• carte d'identité Aix-les-Bains

    Adresse : 3, Chemin de Saint-Exupéry (au sud, Plaine de Marlioz, proche des rues Victor Hugo, François Ponsard et Isaline) - 73100 Aix-les-Bains


    Agrandir le plan

    Style : Art Roman

    Panneau : Lecture de l'Enseignement du Père, le dimanche à 10 heures et tous les jours à 19 heures, excepté le samedi. Opération au nom du Père, les cinq premiers jours de la semaine à 10 heures. Le temple est ouvert du matin au soir aux personnes souffrantes. Tout le monde est reçu gratuitement

    Temple avec photos

    Date de consécration (par Mère) : 24 août 1924

    Anecdote : La même année Mère consacre le temple de Waremme.

    Dans les archives de la ville, on apprend que le culte demanda une autorisation de processions de 1926 à 1955.

    Le site infos-loisirs.ledauphine.com renseigne le numéro de téléphone du temple : 04 79 61 14 59.

    Le nom de la rue a changé, le quartier s'étant construit, la rue Isaline a été fractionnée en plusieurs petites rues. Le chemin Saint-Exupéry, fut appelé Rue des Antoinistes, avant d'être renommé en 1970.

        Le culte antoiniste, établi dans la même ville [Aix-les-Bains] par de modestes cheminots vers 1923, reste en revanche un phénomène marginal.
    Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 8. La Savoie, p.37
    Jean-Marie Mayeur, Christian Sorrel, Yves-Marie Hilaire - Editions Beauchesne, 1996 (GoogleBooks)

        Cette crise morale de l'immédiat après-guerre peut expliquer à la fois l'échec de certaines missions paroissiales, comme à Billième en février 1920 - "les temps étaient encore trop troublés", estime le curé - et la recherche de formes religieuses nouvelles, comme le culte antoiniste dont les premiers adeptes - il est vrai bien peu nombreux - sont issus en 1923 des couches sociales modestes de CHambéry et d'Aix-les-Bains (cheminots, employés, ménagères).
        Le culte antoiniste est né de l'enseignement donné par un mineur belge, Louis Antoine, entre 1906 et 1909 ; l'association cultuelle, déclarée en décembre 1923 avec vingt-huis membres, en compte trente et un en 1926 et trente-six en 1927, domiciliés pour la plupart à Chambéry et Aix-les-Bains, où un temple est ouvert. Le succès est donc limité, tout comme celui des méthodistes, qui profitent cependant de l'absence de prêtre dans la paroisse de Saint-Alban d'Hurtières (diocèse de Maurienne) pour étendre leur prosélytisme pendant la guerre, ou des Adventistes du Septième Jour, dont la propagande atteint dle diocèse de Chambéry vers 1925-1928 à partir du séminaire fondé en 1921 à Collonges-sous-Salève (diocèse d'Annecy) et suscite les mises en garde de Mgr Castellan.
    Christian Sorrel, Les catholiques savoyards: histoire du diocèse de Chambéry (1890-1940) - chap.12, 1914-1918 : Illusions, désillusions, p.288 et note 19 (Google Books)

    Deuxième ville thermale française (Vichy en est une autre célèbre, les villes d'eaux sont réputées pour souvent abriter une communauté antoiniste), Aix-les-Bains est aussi une ville industrielle, avec quelques grosses entreprises : Areva (ex Alsthom, ex Savoisienne) en plein développement, une importante zone industrielle (Savoie Hexapole), les sièges des entreprises Léon Grosse, ABB Cellier, Aixam, une manufacture de haute maroquinerie, etc.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :