• Nous voyons tous le monde différemment - Enjoy Capitalism

  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Novembre 2009 à 15:31
    nonnn!!!
    C'est contre des image pareil que j'aimerai vraiment me battre. Merci de montrer ça car bcp de gens ont du mal à réaliser l'ampleur du desastre... Pendant que certain jettent, d'autres ramassent pour se nourrire:(
    2
    Jacques Cécius
    Mercredi 25 Novembre 2009 à 18:03
    La faim dans le monde
    Il se trouve que certains estiment que les enfants qui meurent de faim, le doivent à leur karma ! Un enfant meurt toutes les six secondes. Camus écrivait "Je ne croirai jamais en un Dieu qui laisse mourir un enfants!".
    3
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 10:22
    les priorités du capitalisme
    Comme son nom l'indique, la priorité du capitalisme est le capital. On a déboursé des milliards (si ce n'est plus) pour sauvé le système bancaire pas si efficace, mais toujours un miette pour la faim dans le monde. Pour la bonne raison, qu'il est plus "juste" pour le capitalisme de laisser ces personnes mourir que de les aider... Dieu reconnaitra les siens... mais il sera trop tard pour l'humanité.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Mercredi 9 Décembre 2009 à 11:00
    Qui sera le plus cynique...
    L’agriculture industrielle a prétendu qu’elle allait nourrir le monde. Elle disait : « vous critiquez, mais c’est la seule manière de nourrir tous les êtres humains ». Elle a échoué lamentablement. Au bout de 60 ans, c’est l’heure du bilan : il y a plus d’un milliard d’affamés chroniques dans le monde. Il n’y en a jamais eu autant. Or, nourrir des bêtes, cela « coûte » en céréales. Il faut 7 à 10 protéines végétales pour produire une protéine animale. C’est un rendement énergétique désastreux. 60 % des terres agricoles du monde servent au pacage des animaux. Il y aura 9 milliards d’humains à nourrir en 2050. Si on continue comme ça, il faudra accepter que 3 ou 4 milliards d’entre eux crèvent la dalle. En étant cynique, on peut imaginer qu’on l’acceptera, vu qu’on le fait déjà pour un milliard d’humains... (extrait de l'interview de l'auteur de Bidoche, Fabrice Nicolino : http://www.bastamag.net/spip.php?article701)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :