• Médecine et guérison (1955)

     

    Titre : Médecine et guérison
    Auteurs : Louis Beirnaert, René Biot (avant-propos) et al.
    Groupe lyonnais d'études médicales, philosophiques et biologiques
    Collection Convergences, Éditions Spes, Paris, 1954, 272 pages

        Évoque le Père Antoine à plusieurs reprises.

    source : gallica et google.books


    votre commentaire
  • Marijke De Sadeleer - De Kracht van Genezing (2013)

    Auteur : Marijke De Sadeleer
    Titre : De Kracht van Genezing, De keuze voor een magnetische behandeling in België (1860-1910)
    Masterproef aangeboden binnen de opleiding
    master in de Geschiedenis Academiejaar 2013

    source : https://www.scriptiebank.be/scriptie/2013/de-kracht-van-genezing-de-keuze-voor-een-magnetische-behandeling-belgie-1860-1910

     

    Abstract (§2) :

        [...] De centrale vraag is dan ook waarom een zieke beroep deed op een irreguliere methode als het magnetisme, zeker in een wereld die werd gekenmerkt door een toenemende professionalisering van het medische vak. Processen waar magnetiseurs terecht stonden vanwege l’exercice illégal de l’art de guérir, stelden de grenzen scherp en maakten dat zieken kleur moesten bekennen.

    Traduction :

        La question centrale est de savoir pourquoi un malade fait appel à une méthode irrégulière telle que le magnétisme, pourtant dans un monde caractérisé par une professionnalisation croissante du corps médical. Les procès tenus contre les magnétiseurs à cause de "l'exercice illégal de l'art de guérir" ont établi des limites nettes et ont obligé les malades choisir leur camp.


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  • Albert van Hageland - Moderne magie en hekserij (1965)

    Auteur : Albert van Hageland [pseudonyme d'Albert Rutgeerts]
    Titre : Moderne magie en hekserij
    Edition : DF [Davidsfonds], Leuven, 1965, 250 pages

         Cité dans l'article du journal De Voorpost du 28 février 1975.

        „Moderne Magie en Hekserij” mogen we gerust een unicum noemen. Immers, hoewel degelijke documentatie over het onderwerp in ons taalgebied ontbreekt, is hier, dankzij de grote deskundigheid van de auteur, een werk ontstaan van zeer hoog gehalte, dat bovendien uiterst boeiend is. En verbijsterend! Verbijsterend om te ontdekken dat magie volstrekt niet een soort afwijking is van uitsluitend primitieve mensen, maar ook in onze zó ontwikkelde, zó modern denkende maatschappij hardnekkig voortbestaat. ”Moderne Magie en Hekserij” een boek dat u de ogen zal openen voor en werkelijkheid, waarvan u geen flauw vermoeden had.

        "Magie moderne et sorcellerie" que nous pouvons en toute sécurité appeler un livre unique. Après tout, bien qu'il n'y ait pas de documentation adéquate sur le sujet dans notre région linguistique, ici, grâce à la grande expertise de l'auteur, un travail de très haute qualité a été créé, ce qui est aussi extrêmement fascinant. Et c'est étonnant ! C'est étonnant de découvrir que la magie n'est en aucun cas une sorte de déviation par rapport aux peuples primitifs, mais qu'elle persiste aussi dans notre société de pensée si développée, si moderne.... "Magie moderne et sorcellerie" est un livre qui vous ouvrira les yeux sur la réalité, dont vous n'aviez pas la moindre idée.


    votre commentaire
  • Auteur : Paul Vincent
    Titre : Le Guérissseur
    Éditions : La Cité - revue de la Cité universitaire de Paris (Juin 1964)

     
    Le radar mystique    Pierre Bouis prie surtout pour les sciatiques, les rhumatismes, les eczémas, les maladies pulmonaires et cardiaques, les laryngites tuberculeuses, les tumeurs à l'estomac ou les gangrènes. C'est d'ailleurs une gangrène de la jambe — la sienne — qui lui révéla ses dons de guérisseur mystique : il était grand blessé de la guerre de 1940 et le chirurgien le faisait étendre sur la table d'opération pour lui couper le pied quand Bouis pria : sa plaie s'ouvrit brusquement et s'assainit.    Son traitement consiste à se mettre en prière (et non e transes). Avec une photo en main, s'il le faut, pour guérir à distance. A Montreuil, on dit qu'il a sauvé un enfant d'une méningite en invoquant Sœur Thérèse de l'Enfant Jésus. L'enfant était à plus de cent kilomètres. On murmure qu'il a guéri, d'une pneumonie double, une femme de 71 ans qui se trouvait dans le coma au Canada. Il se mit en prière à 17 heures. A 17 h 03 (heure française), la vieille dame se souleva de son lit et dit : « J'en ai assez de tous vos médicaments. Je suis guérie ».    L'existence d'un « radar mystique » peut laisser sceptique. Mais qu'auraient pensé nos ancêtres devant la télévision mondiale instantanée par satellite et qui connaît toutes les possibilités, religieuses ou non, de la pensée ?    Sa logeuse l'a fait convertir au culte antoiniste, dont la grande préoccupation est de guérir par la foi.    Ce n'est pas saint Antoine qui a fondé ce qui est moins une secte qu'un culte public ouvert à tous. C'est un mineur belge, M. Louis Antoine, mort en 1912 à l'âge de 66 ans et appelé désormais « le Père » ; il est vénéré au même titre que sa compagne « la Mère », décédée en 1940.    Tous les Antoinistes (3 000 en France) avec deux douzaines de temples, dont un à Paris, peint en vert-pré, « symbole d'une pousse nouvelle » sont des guérisseurs en puissance. Ils ne s'opposent pas à l'intervention des médecins, mais ils préfèrent les remplacer par des prières.    Le père Antoine, qui traitait 1 200 malades par jour, estimait que « le don de guérir est l'effet des sacrifices offerts à Dieu par l'amour du prochain ».    « Il n'y a rien de surnaturel, disait Antoine, qui avait décidé, dès 1906, de faire comprendre Dieu. Dans le domaine matériel comme dans le domaine spirituel, tout repose sur des lois qu'insensiblement nous découvrons en nous acquérant la foi ».    Pour Bouis, comme pour les autres Antoinistes, le mal préexiste dans l'âme avant d'atteindre le corps.    « Le corps n'est que le revêtement de l'âme. L'âme est le moteur du corps. La foi situe le mal de l'âme. Ce n'est pas le corps qui est malade, c'est l'âme, le moteur. On nous rappelle, par l'intermédiaire du corps, que nos actes nous sont préjudiciables. »    Ainsi les guérisons par la foi s'obtiennent par la prière et le redressement moral des êtres. Elles existent en tous lieux et en tous temps et les Antoinistes rappellent les cas de Lourdes et de Lisieux.    « Dieu est le grand docteur, disait Antoine. Il ne condamne pas. Il démontre ainsi qu'aucun n'a le droit de prononcer d'arrêt, quelle que soit la gravité de la maladie ».

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique