• Roland A Edgar Collignon - sur sa biographie du Père Antoine

        Bon, maintenant passons aux choses sérieuse. Si ça vous intéresse, vous découvrirez la biographie romancée su Père Antoine ici : http://unjuste.unblog.fr/
        J'ignore si ce travail est bien ou mal écrit, mais il a le mérite de remettre les pendules à l'heure sur une époque qui n'était pas belle pour tout le monde.
        C'est donc un émouvant hommage ainsi qu'un témoignage en faveur des hommes et des femmes sans oublier les enfants exploités comme des esclaves au nom de la rentabilité. Alors que j'épluchais les archives de l'époque, la conservatrice était venue me trouver en espérant que je ne sois pas trop manichéen car je ne cessais de m'indigner en découvrant ce que l'on avait pris soin de nous cacher. Je pourrais écrire un livre là-dessus à condition d'avoir accès aux archives.
    - Et bien, si, Madame, je serai manichéen, et même au degré extrême. Il y avait bel et bien des pauvres à cette époque, des esclaves ouvriers qui crevaient de faim, de misère, de maladie, exploités dans les mines douze heures par jour et les usines pendant que les nantis attendaient le train dans leur propriété et dégustaient une tasse de thé avec le petit doigt levé durant le five o'clock.
    - Oui, Madame, je serai dérangeant parce que j'ai bien l'intention de provoquer un malaise moral, de vous obliger à vous remettre en question et de prendre conscience. Je vais dénoncer ces injustices de façon à ne jamais oublier dans quel monde certains crevaient et crèvent encore aujourd'hui pendant que d'autres vivent dans l'opulence insensible aux malheurs et peu m'importe que vous vous détourniez de moi ou pas.
        Je suis heureux de l'avoir fait, et même fier, et rassuré que personne ne l'ait édité ce roman.
        Il ne faut pas dire, ni écrire la vérité. Ça dérange. On me donne donc des conseils du style "il faut écrire des trucs simples que tout le monde peut lire, faut pas trop ceci, pas assez cela". Ensuite, on place des barrières et des pièges sur les mots.
        A quoi bon écrire ou raconter une histoire qui s'est déroulée fin du siècle dernier dans un langage SMS ?

        D'ailleurs, je vous avouerai en toute sincérité n'avoir contacté que deux éditeurs, ce qui m'a semblé déjà bien assez éprouvant.
        Ces démarches m'emmerdent - passez-moi l'expression - et me font perdre un temps précieux surtout qu'on on ne rajeunit pas. Alors, les belles promesses... vous m'avez compris !
        On n'apprend pas un vieux singe à faire des grimaces !

    Roland A Edgar Collignon
    source : http://rolandcollignon.blogspot.com/2009_11_15_archive.html


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :