• L'arrivée du spiritisme

        Comment ce canular a-t-il pu connaître un tel retentissement ? La réponse réside dans le fait que le spiritisme était un parfait enfant de son temps - un enfant excentrique, peut-être, mais au XIXe siècle l'excentricité courait les rues. Si l'on peut douter que Leah Fish [une des soeurs Fox, initiatrice du spiritisme en faisant claquer leur articulation pour simuler des bruits dans la maison familiale] ait voulu créer un mouvement social ou une nouvelle religion, il est fort possible, en revanche, que cette femme perspicace ait senti l'heure propice à un tel courant.
        En 1848, quand les soeurs Fox apprirent à faire craquer leurs orteils, le monde occidental était le théâtre de maints remous. L'Europe voyait ses anciens empires menacés. La révolution industrielle plongeait dans une misère croissante, les classes laborieuses, engendrant la montée du socialisme. L'Amérique était déchirée par la honte de l'esclavage. Même la religion était malmenée, compte tenu notamment de son incapacité à suivre l'évolution de la société. En Angleterre, les réformistes prêchaient que le christianisme, historiquement parlant, s'était au mieux montré indifférent à la souffrance humaine et, au pire, l'avait nourrie. Aux Etats-Unis, la rigide hierrachie cléricale représentait une sorte d'affront pour la démocratie jacksonienne. Le fait d'imposer un dogme  et de placer des intermédiaires entre Dieu et l'homme froissait l'esprit individualiste des Américains, après avoir en son temps scandalisé Martin Luther ; or, l'essentiel de l'action déployée au cours de ce siècle par le renouveau religieux visait à démocratiser l'Eglise. En un sens, le spiritisme prolongeait la réforme.

    Les Mystères de l'inconnu, L'invocation des esprits, p.23


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :