déjà seize temples. Il y en a quarante-cinq à l'heure actuelle, plus une trentaine de « centres », et dès le début un fut créé à Monaco, un autre à Nice. Le Père a délégué ses pouvoirs à sa femme avant de mourir, et celle-ci prend le nom de « Mère ». Le culte est fixé en une véritable liturgie recueillie dans les « livres sacrés » de l'Antoinisme. « Frères » et « Sœurs » ont un uniforme. Les hommes portent la robe noire et le chapeau à larges bords, les femmes, une jupe noire à plis, un fichu noir et un bonnet de même couleur que surmonte un voile. Le culte est gratuit et ouvert à tous sans distinction de religion. Les Antoinistes ont leurs emblèmes : l'Arbre de la Science de la Vue du Mal et le Drap vert pour les enterrements. Les fidèles se réunissent pour entendre la lecture des livres sacrés, et les temples ne ferment ni le jour, ni la nuit, pour les malades.
        Louis Antoine, l'humble mineur, devenu Prophète, est, pour bon nombre de ses adeptes, la réincarnation du Christ.

     

    IV. — LE PROPHÈTE

        La Révélation du Père Antoine se produisit après des années d'efforts, de recherches, de méditations et de contact avec l'humanité douloureuse.
        Le Père, sans être instruit, avait beaucoup lu et possédait le robuste bon sens de l'homme du peuple. Il avait aussi une grande sensibilité, enfin et surtout un pouvoir magnétique qui servit sa cause. Il l'a dit lui-même au début de son œuvre : « Je ne suis qu'un guérisseur et un médium comme tant d'autres. » Pour que son œuvre fut durable, il s'agissait de créer une véritable liturgie, et c'est ce qu'il avait en vue en résumant le fruit de ses longues réflexions et méditations sur Dieu, l'Homme, l'Infini. Ses livres sont considérés comme des livres sacrés par tous les adeptes, et à chaque service on en lit de longs paragraphes.
        « Le Petit Catéchisme Spirite », publié en 1896, fut présenté comme l'ouvrage de l'Esprit de Vérité.
        « L'Enseignement » d'Antoine le Guérisseur fut recueilli en 1905 par ses disciples.
        Ces deux ouvrages sont antérieurs à la Révélation proprement dite, et on y observe un certain détachement du spiritisme. Le Père va désormais prêcher le « Nouveau Spiritualisme » fondé sur la base inébranlable de la foi pure.
        En 1908 et 1909 paraissaient la « Révélation » et le « Couronnement » qui résument tout son enseignement et suffisent à exposer ses vues et sa doctrine. En 1909, il commençait la publication de l' « Unitif » destiné à éclaircir bon nombre de points incompris par ses adeptes.
         Nous verrons en serrant les textes de plus près que le Père est loin d'être clair malgré ses répétitions, mais comment pouvait-il en être autrement quand il s'agit de fluides, de courants, de pensées et de sentiments, de tant d'éléments mystérieux presque insaisissables, dans leur mobilité, leur variété et leur complexité. Quoiqu'il en soit, le Père ; est inlassable, ne se rebute jamais, et s'efforce de fixer les points essentiels de sa doctrine, de les river, comme s'il s'agissait d'un travail métallurgique.
        La « Révélation », composée de dix principes que nous résumerons brièvement :
        L'amour de Dieu réside au sein de l'Homme de toutes les croyances ou incroyances.
        La morale s'enseigne par l'exemple. Il ne faut voir le mal en rien.
        En agissant envers son semblable en frère, on ne fait la charité qu'à soi-même.
        Aimer ses ennemis et voir le mal en soi plutôt qu'en eux.
        La cause de la souffrance est dans l'incompatibilité de l'intelligence avec la conscience.
        Tout ce qui nous est utile pour le présent comme pour l'avenir, si nous ne doutons en rien, nous sera donné par surcroît.
        Tous les problèmes généraux de morale sont discutés et interprétés par le Père. 
       En examinant les « lois de la conscience », il affirme que l'amour existe partout, et qu'amour, intelligence et conscience réunis constituent une unité, le grand mystère, Dieu.
        Quant à « l'origine de la vie », le Père dit que la vie éternelle est partout, et que les fluides existent à l'infini et de toute éternité.
        Le problème du « Mal » est résolu dans le sens de la non-existence de celui-ci :
    « Nous ne souffrons que par l'imagination du mal qui est en nous. Dieu, étant tout amour, ne peut avoir créé le Mal. »
        La prière réside plus dans les actes que dans les paroles. Elle est « dans l'action dictée par la conscience d'où peut résulter le bien. »
        Quand il s'agit « de la Science et de la Foi », le Père affirme que l'instruction n'est pas indispensable à l'amélioration des hommes. Connaître, ce n'est pas savoir, et c'est notre propre effort qui doit tout nous révéler. En nous améliorant, nous atteignons à des fluides de plus en plus éthérés.
        « La pensée » a de l'importance, et travailler à l'acquérir, c'est se préserver des mauvais fluides.
        Le Père conclue sur le problème « Dieu ».
        L'amélioration morale est le but de la vie, et Dieu, c'est l'amour ; et tout ce que nous pouvons acquérir de savoir émane de cet amour. La cause de tous nos obstacles est l'intelligence, et nous sommes dans notre faiblesse des dieux imparfaits. La Foi et l'Amour ne s'acquièrent que par le travail moral. Répétons-nous bien surtout que nous ne pouvons aller à Dieu que par l'intermédiaire de notre semblable, en nous efforçant d'aimer.
        Loi de progrès, loi d'amour, loi divine, c'est tout un, et c'est le fond de la « Révélation » qui nous conduit au « Couronnement » (où Dieu parle).
        « Le Couronnement » est si important, qu'à lui seul, il pourrait constituer le livre sacré de l'Antoinisme. C'est l'œuvre révélée par excellence. Il a une autre originalité : la création de « l'Arbre de la Science de la vue du Mal », qui est une nouvelle interprétation d'Adam et d'Eve, de leur rôle divin et humain, de leur chute. Le péché d'Adam, c'est la vue du mal, le serpent ayant été considéré comme Dieu. Adam n'existait que spirituellement, il est le moi conscient, et Eve qui n'existe qu'en apparence, le moi intelligent. Telles sont les deux individualités qui sont en nous : l'une réelle, l'autre apparente. Nous n'existons réellement que par le moi conscient ; le moi apparent est notre incarnation, notre imperfection. Pour pénétrer la réalité, nous devons démolir la vue du mal, c'est-à-dire reprendre le chemin entrepris dès le principe pour débarrasser l'Arbre de la Science du dernier atome de cette matière pour laquelle il nous a engendrés. Dès ce jour, on ne dira plus l'Arbre de la Science du bien et du mal, mais de la vue du mal, tel est son véritable sens. Ce long développement est nécessaire à la compréhension de l'emblème de « l'Arbre de la Vue du Mal » qui occupe une place prépondérante dans les Temples antoinistes. 
        Le Père enseigne encore le sens réconfortant de « l'Epreuve ! » auquel il ajoute une grande importance, puisque c'est d'elle que vient tout progrès. 
       Les problèmes de l'Intelligence, de la Conscience, de la Réincarnation sont résolus par lui dans le sens de la Foi déjà exposée dans sa Révélation. Il est bon d'y revenir, comme il a tenu à le faire.
        C'est en le moi intelligent que nous sommes incarnés. L'âme imparfaite reste incarnée jusqu'à ce qu'elle ait surmonté son imperfection.
        Nous nous réincarnons chaque fois avec un système nouveau. L'intelligence est la faculté qui sert à nous assimiler les fluides pour en obtenir la pensée. Fluides et pensées sont matériels, nous devons les surmonter pour progresser. L'intelligence ne peut jamais atteindre à la cause, l'essence des choses lui échappe.
        Dieu réside exclusivement au sein de l'homme. L'amour, l'intelligence et la conscience constituent une unité, le mystère Dieu. Nous sommes notre dieu, notre démon.
        Le Père revient sur cette foi qui lui est si chère :
        « Sachons que nous sommes Dieu nous-mêmes, que si nous voulons, nous pouvons. »
        « Nous sommes Dieu pour autant que nous le possédons. Dieu est en nous, et nous en lui ; par son amour nous pouvons tout. »
        Notre processus moral est le suivant : l'amour a d'abord sur nous tout empire, ensuite la spiritualité» enfin la matière.
        Rien n'existe matériellement s'il n'existe spirituellement : tout est l'effet des fluides qui constituent ensemble la spiritualité.
        La Conscience nous indique le chemin du bonheur. Dieu est la vertu par excellence, l'Amour.
        Le Père avait enfin convaincu ses adeptes de la grande loi de solidarité humaine, en leur démontrant qu'on ne peut arriver à Dieu que par l'amour d'autrui.
        Cette guérison du corps par l'âme et cet altruisme militant constituent la partie la plus convaincante et la plus attachante de la doctrine du Père. C'est par cet altruisme surtout que le Père se rapproche du Christ.

     

    V. — L'ANTOINISME COMME RELIGION

    Ainsi, cet homme aux pouvoirs guérisseurs si étendus avait souhaité fonder une religion basée sur la morale, et à force de tâtonner et surtout d'aimer ses frères, il y était arrivé.
        Sa religion est-elle originale ? Apporte-t-elle des éléments nouveaux ? Pour nous qui avons eu le privilège pendant des années, en Angleterre, de voir de près tant de religions, nous sommes obligés de répondre par la négative.
        Le Père a été très influencé par la « Théosophie », la « Science Chrétienne » et surtout le « Catholicisme » qu'il pratiqua assez tardivement dans la vie. Le « Spiritisme », sans aucun doute, l'a atteint aussi, mais moins profondément qu'on ne le croit généralement.
        A la « Théosophie », il a pris l'idée de l'universalité de la vie et de la fraternité. Il lui a emprunté aussi ses idées d'évolution et de réincarnation. Il a eu de la science du bonheur une conception analogue. Enfin, il est en harmonie absolue avec l'essence de la théosophie, à savoir que l'homme, étant lui-même divin, connaît Dieu et partage sa vie. Voici pour le côté moral et intellectuel de l'œuvre du Père. Il va sans dire que la « Théosophie » se rapproche bien plus de la science pure et a pénétré les lois de la vie et de l'être avec une tout autre profondeur. Le grand livre d'Hélène Blavatsky, la fondatrice de la Société de Théosophie, intitulé « la Doctrine secrète », date de 1888.
        « L'Antoinisme » se rapproche encore de « la Science Chrétienne » (Christian Science), fondée en 1875 en Amérique, à Boston. C'est à une autre femme, Marie Baker- Eddy, que revient le mérite de la publication de « la Science Chrétienne » en 1866. La « Science Chrétienne » guérit les malades. Elle remplace les croyances matérielles par des idées spirituelles. Pour elle, la guérison ne vise pas qu'au bien-être physique, mais à l'élimination du penser et des actes erronés. L'Esprit, bien infini, est la seule cause de tout ce qui existe, donc le mal qui ne fait pas partie de la création divine, ne peut avoir ni réalité, ni pouvoir. Dieu est tout en tout, et le mal, y compris la maladie, est irréel. Les « Scientists », comme- le Père Antoine, ont eu plus d'une fois maille à partir avec la Justice.
        On voit combien l' « Antoinisme » et la « Science Chrétienne » sont proches aussi dans la croyance et le but poursuivis.
        Le « Spiritisme » eut sur le Père Antoine une influence indéniable, et le convainquit de l'existence des fluides qui emplissent l'Univers. Pour cet homme robuste et sain, le côté occulte du Spiritisme le gêna et finit même par le rebuter. Bien des fois, les « esprits », sans lui paraître suspects, l'étonnèrent par leur manque de bon sens et leur éloignement du chemin de la vérité. Les manifestations matérielles lui déplurent en outre, mas il resta convaincu que les esprits désincarnés nous guident et nous donnent l'exemple de l'Amour. Il ignora très probablement l'œuvre spirite du grand scientifique anglais, Sir Oliver Lodge, et il était mort quand parut « Raymond ».
        Au « Christ » et au « Catholicisme », le Père doit sans aucun doute le meilleur de lui et de son œuvre. C'est en songeant à cette dette du Père et à la nôtre, qu'une pensée de Pascal nous revient, pensée bien à sa place ici ; « Ceux à qui Dieu a donné la religion par sentiment du cœur, sont bienheureux et bien légitimement persuadés. »

     

    VI. - CONCLUSION

        Devant cette religion qui a pris une si étonnante amplitude après la mort du Père, nous conclurons qu'un « fluide d'amour » baigne le cœur de tout homme, et que c'est le fluide que les adeptes ont voulu recevoir du Père, autant peut-être que la guérison de leurs maux.
        Le développement de l' « Antoinisme » a quelque chose de paradoxal sans le Père vivant et agissant, mais celui-ci n'avait-il pas dit à propos de sa mort : « Qu'y aura-t-il de changé ? Je pourrai réconforter de l'Au-delà tous ceux qui ont foi en moi. »
        Le « Culte Antoiniste » est d'une grande simplicité, mais la lecture des « livres sacrés » sans commentaires ou explications nous a paru d'une assimilation problématique pour les fidèles.
        Quoiqu'il en soit, la Foi faite d'Amour a trouvé une fois de plus un écho profond dans toute une humanité douloureuse et souffrante.
        Toute forme de religion, qui vient au secours des déshérités et les soulage, a droit à notre respect et à notre estime.
        Nous avons tenu, pour notre part, à l'examiner en toute impartialité.
        Puissent les adeptes du « Père Antoine » être des successeurs dignes de Celui, qui, dans sa grande humilité, refusa toujours d'être appelé « le Seigneur » par ses Frères, et choisit le doux nom de « Père ».

    Béatrice ELLIOTT.
        Monte-Carlo, Septembre 1936.

     

    Paru dans l’Armanac nissart de 1937, pp.26-34.

     

    Béatrice Elliott est l’auteure, entre autres, de
    - Triptyque corse. Jean-Wallis Padovani, J. A. Mattei, Pierre Leca... (1935),
    - Louis Cappatti, historien du Comté de Nice, poète, critique, conteur (1936),
    - Émile Ripert, poète et humaniste de Provence (1938),
    - Essais niçois. Nietsche et Èze, rocs mystiques. Le Vieux Nice (1939).

    Associée à Louis Cappatti, historien de Nice, elle écrit :
    - Indulgence plénière (1938),
    - Laghet, refuge religieux de la Riviera (1939, Dès le XVIIe siècle, la commune possède une chapelle dédiée à la Vierge Marie qui se manifeste par des guérisons miraculeuses ; le sanctuaire Notre-Dame de Laghet est aujourd'hui l'un des plus fréquentés en France par des pèlerins venus de tous les pays),
    - Berre-les-Alpes : premier relai de la Méditerranée à l'Alpe (1940).

    Traductrice du roman de l'écrivaine et suffragette britannique Beatrice Harraden Out of the Wreck I Rise (1914) sous le titre "Je domine les ruines..." (1922)


    votre commentaire
  • Christophe Bourseiller, Guide de l'autre France (2014)temple antoiniste
    34 rue Vergniaud
    75013 Paris

        Nourrissant depuis toujours un intérêt soutenu pour les dissidences de tout poil, je ne pouvais qu'être attiré par ce clocher vert et ce joli temple dédié à l'antoinisme, qui domine le croisement de la rue Wurtz et de la rue Vergniaud. Cette religion minoritaire a été fondé en 1910 par Louis Antoine. Le culte est apparu en Belgique mais a rapidement essaimé, sans pour autant détrôner le catholicisme romain. Disciple du spirite Allan Kardec, Louis Antoine manifesta toute sa vie des dons de guérisseur. Il est décédé en 1912. L'antoinisme compte sur le territoire français trente et un temples. On ne peut pas ne pas remarquer l'accoutrement des femmes qui tiennent celui de la rue Vergniaud, car il y a là quelque chose d'un peu bigoudin.

     

    temple antoiniste
    8-10 impasse Roux
    75017 Paris
    ouvert tous les jours.

        Les antoinisme défendent une esthétique très spécifique. Leurs temples aux toits pentus évoquent un peu les maisons anciennes de la Nouvelle Angleterre. C'est le cas de ce site ancien fondé en 1955 dans une discrète impasse du XVIIe arrondissement, qui donne dans la rue Desrenaudes. Flotte ici un parfum d'inhabituel, d'insolite, comme un coup de canif dans la réalité. Au fronton, cette inscription laconique : « Culte antoinisme ».

     

     

    Christophe Bourseiller, Guide de l'autre France :
    Lieux underground, cool, minoritaires, ésotériques ...
    Fayard, 2014 - 288 pages 

     


    votre commentaire
  • L'Antoinisme, une religion belge (film en prévision)

    L'Antoinisme Une religion Belge

    Voici l’histoire incroyable de l’ouvrier Antoine devenu prophète.

    Au début du XXème siècle, Louis Antoine, un mineur de la banlieue liégeoise, crée une nouvelle religion : le culte antoiniste. 

    Un courant religieux, qui très vite, dans les années 1910-1915, a eu des centaines de milliers d’adeptes en Wallonie, en France et dans d’autres pays d’Europe, au point de commencer à mettre en danger le pouvoir de l’Eglise catholique dans nos régions. 

    Aujourd’hui encore, il existe des temples antoinistes dans de nombreuses villes de Belgique, de France et même au Brésil.

    Ce film documentaire  va retracer l’incroyable devenir de Louis Antoine et l’incroyable développement d’un courant religieux oublié de l’histoire de Belgique.

    Ce film documentaire va partir des éléments qui demeurent aujourd’hui de ce culte.
    Un  culte mystérieux, dont les temples existent encore un peu partout en Belgique et en France,  dont les adeptes portent encore la parole  et au nom duquel des actes de guérison  se perpétuent toujours.

    L’ensemble du récit suivra les mots de Robert Vivier, à travers des extraits de son livre « Délivrez-nous du mal » qui a su compter de manière si juste, sans ironie mais également sans aucune forme de fascination, l’histoire incroyable de l’ouvrier Antoine devenu prophète.

    La naissance, la création d’une religion est un phénomène rare et fascinant.

    Nous sommes toujours en plein questionnement par rapport à la réalité des faits historiques qui ont mené au développement du christianisme, par exemple.  Mis à part les évangiles et les actes des apôtres qui ont été écrit des dizaines d’années après la vie de Jésus de Nazareth, nous avons très peu de témoignages, mis à part quelques textes de Pline le jeune, Tacite ou de Flavius Joseph.

     

    Bien sûr l’Antoinisme n’a pas eu le retentissement du christianisme, mais  retracer comment Antoine, ce mineur anonyme est devenu en très peu de temps et très loin hors de nos frontières, uniquement par le bouche à oreille, une sorte de prophète, reconnu  à la fois pour sa puissance de guérison  et le nouveau message qu’il transmet, au point qu’il sera comparé au Christ par beaucoup  de ses contemporains…  retracer  donc cette épopée, partie d’un monde ouvrier  en révolte  et qui ne veut plus croire à ce que l’on lui dit de croire, me semble passionnant.

     

    Malgré sa modestie, la figure d’Antoine devait être étonnement charismatique, et la puissance de la rumeur énorme, pour qu’en si peu de temps - quelques années - des temples antoinistes se construisent  un peu partout en France et en Belgique, qu’une revue distribuée à plus de 400.000 exemplaires  - l’Unitif - soit éditée et que des dizaines de milliers d’individus se convertissent à ce culte qui ne prétendait faire aucun prosélytisme.

     

     

    Read more at http://www.luxfugitfilm.com/pages/en-developpement/l-antoinisme-une-religion-belge.html#MaufBkkqomXqdGcU.99


    votre commentaire
  • J. Schyrgens - L'Antoinisme (1924)

    Les idées et les faits

    Chronique des Idées

    L’Antoinisme 

        Quand Antoine, le patriarche des imbéciles, le Guérisseur qui n’avait pas su se guérir, se désincarné, c’était le 25 juin 1912, plusieurs pensèrent qu’il emporterait dans sa tombe l’Antoinisme lui-même. Erreur, la mort ne l’a pas plus tué que le ridicule, il a survécu à son inventeur. Le manteau du prophète de contrebande passa incontinent à la « Mère » sa veuve, la Matriarche, et un syndicat de pîtres solennels continua, sous la même firme, à exploiter la badauderie des socialistes mosans qui formèrent le noyau de la clientèle primitive. Depuis, cette lèpre a continué ses ravages.

        M. l’Abbé Leroux, le distingué professeur du grand Séminaire de Liège, vient de publier sur ce phénomène baroque de la tératologie religieuse, un article très intéressant dans la Revue ecclésiastique de ce diocèse et les Etudes religieuses l’ont repris au n° 111 de leurs publications. Consacré à la Thérapeutique du marchand d’orviétan et à la Philosophie (!) du rêvasseur de Jemeppe, il appelle un complément sur les révélations du nouveau prophète. Cette monographie fait suite aux études de MM. Bourguet, Kervyn, Lucien Roure, Guenon et Crowley qu’elle résume et clarifie.

        Sur le fumier de l’ignorance et de l’immoralité, l’Antoinisme a champignonné à souhait : vingt-et-un temples, dont treize dans la province de Liège, les autres à Forest, Jumet, Ecaussinnes d’Enghien, Monaco, Nice, Vichy, Nantes, Tours, de petites synagogues en maints autres lieux, au total 18.000 adeptes en Belgique, 10.000 peut-être en France. L’autre jour le Journal de Paris rendait compte d’une réunion de cinq mille antoinistes de France accourus à Paris, autour de la M ère, pour fêter la Saint-Antoine-le-Guérisseur, et dans sa pastorale de l’an dernier, Mgr Chollet, archevêque de Cambrai crut devoir dénoncer comme un péril pour la foi du peuple les extravagances doctrinales de la secte.

        L’homme est un animal religieux. La religiosité, instinct de race, survit à la perte des croyances ; dévoyée, dégénérée, elle cherche à se satisfaire par des conceptions bizarres et des pratiques mystagogiques. L’Antoinisme correspond adéquatement à l’étiage intellectuel et moral d’une population déracinée de la religion des ancêtres, de plus en plus déchristianisée. 

        L’homme ne peut se passer de croire en Dieu. Quand on lui arrache la foi au vrai Dieu, il se fabrique une idole ou croit à la qualité divine du premier charlatan venu, assez audacieux pour se poser en être transcendant.

        Les pseudo-Christs, d’ailleurs, sont annoncés dans les saints Livres. Antoine fait bien cette figure-là. Il a réussi. Comment ?

        Déformé, détraqué par le spiritisme, qui fut le premier stade de son évolution, doué d’aptitudes médianimiques remarquables, il s’imprégna des théories d’Allan Kardec et prit le goût de l’étrange dans le cercle spirite des « Vignerons du Seigneur », ainsi dénommé sans doute, dans ce pays de Jemeppe où l’on ne cultive pas la vigne, parce que l’ivresse sacrée n’y était pas inconnue. Son esprit déséquilibré et porté à l’illuminisme fut une proie facile aux rêves hallucinatoires. C’est ainsi qu’Antoine croyait ferme à la réincarnation de son fils dans le corps d’un potard parisien et qu’il se plut à évoquer le Curé d’Ars, Mgr Doutreloux et Léon XIII.

        Du spiritisme il gardera, dans l’indigeste fatras de ses doctrines, la vieille bourde de la transmigration des âmes ; de l’occultisme pratiqué au sein des conciliabules de la secte dans les parages de laquelle erre le Mauvais, il emportera le culte ésotérique luciférien, arrière-fond de la religion antoiniste réservé aux initiés. L’arbre de la « Science de la vue du mal » autour duquel s’enroule le serpent tentateur, reste le symbole, l’emblème sacré de la Révélation nouvelle.

        Au magnétisme animal que le mesmérisme mit en vogue au XVIIIe siècle, Antoine emprunta la théorie des fluides et l’utilisa, l’exploita plutôt, de la façon la plus abracadabrante, la plus supercoquentiese. Il en était venu à se croire lui-même chargé de fluides bienfaisants, emmagasinés dans son cerveau, et capable, en projetant ces effluves sur les malades, directement par les passes ou impositions, ou indirectement sur l’eau ou le papier magnétisés, de guérir toutes les infirmités, de terrasser, de couper net les fluides malfaisants.

        Ces billevesées pyramidales étaient d’ailleurs débitées sans sourciller, couchées sur le papier par des scribes d’un parfait crétinisme et accueillies par des cervelles chavirantes comme paroles d’Evangile.

        Pour envoûter la foule des simples, implanter en eux « la foi » au Bon Père, il recourut tout d’abord à la suggestion, à cette forme du suggestionnisme mystificateur qui ressemble extraordinairement au Scientisme chrétien de Mrs Baker Eddy. On sait le prodigieux succès de cette aventurière américaine, la fondatrice à Boston de la Christian Science, qui compte au moins 100.000 adeptes, près d’un millier d’églises aux Etats-Unis, a débordé sur le continent à Londres, où elle possède plusieurs temples, à Paris où elle s’organise par la propagande, Mrs Baker Eddy n’en fut que la prophétesse, le vrai révélateur fut le fils d’un pauvre forgeron de New-Hampshire, Phinéas Parkhurst Quimby. Voici l’idée. La maladie est un mythe, un pur fantôme, une fausse croyance, suggérée dès le berceau, entretenue par l’opinion, de telle sorte qu’on envisage la maladie comme inévitable, comme un legs fatal qui se transmet de génération en génération. Il faut changer cela ; il faut rétablir la vérité, en niant la maladie, en se persuadant qu’elle est une erreur créée par la superstition de l’ignorance. Mis en présence de tous les symptômes d’une affection morbide : éruption, enflure, tumeur, douleur, crampes, quarante degrés de fièvre, le guérisseur doit avoir l'infernal toupet d’en nier la réalité. Rien de tout cela n’existe. Que le faux patient le croie sur la parole du guérisseur, qu’il ait « la foi », qu’il atteigne la Vérité, « la Science », et… le voilà guéri.

        C’est ce qu’on appelle la cure psychique, la cure mentale. C’est toute la thérapeutique antoiniste, fondée sur le non-être de la matière, partant l’inexistence de la maladie, et distincte de l’auto-suggestion pratiquée, par exemple, par le guérisseur Coué qui fait appel à l’imagination pour triompher d’un mal dont il admet d’ailleurs la réalité.

        C’est le fond de l’Antoinisme, et ce fond est d’une inénarrable bêtise. Le tout d’ailleurs s’enveloppe des divagations les plus charentonesques sur Dieu et l’humanité, noyés dans un panthéisme niais, sur le bien et le mal, l’un et l’autre niés et sombrant dans le nihilisme moral, se complique de tout un merveilleux frelaté et grossier, emprunté à la Kab-bale et au Talmud, où, entre autres folies, on voit les règnes minéral, végétal, animal sortir comme excréments de l’individualité d’Adam !

        Tout ce délire qui recèle dans ses obscurités pas mal d’idées pervertissantes a été traduit dans un charabia ahurissant par un professeur d’enseignement moyen.

        Le système, cette olla podrida pharamineuse, une fois mis au point, il a été lancé à partir de 1905 comme une spécialité pharmaceutique par une publicité mondiale, et comme le nombre des sots est infinie, la réclame a produit dans la masse, en Wallonie surtout, cette obsession tyrannique à laquelle les faibles cervelles ne peuvent se soustraire.

        Graduellement, et sans qu’il y parût, Antoine le Guérisseur, l’empirique, se transforma en mage, en prophète, en révélateur, fondateur de religion, et ses funérailles, apothéose grotesque, ont promu au rang de dieu Antoine-le-Généreux. Au moment où, en présence des Frères, affublés d’une lévite noire s’allongeant selon le degré d’initiation, et coiffés d’un énorme gibus, et des Soeurs travesties en nurses funèbres, on allait enfouir sa dépouille mortelle ; quand le F. Delcroix, lecteur, eut achevé sa harangue boursoufflée et drolatique, le F. Derégnaucourt, sorte de grand-prêtre ou de Mamamouchi, avec crâne luisant, à la barbe fluviale, s’approcha de la fosse en clamant : « Notre Père Antoine n’était pas un grand seigneur, mais notre Dieu qui s’est désincarné et n’a jamais cessé d’être parmi nous ! » Amen.

        Cette foi dégénérée rend certes témoignage, jusque dans ses pires extravagances, au besoin de croire qui tourmente l’âme humaine. Elle atteste, d’ailleurs, une crédulité fantastique, une invraisemblable naïveté, une ignorance abyssale, et chez les joueurs de gobelet, qui sont à la tête du mouvement, une rare astuce.

        J’ai l’intime conviction que l’Antoinisme a bien pu dissiper peut-être, par suggestion, quelques troubles fonctionnels, mais qu’il a tué pas mal de malades dont on ne parle pas et qu’il ne pourrait soumettre au contrôle de la critique une seule guérison sérieuse de maladie organique. Si un cas, un seul, de cure pareille s’était produit au temple de Jemeppe, présentant les caractères des guérisons obtenues à Lourdes, vérifiées par le Bureau des Constatations, authentiques après minutieuse enquête par l’autorité ecclésiastique, si un seul cas analogue pouvait être relevé à l’actif de l’Antoinisme, il y a beau temps que nos adversaires s’en seraient emparés pour discréditer Lourdes. On attendra longtemps.

        Malgré cela, malgré des échecs nombreux, étouffés dans un silence propice, l’attrait du mystère, l’étrangeté du personnage à tête apocalyptique, la nébulosité même de ses prétendues révélations d’autant plus ardemment accueillies qu’elles paraissaient plus saugrenues, la séduisante simplification d’une morale qui se réduit à suivre les penchants naturels sans jamais les contrarier par la discipline, à bêler le mot amour et à se nourrir de légumes, le besoin de se raccrocher dans le naufrage des croyances à une épave de religion, la contagieuse puissance de la suggestion jointe à l’espérance de guérir, l’affolement créé par la réclame aux cymbales retentissantes, la profondeur insondable de l’ignorance religieuse, et après la guerre, le détraquement de tant d’intelligences mal équilibrées : en voilà suffisamment pour expliquer l’engouement des fanatiques et la fascination des gogos.

        Sous-produit du spiritisme amalgamé de scientisme américain, l’Antoinisme, tissu d’absurdités, tient quand même, parce que récusant le contrôle de l’intelligence qu’il méprise, il se dérobe à toute discussion et s’enfonce dans la nuit. Mais il est clair qu’une doctrine de mensonge doit crouler tôt ou tard, l’Antoinisme sombrera, hélas, après avoir fait de nombreuses victimes. Pour hâter sa chute et travailler au sauvetage des âmes, il n’est qu’un moyen, c’est de rendre le Christ au peuple. 

     

    J. Schyrgens. 1924 

     

    source : https://donum.uliege.be/expo/revue_catholique/pdf/P00209D-1924-11-21.pdf

     

    Mgr Joseph Schyrgens (1856-1937), professeur au collège de Huy, aumônier des étudiants catholiques de Liège et qui finira ses jours comme camerier du Pape, est l'un des principaux responsables de la "Chronique des idées".


    votre commentaire
  • Auteur : S. DANCOT
    Titre : Vertrouwen op père Antoine - Een godsdienstsociologisch onderzoek naar het antoinisme
    Éditions : Ongepubliceerde licentiaatsverhandeling, Katholieke Universiteit Leuven, Departement Sociologie, 1994.

        Citez par Marijke De Sadeleer dans De Kracht Van Genezing.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique