• HEALING CHURCH IN PARIS (The New York Times 11/09/1913)

    HEALING CHURCH IN PARIS
    Disciples of Antoine of Belgium
    Consacrate a Temple.
    Special Cable to Te New York Times.

    PARIS, Nov. 8. -  The Antoinians now have a church in Paris, it being consecrated last Sunday by the widow of Antoine, the Belgian workman, who called himself "the Great Health of the Faithful".
        There are already ive temples in Belgium in which the widow continues her husband's work of healing the sick by will power. The members of the cult, however, declare that Antoine is not dead, but only disintegrated.

    The New York Times
    November 9, 1913
    (source : New York Times)


    votre commentaire
  •  Le texte reprend Le Petit Parisien du 27 oct. 1913

    source : gallica


    votre commentaire
  • vue de l'intérieur du temple et du premier desservant du temple, frère Noël. Il forma le culte dans la région parisienne avec l'aide de Mlle Camus. Soeur Vitard suivra frère Noël, elle était desservante en 1924.

    source : gallica


    votre commentaire
  • UN TEMPLE ANTOINISTE

       Paris fut envahi, le dimanche 26 octobre, par des antoinistes dont le sombre uniforme : les hommes en lévite noire et chapeau, haut de forme de feutre à bords plats, les femmes en robes et coiffes noires, excitait la curiosité.
       La veuve d'Antoine le Guérisseur, la Mère Antoine arrivait avec quatre cents adeptes pour inaugurer le temple de la rue Vergniaud.
       « Décidément, écrivait, à ce propos M. Henry Cossiria, dans Excelsior, la concurrence n'épargne personne, même pas les guérisseurs.
       « Ceux-ci se multiplient, et pour un qui disparaît dix nouveaux surgissent. Aussi les « précurseurs » dans la profession sont-ils obligés de faire maintenant de la propagande active, et même de se déplacer pour se créer des ramifications et fonder pour ainsi dire des succursales.
       « Antoine le Guérisseur, qui mourut le 25 juin 1912, à Jemeppe-sur-Meuse, près de Liége, avait du faire de nombreux adeptes, — plus de trente mille — qui croient aveuglement en sa puissance et qui lui attribuent un pouvoir divin.
       « Le culte de ce guérisseur s'est propagé très rapidement en France, et c'est ainsi que j'ai rencontré en pleine Savoie, dans un simple hameau du nom de Biollay, un temple antoiniste où une centaine de croyants viennent tous les dimanches entendre la lecture du « Grand Livre de la Révélation », et contempler « l'Arbre de la Science de la Vue du Mal ».
       « Cependant, aucun temple antoiniste n'existait à Paris, où le « Père » — c'est ainsi qu'on appelait le fondateur de la secte — avait réuni six ou sept cents adeptes. Antoine mort, ou plutôt s'étant « désincarné », cela n'avait pas arrêté les conversions.
       Sous l'inspiration du frère Noël, qui est en quelque sorte le légat antoiniste en France, et de Mlle Camus, cette petite modiste qui avait acquis la foi en allant à Jemeppe, des dons anonymes affluèrent, et au mois de mai dernier on commença la construction d'un temple où, comme à Jemeppe, les adeptes pourront venir écouter la lecture de la « Révélation ».
       On se rappelle peut-être l'article que consacra l'Echo du Merveilleux à Mlle Camus, dans le numéro du 1er avril 1912.
       L'inauguration de ce temple était un événement d'autant plus considérable, que la veuve du « Désincarné » avait voulu venir l'inaugurer en personne.
       Un grand nombre d'adeptes, les hommes avec leurs longues lévites noires et leurs chapeaux haut de forme ; les femmes en costumes et bonnets noirs, s'étaient réunis le samedi 25 octobre vers deux heures et demie, à la gare du Nord, pour attendre le train spécial amenant de Belgique la Mère et quatre cents pèlerins.
       A deux heures cinquante, le convoi entra sous l'immense hall. De tous les wagons de troisième raconte le collaborateur d'Excelsior, se précipitèrent des adeptes vêtus comme ceux qui les attendaient à la sortie. D'un compartiment de seconde la Mère qu'aucun signe extérieur ne pouvait faire distinguer du reste des adeptes, descendit, accompagnée de M.Deregnancourt, qui est le grand-prêtre du culte antoiniste, ou plutôt le président du Conseil d'administration.
       « Sans le moindre apparat la veuve du « Désincarné » gagna la sortie ; mais lorsqu'elle arriva au bout du quai, des sanglots éclatèrent : certaines adeptes parisiennes n'avaient pu retenir leur émotion en voyant la Mère qui tomba, pendant quelques secondes, dans une sorte d'extase.
       « Le cortège des Antoinistes se dirigea alors vers le souterrain du Métropolitain, où un train spécial les attendait pour les conduire jusqu'à la station Corvisart. Dans la salle des Pas-Perdus, un homme à la haute stature, portant un petit bagage à mains, cherchait à s'échapper du flot antoiniste : c'était M.Ribot, le sénateur du Pas-de-Calais, qui s'efforçait de gagner son compartiment, et qui refusait obstinément de prendre les petits billets jaunes ou verts que lui tendaient en passant les Antoinistes.
       « Chaque pèlerin était, en effet, muni d'un stock considérable de petits morceaux de papier portant la suscription suivante :

    CULTE ANTOINISTE
     Frères, Mère Antoine consacrera au nom du Père le nouveau temple antoiniste de Paris, rue Vergniaud (XIIIe).
     La cérémonie aura lieu demain 26 octobre, à 10 heures. A cette occasion, Mère recevra les malades tous réunis dans le Temple comme Elle le fait à Jemeppe-sur-Meuse.
     Recevez, chers frères, toutes nos bonnes pensées.
            Le Conseil d'administration du Culte Antoiniste.

       « A la station Corvisart, les Antoinistes quittèrent le Métro, et se formant en cortège, ils gagnèrent leur temple par le boulevard Auguste-Blanqui et la rue Vergniaud.
       « Lorsque la Mère fut arrivée sur le seuil du temple, un adepte présenta à la foule « l'Arbre de la Science de la Vue du Mal ».
       « L'intérieur de ce nouveau temple est analogue à celui de Jemeppe, mais en plus petit. Une chaire est adossée au mur sur lequel on lit le précepte fondamental de la croyance antoiniste : « Un seul remède peut guérir l'Humanité : la Foi, etc. »

       Pour ne pas être suspect de partialité, empruntons le récit de la cérémonie à un témoin sans parti pris, à un reporter du Journal, M. Paul Éric :
       « A dix heures, la Mère fit son entrée. Un coup de sonnette l'avait annoncée. La veuve du Messie est une femme d'une soixantaine d'années, à la physionomie insignifiante. Elle pénétra dans le temple en conservant les yeux baissés ; lentement elle gravit la chaire et, dès qu'elle y fut parvenue, ses yeux se fixèrent sur la voûte du bâtiment. Durant quelques secondes, ses lèvres remuèrent imperceptiblement ; elle étendit ensuite le bras droit, fit un grand geste circulaire comme pour bénir l'assemblée, puis ses deux mains se joignirent et la mère Antoine quitta la chaire et sortit. Je m'attendais à ce que M. Dérégnancourt, le grand-prêtre de l'Antoinisme, qui avait pris place sur l'estrade, près d'un desservant portant une pancarte avec cette inscription : « L'Arbre de science de la vue du Mal », prît la parole, mais, tout comme la mère Antoine, M. Dérégnancourt resta muet. La cérémonie était achevée.
       « Comme je me trouvais à côté du frère Noël, qui va administrer le temple, je lui demandai :
       « — La mère Antoine ne parle-t-elle jamais davantage ?.
       « — Mère, me répondit-il, ne parle jamais en public...
       « Et il ajouta :
       « — Mère se recueille pour atteindre au fluide éthéré de l'amour divin et en réconforter les fidèles suivant le degré de leur foi.
       « Ce n'est peut-être pas très clair, poursuivit le frère, mais vous comprenez, n'est-ce pas ?
       « — Naturellement, eus-je l'audace de répondre, et vite je m'enquis si la mère Antoine allait séjourner à Paris.
       « — Non, me déclara M. Noël ; mère repart ce soir pour la Belgique. Elle est venue à Paris seulement pour consacrer le temple.
       « Et après un instant de réflexion, le frère continua :
       « — Mère, voyez-vous, n'est que l'interprète du père Antoine.
       « C'est à sa mort que le père Antoine l'a chargée de poursuivre son oeuvre ?
       « — Le père Antoine n'est pas mort, me fit remarquer sévèrement mon interlocuteur ; il s'est seulement « désincarné ».
       « — Ah! pardon, fis-je.
       « — Oui, et mère, qui est dépositaire de son pouvoir spirituel, n'est que son exécutrice.
       « — Est-ce que le père Antoine a guéri beaucoup de malades ?
       « — Des milliers.
       « — Et comment procédait-il ?
       « — Il se contentait de regarder ceux qui venaient à lui et guérissait ainsi les malades ayant la foi. Ceux qui ne l'avaient pas suffisamment devaient revenir le voir.
       « Et voilà ! J'en savais assez et pris congé du frère Noël, mais avant de pouvoir quitter le temple, je dus attendre la sortie des vieilles femmes impotentes qui étaient venues chercher un remède à leur mal et qui éprouvaient autant de difficulté à descendre les degrés conduisant au sanctuaire qu'elles en avaient eu à les gravir. Le geste de la mère Antoine ne leur avait servi de rien. »

       Nous avons reçu à ce sujet la lettre suivante d'un de nos lecteurs de vieille date :
       « Il m'a été donné fortuitement, aujourd'hui dimanche, de me trouver mêlé au pèlerinage des Antoinistes belges venus à Paris pour l'inauguration de leur nouveau temple dans le quartier de la Glacière.
       « Ce qui m'a tout d'abord frappé c'est l'extraordinaire maigreur de ces pauvres gens. Sous leur habit noir à la protestante ou leur voile de deuil, ils m'ont paru plus jaunes que les chrysanthèmes de novembre. Une effrayante cachexie doit les ronger jusqu'à la moelle des os. Et ils sont d'un triste ! Ce n'est pas possible autrement, ils doivent se nourrir des sauterelles de Jean-Baptiste.
       « A l'intérieur du temple la foule grossit, anxieuse. Il est temps, une ondée tombe. Quelques moments d'attente, puis un coup de sonnette. La mère Antoine paraît. Elle monte les degrés de l'estrade, péniblement, comme une vieille femme qu'elle est. Va-t-elle parler ?... Non, pas un mot. Mais de ses grands bras maigres et osseux elle esquisse, lentement, plus lentement que l'évêque dans sa cathédrale, un immense geste de bénédiction. Chose affreuse ! oh oui ! chose affreuse, que ce geste sénile qui veut guérir .. Il y a là des malades de toutes sortes : Des paralytiques, des éclopés, des aveugles, des dartreux dont le nez n'offre plus qu'une plaie ; un malheureux jeune homme atteint d'un goitre exophtalmique se dresse sur la pointe des pieds pour rencontrer le regard de la pythonisse...
       « Et le geste achevé, la veuve du père Antoine se retire dans un calme si profond qu'on entendrait une mouche voler, si c'était encore la saison des mouches. Pas un cri : « Je suis guéri », n'a proclamé la puissance léguée à la Mère Antoine par son époux défunt. « Quand je suis sorti du temple, la pluie avait cessé. Le beau soleil de Dieu éclairait les mêmes infirmités, les mêmes misères. Et sous les rayons encore chauds de ce soleil d'automne, de cet astre dont la durée ne peut-être limitée qu'à des milliards de siècles — Magna opéra Domini — j'ai compris que, seule, mais si rare, « la foi qui transporte les montagnes » est capable d'obtenir des guérisons, et qu'il est absolument inutile de recourir à l'intermédiaire de créatures aussi impuissantes que nous puisqu'elles ne sont investies d'aucun pouvoir.
       « La Glacière n'est pas très éloignée de l'ancien cimetière de Saint-Médard. Puissions-nous ne pas voir se renouveler au temple antoiniste les scènes de désordre auxquelles se sont jadis livrés les trop fameux convulsionnaires. »
       Agréez...

            UN FIDÈLE DE GASTON MERY.

    L'Écho du merveilleux, revue bimensuelle (directeur Gaston Mery). 01-11-1913

    Source : Gallica

    Nota : dans le texte le frère Florian Deregnaucourt, se voit affublé du nom de Deregnancourt et Dérégnancourt.


    2 commentaires
  •  

    UN CULTE ETRANGE

    A la Glacière, les « Antoinistes »
    inaugurent leur temple

        Il y a depuis hier, une nouvelle église à Paris.
        C'est au fond de la Glacière, rue Vergniaud, une petite église assez laide, coiffée d'un pauvre clocheton sans grâce, et ornée – si l'on peut dire – pour tout mobilier d'une manière de chaire, adossée au chevet, et de quelques panneaux portant diverses inscriptions telles que :

        L'enseignement du Père, c'est l’enseignement du Christ révélé à cette époque par la foi.
        Un seul remède peut guérir l'humanité : la Foi.
        C’est de la foi que naît l’amour qui nous montre, dans nos ennemis, Dieu lui-même.
        Ne pas aimer ses ennemis, c'est ne pas aimer Dieu, car c'est l'amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir.

        Nous en passons, et des plus philosophiques. Il y a aussi cloué à un panneau de bois, un cadre protégé par une vitrine. Ce tableau représente assez mal, un arbre avec cette inscription : « L'arbre de la science du mal ».
        Que veut dire ceci ? Ne cherchez pas à comprendre. C'est le symbole, l’unique symbole du culte « antoiniste ».
        Mais vous ignorez ce qu'est le « culte antoiniste » ?
        Le père Antoine était un brave homme de prophète qui s’en allait, par les bourgs et les villes de Belgique, prêchant la bonne parole, persuadant les gens naïfs, faisant des disciples… et des « miracles »… A son ordre, les paralytiques marchaient, les sourds entendaient, les aveugles voyaient. On le dit, du moins – nous n'affirmons rien. Et il créa une religion, la religion « antoiniste » qui a ses prêtres, ses desservants et ses fidèles.
        Le père Antoine est mort l'an dernier à Jemmapes en Belgique. Mais sa religion n’est pas morte avec lui. La veuve du prophète, qui a hérité, parait-il, du pouvoir spirituel et des vertus miraculeusement curatives de son mari, continue son apostolat aves pour coadjuteur, un homme chevelu et barbu, à tête de prophète.
        Ils étaient cinq ou six cents fidèles qui ont assisté à la cérémonie d'inauguration de la petite église C’étaient des hommes en lévite noire et coiffés d’un chapeau de feutre mat à bords plats, et des femmes vêtues de robe noire et couvertes d'un long voile également noir. Tous étaient austères et lugubres.
        La cérémonie fut d'une simplicité extrême. Point de sermon, point de discours, aucune démonstration religieuse. Mais il devait y avoir des miracles : on les attendait. Ils ne vinrent point.

     

    Le Petit Parisien, 27 octobre 1913 n°13512, p.2
    source : gallica


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique