•     La plupart des termes de l'industrie minière sont empruntés aux dialectes des pays picards et wallons où se trouvent les principaux charbonnages ; ils datent de la deuxième moitié du XVIIIe siècle ; la première mine ayant été ouverte en France à Anzin en 1716. Dès le XVIe toutefois on trouve houille sous la fore de oille de charbo. Il s'agit d'un vieux mot liégeois hulhes, hoye qui représente le mot germanique hukila "tas, monceau". Le mot est toujours vivant dans les patois wallons sous des formes houye, houyot, huquelot que désignent "un tas (de foin, de blé)", "une motte (de beurre)", "un quignon (de pain)". Une "houille de charbon", a du désigner une "motte de charbon" ; on a dit ensuite "charbon de houille" par opposition à "charbon de bois" ; et enfin "houille".
       Grisou est de même un m wallon ; c'est une forme du français grégeois. Le feu grégeois (ou grec) désigne dans l'Antiquité diverses sortes de mélanges inflammables. On rencontre les formes grézois, grieux et en Wallonie feu grizou pour désigner les mofettes qui s'enflamment subitement dans les mines de houille. Le mot pénètre dans la technologie minière française sous une première forme : feu brisou ; de toute évidence par une étymologie populaire qui y voit "un feu qui brise tout".
        Gailletin au sens de "petit morceau de houille" est un diminutif de gaille "noix". Le mot remonte à gallca, c'est-à-dire noix de galle. Le rouchi et wallon noix gaille correspond au français noix jauge, gauche, jaille...
        Voici la liste des termes miniers d'origine picardo-wallone : buse (XIIIe), houille (XVIe), benne (1611), bure (1751), hercher (1769), escarbille (1780), grisou (1796), faille (XVIIIe), borin (1803), porion (1838), bourgeron (1842), galletin (1853), borinage (1864), galibot (1871), coron (1885), bossoyer (XXe), cufat (XXe), estouffée (XXe), coumaille (XIXe), rescapé (1925).
        Benne représente une forme ardennais de banne et désigne "une voiture, une tombereau" ; mais le mot a été popularisé dans son sens technique de "benne à charbon".
        Buse, "conduit" est un mot d'origine néerlandaise et il a pénétré par le Nord où il a pris le sens spécial de "tuyau d'aération" en particulier pour les galeries de mine (et pour les hauts fourneaux).
        Bourgeron, "sarreau" remonte à bourge (latin burrica, étoffe "bourrue") et désigne une blouse de travail en Picardie.
        Coron est un dérivé de cor (latin cornu) au sens de "aile d'un bâtiment, extrémité" ; en Wallonie le mot a pris le sens de "quartier d'une mine" puis "maisons de mineurs".
       Cufat désigne le "tonneau d'extraction dans les mines" ; c'est une forme liégeoise de cuve.
        Escarbille est un mot rouchi (dialecte de Lille) ; c'est un dérivé d'un verbe néerlandais schrabben, "râcler, gratter" ; et le mot désigne les "débris de charbon" recueillis en grattant les cendres du foyer.
        Faille est un terme de mineur wallon ; c'est un déverbal du verbe faillir et le mot désigne un "manque", un espace vide dans le rocher.
        Galibot, "jeune manoeuvre dans les mines" est un mot artésien, d'origine incertaine.
        Hercheur "ouvrier qui pousse les berlines dans les mines" est un dérivé de hercher forme wallonne de herser [travailler le sol avec une herse].
        Enfin la terrible catastrophe de Courrières en 1906 est à l'origine de rescapé, forme wallonne de réchappé reprise par les journalistes de la bouche des sauveteurs.
        Cette même région du Nord, qui est le plus grand et le plus ancien centre de notre industrie textile, a fourni aussi de nombreux termes techniques pour désigner des instruments ou des opérations de filage et de tissage : séran (XIe), canevas (1281), carde (XIIIe), fauder (XIIIe), rouir (1340), cacheron (XIVe), maquer (XVe), broquette (1565), tricoter (1560), écrouir (1685), époule (1723), stopper (1730), bougeau (1751), carqueron (1784), faille (1829), canon.

    Pierre Guiraud, Patois et dialectes français, p.96-98
    Que sais-je ? n°1285, Paris, 1978


    votre commentaire
  • Quand j'song à l'destinaie
    D'on misèrab' houyeû
    Qu'ouveur' tot' li journaie
    Po châffer les Monsieurs ;
    S'i fât qu' wâgne in' moûnaie
    I pins' cint feïes pèri ;
    I vint à l'fin d'l'annaie
    Ossi pauv' qui todi.
             2.
    L'an dihe hût cont et doze,
    Li vingt hût' dè p'tit meû,
    On d'hind bonn' mint ès l'fosse,
    Todi bin corègeux.
    Quoiqu' tot hàzârdant s'veïe,
    On n'kinoh' nin l'dangî ;
    In z-ouveure à l'èveïe
    Sins jamâïe songî.
             3.
    Nos n'nos attindîs wère
    A çou qu'esst arrivé,
    Quand nos ètindans braire
    Qu'i n'y a pus qu'à s'sâver.
    Divin n' pareye hisdeûre
    Nos corans â hàzârd;
    Qwand n's arrivans â beûre,
    Il est dèjà trop târd.
              4.
    Goffin n'jambe ès l'coufâte
    Est tot prèt à r'monter :
    I song' qu'i fret in' fâte
    S'i vint à nos qwitter :
    I sôrte et d'on ton grâve
    S'adressant à turtos,
    I dit qu'fât qu'i nos sâve
    Ou qu'perihe avou nos.
              5.
    C'est lu qui plein d'corège
    Ossi bin qu't'ètind' mint
    Fait trawer l'beùr' d'airège,
    C'est l'affair' d'on moumint.
    C'est por là qu'on s'èchappe,
    Qu'on z-évit' dè pèri ;
    Mais d'vant d'ess' foû dè l'trappe
    N'y a co bin à soffri.
              6.
    Les vîs tot comm' les jônes
    Qwand on z-est rassônné,
    Houbert Goffin, qu'nos mône,
    Dit po nos refrener :
    " Colson noss' camarâde
    " Nos abandonn'reut-i ?
    " Seyîs sùrs qu'i n'a wâde;
    " C'est lu qu'nos fret sòrti. "
              7.
    " Ovrans donc sins rattinde ;
    " Habeye ! vite attaquans ;
    " I fât qu'on nos ètinde,
    " Qu'on sèp' qui nos vikans.
    " Qwand  sàret in feïe
    " Ouis' qui nos nos trovans,
    " Les autes â pus habeye
    " Ouverront enn' avant."
              8.
    On l'hoûte, on s'apnteïe
    N'y a nouk qui n'vôye ovrer.
    On prind chaque ine usteye,
    On qwîre à s'disterrer.
    On vint à fer n'trawaie,
    On est tot mervyeux ;
    On n'a fait qu'in' corwaie,
    On trouv' li feû grieûx.
              9.
    I s'fait on grand tapage
    Qu'on dobel' par on cri ;
    On jett' la hache et mache,
    On pinse aller pèri.
    Goffin, qui n'pièd' nin l'tièsse
    Coûrt vit' sitoper l'trô ;
    I falléf si hardièsse
    Personn' n'eûh' paré l'côp.
              10.
    I fât qu'on moûre ès beûre
    Si c'est qu'on n'ouveûr' nin ;
    Et si c'est qu'on z-ouveûre
    On craint co n'accidint.
    On pleûre, on désèspère,
    Et paou dè manquer
    On dîreût qu'on préfère
    Dè mori qu'dè viker.
               11.
    N'y a pus nolle espèrance ;
    On s'résout à pèri.
    On veût l'moirt qui s'avae
    Prète à nos v'ni qwèri.
    Les vîs turtos essône
    Fet n'act' di contrition,
    Et so c'timps là les jônes
    D'mandet l'bènèdiction.
               12.
    Onk met' si confiince
    Es l'bennïe vièrg' di Hâ,
    Promet' po si assistince
    On voyège à pîs d'hâs.
    In aut', divin s'misére,
    S'adresse à Saint Lînâ.
    Mathî (1) dit : " Hoûtez m'père !
    Taihîs-v', vos n'polez mâ. "
               13.
    " Si n's avans dè corége, "
    Nos dit li p'tit Mathî,
    " Qu'on sèp' par noste ovrège
    " Tot çou qu'nos mèritîs.
    " Si nos estans esclâves,
    " Si nos d'vans mori d'faim,
    " Qu'on n'ritrouv' nos cadâves
    " Qu'avou l'usteye ès l'main. "
               14.
    Ces raisons là sont bonnes,
    I fât bin l'avouer ;
    Mâgré çoula personne
    No ois' pus s'rimouer :
    Goffin tot d'on côp s'dresse
    Et nâhi d'nos veyî
    Happ' si fi d'vin ses bresses
    Et vout s'aller neyî.
               15.
    On l'ritind, on l'assûre
    Qu'on fret çou qu'i vôret ;
    Qui n's estans prèt à l'sûre
    Tot ouis' qu'i nos monret.
    Vint ine aute avinteûre,
    Deux chandell' distindet
    Et l'treusinm' qui nos d'meûre
    Distind d'abôrd après.
               16.
    Personn' n'a pus èveïe
    Dè rik'mincî d'ovrer ;
    On s'plaint, on r'nonce à l'veïe,
    On n'fait pus qu'dè plorer.
    Mathî n'jett' nin n'seûl' lâme
    Et nos apostrophant,
    Dit : " vos n'avez nolle âme,
    " Vos fez comm' des èfants.
               17.
    Ci valet là qu'affronte
    Tote espéc' di dangî,
    I fât l'dîre à noss' honte,
    Sé nos rècorègî :
    n rassônn' tot' ses foices
    Pon' nin s'leyî brokter.
    Goffin inteûre ès l'roisse
    Et nos fait tos monter.
                18.
    Qwand on z-esst à l'copette,
    On pins' qu'on z-ôt on brut.
    Ci brut là, qui s'rèpette,
    Fait qu'on z-est tot foû d'lu.
    I n'y a nouk qui n'ètinde
    Haver, côper, hotter ;
    I n'fât pus wèr' rattinde.
    On va ressusciter.
                19.
    On trawe, on nos fait vôïe,
    On creïe : i sont sâvés !!
    Po bin jugî d'noss' jôïe,
    I faléf s'y trover.
    On s'wain' divin l'aut' beûre
    Les cis qu'nos ont d'lîvrés,
    Fait à fait' qu'on z-inteûre,
    Nos r'cevet comm' des frés.
                20.
    A fait d'jôïe, c'esst apreume
    Qwand c'est qu'on z-est r'monté ;
    Nos èfants et nos feummes
    Accoret d'tot coestés.
    I n'y a sôrt' di caresse
    Qu'i n' qwèresse à nos fer.
    I nos t'net d'vin leûs bresses
    A n'poleûr' s'ennès d'fer.
                21.
    En attindant on k'mince
    A r'ovrer pi viker ;
    N'y a comme in' providince
    Qui n'nos lait rin manquer
    On n'fait rin à moiteïe,
    On nos l'a bin prové ;
    On nos a sâvé l'veïe,
    On vout nos l'conserver.
                22.
    On crût d'veûr si surprinde
    D'in' pareye charité ;
    On n'pout d'abord comprinde
    Tant d'gènèrosité.
    N'y a portant rin d'si simpe
    On n's'enn' èmerveye pus ;
    Li préfet (2) donn' l'eximpe,
    Tot l'mond' vout fer comm' lu.


    (1) Mathieu, fils de Hubert Goffin.
    (2) M. le baron de Micoud, chevalier de la légion d'honneur.


    Choix de chansons et poésies wallonnes, p.116 (1844)
    source : archive.org


    votre commentaire
  •     D’une voix ardente, il parlait sans fin. C’était, brusquement, l’horizon fermé qui éclatait, une trouée de lumière s’ouvrait dans la vie sombre de ces pauvres gens. L’éternel recommencement de la misère, le travail de brute, ce destin de bétail qui donne sa laine et qu’on égorge, tout le malheur disparaissait, comme balayé par un grand coup de soleil ; et, sous un éblouissement de féerie, la justice descendait du ciel. Puisque le bon Dieu était mort, la justice allait assurer le bonheur des hommes, en faisant régner l’égalité et la fraternité. Une société nouvelle poussait en un jour, ainsi que dans les songes, une ville immense, d’une splendeur de mirage, où chaque citoyen vivait de sa tâche et prenait sa part des joies communes. Le vieux monde pourri était tombé en poudre, une humanité jeune, purgée de ses crimes, ne formait plus qu’un seul peuple de travailleurs, qui avait pour devise: à chacun suivant son mérite, et à chaque mérite suivant ses œuvres. Et, continuellement, ce rêve s’élargissait, s’embellissait, d’autant plus séducteur, qu’il montait plus haut dans l’impossible.

    Emile Zola, Germinal
    Troisième partie, chapitre III


    votre commentaire