• Almanach de Bruxelles - 1923 - 1930 - 1956

    Almanach de Bruxelles - 1923 

    Almanach de Bruxelles - 1923 - 1930 - 1956

    Almanach de Bruxelles - 1930 

    Almanach de Bruxelles - 1923 - 1930 - 1956

    Almanach de Bruxelles - 1956


    votre commentaire
  • Au Pays wallon (L'écho belge, 7 décembre 1917)

            Au Pays Wallon

        Le „Christ”, autrement dit le père Dor, prétendit avoir restitué à son accusatrice sa maison, son parquet, son chauffage central. Or, Mme Délisée dément la chose.
        „Il est exact, écrit-elle, que le Père Dor a reconnu à son accusatrice la propriété de sa maison. Quant au remboursement du chauffage central et du parquet, elle lui oppose le démenti le plus formel ; il s'est refusé à rien rembourser. ”

    L'écho belge, 7 décembre 1917


    votre commentaire
  • A Charleroi (L'écho belge, 8 novembre 1917)

                   A Charleroi 

        Les Carolorégiens n'ont pas oublié le procès du père Dor, plus connu sous le surnom de Christ. Or, après des tribulations sans nombre, pour répondre à toutes les accusations dont il prétend être la patiente victime, le père Dor vient de restituer sa maison à la personne qui l'avait accusé avec le plus de violence. En outre, il a vendu pour 16.800 francs la petite propriété qu'il possédait à Roux, en versant l'excédent – soit 800 francs – à l'Ecole des Estropiés de Charleroi.
        Le Christ est généreux. Ce n'est pas pour moi, dit-il, que j'ai fait cette donation pour qu'on ne me traite plus de fripouille et d'escroc, mais pour mes adeptes qui souffraient de me voir ainsi malmené.

    L'écho belge, 8 novembre 1917


    votre commentaire
  • Père Dor - Cours d'appel (L'écho belge, 27 mai 1917)

        La Cour d'appel de Bruxelles a prononcé son jugement dans l'affaire du Christ. Le fameux père Dor était accusé d'avoir exercé illégalement la médecine. Il a été reconnu qu'il avait le droit de prêcher ses doctrines, mais non pas de passer de la théorie à la pratique dans l'art de vouloir guérir.
        La mauvaise foi n'est pas suffisamment démontrée en ce qui concerne les manœuvres frauduleuses qu'on lui reprochait. Les escroqueries articulées par les époux A. ne sont pas suffisamment démontrées, ni la plainte de Mme D. en captation d'héritage. La Cour condamne cependant le Christ à 100 florins d'amende pour exercice illégal de l'art de guérir ; met le premier jugement à néant en ce qui concerne les escroqueries ; confirme le premier jugement quant aux attentats à la pudeur de Mme D... ; met également à néant le premier jugement quant à la somme allouée à Mme D... (17,000 francs) ; et, finalement, confirme la condamnation à 500 francs de dommages intérêts envers la Société de médecine de l'arrondissement de Charleroi. Les frais des deux instances incombent à Mme D..., à l'Etat et au „Christ”.
        C'est un triomphe. Les adeptes du „Christ” lui font une ovation ainsi qu'à ses brillants avocats, Mes Morichar et Lebeau.

    L'écho belge, 27 mai 1917


    votre commentaire
  • Père Dor en appel (La métropole d'Anvers, 16 mai 1917)

        Le Père Dor, plus connu sous le nom du “ Christ ”, plaide en appel contre les seize mois de prison et les huit cents francs d'amende que le tribunal correctionnel de Charleroi lui a généreusement octroyés ! La condamnation ne se bornait pas à cela. Le Père Dor était condamné aussi à payer 17.000 francs à Mme D., partie civile au procès et 500 francs à la Société de Médecine de Charleroi pour exercice illégal de la profession de médecin.
        La 8e Chambre devant laquelle le “Christ” a interjeté appel était présidée par M. Eeckman, assisté des conseillers Smits et Dassesse. M. Raphaël Simons occupait le siège du ministère public. Mes Morichar et Lucien Lebeau assistent encore le “ Père ”; Me Bonehill représente Mme D... et Me Gerard les médecins de l'arrondissement de Charleroi.

    La métropole d'Anvers, 16 mai 1917


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique