• Le Temple antoiniste de Paris est terminé (Le Franterniste, 24 octobre 1913).jpgANTOINISME

     

        Le Temple Antoiniste de Paris qui fait l'angle des rues Vergniaud et Wurtz, est terminé.
        Il sera inauguré par Mère Antoine le Dimanche 26 courant.
        Les Antoinistes Belges arriveront samedi soir dans la Capitale par train spécial.

     

    Le Fraterniste, 24 octobre 1913


    votre commentaire
  • Temple de Paris (Les Succès de l'Antoinisme, in La Vie Mysterieuse, n°117, 10 nov. 1913)

    Un journaliste fait le récit de l'inauguration du Temple pour le journal La Vie Msytérieuse


    votre commentaire
  • Inauguration du Temple à Paris (Annales des sciences psychiques, v23, 1913)

        On vient d'inaugurer un temple du culte Antoiniste à Paris. C'est un édifice assez simple, affectant à l'extérieur comme à l'intérieur l'aspect d'une chapelle catholique ; il se trouve rue Vergniaud, non loin de la Place d'Italie. La cérémonie, présidée par Mme veuve Antoine, a été très courte et très simple. Beaucoup de malades étaient accourus au temple à cette occasion. - Il y a en Belgique cinq de ces temples.

    Annales des sciences psychiques, v23, 1913


    votre commentaire
  • Rue Vergniaud, on lit et on opère (Excelsior, 27 oct 1913)

          LES ANTOINISTES A PARIS

              Rue Vergniaud
           on lit et on opère

        Inaugurant le temple élevé par ses
    adeptes, la Mère Antoine monte à la tri-
     bune et y pratique quatre "opérations
                             générales".

        Lorsque la Mère Antoine monta à la tribune hier matin pour inaugurer son temple de la rue Vergniaud par une « opération générale », les huit ou neuf cents adeptes qui se trouvaient réunis dans cette salle, et sur qui retombait la lumière verte provenant des fenêtres, se laissèrent entraîner par une violente émotion extatique. Un véritable concert de sanglots et d'exclamations s'éleva, tandis qu'au premier rang, sous la chaire même, une douzaine de malades attendaient les effets de l'opération.
        La veuve du Désincarné, toujours vêtue de sa simple robe de serge noire, se contenta d'étendre ses mains au-dessus de cette foule silencieuse. Et après être demeurée quelques secondes en extase, elle redescendit l'escalier de la tribune pour aller se recueillir dans une petite cabane en bois momentanément édifiée dans un terrain vague derrière le temple.
        A trois reprises, la Mère revint opérer et la suggestion fut si forte que trois ou quatre assistantes, qui étaient venues se soumettre au fluide, se crurent guéries. L'une d'elles, une dame T..., amenée spécialement de Vichy pour voir la Mère, laissa tomber la béquille dont elle se sert depuis neuf ans ; mais il ne me fut pas possible de constater si l'« opération » avait agi, car ceux qui avaient transporté la pauvre femme la prirent sous les bras et l'entrainèrent. Les autres patientes, de simples névrosées, pleurèrent à chaudes larmes et répétèrent à qui voulait les entendre que la Mère venait de leur rendre la santé.
        Un phtisique, venu de Charleroi dans le train des Antoinistes et qui fut pris de vomissements de sang alors qu'il faisait les cent pas devant le temple, fit implorer la Mère et, comme l'hémorragie s'arrêta, on ne manqua pas d'attribuer son soulagement à l'intervention d'Antoine.
        Après les quatre « opérations » de la Mère, le lecteur habituel du temple de Jemeppe-sur-Meuse, M. Delcroix, sortit sur le parvis, précédé d'un antoiniste portant l'Arbre de la Science de la Vue du Mal et accompagné de M. Derégnaucourt, le grand-prêtre du culte, et de M. Noël, le « légat » à Paris.
        Devant la foule amassée, M. Delcroix, qui, on le sait, est un des plus distingués professeurs de l'Athénée royal de Liége, lut le Grand Livre de la Révélation, sans paraître se soucier des cinématographes et des photographes qui opéraient sans relâche.
        A midi, tout était fini et les pèlerins belges se dispersèrent pour visiter Paris.
        Vers 4 heures, la Mère prit place dans une automobile qui la conduisit à la gare du Nord, où l'attendaient les quatre cents adeptes belges. Et, à 5 heures, le train spécial démarrait pour regagner Jemeppe.
        D'ici peu, la Mère va entreprendre un long voyage : elle doit en effet inaugurer, le mois prochain un nouveau temple... à Monte-Carlo. – HENRY COSSIRA.

    Excelsior, 27 octobre 1913


    votre commentaire