• Le Père Dor en correctionnelle (La Région de Charleroi, 20 novembre 1916)(Belgicapress)

    Le Père Dor en correctionnelle (La Région de Charleroi, 20 novembre 1916)(Belgicapress)LE PÈRE DOR
    EN CORRECTIONNELLE
    Quelle sera l'issue du Procès ?

        Ainsi que nous l'avons dit, nombre de personnes qui, jusqu'ici, ont suivi les débats avec beaucoup d'intérêt se livrent à un tas de suppositions quant à l'issue de ce procès sensationnel.
        Les uns disent : « La prévention ne tient pas et le Père Dor sera acquitté, car sa religion ressemble à toutes les religions et l'exercice de ces dernières est garanti par l'article 14 de la Constitution ».
        D'autres opinent qu'une condamnation sévère interviendra car Pierre Dor est un mystificateur et il a abuse de l'ascendant qu'il possède sur ses adeptes pour se faire remettre par ces derniers des sommes relativement importantes.
        Généralement, on parle peu de la troisième prévention : celle d'attentat à la pudeur.
        L'opinion, qui prévaut au palais, est qu'après la plaidoirie de Me Morichar qui ne manquera pas d'être brillante, il se peut qu'il reste bien peu de chose de cette prévention.
        On est plus pessimiste en ce qui concerne l'exercice illégal de l'art de guérir et le délit d'escroquerie.
        Des avis autorisés escomptent une condamnation et la grande majorité de personnages compétents estime qu'après le brillant réquisitoire de M. Mahaux ,substitut du Procureur du Roi, les plaidoiries admirables et fouillées de MMes Gérard et Bonehill, le Père Dor aura grand peine à s'en tirer indemne, malgré les efforts de son défenseur, Me Lucien Lebeau, lequel, dans l'intérêt de la cause de son client, a procédé à un immense travail préparatoire.
        Quant à nous, nous n'émettrons aucune opinion car il nous semble que le plus sage est d'attendre.
        Médicalement parlant, il faut espérer que la loi est suffisamment armée pour mettre un terme aux agissements dangereux de certains empiriques dont les conseils pernicieux vont à l'encontre de toute science médicale et compromettent dangereusement la santé publique.
        Au point de vue de la doctrine, bornons-nous à dire qu'il est aisé de reprendre par-ci par-là quelques principes de religions diverses, de les amalgamer pour en faire un tout attirant le public par certains côtés mystérieux.
        Evidemment, on ne peut attacher la moindre confiance à semblables théories qui n'ont d'autre but que d'attirer les gogos.
        Ce serait peut-être le moment de rappeler un mot célèbre de Talleyrand qui, interrogé sur la doctrine d'un empirique bien connu au temps du Directoire, répondit par ces mots : « Tout cela est bien, très bien même, qu'il aille maintenant se faire crucifier »                      RASAM

    La Région de Charleroi, 20 novembre 1916 (source : Belgicapress)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :