• La personne dans la langue - ''Je'' c'est ''il''

    Illustration sonore : Nina Simone - I Loves You Porgy (Rare Live Footage) 1960


        La personne dans la langue
    "Je" et le reste - Rapports entre les personnes/
    a) Thèse de la "non-personne". - Dans les grammaires classiques, on regroupe au sein de paradigmes les unités qui, en chaque langue, signifient "je", "tu" et "il" ; "il" est même donné d'abord comme 1er personne, par les anciens grammairiens hébreux et indiens. Le Grec Denys de Thrace (IIe-Ier siècles avant J.-C.) ne fait que renverser l'ordre en parlant des "trois personnes, la 1er, dont part le discours, la 2e, à qui il s'adresse et la 3e, sur qui il est tenu" (Teknê, 13). Cette tradition a été critiquée dans divers travaux et surtout dans un article qui cite des langues où la troisième personne, l'"absent" des grammairiens arabes, est soit zéro, soit marquée par des formes hétéroclites ; il pose deux personne "il", et une subjectivité : "je" / "tu"; Divers fits confirment cette thèse :
     - relation d'inversion (sauf substitution ludique) entre "je", désignation du locuteur par lui-même, et "tu", nom qu'il donne à l'auditeur, qui à son tour se désigne par "je" et lui répond par "tu" ; mais "il" ne peut être appelé "je", sauf à citer son discours, et il peut référer à n'importe quoi (cas extrême, "ils" en sierra popoluka (Mexique) a la marque du pluriel inanimé, même pour des humains) ;
     - usage de la 3e, dans les langues à affixes personnels, quand il n'y a pas de rticipant 'structure justement dite impersonnelle).
     - la 3e n'a de forme propre que dans 24% des langues (ex. germaniques, slaves) ; dans 76% il s'agit en fait de classificateurs, d'anaphoriques (ex. latin, langues altaïques) ou d'ostenseurs (ex. stade roman des langues néo-latines, ou aléoute (I. de la mer de Béring), qui possède plus de vingt termes selon la position vis-à-vis d'ego) ;
     - fréquente divergences, dans des langues apparentes qui ont pour "je" des mots de même racine ainsi que pour "tu", entre les divers équivalents de "il" ;
     - "tu" est souvent utilisé pour un ensemble vague, c'est-à-dire au sens de l'indifini "on", lequel est attesté, à côté de "il", dans 12% des langues (ex. tuburi (Tchad), guiliak (Sibérie orient.), français, ù l'on trouve en outre un réducteur de personnalité, le 'ça' de 'ça pense trop'). Ainsi, l'emploi de "je" semblerait lié au seul locuteur, et la diversité des "il" dans nombre de langues s'expliquerait par le fait que contrairement aux participants du dialogue, dont les noms de discours sont "je" et "tu", un tiers a bien des désignations possibles.
    b) "Je", "tu" et "il". - i) La notion de personne. - Il existe cependant des langues où les noms de discours ne suffisent pas : "je" et/ou "tu" distinguent formellement un masculin et un féminin en sémitique, khasi (Inde), thaï, koasati (Louisiane), biloxi (langue sioux éteinte où même l'âge était marqué aux deux premières personnes), certaines langues d'Australie. D'autre part, bien qu'il existe universellement des personnels ou expressions équivalentes, les coutumes restreignent souvent l'usage direct des 1er et 2e personnes : en Asie orientale, beaucoup de langues les ont tirées de noms supposant une hiérarchie (ex. "prince", "seigneur", "oncle" -> "tu" ; "serviteur" -> "je"), et leur préfèrent généralement, dans le dialogue, d'autres procédés, comme en japonais l'intonation, les formes verbales de politesse 'impliquant "tu") ou le choix même du verbe de modestie (impliquant "je"), tous procédés qui rendent ego omniprésent alors même qu'il n'y dit pas couramment "je". Au surplus, "je" et "tu" peuvent eux-mêmes, en français par exemple, renvoyer à des absents (ex. dialogue épistolaire), ou, à l'inverse, ne pas désigner des interlocuteurs (ex. 'je' didactique dans 'si je dis "non", 'je nie' ou 'je' littéraire, non adressé à un 'tu' précis (de là peut-être l'étrangeté du 'vous' par lequel, tout au long de son roman 'La Modification', l'écrivain Michel Butor apostrophe le lecteur comme acteur), etc.), ou être remplacés par autre chose : formules d'occultations comme 'on, l'auteur de ces lignes', etc., 'nous' de majesté ou 'exposé savant, au sens de "je", ou 'nous' familier (ex. 'comment allons-nous'), au sens de "tu". Enfin, il existe des emplois de "tu" ou "il" valant "je" (ex. russe parlé), et, dans certaines langues des "il" de politesse valant "tu". En appelant donc "non-personne", la 3e, on semble suggérer tout ensemble, à tort, que son référent est absent et qu'il 'est pas une personne. Tout cela montre, en fait, que "personne" est un terme ambigu, morphosyntaxique dans une acception, sémantico-référentiel dans l'autre. Or de ces deux points de vue, la 3e est bien intégrée : d'une part les personnels se comportent, tous trois au même titre, comme des noms pour l'accord) ; d'autre part, "personne" signifie aussi soit "individu bien attesté", soit "être humain ou non-chose", et en ce sens encore, "il", bien que seul à être, en même temps que 'pronom' ou indice, un 'substitut', car seul il peut, comme certains ostenseurs, 'tenir lieu' d'un nom, s'intègre bien, en tant que "ni je ni tu", à une structure qu'il y ait ou non une forme propre de 3e personne. Le locuteur peut même objectiver son discours : ex. anglais familier 'I says', où "je" est accordé à la 3e personne (-s) pour ponctuer une autocitation.

    Claude Hagège, La Structure des langues, p.95-98
    Que sais-je ? n°2006, Paris, 1995


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :