• Roland A E Collignon, La Vie tourmentée de Louis - Spiritisme

        Antoine avait la tête dure des Liégeois, une tête de houille comme on disait. Il décida donc de se rendre au café où se déroulait une séance de spiritisme plutôt que de rentrer. Il marchait de nouveau d’un pas pressé malgré la douleur lancinante. Mille questions encom-braient son esprit. Si le spiritisme Kardéciste influençait et séduisait une forte proportion de gens angoissés par les incertitudes que leur réservait alors la vie, les religieux les contrôlaient agissant même sur le pouvoir politique qu’elle n’hésitait pas à manipuler.

        - Est-ce vraiment impie d’évoquer les morts ? Est-ce vraiment un péché de chercher à comprendre ?… L’Évangile ne parle même pas de ces questions-là… Antoine avait fait un geste de la main comme pour repousser les assauts d’un ennemi invisible.
        - Il n’y a rien à craindre quand on se maintient dans la vérité, s’était-il exclamé d’une voix forte !
        Le curé ne connaissait rien de la vie et encore moins de la mort.
        Arrivés à l’angle de la rue, il remarqua l’enseigne du cabaret. Le bruit confus de la salle enfumée ne leur plaisait pas. Ca ressemblait à une ancienne maison de rapport à part le rez-de-chaussée qui avait été transformé en débit de boisson. Des hommes de tout âge buvaient et discutaient bruyamment avec quelques soldats de la garde civique, d’autres jouaient aux cartes un peu à l’écart.
       Antoine s’adressa discrètement à une dame qui remplissait une série de pintes derrière un comptoir.
        - Nous venons pour la séance.
        Elle leur indiqua du menton une porte vitrée au fond de la salle.
        Il régnait dans cette pièce une atmosphère de paix. Deux chandeliers disposés sur le marbre de la cheminée donnaient aux visages des allures de spectres. Le balancier de la pendule était immobile comme si le temps venait de s’arrêter. De lourdes tentures masquaient les fenêtres et une double porte estompaient complètement la rumeur provenant du café pour mieux se couper du monde. Ils saluèrent le petit comité réuni autour d’une table circulaire, quelques dames sobrement vêtues sans doute accompagnées de leur mari. Tous affichaient un air profondément inspiré.
        - Soyez les bienvenus, dit la médium à voix basse.

    Roland A E Collignon, La Vie tourmentée de Louis Antoine


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :