• Nantes - Encore une religion nouvelle (L'Echo d'Alger 10-11-1929)

     

    ENCORE UNE RELIGION
           NOUVELLE !

        Nantes, 9 novembre. – Un curieux cortège de pèlerins belges a débarqué à Nantes, ce matin, amenant de Liège, cinq cents antoinistes qui sont venus assister à la consécration d'un temple édifié à Chantenay où un petit noyau d'adeptes constitue la religion antoiniste.
        Cette religion, en lutte avec les autres se propose de fondre tous les hommes de toutes religions. Dieu aurait révélé, en 1903, cette religion à Antoine, ouvrier mineur-métallurgiste à Jemmepe-sur-Meuse, comme autrefois il avait révélé sa loi à Moïse.
        Cette nouvelle religion est sans ministre, sans culte. Le seul enseignement transmis à Antoine en dirige les croyants.
        Avec leurs longues robes noires et leurs chapeaux demi hauts de forme à bords plats, les frères ont provoqué une vive curiosité.
        Les femmes sont simplement vêtues et drapées dans de grands manteaux. Elles sont coiffées d'un chapeau recouvert d'un voile de deuil.
        La mère Antoine, femme du fondateur de l'antoinisme, est venue malgré ses 80 ans, présider la cérémonie.

    L'Echo d'Alger, 10 novembre 1929


    votre commentaire
  • Une mission d'« antoinistes »
    La « Mère Antoine », 80 ans, était là...
        Nantes, 9 Nov. - Un curieux cortège de pèlerins belges a débarqué à Nantes, ce matin, amenant de liége cinq cents Antoinistes venus assister à la consécration d'un temple édifié à Chantenay où un petit noyau d'adeptes constitue la religion antoinise, que fonda jadis Antoine, ouvrier mineur métallurgiste à Jemmeppe-sur-Meuse. Avec leurx longues robes noires et leurs chapeaux demi haut de forme à bords plats, les frères provoquèrent une vive curiosité. Les femmes sont simplement vêtues et drapées dans de grands manteaux, elles sont coiffées d'un chapeau recouvert d'un voile de deuil. La mère Antoine, femme du fondateur de l'antoinisme, est venue, malgré ses 80 ans, présider la cérémonie.
    Le Petit Journal du 10 Novembre 1929
    source : Gallica


    votre commentaire
  •    Bretagne. - Un temple à Nantes-Chantenay ; prière quotidienne à 10 h. ; réunion le dimanche (distribution d'eau et de papiers magnétisés) ; une centaine de personnes aux réunions, milieu populaire, surtout féminin, malades et infirmes. Quelques militants résident à Chantenay ou dans les paroisses limitrophes ; il en vient parfois de Belgique. Les "soeurs" visitent volontiers les enfants, pour opérer des guérisons. - Des adeptes à Rennes, mais pas encore de temple.
    C.Ch. Chéry o.p., L'Offensive des sectes, 1954, p.262

        Un commentaire s'impose. La liberté étant laissée aux adeptes, il semble que ceux-ci aient gardés l'habitude de distribuer de l'eau et des papiers magnétisés, comme le faisait le Père lui-même avant son procès en 1901. A partir de cette époque, il abandonna tout autre moyen que la prière pour guérir.

        Il existait une salle de lecture à Chantenay déjà en juillet 1913, elle existe encore en 1920. Le chanoine E. Leroux (Antoine le Guérisseur) indique déjà la présence d'un temple antoiniste à Nantes en 1925. Il deviendra réèlement un temple en 1929 par sa consécration. L'antoinisme ne s'est pas plus développé dans l'extrême Ouest de la France, le mouvement ne pouvant continué porté qu'il était par des adeptes ne suivant pas les méthodes du Père.


    votre commentaire
  • Temple antoiniste de Nantes

    Culte antoiniste

    Temple antoiniste (XXe), 11 rue de la Constution, Chantenay. Ce temple antoiniste a été fondé en 1929.

    Fondé par Louis ANTOINE dit le PERE, le culte antoiniste est une religion basée sur la Foi et la guérison des souffrants. Parti de Belgique le 15/08/1910, le culte fut reconnu à égalité avec les autres cultes par le gouvernement belge en 1922. Le fondateur du mouvement, Louis Antoine, ouvrier né à Mons-Crotteux (Belgique) en 1846, a assisté pendant vingt-deux ans des malades, auxquels il a consacré sa fortune. Influencé par les écrits d'Allan Kardec, il fonde d'abord une association nommée "Les Vignerons du Seigneur"et dans laquelle il exploite ses talents médiumniques. Il examine en moyenne près de 60 malades par jour qu'il se propose de guérir gratuitement. Néanmoins, le 19 février 1901, il est condamné à 60 F avec sursis devant le tribunal correctionnel de Liège pour pratique illégale de la médecine (il guérissait par contact avec du papier magnétisé et du thé). Puis il évolue vers une guérison suite à un enseignement. Son expérience, relatée dans ses écrits, est lue aux fidèles dans les temples et les salles de lecture. Les adeptes du mouvement l'appellent aujourd'hui le Père, et son épouse, la Mère (elle a pris la succession du mouvement de 1912 à 1940). Deux dissidences du mouvement, dont l'une dirigée par un proche d'Antoine, ont pris très rapidement fin.

    Il y a aujourd'hui 31 temples en France pour 2500 fidèles environ. L'antoinisme bannissant tout prosélytisme et n'étant plus un mouvement strictement guérisseur depuis les années 20, il est difficile de le ranger parmi les sectes. Tout au plus peut-on dire que c'est un culte chrétien particulier, dont les structures se calquent sur le christianisme (10 principes comme 10 commandement, vénération d'un enseignement aux accents christiques, expériences du Père ressemblant étrangement aux paraboles du Christ etc...)

    Type d'Edifice: temple antoiniste
    Nom de l'Edifice : Culte antoiniste de Nantes
    Siécle de l'édifice: XXe
    Forme du clocher : sans
    Clocher en péril : non

    source : http://lafrancedesclochers.xooit.com/t32-Nantes-44000-a-443000.htm


    1 commentaire