• Le père Antoine et son biographe

    Le père Antoine et son biographe, M. Robert Vivier (Pourquoi pas _, Bruxelles, n°1133, 17 avril 1936)

    Le père Antoine et son biographe :
                       M. Robert Vivier

        Les lecteurs de ce journal qui ont dépassé la quarantaine
    se souviennent du père Antoine. Le père Antoine fonda
    aux environs de 1906, une religion nouvelle qui étendit un
    instant son emprise dans toutes nos provinces, et surtout
    dnas les régions industrielles de Wallonie, Louis Antoine
    était ouvrier métallurgiste; son destin n'eut rien de remar-
    quable jusqu'à ce qu'il eut atteint l'âge mûr, exception
    faite d'un accident de jeunesse, homicide, tout à fait invo-
    lontaire, d'un camarade de régiment, qu'Antoine tua net,
    en manoeuvre, ayant laissé par inadvertance une cartouche
    à balle dans son fusil.
        Antoine, fint son service, travailla en Allemagne, en Rus-
    sie, et se maria, puis il revint s'installer à Jemeppe, y jouit
    de quelque aisance et sans doute fut-il mort obscur si sa
    vie n'avait été désolée par la perte d'un fils unique déjà
    adulte.
        Comme il était prostré par ce deuil, il eut l'occasion de
    pénétrer dans un milieu spirite. Ce fut son chemin de
    Damas. Il se sépara du catholicisme orthodoxe, étudia
    Allan Kardec, se mit à opérer des cures dont certaines fu-
    rent stupéfiantes et, traduit en justice, parvint à établir,
    comme le dit excellemment son biographe M. Robert
    Vivier, « qu'il n'exerçait pas l'art de guérir, ce qui est
    interdit par la loi, mais qu'il guérissait effectivement, ce
    qui est autorisé. » 

    Pourquoi pas ?, Bruxelles, n°1133, 17 avril 1936


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :