• A L'INSTRUCTION

        Il a désigné M. Kastler pour instruire l'affaire de l' « Antoiniste » Leclerc qui a laissé mourir sa fille faute de soins, « ne voulant pas aller contre la volonté du Très Haut, qui seul devait décider de sa mort ou de sa vie ».

    Le Figaro, 23 juillet 1912

    source : gallica


    votre commentaire
  • Nouvelles Diverses

             PARIS

    L’« ANTONISTE » A L’INSTRUCTION

        Leclercq et sa compagne Mathilde Santel, qui ont laissé mourir leur fillette, âgée de quatre mois, ne voulant pas aller chercher un médecin, « parce qu’il ne faut pas s’opposer aux volontés de Dieu », ont été interrogés hier par M. Kastler, juge d’instruction, en présence de leurs avocats, Mes Begard et Pierre Turpaud.
        Leclercq a commencé par se plaindre d’un photographe qui l’avait « pris » l’improviste dans le couloir. Puis il a répondu aux questions du magistrat.
        Il n’a pas paru plus affecté de la mort de son enfant qu’il ne l’avait été lorsque le commissaire l’a arrêté. C’est un mystique. M. Kastler lui ayant fait observer que les croyances pouvaient lui permettre de consulter un médecin, il a répondu :
        – On croit au Père Antoine ou au médecin. Moi, je crois au Père Antoine. Je ne suis pas un schismatique, comme on pourrait se l’imaginer. Je suis allé à Rome pour me jeter aux pieds du Saint-Père. Si j’avais pu, je serais allé à Jérusalem. Je vais à l’église et c’est précisément au Sacré-Cœur que ma petite a pris froid. Mais si Dieu la réclamait, je ne devais pas essayer de la lui reprendre. A l’occasion, j’agirais encore de même.
        La femme Santel, au contraire regrette la mort de sa fille. Si elle avait pu, dit-elle, elle serait bien allée chercher un médecin. Elle l’a fait pour la maladie de son petit Georges. Mais cette fois, c’est Leclerc qui s’y est opposé.
        Elle déclare ne plus partager les croyances qui ont amené la catastrophe qui la désole.
        En sortant, elle s’est enveloppe la tête d’un fichu pour éviter les photographes.

    Le Figaro, 28 juillet 1912

    source : gallica


    votre commentaire
  •                       L’ANTOINISTE ÉTAIT FOU

        Le 20 juillet dernier, un bébé de quatre mois, Marie-Louise-Antoinette Leclerc, mourait dans état de maigreur effroyable. Le père, Joseph Leclerc, marchand de sacs, 4, rue de la Parcheminerie, interrogé par M. Melin, commissaire de police du quartier de la Sorbonne, déclara qu’il n’avait pas appelé un médecin parce qu’il était un fervent adepte d’Antoine le Guérisseur, un illuminé, mort récemment à Jemmapes-les-Liége, et dont la doctrine consistait à ne se fier uniquement qu’à l’intervention divine.
        – J’ai prié, dit-il, mais Dieu n’a pas voulu m’entendre. Il a pris ma petite Marie-Louise. Elle sera plus heureuse auprès de lui.
        Leclerc et sa maitresse Mathilde Brossard, dite Sautel, furent arrêtés.
        M. Kastler, juge d’instruction, ne put rien tirer de Leclerc, si ce n’est la continuelle affirmation de sa foi. Il commit M. le docteur Claude pour le faire examiner au point de vue mental.
        Mathilde Brossard fut remise en liberté, ayant prouvé qu’elle s’était rendue chez un médecin pour y faire soigner l’enfant d’une amie, mort précédemment, 8, rue Saint-Julien-le-Pauvre et que, si elle n’avait pas agi de la même façon pour sa fille, c’est que son ami l’en avait empêché. L’autopsie avait, en outre démontré, que l’enfant serait morte malgré l’intervention d’un médecin.
        M. le docteur Claude ayant conclu à l’irresponsabilité de Joseph Leclerc, M. Kastler a rendu une ordonnance de non-lieu en ce qui concerne Leclerc et sa maîtresse et ordonné l’internement de l’antoiniste.

    Le Figaro, 20 août 1912

    source : gallica


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique