• Deux martyrs de la foi antoiniste à Paris (Le Grand écho du Nord de la France, 24 juillet 1912)

    Deux martyrs de la foi antoiniste à Paris (Le Grand écho du Nord de la France, 24 juillet 1912)

    Deux martyrs de la foi
                  Antoiniste à Paris

    Une histoire d'enfants martyrs
        les jette sur la paille humide
        des cachots...

                                                                     Paris, 21.

        Deux fervents adeptes de la foi antoiniste, Joseph Leclerc et Mathilde Brossard ont couché cette nuit au Dépôt. Joseph Leclerc, âgé de 42 ans, et Mathilde Brossard, sa compagne, âgée de 32 ans, habitaient une sorte de hangar, rue de la Parcheminerie, 4. La femme cousait des sacs. L'homme allait les vendre. Ils se battaient quelquefois après libations mais s'aimaient tout de même. Dans la baraque, qui n'était pas d'une propreté remarquable, la grâce était représentée par une petite fille de quatre mois, Antoinette, née de leur union. La petite fille tombait malade il y a quelques jours. Mathilde Brossard, inquiète, hasarda :
        – Si j'allais chercher un médecin ?
        – Que peut faire un médecin ? répondit Leclerc. Prions : Si le Père veut, elle sera sauvée. Si le Père veut rappeler à lui notre enfant bien-aimée, que sa sainte volonté soit faite !
        Leclerc et Mathilde Brossard sont, en effet, comme nous le disions plus haut, des adeptes de cette secte belge, dont le fondateur, le père Antoine, vient de mourir récemment, et qui compte des fidèles dans tout le Nord de la France. Le père Antoine promettait aux malades leur guérison par la prière et par la foi : « Croyez et priez ; leur disait-il, et vous serez sauvés. ». Et quelquefois ils l'étaient. Mais l' « antoinisme » ne devait pas réussir à Leclerc et à Mathilde Brossard. La petite Antoinette mourut. Il fallait bien recourir, pour l'acte de décès, au médecin que l'on avait dédaigné pour la guérison. Le médecin avait-il plus de science que de foi antoiniste ? Il constata que la mort était due au manque de soins.
        Le commissaire de police du quartier de la Sorbonne arriva à son tour, et cet homme qui n'a pas le respect de l' « antoinisme », apprenant au surplus que Leclerc et Mathilde Brossard avaient perdu un autre enfant dans les mêmes conditions, quand ils habitaient rue Saint-Julien-le-Pauvre, les mit en Etat d'arrestation.
        Maintenant de méchantes langues prétendent dans le quartier que ces deux fanatiques étaient surtout de mauvais parents.

    Le Grand écho du Nord de la France, 24 juillet 1912

    Mauvais parents ou fanatiques (L'Est Républicain 25-07-1912)  Article pratiquement identique de L'Est Républicain du 25 juillet 1912


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :