• rue de l'Acier à Praga (Varsovie)

    source : dziedzictwo.polska.pl


    votre commentaire
  • photo : Praga - bâtiment de 1861-1866 (le plus ancien)(klubciconia.ptaki.info.pl)

    Praga, ancien quartier des industries, renaît en devenant le rendez-vous des artistes
    Week-end à Varsovie
    LE MONDE | 08.06.05 | 13h03  •  Mis à jour le 08.06.05 | 13h03

        N'importe quel buveur zigzaguant dans le quartier de Praga, à Varsovie, vous dira que le bâtiment en briques rouges, sis aux numéros 27 à 31 de la rue Zabrowska, abrite la distillerie de vodka Koneser. C'est vrai, mais incomplet. Ce site industriel datant de la fin du XIXe siècle est aussi, depuis peu, le siège d'une galerie de photos cachée dans un recoin. Praga la malfamée, Praga l'ouvrière s'encanaille avec des artistes.
        Praga fait face à la vieille ville de Varsovie, sur l'autre rive de la Vistule dont les flots sauvages coupent la capitale de la Pologne en deux. Praga est l'antithèse du centre dit historique reconstruit sur les ruines laissées par les nazis. Déambulant dans Praga, on imagine la Varsovie d'avant. La rue Zabrowska, par exemple, son café Pinguin au rez-de-chaussée d'une maison basse si typique d'Europe centrale, ses trottoirs ombragés l'été par des platanes, sa voie pavée tranchée en son milieu par les voies des tramways rouge et jaune.
        C'est à Praga que l'Armée rouge était stationnée à la fin du conflit et observa, l'arme au pied, l'écrasement du soulèvement de Varsovie par les Allemands. Puis ce furent les années de l'industrialisation à marche forcée, durant lesquelles les ouvriers se rapprochèrent des artisans établis dans ce quartier.
        Ensuite la liberté, chèrement payée par les laissés-pour-compte de la transition, ce lot de désoeuvrés, de chômeurs et d'alcooliques qui errent dans Praga. Ce marché russe, sans doute l'un des plus grands bazars d'Europe, établi dans un stade désaffecté, offrant des produits de seconde zone le plus souvent en provenance d'Asie. La mauvaise réputation du quartier n'est pas totalement surfaite. « C'est notre triangle des Bermudes. Parce que les voitures et les gens y disparaissent sans explication ! », rigole Roman Wozniak, professeur de sculpture à l'Institut des beaux-arts de Varsovie et directeur du théâtre d'avant-garde Academia.
        Il est l'un des artisans de la renaissance du quartier grâce au « festival (annuel) des voisins » qu'il a créé. Depuis trois ans, chaque mois de juillet, il fait sortir l'art dans la rue et découvrir des endroits insoupçonnés dans cette capitale a priori rébarbative, où les buildings construits pendant le boom économique des années 1990 ou la grisaille des immeubles socialistes écrasent ce qui reste d'authentique. Les premiers à réagir ont été les artistes attirés à Praga par le volume de certains sites et le prix du mètre carré, inférieur de moitié à la moyenne de la capitale.
        Les guides touristiques qui déconseillaient encore récemment de s'aventurer la nuit dans le coin doivent se remettre au goût du jour. Aujourd'hui, personne ne peut ignorer la Fabrika Trzciny, ses 2000 m2 d'anciens abattoirs reconvertis en galerie, bar, salle de défilés et bientôt restaurant, par un très entreprenant producteur de musique. Une brise s'est levée, pas encore un raz-de-marée, mais « Praga devient à la mode », pour le plus grand bonheur de Roman Wozniak.
    de notre correspondant Christophe Châtelot
    Article paru dans l'édition du 04.03.04.

    source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3546,36-658118@51-657035,0.html


        Balade dans le quartier de Praga, de l'autre côté de la Vistule, avec Bartek Chacinski, co-auteur de "Varsovie en mouvement - des innovateurs dans la villle". (Présentation : Frédéric Mitterrand. Date : 01.04.2005. Durée : 00:05:40. Auteur(s) - producteur(s) : Philippe Sommet TV5/MONDE).
    http://www.tv5.org/TV5Site/webtv/video-3461-24h_a_Varsovie_Praga_un_quartier_qui_bouge.htm


    votre commentaire
  •     La gare sur la rue de Vilnius, un bâtiment aussi vieux que Praga.

        En 1861, alors que Ksawier Konopacki s'implique dans la géométrie, Ludwik Sikorski fait le morcellement de sa propriété appelée konopacczyzną. On fit les pemières rues, et dans les zones adjacentes, on commença la construction de 100 parcelles, qui a donné lieu à l'urbanisation et la construction de la Nouvelle-Prague. En 1867, on constitua les 11 premières rues, dont Nowopraska (maintenant Stalowa), avec au bout la construction, dans les années 1878 à 1879, la Warszawską Fabrykę Stali (Usine Métallurgique de Varsovie) qu'on appelle tout simplement l'aciérie. Les premiers bâtiments de la région ont été en grande partie des bâtiments de bois, souvent des habitations de location, où vivait des centaines de travailleurs des haut-fourneaux de Praga.
        La même année, en 1861, a été inauguré la Drogi Żelaznej Warszawsko-Petersburskiej (Voie ferrée Varsovie - Saint-Pétersbourg), une liaison ferroviaire des capitales puis de l'Empire. Un an plus tard, en 1862, a été mis en service le Dworzec Petersburski (Saint-Pétersbourg) qui se trouvait dans un champ - la au centre de la rue se trouvait la Ulica Inżynierskiej (rue des Ingénieurs), qui s'appelait alors Przedokopową. En ce lieu - à l'intersection de Przedokopowej et les routes menant à la gare (à côté de la Ulica Wileńskiej (rue de Vilnius)), se trouvait la rogatki wileńskimi (Porte des habitants de Vilnius), de là a été tiré le nom de la rue.
        Le bâtiment lui-même a été une gare monumentale, comme il sied à une architecture impériale - il avait des proportions énormes: allant de l'actuelle rue des Ingénieurs, jusqu'à Zakopowa, la maison 29e de la rue de Vilnius. A l'est de la gare (comme le montre la figure ci-jointe) se construit un vaste entrepôt, utilisé plus tard comme atelier de construction mécanique (parowozownia) et connue sous ce nom. Le bâtiment de dépôt des wagons est d'architecture russe tasriste, nous savons ce que cela représente. Autre chose : le premier atelier de la gare de la rue de Pétersbourg, se trouvait devant la rue des Loyers, plus ou moins à l'emplacement du numéro 18 de la rue de Vilnius. La construction de la nef des wagons rappellent un peu celle des églises, et le plus remarquable est la conception unique en son genre de son toit : il est supporté par des poteaux en acier, tenus par des centaines de rivets métalliques.

    source : http://nowapraga.blogspot.com/2010/03/o-parowozowni-na-wilenskiej-zabytku.html


    votre commentaire
  • Les lieux à voir en Pologne
    Varsovie
    Une rue photogénique du Nouveau Praga

        Le Nouveau Praga constitue un quartier plein de vieilles maison de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. L'une de ses rues de Varsovie composées de deux rangés de maisons serrées, datant du XIXe siècle, est la Petite Rue (ulica Mała). Souvent utilisé par les cinéastes, elle peut sans mal imiter les rues de l'époque d'avant-guerre ou de durant la guerre. Déjà la rue Mała pour Dziewczęta z Nowolipek (La petite fille de Nowolipki) prétendait être Nowolipki, et Chłodna dans Korczak d'Andrzej Wajda. Un vieux médecin passe un pont en bois qui surplonbe les deux parties du ghetto de Varsovie. Dans la Petite Rue, la Rue Konopacka et la Rue de l'Acier, Roman Polanski a filmé les scènes du Pianiste, et dans un nouveau bâtiment de la Petite Rue, au 2a, se déroule la série télévisée Wiedźmy (Les Sorcières).
        L'un des endroits les plus animés de Praga était les Rue de l'Acier (ulica Stalowa), des Loyers (ulica Czynszowa), et des Tireurs d'armes (ulica Strzelecka). Un propriétaire d'immeuble fut Władysław Pachulski, qui, au tournant du siècle, a acheté des lots et fait construire des maisons contenant plus de 100 appartements de petite taille (39/41, Rue de l'Acier / Ulica Stalowa). Ils représentaient le standard de l'époque pour la classe ouvrière, avec éviets et robinets communs, et les toilettes dans une cour. Inconnu aujourd'hui, le concepteur est susceptible de s'être inspirer de bâtiments contemporains bon marché de la banlieue de Berlin. En témoigne sur les façades, les éléments architecturaux en briques et ciments gris et les damiers noir et blanc en carreaux de céramique.
        Construit au milieu du prolongement de la Rue des Loyers, Pachulski a laissé une grande cour et a créé une place de marché. Aujourd'hui la place est vide, et les vieilles vitrines sont partiellement murées et fermées. Très rare aujourd'hui à Varsovie, et typique de l'époque, les façades conservent des fragments authentiques de publicité peintes sur le plâtre. La passage au numéro 41 de la Rue de l'Acier vers la cour, on peut voir une réclame polonaire et russe du magasin d'A. Cynowski, datant d'environ 1914. Grâce à ce témoignage, on sait que la vente de vin été autorisée ici. c'est probablement la boutique d'alimentation d'une colonie. On peut  également voir plusieurs autres publicités anciennes de magasins. Sur les murs de ce bâtiment, on peut admirer encore d'autres inscriptions historiques : peint en lettres blanches, les initiales LSR avec une flèche, répétées à plusieurs endroits, marquent le chemin vers l'abri contre le raid aérien allemand (en allemand Luftschützraum). Mais peut-être ce ne sont que les restes d'un autre tournage du film. Il ya quelques années, le quartier du vieux bazar Pachulski a pu être immortalisé sur vidéo comme on le voit par le duo Jan Borysewicz et Paweł Kukiz qui ont récemment tourné dans la Rue de l'Acier, pour le film Rezerwat.

    _______________________________

    Ciekawe miejsca w Polsce
    Warszawa
    Filmowe ulice Nowej Pragi

        Nowa Praga to część dzielnicy pełna starych domów z końca XIX i początku XX w. Jedną z nielicznych warszawskich ulic mających po obu stronach zwartą zabudowę, na którą składają się XIX-wieczne kamienice, jest ulica Mała. Często wykorzystywana przez filmowców, bez trudu naśladuje ulice przedwojenne i z czasów wojny. Mała udawała już Nowolipki w Dziewczętach z Nowolipek i Chłodną w Korczaku Andrzeja Wajdy - Stary Doktor przechodził nad nią drewnianym mostem przerzuconym między dwiema częściami warszawskiego getta. Na Małej, Konopackiej i Stalowej Roman Polański kręcił zdjęcia do Pianisty, a w nowym budynku przy ul. Małej 2a powstawał serial telewizyjny Wiedźmy.
        Jednym z najgwarniejszych miejsc Nowej Pragi był kiedyś rejon ul. Stalowej, Czynszowej i Strzeleckiej. Właścicielem posesji był Władysław Pachulski, który na przełomie wieków wykupił parcele i wybudował tu zespół domów z ponad 100 niewielkimi mieszkaniami (ul. Stalowa 39/41). Miały one standard przeciętnych robotniczych kamienic ze wspólnymi kranami i zlewami oraz ubikacjami w podwórzu. Nieznanego dziś projektanta budynków prawdopodobnie inspirowało nowoczesne tanie budownictwo mieszkaniowe przedmieść Berlina. Świadczą o tym elementy architektoniczne z szarej cementowej cegły oraz szachownice białych i czarnych ceramicznych płytek na fasadach.
        Pośrodku założenia, na przedłużeniu ul. Czynszowej, Pachulski pozostawił wielki dziedziniec i utworzył plac handlowy. Dzisiaj plac jest pusty, a dawne witryny sklepowe są częściowo zamurowane i zamknięte. Zachowały się jednak, bardzo dziś rzadkie w Warszawie, a typowe dla tamtych czasów, autentyczne fragmenty reklam malowanych na tynku. Nad przejazdem bramnym budynku przy ul. Stalowej 41 od strony podwórza widać dwujęzyczną, polsko-rosyjską reklamę sklepu A. Cynowskiego z ok. 1914 r. Dzięki niej wiadomo, że prowadzono tu sprzedaż wina - był to prawdopodobnie sklep kolonialno-spożywczy. Można też wypatrzyć kilka innych reklam dawnych sklepów. Na ścianach tego budynku widać także jeszcze inne historyczne napisy. Namalowane białą farbą litery "LSR" ze strzałką, powtórzone w kilku miejscach, są niemieckim oznaczeniem drogi do schronu przeciwlotniczego (niem. Luftschützraum). Prawdopodobnie jednak są one pozostałością po kręceniu tu jeszcze jednego filmu. Przed kilkoma laty teren dawnego bazaru Pachulskiego wraz ze stojącymi wokół budynkami uwieczniono na teledysku Bo tutaj jest jak jest duetu Jan Borysewicz i Paweł Kukiz, a całkiem niedawno na Stalowej powstał nagradzany film pt. Rezerwat.
        Więcej znajdziesz w przewodniku: Polska Niezwykła mazowieckie.

    source : http://www.polskaniezwykla.pl/attraction/20001024.id


    votre commentaire
  •     La raison première de la construction de l'usine sidérurgique de Varsovie - ou simplement - l'Acierie, a été le développement du réseau ferroviaire dans l'Empire russe. La forte demande pour le rail en 1878 a conduit à la création de Towarzystwa Akcyjnego Warszawskiej Fabryki Stali (Société d'Action de l'Usine métallurgique de Varsovie), composé de la société de Lilpop, Rau et Loewenstein, de la Société des Mines de Starachowice et de la société Rheiniske Stahlwerke. À l'origine, en plus de la production de rails à Praga, il été également prévu de faire des wagons de chemin de fer, mais l'idée a été abandonnée. Le démarrage de la société a été effectif en février 1879, la cérémonie d'ouverture avec la participation des fonctionnaires eut lieu le 2 juillet de cette année.
        En plus des rails dans l'usine produit également des pneus pour les roues des locomotives et des wagons.
        La bâtiment occupe au sol 50.000 m2, à son ouverture elle emploie 800 personnes journellement  travaillant sur deux changements de douze heures. La production annuelle varie de 33 à 36 milles tonnes de rails, ce qui en fait une des usines les plus importantes du pays. En 1882, l'acierie de Praga a déjà produit 87% des rails du Royaume de Pologne et 22% des rails produits dans toute la Russie. A cause de l'effondrement du traitement des usines de fonte en France et l'Angleterre étant imposée par le gouvernement tsariste par les droits sur les matières premières importées, la décision est prise de déplacer la production dans une usine en Russie et d'utiliser le minerai de fer de Kryvyï Rih.
        La liquidation de l'usine de Praga a commencé en 1886, et a été achevé en 1889 - soit 10 ans après le lancement de l'usine. Les bâtiments des anciennes aciéries sont devenues la propriété du gouvernement, et peu après transféré à l'armée russe - Warszawskiemu Okręgowi Wojennemu (district militaire de Varsovie).
        L'armée russe a installée son atelier d'artillerie dans les bâtiments, où les armes étaient mises à jour et réparées. Après l'indépendance, en 1920 dans cet ancien haut-fourneau fut établi l'armurerie Nr.2 de Pologne avec un laboratoire pour la fabrication de prototype, en exploitation jusqu'en 1939. Pendant l'occupation, la Wehrmacht a repris les bâtiments, mais malheureusement, avant l'arrivée des Russes, les soldats allemands ont réussi à faire exploser des bâtiments. Dans la période 1945-2000 les bâtiments de l'acierie resta à l'usage de l'armée polonaise - en poste ici, par exemple, se trouvait la police militaire.
        Le haut-fourneau abandonné a été mis en vente en janvier 2010 ; un investisseur potentiel probablement mettre en route le chantier - sur les lieux, il ne reste que 7 des 32 bâtiments sous protection conservés. Une exigence supplémentaire pour la restauration est le mur de briques le long des rues de la Suède et de l'avenue du Solidarność. L'illustration tente de reconstituer les caractéristiques de l'ancienne salle d'armes,et les bâtiments maintenant inexistants, tels que la centrale électrique ou le château d'eau.
     
    ________________________

    Huta na Stalowej

        Bezpośrednim powodem do wybudowania Warszawskiej Fabryki Stali - czy po prostu mówiąc krócej - Stalowni, był rozwój sieci kolejowej w Cesarstwie Rosyjskim. Ogromne zapotrzebowanie na szyny doprowadziło w roku 1878 do powstania Towarzystwa Akcyjnego Warszawskiej Fabryki Stali, w skład którego wchodziły: Towarzystwo "Lilpop, Rau i Loewenstein", Starachowickie Towarzystwo Zakładów Górniczych, oraz Towarzystwo "Rheiniske Stahlwerke". Pierwotnie oprócz produkcji szyn na Pradze planowano także wytwarzać kolejowe wagony, jednak zamysł ten porzucono. Faktyczny rozruch zakładu miał miejsce w lutym 1879, zaś uroczyste otwarcie z udziałem oficjeli - 2 lipca tegoż roku.
        Oprócz szyn w hucie wytwarzano także obręcze do kół parowozów i wagonów.
    Zakład zajmujący 50 000 metrów kwadratowych powierzchni tuż po otwarciu dał zatrudnienie 800 osobom, pracującym na dwie dwunastogodzinne zmiany; roczna produkcja wynosiła 33-36 tysięcy ton szyn, co gwarantowało hucie wysokie miejsce na liście najważniejszych fabryk w kraju. W roku 1882 praska stalownia wytwarzała już 87% szyn produkowanych w Królestwie Polskim i 22% szyn wytwarzanych w całej Rosji.
        Przyczyną upadku huty przerabiającej surówkę z Francji i Anglii było nałożenie przez carski rząd cła na sprowadzany surowiec; bardziej opłaciło się więc przenieść fabrykę w głąb Rosji i korzystać z rud żelaza w Krzywym Rogu.
    Likwidacja praskiej huty rozpoczęła się w roku 1886, ukończono ją w roku 1889 - równo 10 lat od momentu uruchomienia zakładu. Zabudowania dawnej stalowni stały się własnością rządową, niedługo potem przekazaną rosyjskiemu wojsku - Warszawskiemu Okręgowi Wojennemu.
        Armia rosyjska w pofabrycznych budynkach umieściła warsztaty artylerii, gdzie unowocześniano i naprawiano broń; po odzyskaniu niepodległości, w roku 1920 w dawnej hucie utworzono polską Zbrojownię Nr. 2 oraz laboratorium prototypów karabinów, działające do roku 1939. Podczas okupacji zabudowania przejął Wehrmacht, którego żołnierze przed wkroczeniem Rosjan zdołali niestety wysadzić w powietrze część budynków. W okresie 1945-2000 budynki stalowni pozostawały w użytkowaniu Wojska Polskiego - stacjonowała tu na przykład Żandarmeria Wojskowa. Opuszczona huta została wystawiona na sprzedaż w styczniu 2010; potencjalny inwestor zapewne zagęści zabudowę działki - pod ochroną konserwatora jest jedynie 7 z 31 budynków na terenie zakładu; dodatkowym wymogiem konserwatora jest też pozostawienie litego, ceglanego muru wzdłuż ulic Szwedzkiej i Alei Solidarności. Zachowana dokumentacja fotograficzna umożliwia rekonstrukcję charakterystycznych dla dawnej zbrojowni nieistniejących dziś obiektów, takich jak elektrownia czy wieża ciśnień.

    Autor: Anna Żurawska
    source : http://nowapraga.blogspot.com/2010/03/huta-na-pradze.html


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique