• Adresse du Jardin Exotique :
    62, boulevard du Jardin Exotique
    98002 Monaco

    Le Boulevard du Jardin Exotique était dénommé Boulevard de l'Observatoire, vers 1916 le quartier de l'Observatoire était la dernière tranche de la Principauté non urbanisée. Ce nom s'explique par l'histoire des hauteurs de la ville de Monaco.

    Historique :

    Le Prince Albert Ier fit l'acquisition, en 1910, du "Terrain de l'Observatoire" afin de créer en Principauté un jardin qui soit entièrement consacré aux végétaux exotiques. Ce terrain était ainsi dénommé en raison de la présence d'un petit observatoire astronomique abandonné depuis le décès, en 1895, de son propriétaire, le Docteur Alfred Gueirard. Y poussaient déjà spontanément quelques Figuiers de Barbarie et Agaves introduits dans tout le bassin méditerranéen dès la seconde moitié du XVIème siècle, après la découverte du Nouveau Monde.

    Le choix de cet emplacement ne fut donc pas uniquement dicté par les circonstances et, de fait, il s'avéra des plus judicieux. En effet, il y a tout lieu de penser qu'en nul autre endroit de la Principauté les végétaux "succulents" auraient pu trouver des conditions aussi favorables pour leur développement.

    Les travaux d'aménagement de Jardin Exotique débutent en 1913.
    Le Prince Albert Ier confie à Louis Notari, Ingénieur des Travaux Publics, la réalisation de cette œuvre qui va demander une vingtaine d'années d'efforts. Il sera secondé par Monsieur Jean Agliani, Ingénieur Horticole, et pourra compter sur la collaboration des jardiniers du Service des Cultures de la S.B.M. pour les plantations.
    Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, le point de départ n'est pas l'actuelle partie supérieure : la Moyenne Corniche n'est construite qu'à partir de 1917 et cet accès, évident aujourd'hui, n'existe pas encore. L'aménagement commence à proximité de l'emplacement de l'actuelle terrasse de la grotte et se poursuivra vers le haut et vers l'Ouest dans un premier temps.

    source : http://flore-succulente.com/espacemembres/articles/historique_je.htm


    votre commentaire
  •     Le soleil embrase les murailles féodales flanquées de tours et d'échauguettes de l'antique port d'Hercule devenu la citadelle de Mammon. Trompeur Monaco, nid de pirates en habits noirs, burg féodal des princes de la roulette ! Risible matamore, le hautain château des Grimaldi règne sur le casino de Monte-Carlo. Et ce minime, ce microscopique État de Monaco, inscrit dans l'almanach de Gotha par tolérance de l'Europe, est en réalité gouverné, entretenu, nourri, enrichi, diverti avec une autorité et une profusion de ressources inépuisables, par le très despotique, très puissant et très effrayant souverain le Jeu, tyran d'une foule de sujets et de victimes sans cesse renouvelés et sacrifiés. Sur les enchantements de Monte-Carlo, la beauté de ses jardins, le luxe de ses salons, l'harmonie de ses concerts, silence ! l'aile noire du suicide, l'ombre de la ruine, le deuil de la misère, planent sur eux. Voyageurs de la côte d'azur, voilà l'écueil caché sous d'éblouissants prestiges ! Comme les compagnons d'Ulysse, bouchez de cire vos oreilles pour ne pas entendre les flatteuses sollicitations du hasard à la voix de sirène, et passez !

    Louis Barron, Le nouveau voyage de France (1899)
    souce : gallica


    votre commentaire
  • Le nom Castelleretto apparaît sur l'Avenue de l'Observatoire (à gauche). Le Boulevard du Jardin Exotique était dénommé Boulevard de l'Observatoire, vers 1916 le quartier de l'Observatoire était la dernière tranche de la Principauté non urbanisée.

    source : lib.utexas.edu


    votre commentaire
  • source : bing.com


    votre commentaire