• Les membres de l'Église mennonite sont anabaptistes, ils adhèrent à une doctrine de la réforme protestante
    qui a vu le jour au XVIe siècle en Suisse. Il s'agit d'une croyance chrétienne qu'ils partagent avec l'Église des Frères
    Mennonites, l'Église de la fraternité chrétienne, les amish et les huttériens. Ces Églises et d'autres comme la
    Société des amis (Quakers), qui professent le pacifisme et refusent le service militaire, sont parfois appelées les
    Églises de la paix.
    Le terme «anabaptiste» signifie baptiser de nouveau. Les anabaptistes rejettent le baptême des nouveau-nés
    pratiqué par les fidèles de l'Église catholique romaine, croyant que ce sacrement doit être réservé aux croyants
    adultes. Ils rebaptisent les adultes qui ont été baptisés lorsqu'ils étaient enfants. Ils croient que l'on obtient le
    salut par la foi et la conversion, par l'entremise du Saint-Esprit et non par les sacrements et les bonnes oeuvres. Ils
    rejettent toute autorité doctrinale, sauf la Bible, et professent leur foi grâce au Credo des apôtres. Les mennonites
    ont pris ce nom d'un des premiers dirigeants anabaptistes, Menno Simonsz, qui s'est converti en 1536. Il existe
    deux principaux regroupements des Églises mennonites au Canada, l'Église mennonite du Canada et l'Église des
    Frères Mennonites.
    Les croyances des mennonites sont établies dans des confessions de foi. Bien que différentes confessions
    aient été publiées, elles sont conformes à leurs racines doctrinales anabaptistes : la Trinité de Dieu, c'est-à-dire le
    Père, le Fils et le Saint-Esprit; le baptême des enfants, contrairement au baptême des adultes n'est pas appuyé par
    la Bible; la croyance que la Bible exige une distinction entre l'État et l'Église; la croyance que les chrétiens ne
    devraient pas prendre les armes; et la croyance que l'Eucharistie est le symbole des souffrances de Jésus-Christ
    et devrait être célébrée en Sa mémoire.

    source : http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca - les Religions au Canada


    1 commentaire
  • Les doukhobors sont membres d'un groupe de chrétiens fondamentalistes né en Russie au 17e siècle. Le mot
    russe « Dukhobortsi » signifie « lutteurs de l'esprit », et a tout d'abord été utilisé par dérision en raison de leur
    rejet des rites de l'Église et des pratiques du culte. Les doukhobors ont adopté le nom, indiquant qu'ils luttaient
    avec le Saint-Esprit et non contre lui. Ce sont des pacifistes qui rejettent le concept de l'organisation de l'Église,
    sa hiérarchie, sa liturgie et son clergé; ils professent plutôt que Dieu vit dans chaque être humain. Ils rejettent
    également l'état laïc et ont adopté une forme de socialisme agraire pacifiste, préférant en général les fermes
    communautaires. Le végétarisme est également un élément des croyances et des pratiques des doukhobors par
    respect pour le caractère sacré de toute vie.

    Avec l'aide des quakers britanniques et américains et l'appui financier du romancier russe, le comte
    Leon Tolstoï, les doukhobors ont commencé à quitter la Russie. En 1898 et 1899, le gouvernement canadien leur
    garantissant l'exemption du service militaire et leur accordant de grandes étendues de terre en Saskatchewan,
    7 400 doukhobors ont immigré au Canada.

    Aujourd'hui, certains Canadiens se disent encore doukhobors et
    continuent de mener le style de vie communautaire, spirituel et pacifiste de la secte alors que d'autres vivent et
    travaillent au sein de la collectivité canadienne en général. Les communautés doukhobores estiment qu'environ
    30 000 personnes pratiquent cette foi au Canada, la plupart en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

    source : http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca - les Religions au Canada


    votre commentaire
  • DESCRIPTION
    Bien que le bahaïsme tire ses origines du babisme, une dénomination musulmane, il s'agit d'une religion distincte.
    Le bahaïsme a été fondé en Iran, au milieu du XIXe siècle par Mirza Hosyn Ali Nuri, connu sous le nom de
    Bahá'u'lláh (qui signifie en arabe « Gloire de Dieu » (1817-1892), considéré par la foi bahá'íe comme le plus récent
    de tous les messagers envoyés par Dieu, qui sont, notamment, Abraham, Moïse, Bouddha, Zarathoustra, Christ et
    Mahomet.
    Bahá'u'lláh enseignait qu'il n'existe qu'un seul Dieu « inconnaissable et indescriptible et dont les révélations
    successives de la volonté à l'humanité ont été la principale force civilisatrice dans l'histoire. L'objectif commun de
    ses messagers divins était d'amener le genre humain à une maturité spirituelle et morale ».
    Les enseignements sont centrés sur l'unité de l'humanité, l'harmonie entre la religion et la science, l'égalité
    des sexes et la paix universelle. Son thème central est que l'humanité forme une seule race et que le temps est
    venu de l'unifier en une société globale.

    Selon une reformulation des enseignements de Bahá'u'lláh tirée du site Web officiel de la religion, le bahaïsme
    considère que le principal défi auquel font face les êtres humains est celui d'accepter l'unification d'une société
    mondiale pacifique. Et cet objectif peut être atteint par le biais de :
    • l'abandon de toutes les formes de préjugés;
    • la garantie d'une égalité des chances aux femmes et aux hommes;
    • la reconnaissance de l'unité du genre humain et la relativité de la vérité religieuse;
    • l'abolition de la pauvreté et de la richesse extrêmes;
    • la réalisation de l'éducation universelle;
    • l'engagement dans une recherche personnelle de la vérité;
    • l'instauration d'une fédération mondiale;
    • la reconnaissance de l'harmonie essentielle entre la science et la religion.
    http://www.bahai.org/ — site Web officiel du bahaïsme

    source : http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca - les Religions au Canada


    votre commentaire
  • L'Oblast autonome juif (en russe : Евре́йская автоно́мная о́бласть, Iévreïskaïa avtonomnaïa oblast ; en yiddish: ייִדישע אױטאָנאָמע געגנט, yidishe oytonome gegnt), est un sujet de la Fédération de Russie situé en Sibérie, sur la frontière chinoise. Il est souvent nommé Birobidjan, selon sa capitale.

    L'oblast a été fondé à l'initiative de Staline en 1928, avec le yiddish comme langue officielle (ce qu'elle n'est plus actuellement). Il a conservé le statut de terre d'accueil pour les Juifs de Russie.

    À l'initiative de Joseph Staline, une « Région autonome juive » est créée en 1928, à Birobidjan à l'extrémité orientale de la Russie, à la frontière avec la Chine. Elle sera « dégradée » au rang d'oblast après la fin de l'URSS, en raison notamment du nombre réduit de Juifs vivant encore dans l'oblast au tournant du XXIe siècle. Au début, la région autonome accueille des milliers d'individus, qui devaient y organiser une certaine vie nationale juive. L'oblast a une langue officielle : le yiddish, l'hébreu étant alors une langue liturgique, interdite par le régime soviétique, hostile aux religions et donc à la religion juive.

    un solution stalinienne au "problème juif" : s'il s'agissait, pour Staline, après l'émancipation des Juifs par la révolution bolchevique, de créer une république juive de nature à satisfaire l'aspiration nationale de certains d'entre eux, d'autres observateurs privilégient la volonté de les éloigner et d'en profiter pour peupler une région stratégique, aux frontières de la Mongolie et, au-delà, de la Chine.

    source : http://blog.mondediplo.net/2008-03-26-Ou-est-passe-le-Birobidjan & wikipedia

    liens : Reportage sur France 24
    La fin d'un rêve


    votre commentaire
  • A tous les souverains, aux savants, aux philosophes, aux législateurs, aux poètes et à tous les peuple du monde.
    La Gagne-Monopanglotte, ou la Langue unique et universelle,

    Formée de la réunion radicale et substantielle de toutes les langues mères, mortes ou vivantes, suivant des principes clairs, simples, réguliers approuvés par les plus éminents suffrages, et à l'aide desquels toutes les intelligences pourront l'apprendre facilement et en très peu de temps, en s'initiant à la fois à la connaissance de toutes celles qui concourront à sa création. Trois mois d'étude suffiront pour connaître cette langue universelle, plus riche que toutes celles qui la causeront. - Les principes ci-dessus exposés de grammaire, des lettres, des caractères, du dictionnaire, de la ponctuation, de la syntaxe, et enfin de tout ce qui est nécessaire pour l'intelligence de la langue universelle, sont précédés d'une préface en prose sur la nécessité et les bienfaits de cette langue, par suite des relations et de la fusion continuelles qui vont s'établir entre les peuples, au moyen des chemins de fer ou de la vapeur.
    Et L'empire universel, poème en dix chants, et dont il est seulement donné ici quelques fragments ;
    Par Paulin Gagne, Avocat à la cour rayole de Paris.

    1843

    ------------------

    Préface.
                La langue universelle est la source première
                Et de toute union et de toute lumière.
    [...]
        Il est facile de comprendre en effet que de cette unit de langage découleraient comme d'une source commune et vivifiante où tous viendraient puiser les germe fécondants et civilisateurs des affections humaines, qui n'existent point et ne peuvent exister entre des individus et des peuples qui, ne s'entendant pas et ne se comprenant pas, deviennent non seulement étrangers entre eux, mais encore ennemis, et se regardent comme des êtres sauvages et d'une espèce différent ; il est évident que, par une conséquence naturelle, de ces affections, de cette intelligence des âmes et des coeurs naîtraient l'union, la paix et l'unité, si puissante en toute chose, des lettres, de la politique, de la législation et de la religion, c'est à dire que le monde entier n'aurait bientôt plus qu'une seule monarchie ou sainte république et qu'un seul culte religieux, un seul trône universel, du haut duquel un seul empereur, dominateur suprême d'autres rois relevant de sa puissance, dicterait les lois temporelles, et une chaire universele du haut de laquelle le souverain pontife dispenserait les lois spirituelles aux peuples.
        Ce serait là sans doute le plus beau et le plus magnifique spectacle. La réalisation de ce spectacle sacré devrait sans doute être possible à des hommes intelligents qui prétendent ête inspirés de la grâce divine et possesseurs du libre arbitre et d'une volonté ferme et toute puissante...

    source : gallica2


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique