• Comment nos sens nous trompent - Tout se tient dans l'univers

        Une des métaphores les plus courantes pour désigner la communication psi est empruntée à la vision du monde paradoxale de la mécanique quantique. Cette science décrit le comportement de la matière au niveau subatomique, où les unités de base ne sont ni des particules ni des ondes mais se comportent comme les unes et les autres, et où on ne peut pas affirmer que la matière existe. Elle a une "tendance à exister" exprimée comme une probabilité mathématique.
        L'univers subatomique obéit à d'autres règles que celles du monde que nous connaissons. Par exemple, dans une expérience, deux particules - un électron et son équivalent antimatière, un positron - entrent en collision, s'annihilant l'un l'autre en donnant naissance à deux photons qui s'éloignent en sens inverse. De par les étranges lois de la mécanique quantique, le photon A ne possède pas de priorités telles que le spin ou la vitesse jusqu'à ce qu'il soit remarqué par un observateur. Le fait même de la mesurer "perturbe sa fonction d'onde" et lui assigne des valeurs au hasard. Au moment où l'observateur mesure le photon A, lui conférant de ce fait un certain spin, le photon B acquiert le spin opposé, quelle que soit sa distance et bien que rien ne le relie à la première particule. Le photon B parait "savoir" instantanément ce que fait le photon A.
        Ce fait, confirmé par des expériences de physique, donne à penser que tout se tient dans l'univers d'une manière qui ne nous apparaît pas, peut-être à un niveau subquantique qui inclut notre conscience. S'il en est ainsi, la clairvoyance, qui permet à un voyant de savoir instantanément qu'une catastrophe aérienne vient de se produire, devient plausible.

    Les Mystères de l'inconnu, Les pouvoirs de l'esprit, p.73


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :