• LE SERVICE DES TEMPLES ANTOINISTES.
     
        Un des grands principes suivis par le CULTE ANTOINISTE depuis ses débuts est la non rétribution des desservants et autres adeptes qui exercent des fonctions d'aide dans les Temples. Ainsi, il peut y avoir des Temples sans desservant y demeurant, des Temples où le desservant est aidé pour les lectures, l'accueil dans le porche, les annonces, voire même les consultations... Tout le monde exerce sa fonction bénévolement.

        Pourquoi ? Ce n'est que suivre l'exemple du Père ANTOINE qui a toujours accompli sa mission morale avec le désintéressement le plus complet puisqu'il est allé jusqu'à léguer au CULTE ses propriétés.
        Conséquence : La demande de reconnaissance légale du CULTE n'a jamais eu pour but d'obtenir des subsides quelconques mais uniquement de permettre au CULTE d'être légalement propriétaire de ses TEMPLES et de recevoir des biens à titre de legs.

        Un autre grand principe est de n'exiger aucune connaissance particulière pour les desservants et leur aide. Il n'est nullement nécessaire d'avoir fait des études supérieures et de posséder des diplômes pour aider ses frères à se diriger dans la voie du bien. Le Temple est un lieu où le desservant a pour mission d'entretenir un fluide éthéré où tous ceux qui sont affligés moralement, physiquement ou socialement peuvent venir y puiser du réconfort et en repartir l'esprit rasséréné. Pour arriver à ce résultat, il n'est point nécessaire d'être bardé de diplômes ni d'être psychologue professionnel, il suffit d'avoir la FOI et la volonté d'aider son prochain.

        Un autre grand principe du CULTE ANTOINISTE, en ce qui concerne les Temples, est l'exigence de la plus grande simplicité. Le Temple Antoiniste, dans sa simplicité, voire même parfois sa rusticité, dépourvue de tout luxe et de toute décoration superflue met le pauvre à l'aise. Il offre au nanti l'occasion de pouvoir côtoyer la modestie.

    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/


    votre commentaire
  •  Cérémonie commémorative du 15 août (L'Unitif n°11, vers 1920)

    CÉRÉMONIE COMMÉMORATIVE DU 15 AOUT

         Le conseil est heureux d'avoir reçu la communication qui précède et à ce propos il rappelle aux frères de bien vouloir préparer des questions et des travaux de portée générale. Il serait surtout avantageux que les groupes ou centres importants fassent connaître par quelles épreuves ils ont passé et comment ils sont parvenus à surmonter tous les obstacles. Ces travaux démontrant la vitalité du mouvement antoiniste dans le monde entier seraient lus dans l'assemblée générale du 15 août et publiés, après l'analyse du Père, dans l'Unitif. Que tous les adeptes s'unissent dans une seule et même pensée pour que dans ce fluide homogène le Père puisse d'autant mieux nous inspirer.

    L'Unitif n°11, vers 1920


    votre commentaire
  • Arbre de la Science de la Vue du Mal (twitter.com_culteantoinsite)

    interprétation symbolique de l'Arbre de la Science de la Vue du Mal (Culte Antoiniste de France)


    votre commentaire
  • Défilé des membres du culte antoiniste (carte-photo)

    dans la rue de l'Hôtel Communal (actuelle Rue Joseph Wettinck)


    votre commentaire
  • La vraie prière est désintéressée (photo de @culteantoiniste sur gramho.com).jpg

    source : @culteantoiniste sur gramho.com


    votre commentaire
  • TRAVAIL MORAL

    Pour contrarier ceux qui affirment que l'ANTOINISME professe une notion ambigüe de la morale, nous vous livrons un texte du Père ANTOINE, puisé dans le chapitre « ÊTRE OU PARAÎTRE » :

    «  Nous avons montré combien le travail moral est nécessaire à quiconque veut abréger sa route et s'épargner des tribulations de tous genres ; je n'en connais guère de plus utile que d'analyser ses pensées, d'en rechercher la source bonne ou mauvaise ; si elles sont dues à une imperfection et qu'elles séjournent en nous quelque temps, nous l'avons déjà dit, elles seront bientôt suivies d'autres qui pénétreront plus profondément dans les ténèbres et nous ne tarderons pas à en être tourmentés ; elles nous causeront autant de désagrément que nous avons eu du plaisir à les manier. C'est payer bien cher la satisfaction d'un moment et nous devons éviter ces sortes de repos entre d'eux épreuves ; dans ces intervalles,tâchons au contraire de nous défaire de nos faiblesses, de repousser les tentations ; n'oublions pas que l'esprit n'est jamais inactif, que les bonnes pensées dispersent les mauvaises qui ne pourraient que nous accabler davantage. On reconnaît le maçon à sa muraille. A l'oeuvre donc dans ces moments de répit ! Nous y ferons un progrès, nous y trouverons à la fois le remède et le bonheur. »

    Le Père ANTOINE nous appelle donc à méditer sur nous-mêmes, sur nos pensées, sur nos actes. Point n'est besoin de se livrer à des exercices compliqués. C'est lors de la participation aux Opérations Générales que l'on trouvera les conditions les plus propices.

    L'Opération Générale est le moment de l'examen de conscience. Cet examen on peut bien sûr le faire à tout moment. Mais il est facilité au moment de l'Opération par la quiétude du temple et les bons fluides d'amour et de foi qui y règnent. Nous recevons, dans cet instant, le secours spirituel qui permet de surmonter et d'assumer les épreuves. Quand on assiste – on pourrait dire, participe – à l'Opération, nous sommes en communion avec tous les êtres qui nous sont proches – les vivants et veux à nos yeux disparus – de même qu'avec tous nos frères humains existants de par le monde, quelles que soient leur race et leur religion particulière."
    (Brochure "Que savez-vous du Culte Antoiniste ?", à disposition dans les Temples)

    A défaut, lorsque l'on passe près d'un Temple ouvert, il est bon d'y entrer et de se pénétrer des fluides qui y règnent.

    A ce propos, on ne peut que regretter l'absence d'Opération Générale le dimanche dans les Temples belges "sans photos".

    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be


    votre commentaire
  • Père et Mère Antoine (avec Auréole au complet)


    votre commentaire
  •     Pour la première fête d'anniversaire de la consécration, en 1911 donc, on se réunit, après l'opération, dans une salle de fêtes de Jemeppe, ce qui froissa plus d'un antoiniste. "L'an passé, écrit un adepte d'Anvers (L'Unitif, octobre 1912, p.15), en arrivant dans une salle de fête et de plaisirs je fus désorientée et mon recueillement fut comme paralysé : beaucoup étaient dans mon cas. Cependant nous avions pu puiser à l'opération un fluide réconfortant et nous étions partis du Temple dans un fluide homogène qui nous réunissait tous dans la seule et même pensée sous l'égide du Père. Mais l'aspect de la salle où avait lieu la réunion était si peu en harmonie avec le sentiments de notre coeur que pour ma part j'en fus frappé et souhaitai qu'on fit un autre choix à l'avenir."
        Ce voeu fut exaucé : en 1912, la cérémonie eut tout entière dans le Temple.
    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.226-27

        Cette date est la seconde grande fête antoiniste : c'est l'anniversaire de la sanctification du culte et de la consécration du temple de Jemeppe.
        Cet anniversaire fut célébré, pour la première fois, en 1911. Cette année-là, l'Opération se déroula au Temple. Puis on se réunit dans une salle de fêtes de Jemeppe. Ce qui froissa de nombreux Antoinistes.
        C'est pourquoi, dès 1912, la cérémonie se déroula en entier dans le Temple.
    Ce jour-là, même si cela tombe en dehors des 4 jours d'ouverture des Temples, il y a Opération Générale à 10H00. Dans les Temples "avec photos", l'Opération Générale est suivie de la lecture des "Dix Principes".
    source : http://antoinisme-documentation.skynetblogs.be/


    votre commentaire
  •     Personne ne vous en voudra si vous restez assis ou si vous tardez à vous lever au moment de l'Opération ou du recueillement. On sait par expérience que la pression du groupe pousse insensiblement une personne seule à suivre ce que les autres font.
        Cependant il est d'usage avant de s'assoir de rester un moment debout pour se recueillir (on peut lire l'Auréole la Conscience). Ensuite c'est assez simple, vous vous levez quand le desservant et les costumés se lèvent et vous pouvez rester assis quand ils restent assis. Au moment de l'Opération et d'un recueillement, on sera debout (c'est un moment solennel, souvenons-nous que le Père marque alors sa présence, c'est le moment de réellement se concentrer sur son Moi intérieur, sa Conscience). Pour la lecture, on est assis.
        L'Opération est annoncé par trois coups de sonnette.
        À mon avis, le nombre des coup de sonnettes a été établi dans un sens pratique : premier coup, on sort de son recueillement, deuxième coup, on sait qu'on doit se lever, troisième coup, on est debout. En France, il est d'usage de dire que les trois coups signifie : .... AMOUR .... INTELLIGENCE .... CONSCIENCE.... On se lève, au troisième coup. À ce moment, le desservant sort de son cabinet de consultation et monte à la grande tribune.
        En France, il y a encore une lecture après l'Opération, généralement elle est courte et on reste alors debout. On peut y faire également après cela une annonce spéciale (en générale celui qui fait le porche) : fête du Père, de Mère, du 15 août, ou l'anniversaire d'un temple pour ses 50 ans ou ses 100 ans d'existence...


    votre commentaire
  • Emblème de l'Arbre de la Science de la Vue du Mal

    (À la découverte d’un temple antoiniste à Verviers, 06.09.2016 - Élodie CHRISTOPHE - L'Avenir)

        L'Arbre était porté en tête de cortège pendant les défilés les jours de fêtes antoinistes. Il est maintenant porté en France dans le temple pendant une cérémonie de fête antoiniste (toutes manifestations cultuelles sont interdites en rue). L'emblème est porté également à la demande du défunt pour son enterrement.


    votre commentaire
  • Culte antoiniste, brochure

     

    CULTE ANTOINISTE

      

    RÉVÉLATION PAR LE PÈRE
    LE GRAND GUÉRISSEUR DE L'HUMANITÉ
    POUR CELUI QUI A LA FOI

     

        L'Enseignement du PERE a pour base l'amour, il révèle la loi morale, la conscience de l'humanité ; il rappelle à l'homme les devoirs qu'il a à remplir envers ses semblables ; fût-il arriéré même jusqu'à ne pouvoir le comprendre, il pourra, au contact de ceux qui le répandent, se pénétrer de l'amour qui en découle ; celui-ci lui inspirera de meilleures intentions et fera germer en lui des sentiments plus nobles.

        La religion, dit le PERE, est l'expression de l'amour pur puisé au sein de Dieu, qui nous fait aimer tout le monde indistinctement. Ne perdons jamais de vue la loi morale car c'est par elle que nous pressentons la nécessité de nous améliorer. Nous ne sommes pas arrivés tous au même degré de développement intellectuel et moral et Dieu place toujours les faibles sur notre chemin pour nous donner l'occasion de nous rapprocher de Lui. Il se trouve parmi nous des êtres qui sont dépourvus toute faculté et qui ont besoin de notre appui ; le devoir nous impose de leur venir en aide dans la mesure où nous croyons en un Dieu bon et miséricordieux. Leur développement ne leur permet pas de pratiquer une religion dont l'enseignement est au-dessus de la portée de leur compréhension, mais notre manière d'agir à leur égard les rappellera au respect qui lui est dû et les amènera à chercher le milieu le plus avantageux à leur progrès. Si nous voulons les attirer à nous, par une morale qui repose sur les lois inaccessibles à leur entendement, les troublerons, nous les démoraliserons et la moindre instruction sur celle-ci leur sera insupportable : ils finiront par ne plus rien comprendre ; doutant ainsi de la religion, alors ils recourront au matérialisme.

        Voilà la raison pour laquelle notre humanité perd tous les jours de la vraie croyance en Dieu en faveur de la matière. Le PERE a révélé qu'il était autrefois aussi rare de rencontrer un matérialiste qu'aujoud'hui, un vrai croyant.

        Aussi longtemps que nous ignorerons la loi morale, par laquelle nous nous dirigeons, nous la transgresserons.

        L'Enseignement du PERE raisonne cette loi morale, inspiratrice de tous les cœurs dévoués à régénérer l'Humanité ; il n'intéresse pas seulement ceux qui ont la foi en Dieu mais tous les hommes indistinctement, croyants et non-croyants à quelque échelon que l'on appartienne. Ne croyez pas que le PERE demande l'établissement d'une religion qui restreigne ses adeptes dans un cercle, les oblige à pratiquer sa doctrine, à observer un certain rite, à respecter certaine forme, une opinion quelconque, à quitter leur religion pour venir à Lui. Non, il n'en est pas ainsi : nous instruisons ceux qui s'adressent à nous de ce que nous avons compris de l'Enseignement du PERE et les exhortons à la pratique sincère de la religion dans laquelle ils ont foi, afin qu'ils puissent acquérir les éléments moraux en rapport avec leur compréhension. Nous savons que la croyance ne peut être basée que sur l'amour ; mais nous devons faire aimer, car ceci est le plus grand des fléaux. Quand nous seront pénétrés de l'Enseignement du PERE, il n'y aura plus de dissension entre les religions parce qu'il n'y aura plus d'indifférence, nous nous aimerons tous parce que nous aurons enfin compris la loi du progrès, nous aurons les mêmes égards pour toutes les religions et même pour l'incroyance, persuadés que nul ne pourrait nous faire aucun mal. Si nous voulons être utiles à nos semblables, nous devons leur démontrer que nous professons une bonne religion en respectant la leur, en y voyant le bien. Nous serons alors convaincus que l'amour naît de la foi qui est la vérité ; mais nous ne la posséderons que lorsque nous ne prétendrons pas l'avoir.

      

    L'ENSEIGNEMENT DU PÈRE

    C'EST

    L'ENSEIGNEMENT DU CHRIST

    RÉVÉLÉ A CETTE ÉPOQUE

    PAR LA FOI

     

                L'Opération Générale est faite dans tous
    les Temples, au nom du PERE les cinq premiers
    jours de la semaine, à 10 heures.

     

    Direction : Culte Antoiniste à Jemmeppe-lez-Liège
    édité en France


    votre commentaire
  • On ne doit pas parler dans le temple (abc-des-abc-michea-jacobi.blogspot.com).jpg

    source : abc-des-abc-michea-jacobi.blogspot.com


    votre commentaire
  • Clochette d'annonce de l'OpérationClochette d'annonce de l'Opération

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    à gauche : photo de @culteantoiniste, sur twitter.com

    à droite : photo de Jelt Samsara, sur picbabun.com


    3 coups de clochettes : 1- Amour ; 2- Intelligence ; 3- Conscience : Dieu est parmi nous ; on se lève.


    votre commentaire
  • LE PERE, le grand guérisseur de l'Humanité

    LE PERE
    le grand guérisseur
    de l'Humanité
    pour celui qui a LA FOI

    source : twitter #culteantoiniste

    cf. le billet suivant pour l'historique de cette formule.


    votre commentaire
  • Du travail dans les temples antoinites (L'Unitif n°11, vers 1920)

     Du travail dans les temples antoinistes.

         Au temple de Jemeppe-sur-Meuse, Mère Antoine fait une opération générale au nom du Père, les quatre premiers jours de la semaine à 10 heures, sur toutes les personnes réunies dans le temple. Cette opération est suivie de la lecture des dix principes de Dieu révélés par le Père.
        Le temple est ouvert jour et nuit aux personnes souffrantes. Tout le monde est reçu gratuitement.
        La lecture de l'Enseignement du Père Antoine se fait le dimanche à 10 heures et tous les jours à 7 ½ h. du soir, excepté le samedi.
        Dans tous les temples antoinistes, il y a recueillement suivi de la lecture des dix principes de Dieu révélés par le Père, les quatre premiers jours de la semaine à 10 heures. De cette façon, tous les assistants s'unissent en pensée à l'opération générale qui a lieu a Jemeppe.
        Comme à Jemeppe, les temples sont ouverts jour et nuit aux personnes souffrantes. Tout le monde est reçu gratuitement.
        Mère reçoit en particulier pour les mariages et les baptêmes (s'adresser à un adepte de service.)


    votre commentaire
  •  

    Un enterrement antoiniste (L'Action française, 4 novembre 1924)

        Un enterrement antoiniste.
        « Si vous respectez toute croyance et celui qui n'en a pas, vous savez, si ignorant que vous soyez, malgré votre ignorance, plus qu'on ne saurait vous apprendre. »
        Ce principe assez haut d'une large et noble tolérance est l'un des dix qui composent la révélation du père Antoine-le-Généreux, et constituent l'évangile de cette religion très humaine.
        Dimanche, vers midi, boulevard Edgar-Quinet, on a pu voir défiler l'enterrement d'une dame appartenant au culte antoiniste. Tous les frères et sœurs antoinistes de Paris, dans le costume de deuil rituel, robe noire et voile noir pour les femmes, redingote et chapeau à larges ailes pour les hommes, ont accompagné jusqu'à sa dernière demeure la défunte, après un cérémonie fort simple célébrée dans la cour même de la maison mortuaire. Le cercueil était placé sur deux chaises, recouvert d'un voile. Un adepte tenait l'emblême de la secte : l'arbre de la science de la vue du mal. Il n'y eut ni prières ni discours. Simplement la lecture des dix principes, base du culte.
        Et cela n'avait rien d'excentrique ni de ridicule.                       VERT-VERT.

    L'Action française, 4 novembre 1924


    votre commentaire
  • À propos des jours de fêtes religieuses (Unitif 11, vers 1940)

    À propos
    des jours de fêtes religieuses

        Je demande au Père de permettre cette insertion si toutefois elle est conforme au fluide qui régit l'Unitif :
        Les jours de fêtes religieuses les étrangers se trouvent parfois embarrassés, ils hésitent à se rendre au temple de Jemeppe parce qu'ils ignorent si le Père fait une opération ces jours-là comme d'ordinaire. J'ai eu bien des fois l'occasion de renseigner des personnes à ce sujet.
        L'antoinisme ayant le plus grand respect du libre arbitre de chacun, ne condamne en rien les us et coutumes des différents cultes existant sur le globe : n'obéissant qu'à la conscience, il ne fait aucune distinction entre telle et telle secte ou religion, ne contrarie aucune des règles qui y sont établies. Mais il n'en prescrit particulièrement aucune, il n'impose à ses adeptes aucune obligation.
       Un seul jour, cependant, doit nous être sacré, à nous qui nous disons antoinistes : c'est le 15 août, jour anniversaire de la sanctification du culte et de la consécration du Temple. Le 15 août doit être pour nous une date à jamais mémorable, il serait bon que celui qui peut se déplacer assiste à l'opération ce jour-là, ce serait un bon accomplissement du devoir, afin de perpétuer dans les siècles à venir la cérémonie qui a eu lieu le 15 août 1910.
        Ah ! quand on réfléchit au travail colossal accompli par le Père pour édifier cette cuvre sublime que nous résumons dans le mot « Antoinisme, » on ne peut s'empêcher d'être vivement ému, on pressent que pour en arriver là le Père a eu à surmonter des obstacles de tous genres. Mais aussi l'édifice entier a été construit sur la base inébranlable entre toutes de l'amour et du désintéressement.
        J'ai éprouvé un bonheur indicible à prendre place dans les rangs de l'Antoinisme, pressentant que j'y trouverais la paix de l'âme et conscient du but grandiose qu'il poursuit.
                                                          Un adepte encore novice.

    Unitif n°11, vers 1940


        Durant la société d'Ancien Régime, il existe dans l'année des dizaines de fêtes religieuses qui sont obligatoirement chômées. Elles servent alors souvent d'éléments chronologiques pour dater du jour. Cependant, dès le XVIIe siècle, la hiérarchie catholique en supprime pour appuyer l'activité économique. Par exemple, en Auvergne, elles passent de 53 par an à la fin du XVe siècle à 26 quand arrive la Révolution.
        À la Révolution française, on assiste à une plus grande pression de la mise en scène du pouvoir politique. La fête sert à entretenir la flamme révolutionnaire. (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fêtes_et_jours_fériés_en_France)
        En France, l'abolition de la royauté est proclamée en septembre 1792 aboutissant à la naissance de la Première République française. Les citoyens de Liège votent alors le rattachement à la République française en 1793 dans l'élan de la révolution liégeoise. Après les campagnes militaires de 1794 de la Révolution française, les Pays-Bas autrichiens sont également annexés par la Première République française. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Belgique#Révolutions_de_1789_et_annexion_française)


    votre commentaire
  • Sculpture du symbole Arbre de la Science de la Vue du Mal (photo Facebook Serge Miot‎)

    (photo page Facebook de Frère Serge Miot‎)


    votre commentaire
  • Une cérémonie Antoiniste à Paris (La Liberté, 4 nov 1924)

    Une cérémonie Antoiniste à Paris

        Les rares passants qui courbés sous la pluie battante, se hâtaient hier, vers midi, de regagner leur domicile sur le boulevard Edgard-Quinet, remarquèrent, à la hauteur du numéro 64, le convoi funèbre que représente notre photographie. Il s'agissait de l'inhumation d'une vénérable dame appartenant au culte Antoiniste, et tous les frères et sœurs antoinistes de Paris étaient présents dans leur costume rituel : la robe noire et le voile pour les femmes, la longue redingote noire et le chapeau noir aux larges bords pour les hommes.
        La cérémonie fut fort simple. Elle se fit selon le rite, dehors dans la cour de l'immeuble : le cercueil était placé sur deux chaises et recouvert du velum portant simplement l'inscription : Culte Antoiniste. Un adepte tenant l'emblème de la secte : l'Arbre de la science de la vue du mal.
        L'officiant ne fit aucun discours, ne récita nulle prière, il se contenta de lire à voix très lente et martelée les dix principes qui composent l'essentiel de la révélation du père Antoine le Généreux.
         Cette révélation, si je l'ai bien comprise, tient en une unique pensée : l'amour (l'amour de Dieu et l'amour des créatures en Dieu et pour Dieu) peut seul sauver les hommes ; l'ennemi de l'homme, c'est l'intelligence, c'est-à-dire la raison raisonnante voulant toujours discuter et contrôler la croyance. Autrement dit, c'est l'orgueil qui perd l'homme, alors que l'humble foi le sauverait aisément.
        Le beau côté de cette secte, c'est la très douce tolérance. J'ai retenu au passage ce fragment de l'un des principes : « Si vous respectez toute croyance et celui qui n'en a pas, vous savez, malgré votre ignorance, plus qu'on ne pourrait vous apprendre… »
        Respecter toute croyance et même l'absence de croyance... Ce n'est pas, hélas ! dans notre contemporaine qu'une pareille secte pourra jamais trouver beaucoup d'adeptes...

    La Liberté, 4 novembre 1924


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique