•    On me pose la question suivante :
    « Pourrais-je avoir la signification du fait de joindre les mains pour prier dans les temples Antoinistes ?
    J’aurais quelquefois tendance à ouvrir les mains…
    Je  pense qu’il y a une bonne raison à les unir, mais je voudrais leur répondre justement. »
              Ma réponse comprendra plusieurs points :
    1.     Tout d’abord, malgré mes recherches, je ne suis pas parvenu à trouver un texte de l’ENSEIGNEMENT mais bien dans L’UNITIF. J’en parlerai plus loin.
    2.     Il m’est arrivé, dans certains temples, de voir des antoinistes âgés procéder ainsi à leur arrivée dans le temple : rester debout, parfois au milieu de l’allée centrale, mains ouvertes. C’est une attitude qui signifie que l’adepte se montre disponible pour recevoir les fluides du Père. Depuis des années ( +/- 15 ans ! ), je n’ai plus jamais observé cette attitude. Je n’ai vu cela que dans les Temples dits « avec photos ».
    3.     On a pu aussi dire que c’était une dévotion excessive à l’égard du Père ANTOINE. Certains ont même parlé d’une « quasi-divinisation ». Cette attitude était découragée par les desservants.
    4.     La prière « mains jointes, paumes serrées l’une contre l’autre » est utilisée dans beaucoup de religions, notamment chrétiennes. Pourquoi ce geste a-t-il une grande importance aux yeux de ces pratiquants ? Pourquoi ce geste a-t-il été repris par beaucoup de religions, notamment, on vient de le dire, par les pratiquants des religions chrétiennes?
    Le symbole des deux mains jointes est celui de l’aspiration vers la transcendance, de la croyance en un DIEU transcendant. Il représente surtout l’aspiration vers une divinité située au-dessus du monde, DIEU à la fois gendarme et providence, omniscient, omnipotent. Ce geste est destiné aussi à se relier à des plans plus élevés pendant la prière, donc le retrait du monde durant la prière. C’est une attitude d’adoration, d’invocation et de supplication.
    5.     Effectivement, quand on voit un pratiquant en dévotion, souvent agenouillé, mains jointes, cela inspire la nécessité de ne pas troubler, de ne pas déranger. S’agenouiller et prier « mains jointes » signifie qu’on se retire du monde pendant la durée de la prière !
    6.     L’attitude des antoinistes est autre. Dans L’UNITIF ( N° III ) on trouve cette recommandation : « Seul le premier représentant du Père peut étendre la main sur les malades…les autres guérisseurs doivent se contenter de joindre les mains l’une sur l’autre pour demander au Père d’assister ses enfants. » Cette attitude « mains jointes, l’une sur l’autre, est donc l’attitude de prière des Antoinistes.
    7.     Dans L’UNITIF, à l’un ou l’autre endroit on trouve aussi une explication : les mains sont jointes, la main gauche prenant la droite comme si on se faisait à soi-même le serment d’amitié et d’union.
    8.     Dans le livre de Pierre DEBOUXHTAY consacré à l’ANTOINISME, on trouve aussi une description de l’attitude des fidèles pendant l’Opération Générale : « Pendant l’Opération, les fidèles restent debout, les mains jointes à la manière antoiniste ; en silence, ils ‘communient, oublieux de la matière, dans le fluide éthéré du Père’, attendant que la foi opère. » ( Les mots soulignés sont extraits de L’UNITIF par DEBOUXHTAY )
    9.     Nous avons donc deux explications sur le sens des « mains jointes à la mode antoiniste, paume droite reposant sur la gauche » : le serment fait à soi-même d’amitié et d’union et la communion en silence dans le fluide éthéré du Père. Un desservant à qui je posais la question me disait aussi que c’était le symbole de la solidarité, principe de base de l’Antoinisme. C’est aussi un signe de méditation mais une méditation qui reste attentive à l’accueil, attitude plus bienveillante que la position «  mains jointes, paumes l’une contre l’autre ». DIEU apparaît comme une immanence ( ce qu’il y a de beau, bon et profond en l’homme ; ce qu’il y a de beau, bon et profond dans le monde extérieur ; ce qu’il y a de beau, bon et profond dans les relations aux autres ) et non comme une altérité radicale ( la transcendance absolue ).

    source : http://antoinisme.20six.fr/antoinisme/cat/12645/0/Rites


    votre commentaire
  • COMMENT ARRIVER A L’EPANOUISSEMENT DE SA CONSCIENCE.


         Comme il est dit dans l’ENSEIGNEMENT dans différents chapitres et, notamment, dans le Premier Principe, dans chacun de nous habite l’esprit divin.

         Comme le dit le Père : « DIEU est en nous et nous en Lui, par son amour nous pouvons tout, notre Foi ira jusqu’à transporter les montagnes »

         Dans un autre chapitre, il dit : « La puissance de la foi prouve que DIEU est en nous par l’amour qui en découle… N’est-ce pas dire que nous sommes DIEU nous-mêmes puisqu’il n’y a rien, quand nous la possédons qui nous soit impossible ? »

         Et, dans un autre chapitre : « Nous avons enseigné que l’intelligence imagine un DIEU en dehors de nous isolé, tandis que la conscience nous démontre le contraire, que le vrai DIEU n’existe qu’en nous »

       Pour établir et entretenir un contact avec cet esprit divin qui nous habite, il est nécessaire de  nous accorder régulièrement un temps de calme et de recueillement pour nous consacrer entièrement à cet exercice.

       Ce moment privilégié, le lieu où nous pouvons le trouver, le mieux, c’est dans les Temples. Il nous suffira de pousser la porte, au passage et de nous y recueillir. S’il n’y a pas de Temple, isolons-nous et plongeons-nous dans la lecture d’un passage de l’ENSEIGNEMENT.

       Cependant, le moment le plus approprié, ce sera lors des Opérations Générales. Même isolés, comme je l’ai dit plus haut, essayons de nous recueillir à l’heure de l’Opération.

       Certains m’ont déjà demandé comment profiter au mieux des fluides émis lors de l’Opération Générale.

        Certains font des efforts énormes pour penser au Père. D’autres récitent, mentalement, des passages de l’ENSEIGNEMENT et, surtout, des Dix Principes. D’autres, encore, lisent et relisent le texte de l’Auréole de la Conscience figurant, en blanc sur fond noir, sur le mur du Temple, bien en face des fidèles. Ils méditent sur le sens profond de ce texte. D’autres transforment ce moment en une sorte de confession personnelle silencieuse et passent en revue leurs manquements. D’autres, hélas, en profitent pour émettre des vœux plus purement matériels pour lesquels ils demandent au Père la réalisation.

        En un sens, cela est tout à fait normal puisqu'il y a sans doute autant de façons de méditer qu'il y a de personnes qui méditent.

       Cela dépend du degré d’avancement moral des êtres sur l’échelle du progrès.

       Cependant, je pense que quelques recommandations élémentaires peuvent être formulées :
    - tout d'abord, l'acte de méditer, peu importe la technique, ne doit jamais être un but en soi mais seulement un moyen à utiliser pour parvenir à la paix de l'esprit ;
    - ce ne devrait pas non plus être l’occasion de forcer la conscience à faire un effort acharné de concentration. Dans ce cas, cela signifierait simplement que nous ne nous trouvons pas dans un moment ni dans un état favorable et mieux vaudrait encore se contenter de rêvasser ;
    - en revanche, cela doit être l’occasion de s’abandonner au plus grand calme intérieur possible : il faut calmer son esprit, mais sans avoir besoin de le maîtriser, sans le contraindre, ni lutter contre lui.
    - les Temples et le moment de l’Opération Générale présentent l’avantage de constituer un environnement où les bruits, les mouvements et toute activité qui pourraient être source de distraction sont réduits à l’extrême. C’est pourquoi les offices Antoinistes sont réduits au strict minimum indispensable pour la réalisation de cet objectif de méditation et de recueillement et que les Temples Antoinistes sont dépourvus de toute ornementation.
    - Le Père attire notre attention sur cet aspect : « …nous finiront par avoir dans chaque groupe un temple et vous savez qu’on n’y parle pas ; nous devrions commencer dès maintenant à ne plus le faire, avant ni après la lecture »  Et, plus loin dans ce chapitre : « Plus de silence y aura-t-il, mieux le fluide pourra faire son œuvre et plus les adeptes en profiterons. »
    - si vraiment des pensées extérieures nous importunent et nous empêchent de nous abandonner à la relaxation totale, mieux vaudra  les considérer passivement sans chercher à y réagir ni à y répondre. Sinon nous allons forcer notre conscience et nous ne nous trouverons  sûrement pas dans un état favorable. Nous trouvons là une illustration de la lutte qui se déroule, en permanence entre l’intelligence et la conscience.

    Qu’est ce que la méditation?
    La méditation peut être décrite comme un état d’équilibre intérieur dans lequel notre attention n’est pas altérée par des pensées. Quand nous sommes dans cet état de « conscience sans pensée »,nous pensons être dans un état proche du sommeil. En réalité, nous sommes dans un état d’éveil, mais libres de toutes pensées et de tous soucis qui, trop souvent, conduisent au stress journalier.
     Nous nous trouvons alors un état de calme profond et de joie, qui nous ouvre à une nouvelle dimension de notre conscience et nous permet de « senti » » ce qui se passe à l’intérieur de nous et de goûter les fluides autour de nous. Par la méditation, nous créons en nous un équilibre physique, mental et émotionnel.

         Lorsque tous les éléments favorables sont réunis – et cela ne sera possible que par la répétition la plus fréquente possible de cet exercice – nous arriverons plus facilement à cet état de paix intérieure, de béatitude. Mieux nous ressentirons cet état de béatitude, plus souvent ressentirons-nous le besoin de le reproduire.

         Mais le but ultime à atteindre sera le désir de servir, de contribuer à partager et à répandre autour de soi la lumière intérieure qu’il nous sera donné d’entrevoir lors de ces expériences de méditation que sont les Opérations Générales lorsqu’elles se déroulent dans les conditions les meilleures.

        Le partage de cette lumière intérieure avec autrui sera la façon dont la conscience divine qui réside en nous  s’exprimera dans le monde.

         Nous devons savoir que le bonheur moral à atteindre est le résultat de notre travail moral, travail que nous faisons sur nous-mêmes grâce au combat entre l’intelligence et la conscience.

         Parvenir le plus souvent possible dans cet état où nous trouvons cette paix intérieure nous permettant de méditer sereinement n’est rien d’autre que la manifestation qu’un combat entre l’intelligence et la conscience vient de se mener. Et que cette dernière a triomphé.

    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/


    1 commentaire
  • L’ANTOINISME ET LE CULTE DES MORTS.
     
         Voici encore un sujet de controverses et de polémiques, y compris parmi les adeptes. Et cela, dès le début de l’ANTOINISME.

     
         Revenons d’ailleurs à la désincarnation du Père lui-même. Voici le récit et les commentaires qu’en fait Pierre DEBOUXTHAY dans son livre « ANTOINE LE GUERISSEUR ET L’ANTOINISME » :
     
         «  …
             Dans ce récit des obsèques, on aura certainement remarqué que le Père avait été enterré « dans la fosse commune, la seule qui convînt à sa grande modestie ». Or, depuis, le Culte Antoiniste a obtenu la concession de l’endroit où repose son fondateur, non sans scandaliser certains adeptes rigides, qui voyaient dans cet acte une marque d’estime pour le corps, incompatible avec la doctrine du Père.
             On n’en est pas resté là et au nom de Mère, deux adeptes ont eu recours à S.M. la Reine des Belges, afin d’avoir «  l’autorisation de transférer sa dépouille sacrée (d’ANTOINE) dans le jardin du Temple de JEMEPPE, jardin situé à plus de trente mètres de toute habitation. Elle (la Mère ANTOINE) y ferait construire une chapelle devant laquelle défilerait, le 25 juin, jour de la fête solennelle, instituée en l’honneur du Révélateur, la foule recueillie de ses disciples, venus de toutes les parties de notre pays et du monde. »
            Cette nouvelle mortification fut épargnée aux intégristes. ANTOINE continue à reposer au cimetière de JEMEPPE, près de la grille d’entrée ; fréquemment des dévôts y vont ramasser des petits cailloux qui couvrent la tombe et les emportent précieusement comme des reliques.
            Comme la Mère ANTOINE et les deux adeptes qui ont essayé de rattacher à une chapelle funéraire la célébration de la fête principale du Culte, ces fidèles confirment, sans le savoir, la loi énoncée par JACOBSEN, dans son remarquable ouvrage « LES MÂNES » : « Nous devons poser sans réserves le principe : Pas de culte sans tombeau. »
     
         Quelques petites remarques à ce texte :
     
    1° Il date de 1934, c’est-à-dire avant la désincarnation de Mère ANTOINE en 1940 ;
    2° Maintenant, le Père et la Mère ANTOINE sont enterrés dans cette parcelle du cimetière ;
    3° Actuellement, il y a une pierre tombale horizontale. Il s’agit néanmoins d’un monument très dépouillé  ( à l’image des Temples ) ;
    4° Les visiteurs n’emportent plus de cailloux mais la tombe est pourvue d’ex-votos ( « Remerciements pour une grâce obtenue » est le texte le plus fréquemment utilisé ) ;
    5° en 1989, la tombe fut victime d’un acte de vandalisme et la pierre brisée. Elle fut remplacée suite à une souscription.
     
         Dans ce texte DEBOUXTHAY utilise le terme « intégristes » pour qualifier certains adeptes. Cela concerne ceux qui revendiquent les formes les plus dépouillées possibles, la stricte observance.
     
         Voici, en gros leur opinion à propos du culte des morts. Puisque les corps viennent du néant et y retourne sans espoir de retour, puisque les caractéristiques des individus ( mémoire, intelligence, dons, qualités…) disparaissent à jamais lors de la mort physique, devons-nous les regretter et venir les fleurir lors des funérailles. Devons-nous leur consacrer un monument, venir les visiter et les fleurir là où ils reposent et où ils se désagrègent lentement ?
     
         Et cela alors que l’être véritable est toujours là, peut-être près de nous, dans une nouvelle vie et un nouveau corps, avec une nouvelle identité. Pourquoi, dès lors se lamenter sur son sort ?
     
         Cependant, le Culte Antoiniste est dans ce domaine très tolérant : aucune directive n’est donnée aux adeptes. Aucune interdiction n’est faite. Aux funérailles, le Culte accepte des discours ( pour les Anciens Combattants, notamment ), accepte les fleurs. Maintenant, le Culte accepte la crémation et adapte ses rites funéraires au cas ( au lever du corps, la lecture du chapitre «  REINCARNATION » suit immédiatement la lecture des Dix Principes.

    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/


    votre commentaire
  •     Dans Les Antoinistes de Régis Dericquebourg, on apprend que le Frère Delcroix, le professeur qui suivait depuis longtemps Louis Antoine se résolu à quitter le groupe au moment où les adeptes portassent le même vêtement que leur "prophète de Jemeppe". Je comprennais sa retenue sur ce code vestimentaire. Pour moi également, le rôle du costume, dans la société, était de se différencier des autres, de marquer son statut. Or je considérait que cela allait contre l'Enseignement, qui dit que nous sommes tous égaux dans le progrès vers l'Un. Je veux donc ici m'intéresser au rôle qu'à le costume.

    - Le vêtement est souvent moins important par lui-même que la situation dans laquelle on le porte.

    - La rupture volontaire du code de son milieu peut devenir un nouveau code : Certains, notamment parmi les jeunes, refusent de se plier aux habitudes de leur milieu et adoptent volontairement des coiffures ou des vêtements différents, parfois provocants. Mais on s'aperçoit souvent que le refus des règles habituelles crée de nouvelles règles. Pour faire partie de la bande de copains, il est recommandé, sinon obligatoire, d'adopter les mêmes choix (cheveux longs ou hérissés ou rasés, vêtements tailladés ou cloutés, etc.). Cela montre donc que, pour tous, vêtements et parures sont un signe d'appartenance au groupe.
    - Les costumes religieux : Dans presque toutes les religions, le prêtre se distingue par sa tenue vestimentaire. C'est dans la religion catholique que la tenue était la plus réglementée. Chaque congrégation de moines ou de religieuses avait une tenue particulière. Cette tradition reste en vigueur dans la hiérarchie religieuse catholique : un simple prêtre s'habille en noir, un évêque en violet, un cardinal en rouge et le pape en blanc.

    source : http://fr.vikidia.org/index.php/R%C3%B4le_social_du_v%C3%AAtement

        On le voit dans la société, le rôle du costume, et même du vêtement en général, sert à se différencier de l'autre et par là à s'identifier à celui qui porte le même costume.

        Mais concernant un député, voyons ce qu'on peut lire :

    D'abord, vous regretterez sans doute, comme moi, la suppression du costume. Le costume peut être une distinction au dehors ; au dedans, il rétablit l'égalité. Il efface des disparités choquantes. Il dissimules des négligences ou des recherches de toilettes, qui jurent et s'accusent entre elles. Sous l'habit uniforme, quelle qu'en soit la coupe, la couleur, l'ampleur, la broderie, se cachent et se confondent les défauts de la taille et les fantaisies de l'habillement. On est plus vieillard ou petit-maître, élégant ou rechigné ; on est député, on est en scène, on joue son rôle.

    source : Paris, ou, Le livre des cent-et-un (1831)(GoogleBooks)

        Ainsi le député ne montre pas le rôle du costume pour les autres, mais il met l'accent sur le rôle du costume pour celui qui le porte. C'est bien ce rôle, et même uniquement ce rôle, qu'à le costume antoiniste. On le porte pas pour les autres, mais pour soi. On ne joue pas un rôle par rapport au autres, on joue un rôle pour sa progression.


    votre commentaire
  •     Il est temps maintenant de revenir à comment s'est déroulée cette deuxième Lecture de l'Enseignement.
        Pour celle-ci nous nous sommes rendus au Temple d'Angleur (vous trouverais les coordonnées dans le thème Liège Angleur).

        La desservante était occupée et ne nous a pas accueillie dès notre entrée. Nous avons patienté. A son arrivé une petite paire de minutes plus tard, elle nous invita à entrer dans le Temple. Mais comme je lui avais demandé par mail si nous pouvions assister à la Solidarité de Groupe, elle nous remis un jeton. Il portait le numéro 2.

        Nous sommes ensuite entrés dans le Temple. Nous nous sommes recueillis jusqu'à la lecture fait par la desservante. Plusieurs personnes étaient présentes : je ne pourrais dire le nombre exacte, puisque nous étions au 2e ou 3e rang, mais cela devait être une dizaine. C'était un des passages de la Révélation les plus intéressants, où il est dit que Dieu est en nous-même et que nous devons aimer son prochain, et comment le faire.

        A la fin de la lecture, nous avons attendu notre tour indiqué par le numéro du jeton, pour voir comment aller à la Solidarité de groupe. Nous n'avons donc ni moi ni Andi assisté jusqu'à maintenant à une vrai consultation morale. Mais cela viendra sûrement. Nous avons fait une élévation de pensée, après que j'eusse dit que, je ne savais pas si cela ce faisait et comment alors appeler ça, mais que j'avais aussi fait des moments de recueillements, pendant lesquels j'avais profiter du moment présent, une fois dans le lit avec Andi. Une autre fois, devant le balcon, fenêtre ouverte, sous le soleil et avec une petite brise d'hiver. Forcément la desservante, m'a dit que c'était très bien. J'ai compris maintenant que c'est comme ça que les Antoinistes conçoivent la spiritualité : c'est à chacun à la trouver pour soi-même, et la conscience nous guidera vers le meilleur moyen.

       Nous fîmes l'élévation de pensée ensemble dans la cabinet. Puis avons discuté comment faire pour la Solidarité de Groupe. Ne sachant comment cela fonctionné, et si il n'était pas trop tôt pour y assister, la soeur nous dit qu'il n'y avais pas de problème, en tout cas, elle partirait de son temple d'Angleur à 14h10 pour le Temple de Sprimont. Et partirais un peu plus tôt pour l'anniversaire de sa maman. On a décidé donc partir en même temps qu'elle et de revenir aussi plus tôt, car nous avions de la route ensuite pour rentrer en Allemagne.

        Nous nous sommes quittés. Moi et Andi avons mangés. Puis nous nous sommes occupé à voir un temple ou deux des environs de Liège (dont vous pouvez voir les photos sur ce blog). Et à 14h10 nous étions de retour au temple d'Angleur. Une dame qui assister à la Lecture le matin attendait à la porte. Nous avons donc attendu ensemble, parlant de choses et d'autres. J'apprendrais dans la voiture vers Sprimont, que cette soeur était une antoiniste de la première heure, puisque son grand'père avait connu le Père Antoine et qu'il l'avait soigné d'une douleur à l'oreille. A l'époque, il n'y avait pas de médecin, alors le grand'père était allé voir le Père Antoine pour son oreille sur les conseils d'une voisine. Il traversa alors à pied une partie de la campagne ardennaise, puis le bassin de la Meuse dans la neige, puisque c'était l'hiver. Arrivé là, la Mère Antoine leur donna une soupe, puis il fut reçut par le Père Antoine qui lui dit simplement qu'il pouvait partir, que son oreille irait mieux.

        On voit l'effet d'un placébo avec cette histoire. Forcément la famille étaient devenu antoiniste. Et la Mère de cette soeur, retrouva aussi son poid de forme après avoir sonsulté le Père Antoine. Et cette soeur maintenant à l'âge de porter des cheuveux argentés, était restée fidèle à la spiritualité antoiniste.

        Arrivé au temple de Sprimont, nous avons été accueilli par le frère René qui nous avait reçu la semaine dernier au temple de Jemeppe, puis nous nous sommes recueilli : c'est là la principale activité spirituelle, se poser dans le calme pour nous permettre de faire le point. Puis le Frère Jean-Paul du temple de Sprimont a fait la Lecture. Ensuite nous nous sommes réunis dans une petite salle à l'avant du temple, pour parler, nous accueillir moi et Andi. Et poser des questions. J'ai pour ma part demandé quel était le parcours de chacun. Quelques uns ont répondu.
        On se rend alors compte que ce sont des personnes de tout horizon, de tout âge, de toute condition qui sont amenés à se rapprocher de l'Enseignement et d'y trouver des réponses et un soutien pour accomplir son chemin sur terre.

        Puis c'était le moment de partir pour nous. On nous pria quand même de prendre une part de gâteau : ce que j'ai toujours du mal à refuser ;). Puis nous sommes partis, laissant les autres déguster les gateaux et boire du café, en discutant de choses et d'autres, à apprendre à se connaître, et passer une après-midi ensemble simplement.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique