• Carta de Paris - Evocação ao Padre Antonio (O Paiz Rio de Janeiro 14 de março de 1912)

        Na rua Milton, proximo do "fauburg" Montmartre, a pouca distancia da "peste", acha-se hoje estabelecida uma concurrente da Virgem de Lourdes. E’ uma pobre costureira de olhos ladinos, sorridente e obsequiosa, que faz milagres, curando toda a custa de males, todas as doenças, todos os agonizantes, pela evocação pura e simples do espirito do "Padre Antonio", – um sento varão miraculoso da Belgica, que creou a seita religiosa do "antonismo", e que se diz ser nova ultima encarnação de Christo Deus todo o Poderoso!
        A costureirita da rua Milton tem no corpo e alma fluido milagroso do padre Antonio. E quando lhe apparece um doente, mesmo no estado o mais grave, basta-lhe fazer evocar a alma milagrosa do santarrão belga, para dar saude aos enfermos, supprimindo em poucos minutos a mais grave doença!
        E’ facto? E’ carapetão? Não sabemos, porque não acreditamos em bruxas e lobishomens. Mas o que sabemos é que ha dezenas e dezenas de pessoas que dizem ter sido completamente curadas pelos effluvios milagrosos da evocadora do padre Antonio belga.
        E nota curiosa: a rapariga curandeira não reclama dinheiro. Se lhe quizerem dar algumas moedas de cobre ou prata, aceita e agradece. Mas não pede nada. Cura pelo prazer de fazer bem.
        O culto do antonismo está cada vez mais florescente. Ha dezenas de capelas antoninas em toda a Belgica, na Hollanda, na França, na Allemanha e até na propria Inglaterra.
        E’ mistér não cofundir o antonismo com o culto de Santo Antonio de Lisboa ou Padua. Nada de mixordias entre os dois concurrentes. E a costureirita milagrosa da rua Milton só trabalha pelá gloria do seu querido Antonio belga, que ainda não ê nem mesmo "bemaventurado"!

    O Paiz, Rio de Janeiro, 14 de março de 1912

     

    Traduction :

        Dans la rue Milton, près du faubourg Montmartre, à courte distance de la "peste", un concurrent de la Vierge de Lourdes est maintenant établi. C'est une pauvre couturière aux yeux chargés, souriante et obséquieuse, qui fait des miracles, guérissant tout au détriment des maux, de toutes les maladies, de tous les mourants, par l'évocation pure et simple de l'esprit du "Père Antoine", un homme miraculeux de Belgique, qui créa la secte religieuse de "l'antoinisme", et qui est dit être la nouvelle dernière incarnation du Christ, le Dieu Tout-puissant !
        La couturière de la rue Milton a dans son corps et dans son âme le fluide miraculeux du Père Antoine. Et quand une personne malade lui apparaît, même dans l'état le plus grave, il lui suffit d'évoquer l'âme miraculeuse du Saint belge, pour donner la santé aux malades, supprimant en quelques minutes la maladie la plus grave !
        Et les faits ? C'est une fadaise ? Nous ne le savons pas, car nous ne croyons pas aux sorcières et aux loups-garous. Mais ce que nous savons, c'est qu'il y a des dizaines et des dizaines de personnes qui disent avoir été complètement guéries par les effets miraculeux de l'évocation du prêtre belge Antoine.
        Et fait curieux : la guérisseuse ne réclame pas d'argent. S'ils veulent lui donner des pièces de cuivre ou d'argent, elle accepte et remercie. Mais elle n'a rien demandé. Il a été guéri pour le plaisir de bien faire.
        Le culte de l'antoinisme est de plus en plus florissant. Il y a des dizaines de chapelles Antoinistes dans toute la Belgique, en Hollande, en France, en Allemagne et même en Angleterre.
        C'est un mystère de ne pas confondre l'antoinisme avec le culte de saint Antoine de Lisbonne ou de Padoue. Pas de confusion entre les deux concurrents. Et la couturière miraculeuse de la rue Milton ne travaille que pour la gloire de son bien-aimé belge Antoine, qui n'est toujours pas "béni" !


    votre commentaire
  • Tilburgsche courant (23-03-1929)

    „WIJ GENEZEN ALLE ZIEKTEN”

    Wonderlijke secte en wonderlijke
    propaganda.

        Iemand in Maastricht heeft volgens de Limb. Koerier een merkwaardig bezoek gehad. Toen hij aan de deur geroepen werd, vond hij daar een dame van middelbaren leeftijd van beschaafd uiterlijk en met beschaafde stem, gekleed in een soort zwart uniform als verpleegsters wel plegen te dragen.
        Zij begon direct met te vertellen dat in België een man geleefd had „père Antoine”, die alle ziekten genezen kon en deze eigenschap belangeloos aanwendde tot heil van zijn naaste.
        Toen hij stierf, had hij reeds volgelingen gemaakt, die zich Antoinisten noemen. Zij hebben hun hoofdtempel in Jemeppe en een bijtempel in Visé.
        Op de vraag van onzen zegsman, wat eigenlijk haar bedoeling was, zei de dame, dat haar eenig doel was, mededeeling te doen van het bestaan der Antoinisten, wier leer liefde is, liefde voor den evenmensch. Ook zijzelf kon ziekten genezen, maar alleen in den tempel.
        Bij een andere ondervraging zeide de dame, te gelooven in de zielsverhuizing.
        – Bent u dan theosofe? luidde de vraag.
        – Neen, was het antwoord, alle godsdiensten zijn ons gelijk. U kunt bij ons komen, als u in uw geloof geen hulp vindt. Wij genezen alle ziekten.
        Op de herhaalde vraag, wat haar bedoeling met het bezoek was, luidde het ant woord: – Geen andere, dan u mededeeling te doen van ons bestaan. Ik vraag u niet om steun, noch om feitelijken, noch om geldelijken.
        Onze zegsman deelde haar mede, met belangstelling to hebben kennis genomen van wat zij zeide en voegde daaraan toe, dat hij in zijn Katholiek Geloof alles vond, wat hij noodig had.
        De dame vroeg tenslotte, of zij hem een hand mocht geven, waarna zij met een handdruk afscheid nam.

    Tilburgsche courant, 23-03-1929

     

     Traduction :

    "NOUS GUÉRISSONS TOUTES LES MALADIES"

    À secte merveilleuse et propagande merveilleuse.

        Selon le Limb. Koerier, quelqu'un à Maastricht a eu une visite remarquable. Lorsqu'on l'appela à la porte, il y trouva une dame d'âge moyen, d'apparence polie et à la voix polie, vêtue d'une sorte d'uniforme noir comme les infirmières ont tendance à le porter.
        Elle a tout de suite commencé par nous dire qu'en Belgique un homme avait vécu, le "père Antoine", qui pouvait guérir toutes les maladies et utilisait cette propriété sans compter pour le salut de son prochain.
        A sa mort, il avait déjà fait des adeptes, qui se disent Antoinistes. Ils ont leur temple principal à Jemeppe et un temple annexe à Visé.
        Quand notre porte-parole lui a demandé quelle était son intention, la dame a dit que son seul but était de communiquer l'existence des Antoinistes, dont la doctrine est l'amour, l'amour pour son prochain. Elle pouvait aussi guérir les maladies, mais seulement dans le temple.
        Lors d'un autre interrogatoire, la dame a dit, pour croire en la migration de l'âme.
        – Êtes-vous donc théosophe ? était la question.
        – Non, était la réponse, toutes les religions sont égales pour nous. Vous pouvez venir à nous si vous ne trouvez pas d'aide dans votre foi. Nous guérissons toutes les maladies.
            En réponse à la question répétée de savoir quelle était son intention lors de la visite, la réponse a été : – de vous faire connaître notre existence. Je ne vous demande pas de soutien, ni en action, ni en argent.
        Notre porte-parole lui a dit avec intérêt d'avoir pris note de ce qu'elle a dit et a ajouté que dans sa foi catholique il a trouvé tout ce dont il avait besoin.
        La dame lui a finalement demandé si elle pouvait lui serrer la main, après quoi elle lui a dit au revoir en lui donnant une poignée de main.


    votre commentaire
  • Antonismo (Correio da manhã 2 de dezembre de 1913)

     

    UMA RELIGIÃO NOVA

    O «antonismo» nasceu
    na Belgica e já tem
    um templo em Paris

        Mais uma religião que surge!
        Aqui, auda, nao conheciamos os “Antonistas”. Que vem a ser, emsumma, os “Antonistas”?
        Sao os adeptos de um honesto operario belga, que se juiga o representante de Christo, representante sufficientemente qualificado para prodigalizar a palavra divina e distribuir os bens celentes.
        O novo Messias fez-se chamar o “Grande Curador da Humanidade para aqueles que tém Fé”.
        Os crentes appareceram, e formouse a nova religião...
        Caso é que o “pae Antonio” conseguia restituir a saude, a uma infinidade de enfermos, inclusive a algunas paralyticos, segundo affirmam as gazetas...
        O que é incontestavel, é que os adeptos appareceram en massa e que se fundou o “culto antonista”.
        Ao Parlamento belga foi endereçada uma mensagem com mais de duzentas mil assignaturas, pedindo o reconhecimento official da religião recentemente creada. Entretanto, os deputados belgas não levaram em conta a supplica do propheta, que morreu sem ter a satisfação de ver os seus mandamentos ensinados com a approvação official.
        Mas, antes de morrer, o messias encacarregou sua mulher, a “mãe Antonia”, de continuar-lhe a obra – e é de convir que a esposa do propheta executa admiravelmente as instrucções do fallecido, visto que os fieis do “Antonismo” augmentam consideravelmente e os templos em que se póde communicar com o “pae Antonio”, se multiplicam a olhos vistos.
        Existem, com effeito, na Belgica, cinco templos onde se celebra o culto “antonista”, e ainda ha pouco foi edificado um, na rua Vergniaud, em Paris.
        E' uma capella modesta, sem estyl, infinitamente triste.
        Compõe-se de uma nave interna, reservada aos doentes, e de duas galerias. Nada de altares, sem de quadros symbolicos. Sobre um estrado, um pulpito baixo, sem ornatos.
    Nas paredes do sanctuario, lé-se a seguinte inscripção:

    "Só um remedio pôde salvar a Humanidade: a Fé. Da Fé nasce o Amor que, nos nossos propios inimigos nos nostra Deus. Não amar os nossos inimigos, é o mesmo que não amar Deus, porque é o amor que nos dedicatas aos nossos inimigos que nos torna dignos de servil-o. Só o verdadeiro Amor nos ensina a amar, porque é pure, porque é a verdade”.

        O novo templo foi consagrado pela “mãe Antonia” em pessoa, que se dignou vir a Paris, afim de inaugural-o. A “prophetisa” veiu em trem especial, acompanhada de quatrocentos “antonistas” belgas convictos, que se reuniram na rua Vergniaud.
        A viuva do messias é uma mulher dos seus sessenta annos, physionomia insignificante.
        Nunca fala em publico, e sim, apenas, para os adeptos. E', méramente, a “interprete” do “pae Antonio”.
        Este, segundo os crentes, não morreu. Desenca nou-se. A sua viuva não passa de depositaria do seu poder espiritual – é a executora das suas obras.
        E assim se funda mais uma religião!
        Que não se lembrem, no Brasil, de levantar uma capella ao “hermismo” e de crear a religião “hermista”... sob a invocação do marechal.
        Tambem, era só o que faltava!

    Correio da manhã 2 de dezembre de 1913

     

    Traduction :

    UNE NOUVELLE RELIGION

    L'Antoinisme est né
    en Belgique et dispose déjà de
    un temple à Paris

        Une religion de plus à venir !
        Ici, nous ne connaissions pas les "Antoinistes". Qu'est-ce que les "Antoinistes" ?
        Ils sont les adeptes d'un honnête travailleur belge, que se veut le représentant du Christ, un représentant suffisamment qualifié pour prodiguer la parole divine et distribuer les biens célestes.
        Le nouveau Messie a été appelé le "Grand guérisseur de l'humanité pour ceux qui ont la foi".
        Les croyants sont apparus, et la nouvelle religion s'est formée...
        Le fait est que le "père Antoine" parviendrait à redonner la santé à une infinité de malades, même à certains paralytiques, selon les journaux...
        Ce qui est incontestable, c'est que les adeptes sont apparus en masse et que le "culte antoiniste" a été fondé.
        Un message de plus de deux cent mille signatures a été envoyé au Parlement belge, appelant à la reconnaissance officielle de la religion nouvellement créée. Cependant, les députés belges n'ont pas tenu compte de la supposition du prophète, qui est mort sans avoir la satisfaction de voir ses commandements enseignés avec approbation officielle.
        Mais avant sa mort, le messie a chargé sa femme, la "mère Antoine", de continuer son travail – et il convient de dire que la femme du prophète exécute admirablement les instructions du défunt, puisque les fidèles de "l'Antoinisme" augmentent considérablement et les temples dans lesquels il peut communiquer avec le "père Antoine", se multiplient à vue d’œil.
        Il y a en effet cinq temples en Belgique où l'on célèbre le culte "antoiniste", dont un vient d'être construit sur la rue Vergniaud à Paris.
        C'est une chapelle modeste, sans style, infiniment triste.
        Il se compose d'une nef intérieure, réservée aux malades, et de deux galeries. Pas d'autels, pas de peintures symboliques. Sur une plate-forme, une chaire basse, sans ornements.
    Sur les murs du sanctuaire, on peut lire l'inscription suivante :

        "Un seul remède peut guérir l'Humanité : la Foi ; c'est de la Foi que naît l'Amour ; l'Amour qui nous montre dans nos ennemis Dieu lui-même ; ne pas aimer ses ennemis, c'est ne pas aimer Dieu ; car c'est l'amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir ; c'est le seul Amour qui nous fait vraiment aimer parce qu'il est pur et de vérité".

        Le nouveau temple a été consacré par "Mère Antoine" en personne, qui a daigné venir à Paris pour l'inaugurer. La "prophète" est venue dans un train spécial, accompagnée de quatre cents "antoinistes" belges convaincus, qui se sont rassemblés sur la rue Vergniaud.
        La veuve du messie est une femme de soixante ans, à la physionomie insignifiante.
        Elle ne parle jamais en public, mais seulement aux adeptes. Elle n'est que "l'interprète" du "père Antoine".
        Selon les croyants, il n'est pas mort. Il est désincarné. Sa veuve n'est qu'une dépositaire de son pouvoir spirituel – elle est l'exécuteur testamentaire de ses œuvres.
        Et c'est ainsi qu'une religion de plus est fondée !
        Qui ne se souvient pas, qu’au Brésil, on a élevé une chapelle à "l'hermisme" et qu’on a créé la religion "hermiste"... sous l'invocation du maréchal.
        Et c'est tout ce qui manquait !


    votre commentaire
  • Les Antoinistes (Le Radical 1912-07-29 (A32))PETITS MÉMOIRES

    Les Antoinistes

        Il paraît que le congrès eugénique s’occupe sérieusement de nous enseigner la manière d’avoir des enfants superbes. En attendant que nous soyons fixés à cet égard, on ferait peut-être bien de perfectionner l’intellect des hommes, beaux ou laids, robustes ou malingres, qui ont été mis au monde avant les mirifiques recherches de l’eugénisme. Veiller à la conformation normale des corps humains, c’est bien ; veiller à ce que les cerveaux gardent toute leur lucidité, c’est mieux. C’est mieux et c’est urgent, car un fait divers tout récent est venu nous démontrer avec une sinistre éloquence qu’il y avait encore bon nombre d’idiots et que ces derniers avaient embrassé une religion nouvelle dite « l’antoinisme ».
        Comme son nom vous l’indique, l’antoinisme est la religion d’Antoine, son fondateur, disparu depuis peu. Maintenant, si vous me demandez : « Qu’est-ce qu’Antoine ? », je serai obligé, pour vous répondre, de m’adresser à nos voisins les Belges. C’est chez eux, en effet, à Jemeppe-lez-Liége, qu’opérait Antoine le guérisseur. Magnétiseur assez habile, dit-on, il se mit un jour en tête d’exploiter en grand la crédulité publique et il y réussit du premier coup. Il décréta qu’il suffisait de croire en lui, Antoine, pour être aussitôt guéri de toute maladie, quelle qu’elle fût. Puis il construisit un temple à Jemeppe-sur-Meuse et les fidèles y vinrent en foule. Et, en décembre dernier, une pétition, recouverte de 160,000 signatures, demandait à la Chambre des représentants la reconnaissance légale du nouveau culte. Ce « zouave Jacob » des Flandres avait fini par se faire prendre pour une manière de dieu dont le pouvoir se faisait sentir même à distance. « Rien qu’en pensant à lui, affirment ses adeptes, ou en lui adressant une simple lettre ou un télégramme, bien des personnes ont été guéries. » Ils l’affirment et d’autres le croient, tel le chiffonnier Leclercq.
        Celui-ci, on vous l’a conté, laissa périr sa petite fille faute de soins, parce qu’il était « antoiniste » et qu’un bon « antoiniste » ne s’adresse, dans les cas les plus pressants, à nul autre médecin qu’à Antoine. Il faut vraiment avoir une foi robuste dans la puissance du progrès et dans sa future victoire pour ne pas se sentir découragé en présence de pareilles sottises, ou plutôt de pareilles monstruosités. Qu’il se soit fondé, il y a des siècles, des religions barbares, cruelles et stupides, cela s’explique par le défaut de civilisation ; mais que de nos jours, au temps de l’électricité et de la télégraphie sans fil, la naissance d’un culte comme l’antoinisme soit encore possible, cela déconcerte l’entendement. Mais, loin de nous décourager, cette poussée de fanatisme imbécile doit inciter les esprits libres à multiplier leurs incessants efforts contre l’ignorance et la superstition. – ROGER BONTEMPS.

    Le Radical, 29 juillet 1912


    votre commentaire
  • Une Nouvelle Religion

        C’est Mistral, je crois, qui pleurait sur le manque d’enthousiasme, sur la banalité, sur le prosaïsme de l’époque.
        L’excuse des grands poètes – de certains grands poètes – c’est qu’ils ressemblent à l’astrologue de la fable. Ils regardent si haut si loin, qu’ils ne voient point ce qui se passe près d’eux, en bas, chez nous.
        Quelle est la marque la plus authentique de l’enthousiasme poètique dans une société ? C’est incontestablement que des prophètes, que des fondateurs de religion puissent trouver des disciples dans une société.
        Or, si j’en crois le Temps, car, de Cannes, je n’ai pu voir cela, Paris posséderait depuis hier une nouvelle Eglise, un nouveau culte, un nouveau Messie. Une brave femme de Jemeppe-sur-Meuse, en Belgique, est venue, suivie de six cent fidèles, tout de noir habillés propager en France le culte d’Antoine : non point du saint personnage dont Flaubert, après Téniers et Jacques Callot, immortalisa les tentations, mais d’un bon vieillard qui mourut l’an dernier, entouré du respect et de la reconnaissance d’un peuple entier.
        Qu’était le père Antoine ? Un jour, un obscur ouvrier reconnut en lui la vertu qui fait les prophètes. Il s’en alla vaticinant, et comme il était convaincu, il persuada les hommes qui l’entendaient. Il y avait parmi ceux-ci des malades, des infirmes. A la voix du nouveau Messie, les paralytiques se levèrent, les aveugles virent : ils l’assurent du moins. Car des six cent fidèles qui, un petit sac à la main, vêtus, les hommes d’une lévite noire et coiffés d’un chapeau mat à bords plats, les femmes d’une robe noire et couverte d’un voile, débarquaient hier à Paris, au grand émoi des badauds, il n’en est guère qui ne soient prêts à témoigner du miraculeux pouvoir du père Antoine.
        Miraculeux en effet, le culte antoiniste dédaigne les formes extérieures qui sollicitent l’admiration des foules. Il suffit de posséder la foi pour être guéri des maux du corps et de ceux de l’âme. Foin des drogues, des thérapeutiques grossières, des chirurgies sanglantes ! La mère Antoine, dépositaire après décès du pouvoir spirituel de son mari, étend la main sur la foule recueillie et chacun s’en retourne guéri ou amélioré selon la ferveur de sa foi ; le mécréant seul s’en va comme il était venu, car les dieux ne prennent soin que de leurs fidèles.
        Pour les croyants français, on a donc institué, au fond de la Glacière, rue Vergniaud, un temple que la mère Antoine inaugurait ce matin. C’est un vilain petit monument de style indéterminé, surmonté d’un clocheton minuscule et possédant pour tout mobilier une manière de chaire adossée au chevet, devant laquelle est un panneau portant l’image sommaire d’un arbre avec cette inscription : « L’arbre de la science de la vue du mal ». Langage hermétique évidemment. Le plus grand miracle de la foi antoiniste est sans doute de le rendre clair aux sectateurs du vieil ouvrier guérisseur.
        D’autres inscriptions ornent le chevet : ce sont des formules dogmatiques : L’enseignement du père, c’est l’enseignement du Christ révélé à cette époque par la foi... Un seul remède peut guérir l’humanité : la Foi ; c’est de la foi que nait l’amour, qui nous montre dans nos ennemis Dieu lui-même.
        Le rédacteur du Temps qui est allé voir cela et nous conte ces détails a profité du voyage pour interroger un des prêtres de la religion nouvelle, un frère antoiniste.
        Celui-ci lui a dit :
        – « Le Christ venant après les prophètes, marquait une étape nouvelle dans l’évolution morale : à la rigoureuse loi du talion, il substituait le pardon des offenses. Le Père (c’est Antoine) a fait mieux : comme nos ennemis sont les meilleurs auxiliaires et les seuls guides de notre progrès, en nous révélant à nous-mêmes les défauts qui ternissent la netteté de notre conscience, ils sont les véritables instruments de notre épuration. Il ne suffit plus de leur pardonner ; nous devons reconnaître en eux nos fidèles amis et les aimer comme tels.
        « Il faut, ajoutait notre interlocuteur, retourner à l’essence même, au principe initial des religions : à la loi de la conscience ; il faut dégager cette loi de toutes les formes extérieures, de tous les rites, de toutes les liturgies qui en obscurcissent la notion. Puisque nous vivons entourés d’un fluide fait de tous les actes et de toutes les pensées commis ou conçues pendant nos existences antérieures – fluide que le Père maniait à sa volonté et d’où il tirait ses guérisons, – il faut l’exalter au cours de l’existence actuelle en pratiquant le désintéressement le plus absolu. La douleur, les épreuves nous sont envoyées pour nous permettre de nous élever successivement jusqu’à la quasi-perfection morale et à l’amour universel...
        – Mais dit notre confrère, inquiet, ce dogme des réincarnations n’est-il point hérétique. Ne sentez-vous pas quelque peu le soufre ?
        – Nullement, cher monsieur, nous respectons toutes les religions : nous remontons seulement à leur principe commun.
        – Mais vous ne les pratiquez pas ?
        – Nous sommes les fidèles du Père. Il est pour nous la réincarnation du prophète qui parut plusieurs fois pour révéler au monde la loi de la conscience…
        – Et votre foi justifie vos miracles ?
        – Assurément.
        – Et vos miracles justifient votre foi ?
        – Sans doute... comme dans toutes les religions, ajoute le frère antoiniste.
        Et voilà, pour le moment, ce que je puis vous répéter sur le propos de cette religion nouvelle.
        Je dis « pour le moment ».
        Il est en effet plus que probable que les antoinistes viendront quelque jour nous apporter la bonne parole sur la Côte d’Azur.

                         NICOLAS JOSEPH.

    Littoral, 06/11/1913 - Page 02
    (archivesjournaux.ville-cannes.fr)


    votre commentaire
  • Antoine le Guérisseur (Le Midi Socialiste N°1236 Mercredi 14 août 1912)

     

    CHRONIQUE LITTERAIRE

    Antoine “le Guérisseur”

        Il y a peu de temps un enfant mourait faute de soins. La justice émue de se fait poursuivit le père qui déclara avoir perdu un autre enfant dans les mêmes circonstances, mais qu’il n’était pas même coupable de négligence puisqu’il avait traité sa progéniture suivant les rites antoinistes.
        Qu’est-ce que l’Antoinisme ? C’est la religion d’Antoine le guérisseur.
        Cette religion nouvelle ne nous vient pas d’Amérique, la terre classique de pullulantes sectes protestantes. C’est en Wallonie que vivait, il y a peu de temps encore, un type curieux, créateur d’un culte nouveau, mélange cocasse de christianisme et de théosophie. Come tous les fondateurs de religions, il guérissait par la prière et l’imposition des mains, comme le font les « christian scientists » d’Angleterre et d’Amérique – come faisait Jésus lui-même.
        Antoine, qui est mort le 25 Juin dernier possédait une réputation qui amenait des foule dans le petit coin de Belgique qu’il habitait ; de loin venaient à lui les malades et les désespérés et des miracles s’accomplissaient.
        C’était en petit le spectacle de Lourdes et de tous les lieux de pèlerinages. Ses fervents l’appelaient « le Guérisseur ».
        Les antoinistes, il y a quelques mois, avaient adressé à lu Chambre belge une pétition recouverte de cent mille signatures demandant que la religion nouvelle soit reconnue par l’Etat. On le voit, les détraqués sont nombreux !
        Le prophète possédait une imprimerie adjointe à son temple et publiait un journal populaire qui tirait à 20.000 exemplaires.
        Cette feuille religieuse n’était pas moins ridicule que les « Croix » ou les publications de l’Armée du Salut.
        Avant d’être apôtre, Antoine avait été employé à la division des forges et martelages de la Société Cockerill. Il devint ensuite encaisseur à la Société anonyme des tôleries liégeoises, puis il s’occupa d’assurances.
        Ces petits métiers ne l’enrichiront pas beaucoup. Quand il fut touché par la grâce, quand il s’adonna à la prédication, il vit affluer vers lui les fidèles et sa fortune s’arrondit ; il construisit un temple et devint propriétaire des maisons ouvrières qui l’entourent.
        Le prêtre doit vivre de l’autel, à plus forte raison un fondateur de religion doit-il exploiter les gogos.
        Ceux-ci accouraient à Jemmapes écouter la parole de l’homme de Dieu et cracher au bassin, en reconnaissance des grâces obtenues.
        Voici en quels termes l’ « Eclaireur de l’Est » racontait en son temps la mort de ce singulier personnage :
        « Il y a quelques jours santé d’Antoine était devenue précaire et lundi matin un incident inattendu a encore accru les craintes de son entourage.
        « Vers lix heures trente, comme il se trouvait dans son temple, il s’affaissa subitement frappé apoplexie.
        « On dut le transporter chez lui où il reprit peu à peu ses sens.
        « Sur ces entrefaites, un grand nombre de ses disciples vêtus de soutanelles d’une coupe spéciale et coiffés d’immenses chapeaux, étaient accourus auprès du lit de leur maître.
         « Antoine alors proféra :
        « Demain quelque chose de sérieux se produira. »
        « Puis il ajouta d’une voix sourde :
        « Je désire que ma femme me succède dans mon enseignement religieux. »
        Le vœu du bonhomme a été accompli et sa veuve éplorée continue son commerce.
        On exposa le corps du défunt dans le temple et les fidèles ont pu lire l’affiche suivante :

                    CULTE ANTOINISTE

            Frère,
        Le conseil d’administration du culte antoiniste porte à votre connaissance que le Père vient de se désincarner aujourd’hui mardi matin 25 juin. Avant de quitter sin corps, il a tenu à revoir une dernière fois ses adeptes pour leur dire que Mère le remplacera dans sa mission, qu’elle suivra toujours son exemple. Il n’y a donc rien de changé, le Père sera toujours avec nous, Mère montera à la tribune pour les opérations générales les quatre premiers jours de la semaine à dix heures.
        L’enterrement du Père aura lieu dimanche prochain, 30 juin, à trois heures.

                          Le conseil d’administration.

        Et les obsèques d’Antoine furent un évènement dans le pays par le concours immense d’assistants qu’elles y amenèrent.
        Ces choses étranges se passent au début du vingtième siècle, non point dans une province reculée, mais en Wallonie où tout le monde parle français, où le nombre des illettrés est rare.
        La médecine religieuse d’Antoine attrait les déséquilibrés, les malades abandonnés par les médecins, les chercheurs d’étrangetés et le nombre de ces gens est considérable.
        Ne voit-on pas tous les grandes villes des somnambules extra-lucides faire des affaires d’or en renseignant les crédules sur le passé et l’avenir et les guérissant de leurs maux plus ou moins imaginaires ? Un charlatan fait le même métier en joignant à ses simagrées médicales des boniments sur les évangiles, il double, il triple le chiffre de ses affaires, il bâtit une église avec une tribune, du haut de laquelle il peut divaguer à son aise.
        L’antoinisme existe et cela nous fait songer que, malgré tout, l’esprit humain n’est pas près d’être émancipé. Il y en a pour longtemps encore avant que disparaisse toute survivance religieuse.
        Les spirites ne sont-ils pas des religieux à leur façon ?

                                                 P. F.

    Le Midi Socialiste, N°1236, Mercredi 14 août 1912


    votre commentaire
  • La religion du Père Antoine

        Vous avez sans doute rencontré des hommes graves et onctueux, à l’allure ecclésiastique vêtus comme des clergymen, sauf un grand chapeau en forme de tromblon ? Ou de vieilles dames portant grands voiles de deuil et capotes noires bavolet ! Et vous vous êtes demandes à quelle congrégation religieuse ils appartenaient.
        Ne cherchez pas plus longtemps : ce sont des Antoinistes, des sectateurs du Père Antoine et de la mère Antoine. Le père Antoine était un mineur de Jemmeppes (Belgique), vaguement guérisseur, vaguement illuminé. Il laisse des écrits à peu près incompréhensibles et fondé une religion nouvelle qui se répand avec une surprenante rapidité.
        J’ai eu l’occasion de voyager toute une nuit avec des antoinistes, gens simples, d’origine ouvrière ou petite bourgeoise, pour la plupart d’entre eux. De leur aspect, de leurs conversations, on recueillait une impression de véritable fanatisme, de croyance totale, absolue, inconditionnée, et de terrible bigoterie, infiniment supérieure à celle de nos dévotes de village. Et quel vocabulaire : fluide éthéré, moi conscient, vie antérieure, etc. Il fallait entendre ces pauvres femmes parler de leurs expériences mystiques !...
        Et pourtant, on ne pouvait se défendre d’une sympathie pour ces misérables abandonnés qui s’accrochaient, avec tant d’ardeur, à leur fragment de vérité.
        Jusques à quand laisserons-nous les faux prophètes décevoir cette foule dont le Christ eut pitié ?

    Sept : l’hebdomadaire du temps présent, vendredi 14 juin 1935 (A2,N68)


    votre commentaire
  • Le tribunal correctionnel d'Arlon vient de condamner à une amende de 52 francs, pour exercice illégal de l'art de guérir, un nommé C..., qui depuis quelque temps s'était installé à Athus et se disant disciple d'Antoine le Guérisseur, soignait de nombreuses personnes malades. C... avait réuni une nombreuse clientèle. Il a quitté Athus et n'a pas comparu devant le tribunal.

    L'Avenir du Luxembourg du Samedi 6 Juin 1914
    21e année, N°131
    source : http://mara.kbr.be/KBR_DL/press/external/multipage/JB421/1914/KB_JB421_1914-06-06_01_000.pdf


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     En 1919, la cérémonie (de célébration de l'anniversaire de la désincarnation du Père) reprit son aspect d'avant-guerre ; les Français surtout y assistèrent en bon nombre ; les adeptes italiens ne purent obtenir le passeport nécessaire.

    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.226


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     Le "Père" Antoine était un "guérisseur" dans le genre du zouave Jacob. Il opérait des cures prodigieuses. Il mourut l'an dernier à Jemmapes-lez-Liége, en Belgique.
        De ses cendres est née une religion. Le culte "Antoiniste" a ses desservants et ses adeptes, de plus en plus nombreux. La "Mère", veuve du "Père" Antoine, a hérité des vertus curatives de son mari et continue son commerce, secondée par un homme chevelu et barbu qui s'est fait une tête de prophète. C'est le père. Il est chargé d'évangéliser les masses, car la "Mère" se contente de faire des gestes.
        Les Antoinistes ont construit à Paris, à l'angle des rues Vergniaud et Wurtz, quartier de la Maison-Blanche, un petit temple. Les vitraux y sont remplacés par des carreaux blancs. Il n'y a ni croix, ni statues, ni tableaux, ni symboles religieux d'aucune sorte. À l'extérieur comme à l'intérieur, les murs sont nus, On y lit des inscriptions comme celles-ci. Sur la façade : "1919. Culte Antoiniste". Dans le temple, à l'entrée, et mise là comme une enseigne, cette autre : "Le père Antoine, le grand guérisseur de l'humanité, pour celui qui a la foi". Dans le fond, cette pensée philosophique : "Un seul remède peut guérir l'humanité : la foi. C'est de la foi que naît l'amour. L'amour qui nous montre dans nos ennemis Dieu lui-même. Ne pas aimer ses ennemis, c'est ne pas aimer Dieu, car c'est l'amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir ; c'est le seul amour qui nous fait vraiment aimer, parce qu'il est pur et de vérité". Il n'y a point d'autels dans ce temple. Au fond, s'élève une chaire en bois très simple. Cloué au panneau de face, un cadre renferme sous vitrine, peint en blanc, un petit arbre semblable à un arbre japonais. Une inscription en lettres blanches avertit que c'est "l'arbre de la science de la vie et du mal", unique symbole du culte antoiniste. Cet arbre reparaît, découpé sur une plaque d'acier ajustée à une hampe que tient à deux mains un desservant, faisant office de bedeau. Les desservants ont un uniforme complètement noir : longue redingote austèrement boutonnée jusqu'au menton, chapeau demi haute-forme à bords plats : il a à peu près la forme de ce petit chapeau illustré par M. Alexandre Duval, avec le chic en moins.
        Ce matin, il y avait un grand nombre de curieux pour l'inauguration du temple, d'autant plus que la "Mère" devait opérer des guérisons. Une vieille femme, soutenue par deux de ses amies, se dirige vers la place destinée aux malades au pied de la chaire. Chaque pas qu'elle fait lui coûte un effort et lui arrache une plainte. Ses yeux brillent d'un éclat fiévreux. Elle marche le corps plié. On l'installe sur une chaise. Un desservant donne trois coups de sonnette espacés comme à la messe à l'élévation. Une porte s'ouvre et la "Mère" paraît, vieille dame toute vêtue de noir, propre et décente. À son chapeau est épinglé le voile des veuves. Elle monte, les mains jointes, l'escalier qui conduit à la chaire. Là, elle se raidit dans une pose extatique. Puis, lentement, ses bras se lèvent et s'écartent, tandis que ses lèvres murmurent des mots incompréhensibles. Elle joint les mains, les porte à droite puis à gauche ; enfin elle se prosterne. C'est fini. Reprenant sa figure normale, la Mère descend l'escalier de la chaire et sort. Suivie du père qui, pendant cette consultation mystique, s'était immobilisé auprès de la chaire dans une attitude inspirée, elle va s'enfermer dans une baraque en planches placée derrière le temple et pareille à ces baraques où les terrassiers de la Ville rangent leurs outils. La malade s'est levée dans un effort de toute sa volonté. Mais cette ardeur s'est éteinte aussitôt et elle part comme elle est venue, soutenue par ses compagnes. Une jeune femme prend sa place. Elle tient dans ses bras une fillette de 4 à 5 ans, d'une maigreur douloureuse. Toute la vie semble s'être réfugiée dans les yeux. Ses bras et ses jambes pendent inertes. Le corps, plié sur le bras gauche de la mère, a la souplesse d'une étoffe. Indifférente à ce qui se passe autour d'elle, elle tient ses regards fixés vers le cintre. Le trouble de la jeune femme apparaît à la pâleur cireuse du visage. À tout moment, elle essuie avec son mouchoir la sueur froide qui perle à son front. La même cérémonie se reproduit : coups de sonnette du desservant, apparition de la vieille dame, même jeu de scène sans la moindre modification. Il s'applique à tous les cas. La mère remporte son enfant qui a gardé son aspect de loque vivante. Dans l'assistance, pas la moindre manifestation. On regarde tout cela avec stupeur. L'impression d'angoisse qu'on éprouve de ce spectacle arrête l'ironie. Dehors, des groupes se forment. J'écoute un gros homme dont l'haleine fleure le rhum dire à un desservant : "Pourquoi qu'on n'irait pas, si on a la foi ?". Passant son bras sous le sien il ajoute : "Allons prendre un verre, ça nous remettra".

    Texte issu d'une note du livre de Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale, Volume II, 1917, Lausanne, Paris, Payot & cie, p.1025 (note 1). Cependant je n'ai retrouvé aucun journal avec cet article (les archives du journal La Liberté ne permettent pas de le retrouver à cette date)


    votre commentaire
  • L'Abeille de la Nouvelle-Orléans - 2 janvier 1913

     

        La fin d'un guérisseur.
        Un homme, une sorte d'illuminé connu sous le nom d'Antoine le guérisseur, vient de mourir à Jemeppe, près de Liège, où il tenait ses assises de médecine. Sa réputation de guérisseur s'était répandue dans le mon entier et nombreux, fort nombreux étaient les malades qui venaient le consulter dans sa petite maison wallonne... Guérissait-il véritablement ? On assure que le "guérisseur" obtint quelques résultats merveilleux dans certaines maladies du système nerveux, Antoine, comme le fameux zouave Jacob, ne rédigeait jamais d'ordonnance. Il n'ordonnait ni potions ni remèdes pharmaceutiques. Il se contentait de promettre la guérison par la prière et la foi. Tout au plus recourait-il parfois à l'imposition des mains sur ses clients. A sa profession de guérisseur, Antoine avait joint celle de... prophète. Très sérieusement il croyait être inspiré. Le plus joli, c'est que cette croyance était partagée par une foule de gens qui se déclaraient ses adeptes et qui l'aidèrent à fonder un "temple" où le bonhomme enseignait une doctrine religieuse qu'il dénommait pompeusement l'Antoinisme. Avant d'avoir trouvé sa... voie et la fortune, Antoine n'était qu'un petit employé aux écritures.

    L'Abeille de la Nouvelle-Orléans - 2 janvier 1913 (issu de Le Gaulois 27 juin 1912)

    -------------

    C'est bien méconnaître les faits de déclarer ça : leur "fortune" (qui en était une pour les gens qui l'entouraient en effet, mais qui n'était rien face au salaire de ce journaliste certainement) fut acquise par leur travail, à la fois de Louis, mais aussi de Catherine : ils travaillèrent jusqu'à 54 ans pour lui et 50 ans pour elle, âges auxquelles ils pourraient déjà être mort selon les espérances de vie de l'époque.


    votre commentaire
  • L'Abeille de la Nouvelle-Orléans - 30 mars 1912

    L'ANTOINISME
            Paris, 16 mars
    Connaissez-vous l'Antoinisme ?... - L'Antoinisme ?
        Eh bien ! oui, l'Antoinisme... La religion du Père Antoine...
        Si fort que cela pourra sembler aux personnes assez sages pour rester chez elles et ne pas se mêler aux folies du temps, c'est la conversation actuellement en cours dans les milieux qui se piquent de ne pas se tenir en dehors du "mouvement", et qui ont effectivement les dispositions pour le suivre... De tous les côtés, on ne vous parle que de l'Antoinisme, les articles sur l'Antoinisme, remplissent les journaux, et, de ce qui se raconte comme de ce qui s'imprime, il résulte que la religion et le culte Antoinistes, pour une époque et des gens qui ne veulent plus de religion ni de culte d'aucune sorte, sont vraiment une jolie religion et un joli culte.
        Un vieux guérisseur belge, le fameux Père Antoine, aurait, paraît-il, rant guéri de malades depuis une trentaine d'années que le nombre de ses adeptes se serait multiplié dans des proportions colossales. Il aurait guéri les uns en les regardant, les autres en les touchant, et d'autres par correspondance... Tous ces soulagés, bien entendu, devenaient immédiatement ensuite des Antoinistes, en recrutant d'autres autour d'eux, et il y auraient ainsi à l'heure qu'il est, des centaines de milliers d'Antoinismes dans le monde entier. Ajoutez l'inévitable zèle de tout ce qui est spirite, mage, occultisme ou tourneur de tables, pour cette thérapeutique et son thérapeute, et vous aurez déjà un aperçu de l'avenir de l'Antoinisme.
        Mais ce qui ne pouvait manquer d'assurer plus solidement encore son triomphe, c'est que l'illumination antoiniste devait surtout visiter les femme, et parmi les femmes, tout particulièrement les modistes. Mon Dieu, oui, les modistes ! Le Père Antoine aime les modistes ! A cet instant même, à Paris, il y a une grande prêtresse, une initiée supérieure de l'Antoinisme, un sibylle par la bouche inspirée de laquelle parle l'âme même du "Père", et cette sibylle est un modiste. Elle travaille en chambre, interrompt la confection de ses chapeaux pour rendre ses oracles, sent tout à coup le dieu monter en elle en cassant un morceau de laiton, et de grands et graves journaux ont publié son portrait en première page... En un mot, c'est la Mère Antoine, et la Mère Antoine, quoique modiste, ne peut pas s'en tenir, décemment à la petit correspondance...
        - Alors, tout ce qui se passe en ce moment dans l'univers et devant quoi les gens sensés se sont décidés à donner leur langue au chat, serait tout simplement l'avènement de l'Antoinisme ?
        - Mais peut-être...
        - Est-ce que vous ne seriez pas d'avis que toute notre planète est devenue complètement lunatique, qu'une révolution astronomique a dû opérer à laquelle personne n'a pris garde, et que, contrairement à ce qui s'était généralement passé jusqu'ici, ce n'est plus la lune qui tourne autour de la terre, mais la terre qui tourne autour de la lune ?
        Ca, d'accord...
            UN DESABUSE.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique