•  source : google maps


    votre commentaire
  • LES BORDS DE LA MEUSE.–HUY.–LIEGE - Le Rhin
    Oeuvres complètes de Victor Hugo. Le Rhin 1 (1880-1926)
    p.99-100

    Quand on a passé le lieu appelé la Petite-Flemalle, la chose devient inexprimable et vraiment magnifique. Toute la vallée semble trouée de cratères en éruption. Quelques-uns dégorgent 'derrière les taillis des tourbillons de vapeur écarlate étoilée d'étincelles; d'autres dessinent lugubrement sur un fond rouge la noire silhouette des villages ailleurs les flammes apparaissent à travers les crevasses d'un groupe d'édifices. On croirait qu'une armée ennemie vient de traverser le pays, et que vingt bourgs mis à sac vous offrent à la fois dans cette nuit ténébreuse tous les aspects et toutes les phases de l'incendie, ceux-là embrasés, ceux-ci fumants, les autres flamboyants.

    Ce spectacle de guerre est donné par la paix; cette copie effroyable de la dévastation est faite par l'industrie. Vous avez tout simplement là sous les yeux les hauts fourneaux de M. Cockerill.

    Un bruit farouche et violent sort de ce chaos de travailleurs. J'ai eu la curiosité de mettre pied à terre et de m'approcher d'un de ces antres. Là, j'ai admiré véritablement l'industrie. C'est un beau. et prodigieux spectacle, qui, la nuit, semble emprunter à la tristesse solennelle de l'heure quelque chose de surnaturel. Les roues, les scies, les chaudières, les laminoirs, les cylindres, les balanciers, tous ces monstres de cuivre, de tôle et d'airain que nous nommons des machines et que la vapeur fait vivre d'une vie effrayante et terrible, mugissent, sifflent, grincent, râlent, reniflent, aboient, glapissent, déchirent le bronze, tordent le fer, mâchent le granit, et, par moments, au milieu des ouvriers noirs et enfumés qui les harcèlent, hurlent avec douleur dans l'atmosphère ardente de l'usine, comme des hydres et des dragons tourmentés par des démons dans un enfer.

    source : gallica2


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •     Il partait maintenant pour Seraing, à la fine pointe du jour, et rentrait tard le soir, avec sa musette de toile brune et son bidon. Ses jambes de quinze ans faisaient aisément le chemin. Il reconnaissait, suivant la saison, les indices qui montraient s'il était à temps ou en retard : à cette maison isolée, en avril, il devait seulement commencer à faire clair.
        Parfois, ce qui le mettait en retard, c'était ses prières. [...]

        Louis Antoine resta chez Cockerill jusqu'à ses vingt ans, âge où il fut pris par la milice. Il fut employé comme marteleur, c'est-à-dire qu'à l'aide d'une longue et lourde pince il maintenant et tournait le lingot incandescent sur lequel il maintenant par à-coups l'énorme pilon d'acier. Le bloc chauffé à blanc devenait rose, puis rouge. Les contacts de la pince y marquaient des taches sombres, aussitôt effacées, et le pilon en faisait jaillir constamment des étincelles blanches, vertes et bleues. Cela éblouissait les yeux et brûlait le visages. Nus jusqu'à la ceinture, les marteleurs attentifs commandaient de la voix la manaoeuvre du pilon. Et peu à peu, sous les coups assénés d'en haut, le bloc tout d'abord si dur se faisait malléable. Comme s'il avait été un être vivant, il obéissait, il changeait de forme. Il devenait utilise aux hommes. C'est le feu tout-puissant qui amollit la dureté du métal. L'humble marteleur admirait cette puissance du feu.

    Robert Vivier - Délivrez-nous du mal
    Ed. Labor - Espace Nord, p.36


    votre commentaire
  •     Arcelor-Mittal était l'entreprise Cockerill : Louis Antoine fut encore un temps machiniste au charbonnage des Kessales qui travaillait à approvisionner en charbon l'acirie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique