•     Plusieurs familles liégeoises, les Philippart, les Collart, les Demblon, avant de venir à Trith, séjournent et travaillent quelques années à Muhlenfeld, près de Meiderich-Ruhrort dans la Ruhr à des étapes successives. L'un de ces chefs de famille part même à Praga, en fait, Varsovie-Praga, en Pologne russe, avant de s'embaucher au Nord-Est à 47 ans le 15 juillet 1883. Les courants de migrations des Liégeoies vers la Prusse sont anciens et inversement une entreprise comme Cockerill a recruté des ouvriers en Prusse. Quant à Varsovie-Praga, il s'agit d'un quartier industriel de Varsovie qui voit s'édifier en 1879 la seconde acierie du "Royaume du Congrès" : ses convertisseurs Bessemer comptent parmi les premiers au monde à utiliser le procédé Thomas.
        Se rattachant à ce premier groupe les familles s'expatriant aux Acieries de Ruhrort et dans la sidérurgie polonaise : cinq familles travaillent de six à dix ans dans ces derniers centres avec une temps de vie commune à Meiderich en 1875-1876. Les Demblon sont les qualifiés qui y resident le plus longtemps. Le père, Joseph Demblon, née en 1836 à Mery de Tisse, travaille d'abord chez Cockerill. De 1867 à 1875, il s'expatrient à Muhlenfeld près de Meiderich-Ruhrort avec ses deux premiers fils. Naissent pendant ce temps de travail, une fille et trois fils. En 1882, il part à Varsovie-Praga, où né un sixième fils, puis viens s'embaucher comme chauffeur aux Forges du Nord-Est en 1883 à plus de 40 ans. Les trois fils aînée entrent respectivement à l'usine en 1883 et 1885, les trois derniers de 1894 à 1896. Dès l'âge de 25-30 ans, trois des six fils sont machinistes, deux sont marteleurs. Les Lemmens, les Collart, les Philippart ne font que l'expérience de la Ruhr. Ces séjours lointains voient se fissurer la cohésion familiale, une partie des fils restant à l'étranger.

    Odette Hardy-Hémery - Trith-Saint-Léger du premier âge industriel à nos jours
    (Google Books)


    votre commentaire
  • Le Ruhrpott est la langue particulière de la région où séjourna Louis Antoine, en voici un exemple avec une chanson sur le plat typique (délicieux) de la Ruhr : la Saucisse au Curry !!!

    texte de la chanson :

     Currywurst

    gehse inne stadt
    wat macht dich da satt
    'ne currywurst

    kommse vonne schicht
    wat schönret gibt et nich
    als wie currywurst

    mit pommes dabei
    ach, dann gebense gleich zweima currywurst

    bisse richtig down
    brauchse wat zu kaun
    'ne currywurst

    willi, komm geh mit
    ich krieg appetit
    auf currywurst

    ich brauch wat in bauch
    für mein schwager hier auch noch ne currywurst

    willi, is dat schön
    wie wir zwei hier stehn
    mit currywurst

    willi, wat is mit dir
    trinkse noch n' bier
    zur currywurst

    ker scharf is die wurst
    mensch dat gibt'n durst, die currywurst

    bisse dann richtig blau
    wird dir ganz schön flau
    von currywurst

    rutscht dat ding dir aus
    gehse dann nach haus
    voll currywurst

    aufm hemd auffer jacke
    ker wat ist dat ne k.... alles voll currywurst

    komm willi
    bitte, bitte, komm geh mit nach hause
    hörma ich kriegse wenn ich so nach hause komm
    willi, willi, bitte, du bisn kerl nach mein geschmack
    willi, willi komm geh mit, bitte willi


    votre commentaire
  •  A l'époque de Louis Antoine, Ruhrort, Meiderich et Hamborn était encore des villes particulières. Elles seront rattachés à Duisburg en 1905 pour Ruhrort et Meiderich, et en 1929 pour Hamborn.

    source : wikipedia


    votre commentaire
  •  L'usine Cockerill de Ruhrort, où travailla sans doute Louis Antoine


    votre commentaire