•     On raconte que le Guérisseur a reçu de magnifiques cadeaux de clients guéris par son influence. On parle de 45.000 francs, reçus l'an dernier d'un seul et opulent malade, ce qui aurait permis à Antoine de faire bâtir le temple où il opère.

    L'Express, 16 juin 1907, cité par Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.149


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •    Jemeppe. Com. de Belgique, prov. et arr. de Liège, sur la Meuse ; 9,000 hab. Stat. du chem. de fer de Liège à Paris. Exploitations de charbonnages et de carrières ; fabriques de cuivre, de chaudière ; forges. Jemeppe est le lieu de naissance de Renkin-Sualem (1644-1708), créateur de la marchine de Marly.


    La Grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts / par une société de savants et de gens de lettres (1886-1902), p.108
    source : quod.lib.umich.edu


    votre commentaire
  • Mais aujourd'hui, la plaine, elle est finie ;
    La plaine, est morne et ne se défend plus :
    Le flux des ruines et leurs reflux
    L'ont submergée, avec monotonie.

    On ne rencontre, au loin, qu'enclos rapiécés
    Et chemins noirs de houille et de scories
    Et squelettes de métairies
    Et trains coupant soudain des villages en deux.

    Les Madones ont tu leurs voix d'oracle
    Au coin du bois, parmi les arbres ;
    Et les vieux saints et leur socle de marbre
    Ont chu dans les fontaines à miracles.

    Et tout est là, comme des cercueils vides
    Et détraqués et dispersés par l'étendue.
    Et tout se plaint ainsi que les défunts perdus
    Qui sanglotent le soir dans la bruyère humide.

    Hélas ! la plaine, hélas ! elle est finie !
    Et ses clochers sont morts et ses moulins perclus.
    La plaine, hélas ! elle a toussé son agonie
    Dans les derniers hoquets d'un angélus.

    Emile Verhaeren, La Plaine, p.108
    Les Villes tentaculaires (1895)
    source : archive.org


    votre commentaire
  • JEMEPPE, commune du canton de Hollogne-aux-Pierres ; bornée au N. par Grâce-Montegnée, E. par St.-Nicolas et Tilleur, S.E. par Seraing, S.O. par Flémalle-Grande, N.O. par Mons.

    A 1/4 de l. de Tilleur, 1/2 de Saint-Nicolas et Flémalle-Grande, 3/4 de Mons et Montegnée, 1 de Hollogne, et 1 1/4 O.S.O. de Liège.

    Ses dépendances sont : Bois-de-Mont, Boutor, Jace, Haut-Laveux, Bas-Laveux, Mabotte, Pairay , Quatre-Ruelles, Rieux, le Tilleul, Toutes-Voyes, et Puits-à-Merveilles,
    Une partie du terroir est située dans le bassin de la Meuse, et offre une surface assez unie ; le reste présente des terrains montueux. Le terrain est argileux, glaiseux et schisteux. La profondeur de la couche végétale des meilleures terres a 60 centim. La Meuse longe le village et la commune qu'elle sépare de celle de Seraing. Un ruisseau, qui prend sa source à Hollogne-aux-Pierres, traverse le village de Jemeppe, et se jette dans la Meuse, Beaucoup de fontaines.

    La commune comprend 324 maisons, la plupart construites en briques, et couvertes en ardoises et en paille, quelques-unes en tuiles ; agglomérées dans le village, dont l'intérieur est pavé. — On y remarque 3 anciens châteaux, savoir : celui de la Meuse, celui de Royer, et celui dit Vieux-Château. Ils étaient autrefois occupés par des chevaliers, qui dans les guerres couvraient ce pays contre les incursions des troupes voisines et étrangères. On n'a qu'une tradition fort obscure de plusieurs faits qui les concernent, et que les historiens n'ont pas éclaircis. — 1 église, dédiée à St.-Lambert ; réparée en 1743.

    L'agriculture et l'exploitation de la houille forment les principales branches d'industrie. On y cultive le froment, le seigle, l'avoine, l'orge, l'épeautre, les féveroles, trèfles , chardons, houblon, et quelques plantes oléagineuses. Fourrages, légumes et fruits. Buis taillis d'essence de chênes, hêtres, bouleau et charmilles, aménagés à 11 ou 12 ans. Au sud s'élève un coteau où l'on cultive la vigne. — Quelques briqueteries ; 2 moulins à farine, à vapeur, et 4 mus par eau ; 2 brasseries. — Foires : le mardi de Pâques et le 17 septembre. — Le village est traversé par la grande route de Liège à Huy.

    Population : 1948 habitans,

    Superficie : 441 h. 77 a. 63 c.

    Ci-devant : pays de Liége, banlieue Cismosane.

    Cet ancien et célèbre village, qui semble sortir du sein des rochers, et s'étend jusqu'au rivage de la Meuse, fait connaître par son étendue et le nombre de ses habitans, les avantages qu'il retire du commerce de cette rivière. Son terrain, fortifié par la nature qui l'a placé entre des défilés inaccessibles, a donné occasion à la construction de plusieurs châteaux. — On remarque aussi en cette commune un ancien couvent des pères Carmes déchaussés, bâti depuis 1617, et supprimé par le gouvernement français. L'église de ce couvent a été démolie. Un autre petit couvent, dit l'hôpital, sert maintenant de maison commune, et sa petite chapelle est convertie en salle d'école.

    Bouille, dans son Histoire du pays de Liège, parle d'un pont de bois sur la Meuse entre Jemeppe et Seraing, construit en 1381, du consentement de l'évêque et du chapitre, pour la commodité des Coudrosiens et l'utilité de la ville.

    Dictionnaire géographique et statistique de la province de Liège (Henri Joseph Barthélemi Del Vaux) - 1835
    source : GoogleBooks


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique