•  image : Original First Spiritual Temple - Dedicated and consecrated on Sept. 26th, 27th and 28th, 1885 (www.fst.org)

    Revue Spirite - Novembre 1882

        Avis aux Spirites qui, dénaturant la portée de notre philosophie, fille du libre arbitre et de la raison, veulent être pontifes en créant un culte.
        Chez le Spirite, l'ambition est de mauvais aloi lorsqu'elle est personnelle, et pour arriver à se satisfaire, rien n'est sacré pour lui.
       Exemple. Aux Etats-Unis, le berceau du Spiritisme moderne, nous avons eu cette preuve que l'ambition et la vanité personnelle peuvent déconsidérer un homme de la valeur d'Andrew jackson Davis, et beaucoup d'autres, tous remarquables par leur talent et les services qu'ils ont rendus à la cause ; ces ambitieux ont tenté de changer le courant des idées, en proposant aux Spirites qu'ils fussent considérés comme des guides infaillibles ; ces ambitieux qui devaient diriger le spiritualisme moderne vers ses destinées, étant reconnus officiellement, comme étant les seuls capables de comprendre la haute portée de l'enseignement des Esprits, devaient avec leur expérience pontificale, mener la barque à bon port.
        En un mot, ils voulaient créer une secte religieuse, une église spirite en faisant passer cette prétention d'abord avec timidité, sournoisement, avec les plus minutieuses précautions.
        Les Spirites yankees flairèrent une anguille sous roche et démasquèrent l'ennemi, qui pouvait, par ses agissements, devenir un danger pour la cause et être son mortel ennemi.
        Andrew Jackson Davis, un des médiums les plus remarquables, avait donné des oeuvres considérables et étonnantes, lues par tous les hommes qui ont quelque valeur intellectuelle ; de plus, ses travaux, comme orateur et organisateur avaient été si importants, si utiles à la cause, qu'on fut, à juste droit étonné de le voir entrer dans la voie pleine de pièges des infaillibilistes et des grands-prêtres.
        Des ambitieux le poussaient en avant ; la plupart de ces novateurs ambitieux étaient des conférenciers de premier ordre, sortis presque tous du ministère de différentes églises protestantes, dont ils avaient pris les habitudes et le ton du commandement et de l'autorité ; ils désiraient être des prélats du pape en perspective et s'assurer une existence large et commode.
       Cet échafaudage croula sous les critiques, amères et plaisantes tout à la fois, des organes qui s'occupèrent de cette "sensations". [...]
        On proposait d'organiser, d'enrégimenter les médiums, surtout ceux qui produisaient des matérialisations, de façon à les mettre sous le contrôle disciplinaire de ces bons messieurs et de ces dames, qui prétendaient être les seuls capables de posséder le pouvoir, et avaient le droit d'établir des règlements et des conditions contre la fraude. [...]
        La seconde tentative de Jackson Davis est avortée, et il en sera de même pour toutes les tendances méprisables qui veulent recréer les dogmes, les cultes et les hommes tonsurés qui en vivent.
              Henri Lacroix

        Remarque. - Nos amis nous écrivent que les tentatives d'Andrew Jackson Davis, tendent à se renouveler en France et en Belgique.
        Chacun ayant son initiative, des vues que nous devons respecter, nous ne pouvons et nous ne devons, à la Revue Spirite, être des grands prêtres, et régler à chacun la dose de vérités qu'il doit enseigner ; l'opinion générale, seule, approuve ou improuve toutes tendances à créer une église, un dogme, des pasteurs.
        ce que nous savons bien, c'est que, soit en France, soit en Belgique, où pendant un mois nous avons étudié la vie des groupes ces tendances ne se sont pas fait jour ; à l'unanimité, à Jumet-Gohyssart,à Liège et aux environs, à Bruxelles, pendant la réunion des délégués des groupes belges, partout enfin, on a rejeté l'idée de fonder une église, d'avoir des pasteurs, une religion qui entraîne avec elle toute une série d'infractions au droit de penser, qui crée une oligarchie religieuse intolérante et infaillible. [...]

    source : spiritisme.net

    ------------

        L'idée de Jackson Davis n'a pas totalement disparu, puisqu'on trouve une page sur wikipédia traitant du Spiritualisme moderne anglo-saxon.
        Le spiritualisme moderne anglo-saxon est aujourd'hui une religion fondée en partie sur les écrits du mystique suédois, Emmanuel Swedenborg (1688-1772) et sur diverses expériences médiumniques menées depuis le XIXème siècles. Le Spiritualisme moderne affirme sa croyance en Dieu, en la survivance des esprits des morts et en la possibilité de contacter ces esprits par le biais de médiums naturellement doués ou entraînés pour cela. Des esprits susceptibles de fournir un enseignement sur l'au-delà. [...]
        De nos jours diverses Églises spiritualistes sont durablement implantées sous diverses dénominations, aux États Unis et au Royaume-Uni. [...]
        Le spiritisme, est une branche du spiritualisme moderne développée par Allan Kardec et présente dans tous des pays latins. [...]
        La figure emblématique qui combina le mieux les travaux de Swedenborg et de Mesmer dans une synthèse typiquement américaine fut probablement Andrew Jackson Davis. Il baptisa son système de pensée « la philosophie harmoniale ». Davis pratiquait le mesmérisme à des fins de guérison ainsi que la clairvoyance à Poughkeepsie, dans l'état de New York. Son livre de 1847 : The Principles of Nature, Her Divine Revelations, and a Voice to Mankind, fut entièrement dicté à un ami par Davis, alors que ce dernier se trouvait en état de transe. Ce livre représenta une sorte de Bible de réference pour le mouvement spiritualiste bien que ses valeurs très individualistes excluent toute vision unique du monde. [...]
        Le Spiritualisme intéressa essentiellement les classes moyennes aisées et tout particulièrement les femmes. [...]
        Aujourd'hui, l'Eglise Spiritualiste (Spiritualist Church) reste la principale héritière de ce mouvement aux Etats-Unis. [...]
        Une des branches du Spiritualisme pris la forme d'une organisation structurée, fortement teintée de Christianisme, avec un credo et une liturgie spécifique et une formation encadrée des médiums. Aux États-Unis, les Églises Spiritualistes sont majoritairement affiliées à la « National Spiritualist Association of Churches », alors qu'au Royaume-Uni elles sont regroupées par la « Spiritualists' National Union », fondée en 1901. Un cathéchisme spiritualiste commença dès 1920. Il est enseigné aujourd'hui par l'Université Arthur Findlay de Stansted Hall. Quelques divergences d'opinions ont provoqué des schismes dans l'Eglise Spiritualiste. Le plus notable s'est produit en Angleterre en 1957 entre ceux qui considèrent le Spiritualisme comme une religions rattachée à aucune autre et ceux qui le perçoivent comme une extension du Christianisme. Le mode de fonctionnement du Spiritualisme ressemble actuellement à celui de toutes les autres religions et a abandonné toute forme de spectacle sensationnel. Les médiums sont formés à transmettre les messages reçus mentalement de la part des esprits et ne s'exercent plus à réaliser des matérialisations d'esprits comme au siècle dernier.

    site : Worldwide directory of Spiritualist Churches
    National Spiritualist Association of Churches
    First Spiritual Temple


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • A partir de ce jour-là, et pendant près de trois années, le Maître monta à la tribune du temple chaque dimanche, pour révéler le nouveau spiritualisme.
        Il enseignait que la maladie, la souffrance physique vient d'une cause qui est dans l'esprit. Mais cette cause n'est jamais un mal. Le mal n'existe pas. C'est notre intelligence qui, ne voyant que le monde de la matière, juge telle ou telle chose comme un mal. Or, le monde de la matière n'est que l'effet du vrai monde, le monde de l'esprit, le monde de Dieu. Dans ce monde-là, nous avons un guide qui nous conduit : c'est la conscience. Celle-ci ne voit le mal en rien, elle nous apprend à aimer, à triompher du côté matériel qui est en nous, et à nous rapprocher ainsi de Dieu, par la route de l'épreuve, au long de nos existences successives.
        Ainsi, le petit houilleur de Mons, après être devenu, suivant son rêve d'enfance, une guérisseur des corps, avait fini par se transformer en un guérisseur des âmes. Non pas seulement un consolateur, qui soulage cette âme-ci et celle-là : il avait trouvé un moyen de guérir à jamais l'humanité tout entière de sa vraie et unique maladie. Il avait découvert cette maladie : c'est la matière, c'est la vue du mal.

            Robert Vivier - Délivrez-nous du mal
            Ed. Labor - Espace Nord, p.304


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     Le fluide du Père devenait si efficace, grâce à ces grands rassemblements de ferveur, qu'il put, à partir de Pâques 1910, au lieu d'imposer les mains à chaque malade en particulier, répandre le fluide du haut de la tribune sur la foule rassemblée dans le temple. Bientôt, il cessa tout à fait de recevoir des malades en particulier. Et peut-être le pouvoir de guérir, dans ces "opérations collectives", était-il plus puissant encore, à cause de a concentration des fluides et de ce sentiment de foi et d'amour qui unissait tous les esprits.

    Robert Vivier - Délivrez-nous du mal
    Ed. Labor - Espace Nord, p.272


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique