• Auteur :     Albert Van der Naillen
    Titre :     Most sacred revelations given to the world by Antoine the wonderful Belgian healer:
        Many of his almost maraculous [sic] cures have been personally witnessed by the author as related in this book ...
    Editions :     The Park Printing Co., 1927 - 82 pages

    source : Google Books
    Le livre est maintenant disponible en ligne sur le site babel.hathitrust.org 


    Table des matières
        Chapter I - p.5 (arrivé sur la Côte d'Azur et connaissance des cures du Père)
        Chapter II - p.27 (description des méthodes de guérison avec Mrs. Nucci)
        Chapter III - p.59 - A visit to the Temple
        Chapter IV - p.75 (entrevue avec le Père et la cure de Célestine)
        Conclusion - p.82

        Dans une de ses autres oeuvres, The strenuous life spiritual and The submissive life (p. 66), Albert van der Naillen raconte comment il s'est documenté sur l'antoinisme :
        " During Archie's absence, lasting nearly a month, I worked steadily on "The Strenuous Life Spiritual," at the same time keeping up a voluminous correspondence with my European friends, especially of Nice, Monaco, Monte Carlo, Cape Martin, and the French Mediterranean shore called the Cote d'Azur, also with dear friends in Paris, and the many faithful adepts of Antoine, the Belgian remarkable healer of Jemeppe-Sur-Meuse, with whom I had passed an entire month. All of these notable and many lovingly evolved souls had received me with open arms in their beautiful homes, on my late European trip, for many belonged to the high nobility.
        " This extensive writing and correspondence, although the latter is very lovely and interesting, had nevertheless overtaxed my strength. Tired and nervous, I felt the need of a good, long rest, and I decided to take it at the first opportunity.
        " Meanwhile, Archie had returned from Long Beach. He came to see me at my home, on May the 20th, 1910. "

        Ce mois entier est donc raconté en détail dans Revelations given to the world by Antoine the wonderful Belgian healer.
        Décoré de l'Ordre de chevalier de Léopold, cet Américain, belge d'origine, se voit ici l'occasion de faire connaître les évènements qui eurent lieu ce mois, afin de faire connaître la religion belge outre-Atlantique.
        En guise de dernier chapitre, l'auteur explique la raison pour laquelle la publication de cette expérience ne fut pas plus rapide : tout d'abord, son absence à la California Psychical Research Society et la School of Engineering lui demandèrent beaucoup de travail à son retour, la guerre augmenta d'autant plus ses obligations. Puis Mère et le Secrétaire du Culte, Mme Vitt. lui demanda d'attendre, d'abord que le culte soit reconnu officiellement en Belgique (ce qui fut fait en 1922), puis que l'Amérique soit prête. Le but de se livre était de faire office d'introduction, et l'auteur annonçait la future publication en englais de la Révélation, avec peut-être la création d'une salle de lecture. Cependant l'auteur meurt en 1928 et n'aura pas le temps de faire connaître plus avant l'oeuvre du Père. Il semble que personne ne pris la suite. La concurrence de la Science chrétienne et de la Nouvelle Pensée finit de permettre à l'antoinisme de se répandre aux Etats-Unis.

        L'auteur raconte donc en détail les évènements dont il fut témoin durant quelques mois de l'année 1909. Par l'intermédiaire du Colonel Comte Albert de Rochas d'Aiglun, militaire et administrateur français, auteur d'études historiques et scientifiques ainsi que d'ouvrages sur les phénomènes paranormaux, Albert van der Naillen fit la connaissance de Mrs. Nucci, qui habitait dans la villa Montplaisir dans le Boulevard de l'Ouest à Monaco. Puis il fit la connaissance de la fille de Mrs. Nucci, Madeleine (née en 1901, mandoliniste), et de son mari, de Mrs. Vitt[art]. et sa soeur Mrs. K.[ünz], tous adeptes du Père. Mrs. Nucci recevait à cette époque jusqu'à 62 malades par jour, dont elle prenait le nom pour envoyer une lettre au Père qui opérait pour eux les guérisons. Mrs. Nucci envoyait jusqu'à 846 lettres à Jemeppe par mois. L'auteur relate les guérisons de Mr. et Mrs. Ph., Mr. Ber., Miss Garona, Mr. Bertolino, Célestine... Tous les cas étaient des "renoncés par la science".
        Le mari de Mrs. Nucci était musicien dans l'Orchestre de Monte-Carlo durant la saison estivale et dans l'Orchestre de Vichy durant la saison hivernale. De là s'est propagé l'antoinisme dans le centre.
        Mrs. Nucci est décrite comme une personne aisée, mais désireuse d'aider son prochain, il lui arrivait ainsi d'acheter de la viande à son boucher uniquement pour la donner aux pauvres, et de manger avec sa famille de la polenta. D'après l'auteur, la plupart des malades qui demandaient assistance à Mrs. Nucci était de la classe ouvrière, et beaucoup étaient Italiens et illetrés. Comme le pense Régis Dericquebourg, il semble bien que c'est par la communauté de Monaco que l'antoinisme pénétra le Nord de l'Italie.
        Suivent des extraits de l'Enseignement du Père dont une traduction anglaise de l'Auréole de la Conscience :
        The only remedy which can heal humanity is FAITH ; Faith is born of Love ; that kind of Love which convinces us that God dwells in our very enemies ; hence not loving our enemies is not loving God ; it is the Love we have for our enemies that renders us worthy of serving him ; for that Love is truth is its essence, for it is purity itself (p.52 et 58).
        Enfin, il relate une visite du temple et une entrevue avec le Père. Là on apprend que c'est une des filles adoptives de Père et Mère qui donnait les jetons numérotés pour attendre son tour, et Mr. Monet annoncé le numéro désigné pour entrer voir "Master Antoine" comme l'appelle Alfred van der Naillen.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     Couverture portant l'inscription d'Antoine le Généreux.


    votre commentaire
  •     Un tract imprimé format journal, L'Unitif, publie de temps à autre des extraits de la "Révélation".

        Un journal, sans date, L'Unitif, avec sous-titre : Nous sommmes arrivés à nous améliorer (L'Unitif).
    Jacques Michel, Antoine, l'Antoinisme, les Antoinistes, 1949

        Comme instruments de propagande, les Antoinistes ont une petit journal sans périodicité fixe (plutôt un tract) intitulé L'Unitif.
    H.Ch. Chéry, o.p., L'Offensive des sectes, p.97 & p.265
    Les éditions du Cerf, Paris, 1954

        En illustration, un exemplaire dernièrement acheté au temple de la rue du Pré Saint-Gervais, au prix (si ma mémoire est bonne) de 50 centimes d'euro. En médaillon, le format de l'Unitif original, encore en vente à Jemeppe.

        Il porte en sous-titre : nous sommes arrivés à nous améliorer. Et comporte les textes suivants :

    - Comment le Père a commencé à guérir par la foi.
        - La croyance en Dieu résulte de l'intelligence ; la foi qui en est l'opposé, le rend palpable dans le connais-toi.
        - La prière.
        - Réponse du Père à un adepte.

    - Biographie du Père (de Frère F. Deregnaucourt et soeur M. Desart).
    - Révélation par le Père, le grand guérisseur de l'humanité pour celui qui a la foi.
    - Mes frères (par soeur M. Desart).

    - Les dates de fêtes du culte : 25 juin, fête du Père ; 3 novembre, fête de Mère.
    - Du travail dans les temples antoinistes : Dans tous les temples antoinistes, le Père fait l'Opération suivie d'une lecture dans l'Enseignement, le dimanche et les quatre premiers jours de la semaine à 10 heures. Lecture de l'Enseigement du Père tous les soirs à 7 heures excepté le samedi. Tous les temples sont ouverts aux personnes souffrantes du matin au soir. Tout le monde est reçu gratuitement.

    - Révélation des dix principes de Dieu par le Père.
    - Adresses des temples de Belgique et de France.


    votre commentaire
  •     Ainsi, au moment où, après l'Armistice, les Antoinistes publiaient la brochure « Le Père Antoine et son oeuvre. Bulletin antoiniste en vue de la reconnaissance légale du Culte », Direction : Père et Mère Antoine, à Jemeppe-sur-Meuse; Belgique, s. d., 24 cms x 15,5 ; 16 p. (Le dernier temple cité, à la page 8, est celui de Jumet, inauguré en avril 1919 : cette brochure a donc paru en 1919), en vue d'obtenir la reconnaissance légale du Culte, celui-ci comptait quinze temples en Belgique et deux à l'étranger.

        Pendant que la guerre accumulait les ruines et semait l'épreuve, le Culte Antoiniste se développait au milieu des obstacles, attirant la foule des coeurs meurtris que la révélation appropriée aux temps nouveaux éclairait et réconfortait. A la lecture du soir, dans la communion fraternelle si profonde que réalise l'Enseignement du Père, les adeptes anciens et nouveaux puisaient les forces morales nécessaires pour supporter les rigueurs de l'existence matérielle et les souffrances en tous genres : maladies, silencieuses et cruelles séparations ou morts d'êtres aimés. La guerre n'arrêta pas la construction des temples. En 1915, alors que la vie sociale était comme paralysée et que le doute angoissait les âmes, il s'élevait à MOMALLE et à SERAING des sanctuaires antoinistes, symboles de foi et d'espoir. L'année suivante, Mère ANTOINE allait consacrer d'autres à VISE et à BRUXELLES au milieu d'une population recueillie. Puis la sainte cérémonie se renouvelait en 1917 à HERSTAL et à LIEGER, en 1918 à JUPILLE et en avril dernier à JUMET.

    Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, p.276 et Bibliographie


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique