•     Voici une carte-postale présentant la configuration de la rue Hullos avant la construction du temple.


    votre commentaire
  •     - Nos valeurs boursières ont été multipliées, annonça-t-elle à voix basse. Demain, j’irai à la banque afin de réclamer l’échange de nos biens contre des espèces – elle exhiba un petit carnet remplis de chiffres soulignés de rouge – J’ai tout calculé… Si nous entreprenons la construction de ces maisons à nos frais, nous pourrions récupérer une partie de nos investissements avec des loyers aussi modestes soient-ils.
        - Combien ?
        - 4 000 francs, terrain compris avec une façade limitée à 4 mètres et la distribution d’eau en prévision. Nous pourrions en faire construire une vingtaine comme prévu !
        - Seuls des ouvriers bien payés pourraient les louer, or ce sont les autres que nous devrions aider, ceux qui n’ont pas de moyens.
        - Oui, mais quand la municipalité se rendra compte de notre initiative, elle n’en restera pas là et se mettra en devoir d’en construire d’autres, par émulation, et ainsi tout le monde sera décemment relogé.

    Roland A E Collignon, La Vie tourmentée de Louis Antoine


    votre commentaire
  • Illustration : Le n° 5 de la rue de Sévigné, à Paris. L'inscription indique : "Dans cette maison François-Vincent Raspail, promoteur du suffrage universel [...] donna gratuitement ses soins aux malades de 1840 à 1848 ". (© Photo : Serge. Jodra, 2009).

    Raspail (François-Vincent). - Chimiste et homme politique français, né à Carpentras le 24 janvier 1794, mort à Arcueil le 7 janvier 1878; fut élevé pour la carrière ecclésiastique, où il refusa d'entrer; vint à Paris, où il mena une vie précaire comme simple répétiteur et préparateur au baccalauréat, et se livra avec passion à l'étude des sciences physiques; publia dans les Annales des sciences naturelles et autres recueils du même genre, de nombreux mémoires sur la botanique, la zoologie, la paléontologie, la médecine légale : il y fit preuve d'une grande puissance d'expérimentation, mais il fit des ennemis par ses diatribes contre les corps savants.

    De bonne heure partisan déclaré de la République, il combattit et fut blessé dans les journées de juillet 1830; écrivit dans les feuilles républicaines du temps, et s'attira plusieurs procès de presse et plusieurs condamnations ; composa, pendant ses séjours réitérés dans les prisons, divers ouvrages de science (Essai de chimie microscopique, 1831; Cours élémentaire d'agriculture et d'économie rurale, 1831; Nouveau système de chimie organique, 1833; Nouveau système de physiologie végétale et botanique, 1837); se fit une notoriété bruyante à l'occasion du procès de Mme La Farge, où il critiqua vivement l'expertise du docteur Orfila.

    Raspail a rendu son nom populaire, surtout dans les classes pauvres, par son Manuel de la santé (1842 et suiv.), sorte d'encyclopédie usuelle de thérapeutique, où il préconise le camphre comme une sorte de panacée universelle, et par le Fermier vétérinaire, manuel destiné au traitement des animaux domestiques, d'après la même médication. Il a exposé plus amplement son système, à l'adresse des savants dans une Histoire naturelle de la santé et de la maladie, 1843, 8 vol. in-8; et dans la Revue élémentaire de médecine et de pharmacie domestique, 2 vol. in-8, 1855, etc. 

    Éloigné de la politique depuis plusieurs année, il y rentra en 1848, rédigea un journal révolutionnaire, l'Ami du peuple, présida un club, figura parmi les émeutiers qui envahirent l'assemblée nationale le 15 mai, et fut, pour ce fait, condamné à cinq ans de prison. Il devint, aux élections de décembre 1851, le candidat du parti le plus avancé à la présidence de la République; et, après la chute de l'Empire; siégea à l'extrême gauche de l'Assemblée nationale et de la Chambre des députés.

    source : http://www.cosmovisions.com/Raspail.htm

     

    Anecdotiquement, on peut dire que le temple de Croix est situé dans la rue Raspail, certainement en honneur de François-Vincent Raspail ou quelqu'un de la même famille (cf. la page wikipedia)


    votre commentaire
  • Collection mise en ligne par Georges Barbieri, sur Picasa - cliquez ici.

    On y trouve quelques cartes-vues du temple.


    votre commentaire
  • Au menu de ce mercredi 7 octobre, les guérisseurs et la voyance


    1 - Les guérisseurs sont-ils plus forts que les docteurs ?

    Enquête sur un monde méconnu, celui des guérisseurs en Wallonie. Ils sont également appelés signeurs ou coupeurs de feu. Ces personnes disent avoir reçu un don, un secret transmis de génération en génération. Elles soignent ou soulagent gratuitement des maux tels que les verrues, les douleurs de foulure ou de brûlure, les hémorragies, l’eczéma, le zona ou encore les maux de dents. Leur secret est bien gardé, mais Questions à la une  va lever le voile en partie. À notre surprise, l’enquête va également montrer qu’un nombre impressionnant de personnes vont chez ces guérisseurs. Cela signifie-t-il qu’ils sont plus efficaces que les docteurs ?

    Questions à la une a mené deux expériences : des guérisseurs ont accepté de se prêter au jeu et de guérir ou soulager des personnes. L’enquête montrera si ces expériences ont été concluantes ou pas. Qu’en pensent les médecins ? En Belgique : tabou, moquerie, incompréhension ou tolérance. Alors qu’en Suisse, la situation est bien différente. Ici et là bas, les liens avec le monde médical sont interpellants et éveillent des débats vifs dans le milieu médical.

    Un reportage d'Aurélie Didier et Patrick Lemy

     
    2 – L’astrologie, c’est du bidon ?

    Et si nous tentions de comparer les propos de deux astrologues en consultation? L’enquête de Questions à la une commence par un défi, une expérience qui va donner des résultats éloquents. Or, près de 10% de la population a consulté ou consulte un astrologue ou un voyant, selon le CRIOC. Et presque tout le monde connaît son signe astral et quelques-unes de ses particularités. Bref, l’astrologie est une pratique presqu’aussi vieille que l’humanité. Pour mieux la cerner, nous avons décidé de la confronter à la science actuelle.
    Va-t-elle montrer ses limites ? Et pourquoi ?
    Et puis, l’astrologie, ce ne sont pas que des horoscopes. Cela peut aussi être un business … très juteux. Et ce n’est pas toujours inoffensif.

    Une enquête d’Aurélie Didier et François Hubert


    à regarder par internet, l'émission du 7 octobre (avec Internet Explorer, plutôt que Mozilla Firefox) : http://www.rtbf.be/info/questionsalaune


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique