• Père Dor (L’Egalité de Roubaix-Tourcoing, 4 mai 1914)

    Père Dor (L’Egalité de Roubaix-Tourcoing, 4 mai 1914)

    COMPTES DU LUNDI

    UN NOUVEAU DIEU

        Surtout, ne tombez pas frappé d'apoplexie à la lecture de la nouvelle que je vais vous annoncer. Le Père Eternel est sur terre.
        Et à deux pas d'ici : à Roux, petit village du Hainaut Belge. Le Père Eternel délaisse la Terre Sainte qui est envahie par les touristes anglais, les guides allemands et les capucins internationaux. Il a préféré venir villégiaturer dans la patrie de Beulemans.
        Il habite une bonne maisonnette où il y a le chauffage à la vapeur et toutes sortes de commodités, car le Père Eternel aime avoir ses aises et il est sujet en hiver, aux rhumes de cerveau.
        On appelle sa maisonnette le « Temple de la Vertu ». Le Père Eternel se fait désigner tout simplement sous le nom de Père Dor, professeur de l'Ecole Morale de Roux.
        Il guérit les malades, sans médicaments, il console Ies affligés, donne des conseils pour vivre vertueux, pour avoir les enfants, pour soigner les panaris et pout raccommoder les ménages.
        Ça vaut mieux que d'aller au café, bien sûr.

        Pour expliquer plus commodément sa doctrine le Père a fait un petit catéchisme. Aujourd'hui, même le Bon Dieu est obligé de passer par l'imprimerie pour se faire connaitre. Ça fera sûrement du tort à ces Messieurs du clergé. La concurrence directe de Dieu, c'est comme qui dirait la suppression des intermédiaires et, dame, les intermédiaires : MM. le Pape, les évêques et autres, vont la trouver mauvaise.
        D'autant plus que le Père leur dit leurs quatre vérités, avec sa franchise bien connue :

        – « Je dois vous dire que le Christianisme tel qu'on l'a enseigne jusqu'à ce jour est souillé de toutes sortes d'absurdités, Mais j'espère que les faibles idées inculquées dans l’âme, l'ignorante du Vrai, du Beau, du Juste, s'évanouiront bientôt par la Connaissance de la Morale moderne, car celle-ci démolit la prière, la foi et le Dieu tourmenté.
        On doit avoir que le christianisme est de résultat de la prédication de l'Evangile, fait par les apôtres aux juifs et aux gentils (païens) après la mort de Jésus. (Ici je ne dirai pas la mort du Christ, parce que celui-ci n'est pas mort).
        « Ces résultats, ces révélations sont des fables, inventées par les hommes sectaires, religionnaires, c'est-à-dire par les hommes matériels. La preuve est qu'ils se contredisent les uns les autres. Le christianisme doit sa propagation à quelques rois fanatiques et il est reste debout grâce à leurs efforts et leur opiniâtreté à combattre et à détruire l'hérésie secondés aussi par leur Dieu : l'argent.
        « Et ces dirigeants sectaires, ces dignes de la foi, c'est-à-dire les chrétiens qui prétendaient enseigner une religion de paix, de pardon et de mansuétude, n'hésitèrent pas, pour assurer la prépondérance de leur croyance, d'immoler des milliers d'hérétiques en les vouant à des tortures atroces, n'épargnant ni vieux ni jeunes, pas même les enfants qui tétaient… »

        Il n'est pas si bête qu'on aurait pu le croire, ce vieux Père Eternel et quand la « Croix » prétendait le séquestrer dans le Paradis, c'est bien parce qu'elle redoutait cet accès de vérité, un jour ou l'autre.

        Mais dans sa retraite de Roux, le Père prépare désormais toute une série de révélations. Moyennant 2 fr. 75 en mandat-poste (0 fr. 25 en plus pour envoi recommandé) il vous envoie son « livre précieux » : Christ parle à nouveau.
        Le prospectus ajoute : « L'Administration n'est pas responsable des envois non recommandés ». Dieu peut tout, sauf s'y retrouver dans le gâchis des bureaux de poste !
        L'Administration du Nouveau Christ a bien raison de faire toutes réserves. La vie divine serait infernale s'il fallait que le Bon Dieu aille lui-même se chamailler avec les employés des postes qui sont souvent athées et l'enverraient au Diable…

        Réjouissons-nous.
        Il n'y aura bientôt plus d'athées, ni de faux prophètes, ni de faux dieux...
        Les apôtres du Père le proclament dans une brochure (0 fr. 30 par la poste) qu'ils ont eu la délicate pensée d'éditer « à l’occasion de la Toussaint jour de la Grande Opération pour les vivants et les morts » – ? –

        – Vous le dites, mon père : dans la morale comme dans l'art, dire n'est rien, faire est tout. Concevoir le bien, en effet ne suffit pas, il faut le faire réussir parmi les hommes. C'est là votre mission, mon Père et c'est de vos exemples que nous reconnaissons la grandeur de votre travail. Vous avez dû, mon Père, passer par bien des filières pour acquérir seul cette puissance qui fait reconnaitre en Vous, le Conducteur de ce Monde, ce qui veut dire : le Messie du XXe siècle...
        « Oui, cher et vénéré Père, Vous voulez nous cacher votre essence surnaturelle, c’est-à-dire qui vous êtes, mais vos enfants Vous ont reconnu et vous le crient bien haut : Vous êtes le Christ !
        Ah ! ouf, elles nous éclairent maintenant les paroles que vous avez prêchées, il y a deux mille ans et notamment celles-ci : Je m'en vais vous préparer le lieu et après que Je m’en serai allé et que je vous aurez préparé le lieu, Je reviendrai et Je vous retirerai à moi, afin que là où Je serais, vous puissiez y venir aussi ».

        Il y a deux mille ans qu'il dit cela, l'Eternel Père Dor, de Roux (Hainaut belge) ? Après tout, c'est bien possible. Je ne m'en souviens pas.
        Cette phrase biblique sans embrouille n’évoque en mes souvenirs que cette maxime analogue : « On est prié de toujours laisser le lieu comme on voudrait le trouver soi-même en y venant ».
        Et ce n'est pas dans l'Evangile que j'ai lu ça.

        Tout cela est bel et bien : il ne faut pourtant pas oublier l'essentiel.
        Le Nouveau Christ, le Père Eternel réincarné, le Père Dor, pour tout dire, est un spécialiste guérisseur pour toute maladie. Il nous dit dans son prospectus :

        « Je veux faire comprendre à l'Humanité que par le calme, la patience, la simplicité, la sobriété et la mise en pratique des instructions que renferme mon livre précieux intitulé : Christ parle à nouveau, on peut arriver à se guérir de tous ses maux, maladies, peines, embarras, etc., etc., à moins qu'on ne me consulte trop tard, car si le cas est mortel je ne peux malgré tout que donner un soulagement à seule fin que le moribond s'éteigne sans douleur et courageusement ».

        Le Père Eternel du Hainaut Belge empêche donc de trépasser, à moins qu'on ne meure. Il avait eu un précurseur dans la personne de M. de la Palisse.
        Son système curatif est simple : s'abstenir de viande, de beurre, d'œufs, de graisse, etc., et se vouer au végétarisme ou à la diète, et à l'eau sucrée. Par dessus le marché : croire au fluide du Père.
        D'innombrables attestations proclament les miracles accomplis.
        Un brave homme était asthmatique et poitrinaire. Le médecin se déclara impuissant. Les curés se mirent de la partie :

        « Le clergé ayant appris que ma mort était proche, écrit le miraculé de Roux, délégua un vicaire. Deux jours de suite j'eus à subir ses instances pour remplir les devoirs religieux, c'est-à-dire pour me confesser. Consulté à ce sujet par ma femme, vous (le Père Dor) lui dites que je ne pouvais recevoir absolument personne contre l'amour de bien faire, si je voulais guérir. Quand ces personnes se présentèrent de nouveau, ma compagne eut une lutte à soutenir pour les empêcher de se rendre à mon chevet : victoire fut pour elle, ils se retirèrent en la menaçant... »

        Le miraculé est tiré d'affaire, grâce au système du Père Eternel Dor. Celui-ci, qui connaît l’étendue de la puissance divine, déclare que son disciple « pourrait très bien commettre une infraction à la loi morale et de ce fait me pas farder à se désincarner ». L'avenir est ainsi garanti contre toute surprise fâcheuse.
        Les infirmes et affligés sauront désormais ou s'adresser.
        Surtout, insiste le Père Dor, qu'ils ne se trompent point : près de Roux, dans le Hainaut belge, il y a Jemmeppes : et à Jemmeppes, il y a le Temple du Père Antoine, de célèbre mémoire ; ne confondons pas : l'Antoinisme, c'est de la camelotte ; seul le culte du Père Dor, le « Nouveau Christ, le sauveur du Monde et le Créateur du Vrai, du Bon, du Juste, du Bien », est efficace.
        La maison est au coin du quai.

        Il y a un dieu de plus. Les derniers chiffres de statistique en recensaient trente-trois mille six cent dix-neuf qui tous se proclamaient le seul et l'Unique.
        Le Père Eternel de Roux proclame qu'il ne veut recevoir « ni cadeaux, ni argent ».
        Par là du moins il ne va ressembler à aucun de ses trente-trois mille six cent dix-neuf confrères !

                                                                                ALEX WILL

    L’Egalité de Roubaix-Tourcoing, 4 mai 1914


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :