• Emile Verhaeren - La fièvre

    La fièvre,
    Elle est celle qui marche,
    Sournoisement, courbée en arche,
    Et personne n'entend son pas.
    Si la poterne des fermes ne s'ouvre pas,
    Si la fenêtre est close,
    Elle pénètre quand même et se repose,
    Sur la chaise des vieux que les ans ploient.
    Dans les berceaux où les petits larmoient
    El quelquefois elle se couche
    Aux lits profonds où Ton fait souche.
    Avec ses vieilles mains dans l'âtre encor rougeâtre.
    Elle attise les maladies
    Non éteintes, quoique engourdies;
    Elle se mêle au pain qu'on mange
    A l'eau morne changée en fange ;
    Elle monte jusqu'aux greniers,
    Dort dans les sacs et les paniers
    Et, comme une impalpable cendre.
    Sans rien voir, on sent d'elle la mort descendra.

    Emile Verhaeren, Les villes tentaculaires,
    précédées des Campagnes hallucinées
    (1920)(p.45)
    source : archive.org


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :