• votre commentaire
  • Question.
        Père. - Un de ces derniers dimanches, je me trouvais tout près d'une sorte d'églises (à Forêt) d'où je vis sortir un petit groupe d'hommes et de femmes revêtus de costumes peu ordinaires. Curieux, je m'adressai à l'une de ces personnes, et lui demandai à quelle religion elle appartenait. Un homme s'avança et me dit : « Nous sommes Antoinistes, notre enseignement est celui du Christ, révélé, en ce temps, par la foi. »
        Je lui demandai ce qu'il entendait par la foi, il me répondit qu'il n'en savait rien et ajouta :
        « Dire que l'on a la foi, c'est démontrer qu'on ne l'a pas, car il faut avoir la foi pour comprendre la foi. »
        Comme il ne m'appartenait pas d'entrer en matière de discussion avec cet homme sur sa réponse, je me contentai de me taire, quoique n'ayant rien compris pourtant, et le laissai continuer à parler de la puissance de la foi, seul remède, dit-il pouvant guérir l'Humanité !
        Il me causa de la vertu, de l'épreuve, de la prière, aussi de l'esprit du Père Antoine.
        Après quelques questions que je me permis de lui poser sur l'esprit du Père Antoine, il me dit : « Notre Père est proclamé chez nous le sauveur du monde, nous la considérons comme étant Dieu, car sans cesse il veille sur nous. - Lorsque, affaiblis, nous allons à lui, pleins de confiance, nous le prions avoir amour, et il nous soulage, nous guérit, il nous relève et ramène l'espoir dans nos cœurs en détresse, etc. »

    Le Père Dor ou "Le Messie du XXe siècle" par Bertha Mertens, p.90-91


    votre commentaire
  •     J'avais quitté Jemeppe pour quelques jours et je me promenais dans Bruxelles un peu au hasard avec l'intention cependant d'aller isiter le temple du quartier de Forest.
        J'arrive devant le parc de St. Gilles, c'est un repère mais le nom de la rue m'échappe totalement.
        A peine avais-je pensé à mo oubli que pointait là-bas un petit costume noir. Je me précipite : « Le temple antoiniste, je vous prie ? »
        - « Marchez une centaine de mètres et prenez à droite... Mes bonnes pensées, frère. »
        Frère ? Je suis un frère ! La soeur est déjà loin, je n'ai même pas eu le temps de la remercier. Alors, j'ai partout des frères et des soeurs qui au premier appel viendront m'aider, me renseigner ! Et comment aurais-je pu les reconnaître s'ils n'avaient pas eu un uniforme ?
        Dans « Uniforme », il y a « unité », « union ». Plus de vanité dans la toilette ni de différence entre les pauvres et les riches... Tous égaux.
       Je n'ai plus questionné personne au sujet des vertus de la robe. Hier elle me paraissait noire et triste ; aujourd'hui je la compare à un rayon de soleil.

    Jean-Marie Defrance, Réveil - L'Apôtre de Jemeppe et sa Révélation (1932), p.33-34


    votre commentaire
  •     L'Antoinisme est même à Bruxelles. M. Hector Adans, employé à l'un des services administratifs de la Chambre se laissait interviewer par La Meuse en 1911. « C'est vrai, disait-il, je suis antoiniste - Vous êtes devenu ce qu'on appelle un convaincu ? - Un convaincu c'est le mot. - Y a-t-il des adeptes antoinistes à Bruxelles ? - Il y a unan et demi, notre groupe ne se composait que de quatre personnes : aujourd'hui il en compte une bonne cinquantain. - Pratiquant l'Antoinisme ? - Parfaitement. La lecture de l'enseignement d'Antoine le Guérisseur se fait tous les lundis à Bruxelles chez M. Delannoy, 30, rue St-Georges (1), qui met gracieusement son rez-de-chaussée à notre disposition... »

    (1) M. Delannoy a rompu depuis avec l'Antoinisme.

    Hubert Bourguet, Antoine de Jemeppe et l'Antoinisme
    Impr. Vaillant-Carmanne, Liège, 1918, p.35-36

        Dans l'Unitif, un adepte raconte la création de la salle de lecture de la rue Saint-Georges, située à Ixelles, à environ 3km du temple de Forest, qui fut construit en 1915. Jean-Marie Defrance raconte en 1932 dans Réveil, L'Apotre de Jemeppe et sa Révélation, comment il a pu trouver le temple de Forest : en voyant au loin une soeur avec le costume antoiniste.


    votre commentaire
  • Forest - Les policiers communaux ont intercepté mercredi vers 2 h 45 du matin un cambrioleur qui sortait des bâtiments occupé par le culte antoiniste du boulevard Guillaume Van Haelen.

    n.c.

    Vendredi 4 février 1994


    source : http://archives.lesoir.be/jette_t-19940204-Z07TF1.html?query=antoiniste&firstHit=0&by=10&sort=datedesc&when=-1&queryor=antoiniste&pos=3&all=6&nav=1


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique