• Brevets d'intelligence (Journal d'Ypres, 6 juillet 1912)

    Brevets d'intelligence (Journal d'Ypres 6 juillet 1912)

    Brevets d'intelligence

        Il choisit vraiment son heure, le « Progrès » d'Ypres, pour opposer les électeurs soi-disant intelligents de certaines villes plutôt libérales et des centres industriels de la Wallonie aux populations soi-disant arriérées de la Belgique rurale.
        Car l'attention vient précisément d'être et appelée sur l'Antoinisme, par le fait du décès – pardon ! de la « désincarnation » – d'Antoine, dit le Guérisseur, fondateur de cette religion nouvelle.
        On sait qu'Antoine s'est désincarné à la suite d'une maladie d'estomac. Le guérisseur n'a pu se guérir lui-même, et l'eau pure, que ses passes magnétiques rendaient miraculeuse, a perdu ses vertus. Elle les retrouvera peut-être sous les passes de la femme du thaumaturge, chargée par lui de lui succéder dans son enseignement religieux.
        La « Dernière Heure », feuille libérale peu suspecte de cléricalisme, s'est inquiétée, non sans raison, des ravages faits par l'antoinisme.
        Elle signalait, à l'appui, la mort de nombreuses personnes appartenant à la classe ouvrière et qui s'étaient bornées à s'adresser au pseudo-thaumaturge au lieu de recourir au médecin.
        Or, c'est surtout dans le centre et le Borinage (les régions les plus illettrées de la Wallonie) ainsi qu'à Bruxelles que l'Antoinisme s'est développé (La capitale possède un temple antoiniste).
        C'est également dans nos grandes villes, on le sait, que fleurit la superstition ainsi que la foi aux chiromanciennes.
        C'est encore dans ces mêmes milieux que s'accusent les progrès inquiétants du malthusianisme.
        Ce sont enfin des organes du parti des à lumières paraissant dans ces milieux qui ouvrent complaisamment leurs colonnes à la criminelle propagande antisociale et antipatriotique.
        C'est, au contraire, dans les centres ruraux les plus catholiques que la natalité se maintient la plus forte.
        Nos campagnards catholiques ont l'intelligent respect de la loi naturelle et l'intelligent souci de perpétuer la race et de procurer des défenseurs à la patrie. Le « Progrès » préfère attribuer un brevet d'intelligence aux antoinistes, aux malthusianistes et aux gogos des somnambules.
        Nous le plaignons.

    Journal d'Ypres, 6 juillet 1912


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :