• Défilé antoiniste à Jemeppe entre guerres issu des archives de Soeur Dumont (Seraing, Ougrée, Jemeppe au passé - n°6-1995-96)

    issu des archives de Soeur Dumont (Seraing, Ougrée, Jemeppe au passé - n°6 1995-96)


    votre commentaire
  • Tilburgsche courant (23-03-1929)

    „WIJ GENEZEN ALLE ZIEKTEN”

    Wonderlijke secte en wonderlijke
    propaganda.

        Iemand in Maastricht heeft volgens de Limb. Koerier een merkwaardig bezoek gehad. Toen hij aan de deur geroepen werd, vond hij daar een dame van middelbaren leeftijd van beschaafd uiterlijk en met beschaafde stem, gekleed in een soort zwart uniform als verpleegsters wel plegen te dragen.
        Zij begon direct met te vertellen dat in België een man geleefd had „père Antoine”, die alle ziekten genezen kon en deze eigenschap belangeloos aanwendde tot heil van zijn naaste.
        Toen hij stierf, had hij reeds volgelingen gemaakt, die zich Antoinisten noemen. Zij hebben hun hoofdtempel in Jemeppe en een bijtempel in Visé.
        Op de vraag van onzen zegsman, wat eigenlijk haar bedoeling was, zei de dame, dat haar eenig doel was, mededeeling te doen van het bestaan der Antoinisten, wier leer liefde is, liefde voor den evenmensch. Ook zijzelf kon ziekten genezen, maar alleen in den tempel.
        Bij een andere ondervraging zeide de dame, te gelooven in de zielsverhuizing.
        – Bent u dan theosofe? luidde de vraag.
        – Neen, was het antwoord, alle godsdiensten zijn ons gelijk. U kunt bij ons komen, als u in uw geloof geen hulp vindt. Wij genezen alle ziekten.
        Op de herhaalde vraag, wat haar bedoeling met het bezoek was, luidde het ant woord: – Geen andere, dan u mededeeling te doen van ons bestaan. Ik vraag u niet om steun, noch om feitelijken, noch om geldelijken.
        Onze zegsman deelde haar mede, met belangstelling to hebben kennis genomen van wat zij zeide en voegde daaraan toe, dat hij in zijn Katholiek Geloof alles vond, wat hij noodig had.
        De dame vroeg tenslotte, of zij hem een hand mocht geven, waarna zij met een handdruk afscheid nam.

    Tilburgsche courant, 23-03-1929

     

     Traduction :

    "NOUS GUÉRISSONS TOUTES LES MALADIES"

    À secte merveilleuse et propagande merveilleuse.

        Selon le Limb. Koerier, quelqu'un à Maastricht a eu une visite remarquable. Lorsqu'on l'appela à la porte, il y trouva une dame d'âge moyen, d'apparence polie et à la voix polie, vêtue d'une sorte d'uniforme noir comme les infirmières ont tendance à le porter.
        Elle a tout de suite commencé par nous dire qu'en Belgique un homme avait vécu, le "père Antoine", qui pouvait guérir toutes les maladies et utilisait cette propriété sans compter pour le salut de son prochain.
        A sa mort, il avait déjà fait des adeptes, qui se disent Antoinistes. Ils ont leur temple principal à Jemeppe et un temple annexe à Visé.
        Quand notre porte-parole lui a demandé quelle était son intention, la dame a dit que son seul but était de communiquer l'existence des Antoinistes, dont la doctrine est l'amour, l'amour pour son prochain. Elle pouvait aussi guérir les maladies, mais seulement dans le temple.
        Lors d'un autre interrogatoire, la dame a dit, pour croire en la migration de l'âme.
        – Êtes-vous donc théosophe ? était la question.
        – Non, était la réponse, toutes les religions sont égales pour nous. Vous pouvez venir à nous si vous ne trouvez pas d'aide dans votre foi. Nous guérissons toutes les maladies.
            En réponse à la question répétée de savoir quelle était son intention lors de la visite, la réponse a été : – de vous faire connaître notre existence. Je ne vous demande pas de soutien, ni en action, ni en argent.
        Notre porte-parole lui a dit avec intérêt d'avoir pris note de ce qu'elle a dit et a ajouté que dans sa foi catholique il a trouvé tout ce dont il avait besoin.
        La dame lui a finalement demandé si elle pouvait lui serrer la main, après quoi elle lui a dit au revoir en lui donnant une poignée de main.


    votre commentaire
  • Antonismo (Correio da manhã 2 de dezembre de 1913)

     

    UMA RELIGIÃO NOVA

    O «antonismo» nasceu
    na Belgica e já tem
    um templo em Paris

        Mais uma religião que surge!
        Aqui, auda, nao conheciamos os “Antonistas”. Que vem a ser, emsumma, os “Antonistas”?
        Sao os adeptos de um honesto operario belga, que se juiga o representante de Christo, representante sufficientemente qualificado para prodigalizar a palavra divina e distribuir os bens celentes.
        O novo Messias fez-se chamar o “Grande Curador da Humanidade para aqueles que tém Fé”.
        Os crentes appareceram, e formouse a nova religião...
        Caso é que o “pae Antonio” conseguia restituir a saude, a uma infinidade de enfermos, inclusive a algunas paralyticos, segundo affirmam as gazetas...
        O que é incontestavel, é que os adeptos appareceram en massa e que se fundou o “culto antonista”.
        Ao Parlamento belga foi endereçada uma mensagem com mais de duzentas mil assignaturas, pedindo o reconhecimento official da religião recentemente creada. Entretanto, os deputados belgas não levaram em conta a supplica do propheta, que morreu sem ter a satisfação de ver os seus mandamentos ensinados com a approvação official.
        Mas, antes de morrer, o messias encacarregou sua mulher, a “mãe Antonia”, de continuar-lhe a obra – e é de convir que a esposa do propheta executa admiravelmente as instrucções do fallecido, visto que os fieis do “Antonismo” augmentam consideravelmente e os templos em que se póde communicar com o “pae Antonio”, se multiplicam a olhos vistos.
        Existem, com effeito, na Belgica, cinco templos onde se celebra o culto “antonista”, e ainda ha pouco foi edificado um, na rua Vergniaud, em Paris.
        E' uma capella modesta, sem estyl, infinitamente triste.
        Compõe-se de uma nave interna, reservada aos doentes, e de duas galerias. Nada de altares, sem de quadros symbolicos. Sobre um estrado, um pulpito baixo, sem ornatos.
    Nas paredes do sanctuario, lé-se a seguinte inscripção:

    "Só um remedio pôde salvar a Humanidade: a Fé. Da Fé nasce o Amor que, nos nossos propios inimigos nos nostra Deus. Não amar os nossos inimigos, é o mesmo que não amar Deus, porque é o amor que nos dedicatas aos nossos inimigos que nos torna dignos de servil-o. Só o verdadeiro Amor nos ensina a amar, porque é pure, porque é a verdade”.

        O novo templo foi consagrado pela “mãe Antonia” em pessoa, que se dignou vir a Paris, afim de inaugural-o. A “prophetisa” veiu em trem especial, acompanhada de quatrocentos “antonistas” belgas convictos, que se reuniram na rua Vergniaud.
        A viuva do messias é uma mulher dos seus sessenta annos, physionomia insignificante.
        Nunca fala em publico, e sim, apenas, para os adeptos. E', méramente, a “interprete” do “pae Antonio”.
        Este, segundo os crentes, não morreu. Desenca nou-se. A sua viuva não passa de depositaria do seu poder espiritual – é a executora das suas obras.
        E assim se funda mais uma religião!
        Que não se lembrem, no Brasil, de levantar uma capella ao “hermismo” e de crear a religião “hermista”... sob a invocação do marechal.
        Tambem, era só o que faltava!

    Correio da manhã 2 de dezembre de 1913

     

    Traduction :

    UNE NOUVELLE RELIGION

    L'Antoinisme est né
    en Belgique et dispose déjà de
    un temple à Paris

        Une religion de plus à venir !
        Ici, nous ne connaissions pas les "Antoinistes". Qu'est-ce que les "Antoinistes" ?
        Ils sont les adeptes d'un honnête travailleur belge, que se veut le représentant du Christ, un représentant suffisamment qualifié pour prodiguer la parole divine et distribuer les biens célestes.
        Le nouveau Messie a été appelé le "Grand guérisseur de l'humanité pour ceux qui ont la foi".
        Les croyants sont apparus, et la nouvelle religion s'est formée...
        Le fait est que le "père Antoine" parviendrait à redonner la santé à une infinité de malades, même à certains paralytiques, selon les journaux...
        Ce qui est incontestable, c'est que les adeptes sont apparus en masse et que le "culte antoiniste" a été fondé.
        Un message de plus de deux cent mille signatures a été envoyé au Parlement belge, appelant à la reconnaissance officielle de la religion nouvellement créée. Cependant, les députés belges n'ont pas tenu compte de la supposition du prophète, qui est mort sans avoir la satisfaction de voir ses commandements enseignés avec approbation officielle.
        Mais avant sa mort, le messie a chargé sa femme, la "mère Antoine", de continuer son travail – et il convient de dire que la femme du prophète exécute admirablement les instructions du défunt, puisque les fidèles de "l'Antoinisme" augmentent considérablement et les temples dans lesquels il peut communiquer avec le "père Antoine", se multiplient à vue d’œil.
        Il y a en effet cinq temples en Belgique où l'on célèbre le culte "antoiniste", dont un vient d'être construit sur la rue Vergniaud à Paris.
        C'est une chapelle modeste, sans style, infiniment triste.
        Il se compose d'une nef intérieure, réservée aux malades, et de deux galeries. Pas d'autels, pas de peintures symboliques. Sur une plate-forme, une chaire basse, sans ornements.
    Sur les murs du sanctuaire, on peut lire l'inscription suivante :

        "Un seul remède peut guérir l'Humanité : la Foi ; c'est de la Foi que naît l'Amour ; l'Amour qui nous montre dans nos ennemis Dieu lui-même ; ne pas aimer ses ennemis, c'est ne pas aimer Dieu ; car c'est l'amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir ; c'est le seul Amour qui nous fait vraiment aimer parce qu'il est pur et de vérité".

        Le nouveau temple a été consacré par "Mère Antoine" en personne, qui a daigné venir à Paris pour l'inaugurer. La "prophète" est venue dans un train spécial, accompagnée de quatre cents "antoinistes" belges convaincus, qui se sont rassemblés sur la rue Vergniaud.
        La veuve du messie est une femme de soixante ans, à la physionomie insignifiante.
        Elle ne parle jamais en public, mais seulement aux adeptes. Elle n'est que "l'interprète" du "père Antoine".
        Selon les croyants, il n'est pas mort. Il est désincarné. Sa veuve n'est qu'une dépositaire de son pouvoir spirituel – elle est l'exécuteur testamentaire de ses œuvres.
        Et c'est ainsi qu'une religion de plus est fondée !
        Qui ne se souvient pas, qu’au Brésil, on a élevé une chapelle à "l'hermisme" et qu’on a créé la religion "hermiste"... sous l'invocation du maréchal.
        Et c'est tout ce qui manquait !


    votre commentaire
  •     Voilà comment Louis Antoine, bien avant sa désincarnation, envisage son "oeuvre" après lui :

        Seront apôtres celles [les personnes] qui se dévoueront pour le travail moral, qui prêcheront d'exemple l'amour et le désintéressement, qui feront comprendre, par leur manière d'agir, que l'enseignement n'a d'autre base que la foi.
        Rien ne portera obstacle à leur mission ; elles pourront donc continuer l'oeuvre, s'acquérant de plus en plus à la foi qui donne le savoir de toute chose, qui convainc que la mort est la vie, car au point de vue de l'être, on devrait appeler celle d'ici-bas la mort et sa rentrée dans l'autre, la naissance.
                La Révélation, L'efficacité des lois morales, p.127

        C'est pour cette raison que bien des adeptes que l'on a pu croire très attachés au Père Antoine, deviendront peut-être ses adversaires les plus acharnés. Tout dépend de la manière dont ils vont entreprendre la tâche ; qui a compris l'enseignement et en est satisfait n'a plus le mérite, s'il néglige, d'y participer ; personne n'aura besoin de le lui dire, il se retirera de son plein gré parce qu'il aura trouvé ailleurs des fluides plus assimilables à sa compréhension. Des contradictions pourront surgir entre les personnes qui croiront avoir compris et qui taxeront d'ignorance d'autres qui agissent différemment ; mais n'oublions pas que le mal n'existe pas et que discuter, ce serait prétendre qu'il existe.
                La Révélation, L'efficacité des lois morales, p.125

        On le voit, Louis Antoine envisageait la suite le plus simplement possible. Des personnes discuterons de leur compréhension (on le voit maintenant avec les deux tendances de l'antoinisme, avec photos ou sans photos), mais on peut aussi comprendre que certaines personnes continuerons l'oeuvre sans participer au "culte", mais simplement en faisant bien selon sa conscience.


    votre commentaire
  • Les Antoinistes (Le Radical 1912-07-29 (A32))PETITS MÉMOIRES

    Les Antoinistes

        Il paraît que le congrès eugénique s’occupe sérieusement de nous enseigner la manière d’avoir des enfants superbes. En attendant que nous soyons fixés à cet égard, on ferait peut-être bien de perfectionner l’intellect des hommes, beaux ou laids, robustes ou malingres, qui ont été mis au monde avant les mirifiques recherches de l’eugénisme. Veiller à la conformation normale des corps humains, c’est bien ; veiller à ce que les cerveaux gardent toute leur lucidité, c’est mieux. C’est mieux et c’est urgent, car un fait divers tout récent est venu nous démontrer avec une sinistre éloquence qu’il y avait encore bon nombre d’idiots et que ces derniers avaient embrassé une religion nouvelle dite « l’antoinisme ».
        Comme son nom vous l’indique, l’antoinisme est la religion d’Antoine, son fondateur, disparu depuis peu. Maintenant, si vous me demandez : « Qu’est-ce qu’Antoine ? », je serai obligé, pour vous répondre, de m’adresser à nos voisins les Belges. C’est chez eux, en effet, à Jemeppe-lez-Liége, qu’opérait Antoine le guérisseur. Magnétiseur assez habile, dit-on, il se mit un jour en tête d’exploiter en grand la crédulité publique et il y réussit du premier coup. Il décréta qu’il suffisait de croire en lui, Antoine, pour être aussitôt guéri de toute maladie, quelle qu’elle fût. Puis il construisit un temple à Jemeppe-sur-Meuse et les fidèles y vinrent en foule. Et, en décembre dernier, une pétition, recouverte de 160,000 signatures, demandait à la Chambre des représentants la reconnaissance légale du nouveau culte. Ce « zouave Jacob » des Flandres avait fini par se faire prendre pour une manière de dieu dont le pouvoir se faisait sentir même à distance. « Rien qu’en pensant à lui, affirment ses adeptes, ou en lui adressant une simple lettre ou un télégramme, bien des personnes ont été guéries. » Ils l’affirment et d’autres le croient, tel le chiffonnier Leclercq.
        Celui-ci, on vous l’a conté, laissa périr sa petite fille faute de soins, parce qu’il était « antoiniste » et qu’un bon « antoiniste » ne s’adresse, dans les cas les plus pressants, à nul autre médecin qu’à Antoine. Il faut vraiment avoir une foi robuste dans la puissance du progrès et dans sa future victoire pour ne pas se sentir découragé en présence de pareilles sottises, ou plutôt de pareilles monstruosités. Qu’il se soit fondé, il y a des siècles, des religions barbares, cruelles et stupides, cela s’explique par le défaut de civilisation ; mais que de nos jours, au temps de l’électricité et de la télégraphie sans fil, la naissance d’un culte comme l’antoinisme soit encore possible, cela déconcerte l’entendement. Mais, loin de nous décourager, cette poussée de fanatisme imbécile doit inciter les esprits libres à multiplier leurs incessants efforts contre l’ignorance et la superstition. – ROGER BONTEMPS.

    Le Radical, 29 juillet 1912


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique