•     Ecrite en néerlandais en 1905. Elle est adressé M. van den Hoven, habitant Noorbeek, dans le Limbourg néerlandais, à la frontière belge (près des Fourons). La correspondance est quelques peu énigmatiques : on dit avoir bien reçu le beurre et demande de bien vouloir venir.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     Ho'oponopono (ho-o-pono-pono) est une tradition de repentir et de réconciliation des anciens Hawaiiens. Des coutumes identiques se retrouvent dans toute la région du sud du Pacifique. Le ho'oponopono traditionnel était dirigé par un ou une kahuna la'au lapa'au (prêtre guérisseur) pour guérir les maladies physiques ou psychiques, il était fait avec des groupes familiaux. La plupart des versions modernes sont rédigées de telle façon, que chacun puisse le faire seul.

    à lire sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ho%27oponopono


    votre commentaire
  • source : Base Joconde


    votre commentaire
  •  Accueil » Grand Sud
    Publié le 27/05/2001 | LaDepeche.fr
    Le petit-fils de Raspoutine est guérisseur à Castelginest
    GRAND SUD : Il serait le descendant du sulfureux conseiller des tsars

    D'un côté une image du Christ, de l'autre une statuette de Bouddha. Fixées au mur dans leur cadre, deux photos: l'une représente Raspoutine, moine russe paillard, conseiller de la tsarine Alexandra et que l'on disait doté de pouvoirs surnaturels; l'autre, forcément plus récente, montre Jean-Louis Raspoutine, son petit-fils.

    Même carrure, même barbe rebelle, même regard sombre. Inquiétant chez l'ancêtre, bienveillant celui qui se dit son descendant direct. « C'était mon grand- père », affirme Jean-Louis, 57 ans, guérisseur-magnétiseur installé depuis une vingtaine d'années à Castelginest (1). Après l'assassinat de l'ancêtre en 1916 à Saint-Petersbourg (lire en encadré), le fils de Raspoutine, prénommé Gregori, aurait fui la révolution russe à l'adolescence pour se réfugier en France, dans les Alpes-de- Haute-Provence.
    En héritage

    Son père lui a laissé pour tout héritage un nom - en fait un sobriquet - lourd à porter et surtout un don: celui de soulager, sinon de guérir par l'imposition des mains. Gregori Raspoutine fils fera de ce don un métier qu'il exercera à Arles-sur-Rhône, jusqu'à sa retraite. Entre-temps, il épouse une autre immigrée russe, Annaïssa, qui lui donnera un fils. Ainsi naît en 1944 Jean-Louis, lequel, parvenu à l'âge adulte sera d'abord électricien avant de s'installer, lui aussi héritier du don familial, comme guérisseur-magnétiseur.

    Tel est le récit de Jean-Louis Raspoutine qui ne tient pas plus que ça à son arbre généalogique. Son cabinet de consultation est pourtant un véritable bric-à-brac ésotérique et oecuménique au sein duquel se mélangent symboles chrétiens, figurines bouddhistes, masques égyptiens et poupées russes gigognes... Mais il ne faut pas se fier aux apparences. « Je ne suis ni un gourou, ni un magicien », prévient-il d'une voix grave enjolivée d'un bel accent provençal. « Ni médecin », ajoute-t-il en montrant l'affichette qui précise: « Je ne saurais vous conseiller d'interrompre le traitement prescrit par votre médecin. » Il détient pourtant le don, vivement contesté par l'ordre des médecins, d'apaiser différentes formes de souffrance. « C'est difficile à expliquer. J'ai en moi la volonté de ne plus voir les gens souffrir. J'appellerais ça la rage de guérir », explique-t-il en se bornant à constater: « Les gens disent que ça leur fait du bien... » Coût de la séance: 200 F.

    Sa première évaluation lui serait fournie par « l'aura » qui émane de ses patients, du jaune au violine en passant par le vert et le rouge. Mais c'est bien l'imposition des mains qui apporte au patient le soulagement espéré. Jean-Louis Raspoutine s'est « spécialisé dans l'accompagnement de personnes atteintes de graves maladies », mais il a également le célèbre et mystérieux don « d'enlever le feu » par l'association de l'imposition des mains et d'une prière qu'on se transmet de génération en génération.
    En échange de la douleur

    Qu'on « y croie » ou non, son livre d'or regorge de témoignages: apaisement de la douleur d'une femme atteinte d'un cancer du sein, d'une autre souffrant d'un zona ou de telle autre guérie d'un psoriasis. Ou encore l'histoire de ce jeune homme, Christophe, sorti du coma dans lequel l'avait plongé un terrible accident de la route.

    Comme tous ses confrères, Jean-Louis Raspoutine ne peut fournir aucune explication rationnelle. « J'envoie une énergie à quelqu'un et en échange je prends sa douleur. » Tandis que le conseil de l'ordre des médecins considère qu'il s'agit d' « exercice illégal de la médecine », de nombreux praticiens se montrent moins rigoristes.

    « J'ai observé, par exemple, que certains guérisseurs arrêtent la sensation de brûlure du zona plus vite que les médicaments », confirme un généraliste toulousain qui tient à rester anonyme mais affirme: « Je crois que des gens ont cette capacité inexpliquée d'apporter un soulagement aux autres. » En ajoutant aussitôt qu'il faut tout de même « se méfier des charlatans. »

    Un praticien ira-t-il jusqu'à envoyer ses patients chez cet étrange collègue? « Beaucoup de patients me sont envoyés par des médecins », affirme Jean- Louis Raspoutine. Information invérifiable, mais divers témoignages confirment que des guérisseurs interviennent dans des services hospitaliers, y compris auprès de cancéreux ou de grands brûlés. A la demande des familles, certes, mais sous le regard neutre d'infirmiers et de médecins qui admettent implicitement ne pas tout savoir des mystères de la souffrance humaine.

    ______

    (1) En Haute-Garonne, une cinquantaine de personnes sont inscrites sous la rubrique « Magnétiseurs » dans les pages jaunes de l'annuaire

    René GRANDO

    Ni le poison, ni les balles...

    Né en Russie en 1864, Grigori Iefimovitch Raspoutine, fils de paysan et analphabète, était doué d'un pouvoir de guérisseur qui le fit considérer par les uns comme un saint homme, par les autres comme l'incarnation du diable. Accueilli à la cour du tsar Nicolas II, il sauva à trois reprises la vie du tsarévitch Alexis atteint d'hémophilie. Ses succès lui attirent le respect du tsar et surtout la vénération de l'impératrice Alexandra. Sa paillardise insolente, ses débauches et son influence occulte sur la famille impériale lui vaudront la haine de l'aristocratie russe. Trois membres de la noblesse organisent son assassinat dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916 à Saint- Petersbourg. Il est alors âgé de 53 ans et il a déjà survécu au coup de poignard d'une prostituée dans un bordel sibérien. Selon le récit du prince Youssoupov, principal exécuteur du complot, Raspoutine absorba ce soir-là, quasiment sans broncher, une dose de cyanure propre à tuer un boeuf, le poison étant mélangé à du vin et des gâteaux. Youssoupov tirera quatre balles de revolver et s'acharnera sur lui à coups de matraque pour en venir à bout. La victime sera jetée du haut d'un pont dans les eaux glacées de la Neva. Selon l'autopsie pratiquée ensuite sur le corps de Raspoutine, celui-ci n'était pas mort lorqu'il a été jeté dans le fleuve. Ses poumons contenaient de l'eau, la preuve qu'il respirait encore en dépit du cyanure et des balles tirées sur lui.

    R. G.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique