• Dédié aux amis du Hasard (Le Fraterniste, 24 août 1911)

    PSYCHOSIE

     

    LOGIQUE

     

    Dédié aux amis du Hasard

     

        L'existence de la Force supérieure appelée Dieu, ne peut être admise, sa puissance ne peut être ressentie, que si l'on se livre à cet exercice spirituel spécial qui consiste à remonter sans cesse, de cause en cause, dans le domaine des motifs.
        Forcément, on touche bientôt par ce moyen, à la zone de l'inconnu, de l'occulte, véritable source originelle.
        On comprend alors, parce qu'on le ressent intimement, que tout un assemblage occulte de faits nous surpasse et nous domine et l'on se rend bien vite compte que le plus grand fléau qui s'attaque à l'humanité est cette coupable insouciance de la connaissance de notre être qui en tout, nous arrête dans nos recherches à la première barrière. En aveugles satisfaits nous ne nous efforçons pas de pousser plus loin nos investigations. Sondons de plus en plus dans les causes qui se sont enchaînés et nous trouverons Dieu = Force maîtresse.
        Ex. : 1re cause : Je suis venu à l'Institut psychosique parce que le voisin me l'a conseillé.
        2e cause : Mais pourquoi le voisin vous l'a-t-il conseillé ?
        Réponse : Parce que lui-même y vint et s'en trouva bien.
        3e cause : Pourquoi lui-même y vint-il ?
        Réponse : Parce que dans le train il entendit des étrangers en causer.
        4e cause : Pourquoi monta-t-il précisément dans le compartiment où se trouvaient des personnes causant de l'Institut ? Il eut bien pu monter dans tout autre compartiment.
        Et, etc., etc., etc... cherchez dans le sans fin. Vous reconnaitrez bien le déterminisme et ce fait indéniable qu'une force supérieure : Dieu, a dirigé le mouvement qui a abouti à vous faire venir.
        Tâchons d'avoir foi en ce guide d'en haut... Nous ne nous en plaindrons pas....
                                                                    Jean BEZIAT.
        P. S. Un ami me disait : Quel malheur que toutes ces vérités que vous écrivez ne soient pas davantage lues..
        Je réponds encore : Cherchez la cause des causes de tout cela : Vous en arriverez à comprendre que Dieu ne juge pas nécessaire que cela aille plus vite (Loi du peu à peu). Je m'en rapporte exclusivement à sa sagesse.
                                                                                J. B.

     

    Le Fraterniste, 24 août 1911

     


    votre commentaire
  • La désincarnation de Geoffroy Jost (Le Fraterniste, 18 juillet 1912)

     


    La Désincarnation
                             de Geoffroy Jost

     

        Après Antoine, voici que Geoffroy Jost, le célèbre guérisseur de Dorlisheim, près de Metz, vient de mourir.
        Jost opérait un peu différemment des autres guérisseurs. Il avait la faculté de s'endormir lui-même (statuvolence à un très haut degré), en présence des malades et, à l'instar de Mlle Bar, de Saint-Quentin, il voyait les organes internes et diagnostiquait le mal. Il indiquait ensuite un traitement approprié le chacun des cas.
        En réalité, il était donc plutôt voyant que guérisseur proprement dit. Les malades qui allaient le consulter étaient fort nombreux et la petite villa où il opérait est bien connue des touristes qui fréquentent la région de Metz. Isolée des autres habitations, elle disparaît presque entièrement sur les frondaisons des plantes grimpantes qui couvrent ses murs...
        Beaucoup pleureront le brave guérisseur de Dorlisheim. Le nombre de ceux qui lui doivent santé et bonheur est considérable...
        Que souhaiter, à leur départ pour l'au-delà, à de tels êtres si grandement évolués ? C'est évidemment le bonheur qui les attend... et c'est, en somme, avec joie que nous devons saluer ce départ pour un monde meilleur, où les larmes, s'il en est encore, sont assurément moins amères que celles de notre pauvre condition d'égoïsme et de jalousie...
        Le Fraterniste accompagne, de ses meilleurs veux, vers le plan astral, le voyant Geoffroy Jost...

     

    Le Fraterniste, 18 juillet 1912

     


    votre commentaire
  • Un enterrement fraterniste (Le Fraterniste, 19 décembre 1913)


    votre commentaire
  • Thaumaturgie et Hypnotisme (Le Fraterniste, 1 août 1912)

     

        L'article semble faire référence au numéro 5 du Nouvel Éducateur Rationel, du 25 juillet 1912, un journal dont la rédactrice en chef est Lydie Martial. Voir l'article ici.

     

        Il est en tout cas assez étrange de critiquer l'Antoinisme comme une nouvelle religion dont on n’aurait pas besoin sur une page qui montre l'Institut Général Psychosique à son apogée, avec tous les signes d'une religion.

     

        Voici ce qu'on lit :

     

    Thaumaturgie et Hypnotisme

     

    ON SEMBLA DEMANDER NOTRE
    AVIS (?)

     

        Le bulletin du Comte d'Amiens de Alliance Scientifique Universelle, association internationale des Hommes de Science, Littérature et Beaux-Arts, faisant suite à un article de la très distingue Lydie Martial, dans lequel il est question de la religion nouvelle forme en Belgique par les Antoinistes, publié sous les initiales H. C, les lignes suivantes, qui nous semblent être une question à nous posée :

     

        « Que le père Antoine opère au nom de Jésus de n'importe qui ou de n'importe quoi, il est évident pour nous et aucun thérapeute psychosique ne nous contredira, que ses guérisons sont dues aux forces latentes que possèdent certaines individualités d'influencer le moral des malades et de rendre la santé à quelques-uns d'entre eux, doués de leur côté de la réceptivité nécessaire. Il n'y a la aucune religion nouvelle à faire intervenir, et il est fort douteux que les législateurs belges soient aussi peu au courant de ce qui se passe dans le monde savant, qu'ils perdraient en considération la pétition, fut-elle signée de 10.000 citoyens belges, demandant la reconnaissance officielle de l'Antoinisme.
        Puisque le Père Antoine est thaumaturge. Il n'y qu'à laisser faire, jusqu’à ce qu'il ait épuisé la force fluidique ou autre dont il est muni, et que les malades aient cessé d'avoir confiance en lui, des précédents démontrent suffisamment que cela suffit.
        Nos médecins habituels font quelquefois, eux-mêmes de guérisons de cet ordre ; on a vu le grand Charcot en obtenir une il y a bien du temps déjà dans un convent des environs de Paris, avec une sœur malade, depuis longtemps clouée au lit sans apparence de maladie bien caractérisée ; il lui ordonna de se lever, celle-ci se mit immédiatement debout : elle était guérie. – Ab uno disce omnes !

     

        « La psycho-thérapie est, du reste, assez connue dès à présent et pratiquée pour que, parmi les populations éclairées, il ne soit plus nécessaire d'avoir recours au surnaturel afin d'expliquer certaines cures produites antérieurement, au hasard des tempéraments respectifs des opérateurs et des opérés.
        « Désormais, l'hypnotisme et le magnétisme maniés par les praticiens experts en pareille matière, ont permis de réglementer les faits dont il s'agit et les établissements ouverts aux malades à traiter sont déjà nombreux. »                           H. C.

     

        Oh ! quant au besoin de former une nouvelle religion, nous n'en voyons aucune nécessité, nous sommes de Paris de M. H. C. Ils y en a déjà assez, nous dirons même : il y en a de trop. Une seules à notre avis, suffit à toute l'humanité : la reconnaissance d'une FORCE SUPERIEURE à celle de l'humain, laquelle peut lui venir en aide et qui l'assiste, quand il sait avec confiance Lui demander son concours.
        Nous partageons également sa manière de voir en ce qui concerne la reconnaissance officielle d'un nouveau culte par l'Etat Belge, nous n'en voyons nullement l'utilité. Qu'on laisse de côté tout ce qui a trait à la croyance. Que toutes soient égales devant la TOLERANCE et le RESPECT. L'étude et la raison feront le reste.
        Mais, où nous ne sommes plus du tout d'accord, c'est quand M. H. C. prétend que, désormais, l'hypnotisme et le magnétisme maniés par les praticiens experts en pareille matière, ont permis de réglementer les faits dont il s'agit.
        Dans ce même Bulletin se trouvent la relation d'une conférence faite par un hypnotiseur suivie d'une relate du même qui déclare traiter par la Psychothérapie les maladies nerveuses, la neurasthénie, les habitudes vicieuses et autres cas du même genre. Est-ce dans ce faible aperçu des maladies traitées que se trouve la réglementation des faits propres la Psychothérapie ? M. H. C. avouera que c'est bien maigre !
        Lisez donc, cher M. les cures obtenues à l'Institut General Psychosique et par MM. Bouvier, Saltzmann et tant d'autres, et vous jugerez de la différence qu'il y a dans l'étendue des faits, des guérisons produites el qui sont incontestables.
        Pour discuter de la Thaumaturgie, il faut être soi-même thaumaturge ou tout au moins s'être concerté ou avoir étudié auprès de quelqu'un qui exerce cette thaumaturgie. Autrement, on se trouve dans le cas de musicien soliste ne connaissant qu'une clef et qui voudrait juger d'une composition musicale en jetant les yeux sur une partition d'orchestre manuscrite. Bien qu'étant virtuose, il n'y verra que du noir sur du blanc. Vouloir apprécier sans connaître, c'est quelquefois scabreux, surtout que – peut être bien avec un peu d'ironie – vous semblez demander l'avis de thérapeutes psycho….siques, qui ceux-là, savent ce qu'ils font. Du musicien à l’harmoniste, c'est presque exactement le rapport qu'il y a entre l'hypnotiseur et le thaumaturge. Ce dernier possède toutes les clefs tandis que l'autre n'en a qu'une à sa disposition.
        Cependant, il est encore un point sur lequel nous pouvons nous accorder, c'est bien le moins que nous le déclarons en toute franchise, c'est quand vous dites en substance : Tout thaumaturge qu’on laisse faire va jusqu'à ce que ses forces fluidiques soient taries. Les thaumaturges seraient donc comme le commun des mortels : un quart d'heure avant leur mort, ils seraient encore en vie ?
        Charcot, le grand Charcot, ajoutez-vous, a obtenu UNE FOIS, une guérison d'ordre thaumaturgique. Quel résultat ! Mais c'est Charcolt l'illustre, qui l'a obtenue. Quelle gloire pour tous les savants hypnotiseurs, pour tous les praticiens EXPERTS en la matière !!! Jacob et d'autres ! c'est par milliers qu'ils comptent leurs cures. Qu'est cela ? Rien ! ils ne sont même pas académiciens !
        Lisez bien le Fraterniste, cher Monsieur H. C. et établissez la comparaison entre les cures produites par la thaumaturgie (1) ou la théurgie (2) comme on le voudra, et concluez, Le Fraterniste, dans ce numéro, donne de quoi étayer une conclusion.
        Celui qui le fera ne dira pas comme M. H.C. : les hypnotiseurs praticiens experts ont règlementé les faits. Il constatera qu'il leur reste encore beaucoup à travailler.
                                                               C. MOY

     

     (1) du grec : thauma, atos, prodige et ergon, œuvre.
     (2) du grec : theos, Dieu et ergon, œuvre.

     

    Le Fraterniste, 1er août 1912

     


    votre commentaire
  • Aimez-vous les uns les autres (Le Fraterniste, 10 octobre 1913)

    Aimez-vous les uns les autres

    (encart dans Le Fraterniste, 10 octobre 1913)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique