• The Americana, a universal reference library, v.21 sup.v.1.

        Antoinism. Two hundred thousand persons in the mining district of South Belgium have signed a petition to the government asking permission to erect churches for a new creed called Antoinism. Antoine is a miner. A few years ago he inherited a little fortune and started curing people gratuitously of all diseases by spiritual means. His method is the laying on of hands and making passes. He says that a mysterious fluid emanation works the cure. He has been prosecuted several times for illegal medical practice, but was acquitted, as he does not assume to use scientific methods. The cures are naturally attributed to auto suggestion, but Antoine has a great following. There is little likelihood of the new sect obtaining the assent of the government, although the petitioners do not ask for the State subsidies which ail officially recognized creeds are legally entitled to.

    The Americana, a universal reference library, v.21 sup.v.1.

     

    Traduction :

        Antoinisme. Deux cent mille personnes du district minier du sud de la Belgique ont signé une pétition auprès du gouvernement demandant la permission de construire des églises pour une doctrine appelée Antoinisme. Antoine est un mineur. Il y a quelques années, il a hérité d'une petite fortune et a commencé à guérir gratuitement les gens de toutes les maladies par des moyens spirituels. Sa méthode consiste à poser les mains et à faire des passes. Il dit qu'un mystérieux fluide agit comme un remède. Il a été poursuivi à plusieurs reprises pour pratique illégale de la médecine, mais a été acquitté, car il supposait ne pas utiliser de méthodes scientifiques. Les remèdes sont naturellement attribués à la suggestion automatique, mais Antoine a de nombreux adeptes. Il est peu probable que la nouvelle secte reçoive l’assentiment du gouvernement, bien que les pétitionnaires ne demandent pas les subventions de l’État auxquelles les croyances officiellement reconnues ont légalement droit.


    votre commentaire
  •     Liste des communes ayant voté un voeu de sympathie au collège communal en faveur de la reconnaissance légale du culte : Andrimont, Ansival, Bierset, Grâce-Berleur, Herstal, Heusy, Hollogne-aux-Pierres, Ivoz-Ramet, Montegnée, Neuville-en-Condroz, Pépinster, Retinne, Seraing, Theux, Velroux, Verviers, Villers-le-Bouillet, Visé, Warnant-Dreye.
    Pierre Debouxhtay, L'Antoinisme, p.278-79

        La même année [1931], le Conseil communal de Spa, ville d'eau très connue, gouvernée par les libéraux, décida de baptiser une de ses artères "rue du Père Antoine".
    Jacques Cécius, Une religion de guérison : l'Antoinisme, p.42

        Depuis la rue est devenue l'Avenue du Père Antoine. Il existait également une square, dénommait Square du Père Antoine, simplement en raison du fait qu'il était situé sur la rue du Père Antoine.

        À Aix-les-Bains, la rue où se trouvait le temple antoiniste était dénommée à l'époque Rue des Antoinistes.


    votre commentaire
  • Voorwaarts, sociaal-democratisch dagblad (27-06-1925)

        – De godsdienstige Belgische secte der Antoinisten heeft te Jemappes aan de Maas den dertienden verjaardag van den dood van vader Antoine herdacht. Er waren ongeveer 30000 menschen aanwezig. Moeder Antoine, de vrouw van den overleden profeet, ging voor bij den plechtigen dienst. De Antoinisten hebben besloten een nieuwen stap te doen bij het Belgisch parlement om erkenning van staatswege van hun eeredienst te verkrijgen.

    Voorwaarts, sociaal-democratisch dagblad, 27 juin 1925

        – La secte religieuse belge des Antoinistes a commémoré le treizième anniversaire de la mort du père Antoine à Jemappes-sur-Meuse. Environ 30 000 personnes étaient présentes. Mère Antoine, épouse du défunt prophète, présidait le service solennel. Les Antoinistes ont décidé de faire un nouveau pas en vue d'obtenir par le biais du Parlement belge la reconnaissance de l'Etat pour leur culte.


    votre commentaire
  • Nieuwe Rotterdamsche Courant (14-10-1922)

        De Moniteur bevat de koninklijke goedkeuring op de statuten der „stichting ten openbaren nutte van den A n t o i n i s t i s c h e n eeredienst”. De grondlegger ervan is een vroegere metaalbewerker uit het Luiksche die den dienst in Rusland had leeren konnen. De Antoinisten, die niet alleen in België, maar ook in Frankrijk en te Monte Carlo bedehuizen hebben, zijn dus in België tot op zekere hoogte officieel erkend. Hon voorganger „vader Antoine” is kort voor den oorlog gestorven. Hij heeft zijn gezag aan zijn vrouw vermaakt, die thans als leidster optreedt van dezen eeredienst, welke zich op ethisch gebied beweegt en door middel van gebed zieken tracht te genezen.
        Vooral onder de industrie-arbeiders in het Walenland heeft de beweging vele volgelingen.

    Nieuwe Rotterdamsche Courant, 14 octobre 1922

     

    Traduction :

     

        Le Moniteur contient l'approbation royale des statuts de la " fondation d'Utilité Publique du culte Antoiniste". Son fondateur est un ancien métallurgiste liégeois qui avait appris à travailler en Russie. Les Antoinistes, qui ont non seulement des lieux de culte en Belgique, mais aussi en France et à Monte-Carlo, sont donc officiellement reconnus en Belgique dans une certaine mesure. Le prédécesseur, "père Antoine" est mort peu avant la guerre. Il a attribué son autorité à son épouse, qui est maintenant la dirigeante de ce culte, qui est actif dans le domaine de l'éthique et qui essaie de guérir les malades par le biais de la prière.
        Le mouvement a de nombreux adeptes surtout parmi les travailleurs industriels du pays wallon.


    votre commentaire
  • Paille et Poutre (La chronique - gazette quotidienne 15 05 1914)

              MENUS FAITS, PROPOS MENUS

                         PAILLE ET POUTRE

        Pourquoi donc, me demande un lecteur, le gouvernement belge n'a-t-il pas fait droit à la pétition, appuyée par M. Magnette, au Senat, des antoinistes, qui demandaient la reconnaissance officielle de leur culte ?
        Je n'en sais, ma foi rien ; Antoine et ses apôtres, dans leur naïveté de primaires, donnaient une impression de bonne foi et de désir du bien qui inspiraient la considération. Mais voilà, les situations sont acquises, il n'y a plus de place pour les nouveaux dieux. Il n'y aurait même plus de place pour les nouveaux thaumaturges, même si, dans le cadre des lois, ils apportent quelque consolation morale à de pauvres diables.
        La Métropole fait une charge à fond contre la maison Antoine, ses miracles et M. Magnette et la pétition qu'il défendit :
        « Les pétitionnaires font remarquer que leurs doctrines n'ont rien de contraire à l'ordre public et qu'ils ne réclament ni traitement ni subventions quelconques. L'argent des gogos suffit largement à les dédommager de leurs pratiques.
        » C'est fort bien. Nous connaîtrons bientôt sans doute la réponse du ministre à M. le sénateur Magnette, qui ambitionne peut-être le titre de grand-maitre de l'Antoinisme.
        » S'il est fort probable que M. Antoine n'a jamais rendu d'autre service aux malades que de relever leur courage par la promesse d'une guérison et la vente d'une bouteille d'eau plus ou moins filtrée, il est certain quel les enseignements de l'antoinisme ont pu et peuvent avoir les plus fâcheuses conséquences au point de vue de la santé publique. Pour quelques fanatiques de celle secte, la foi remplace tous les remèdes. Plus on a de foi, plus la guérison est prompte. »

        Et c'est un cas ahurissant, celui de l'écrivain de ces lignes. Ne s'est-il pas aperçu que cela s'appliquait encore plus à Lourdes qu'à Antoine. C'est à Lourdes qu'on boit de l'eau, non à Jemeppes...
        Quand on admet le miracle quelque part, il est malaisé de le nier, a priori, ailleurs.
        Le plus sage n'est-il pas de garder devant l'incompréhensible un scepticisme bienveillant. Qu'à Lourdes ou à Jemeppes de pauvres gens aient retrouvé l'espérance, cela excuse bien des choses.
        Cela rend fâcheux la bataille à coups de bouteilles d'eaux non filtrée qui, si on écoutait la Métropole, s'engagerait entre les gaillards du gave pyrénéen et les riverains de la Meuse.
        Il n'y aura jamais trop de remèdes à nos misères, et paix aux guérisseurs de bonne volonté.

                                                                   BOB.

    La chronique - gazette quotidienne, 15 mai 1914


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique