• The Herald (Melbourne) - Do 14 Nov 1912 (Page 3)

    Bierset - The Herald (Melbourne)-1912

     

    “HEALERS’ ” NEW TEMPLE.

    STRANGE CEREMONY.

        Antoine “the Healer” is dead, but “Antoinism” still exists.You may remember (said the Paris correspondent of the “Daily Telegraph” on September 20), that a month or two ago a couple appeared before the Courts on a charge of having caused the death of their little girl by criminal negligence. They professed themselves the disciples of Antoine and refused to call in medical aid.    There was considerable doubt to their sanity, but Parisian newspapers took up the case with some vigor at the time. It now appears that the disciples of the dead Antoine are still strong in numbers and in faith. His mantle has been donned by him wife who calls herself by the simple title of the “Mere” Antoine.
        Yesterday at the village of Bierset, between Brussels and Liege, was inaugurate a new temple of the faithful disciples of the Healer.      It is tiny building, hardly larger than a garage.     It contains no altar, no hangings, and only a few wooden benches.      The ceremony of its inauguration was attended by over a thousand Antoinist, who reached the temple by car, by carriage, and by railway.    Some of the disciples would have found it difficult to install their motor-cars in the new tabernacle of their cult.     All were dressed in the characteristic garb of the Antonists – closely buttoned surtout, resembling the “soutane” of a priest, and dark trousers.     Almost all the men wore square boards, and a high-crowned felt at graced their exuberant looks. The women, even the girls, were also in black, with a sort of widow’s bonnet and long crepe veil.     The “Mere” Antoine officiated.     There were no prayer and no hymns, only rather striking figure of the “Mere” Antoine holding out her hands in a strange and not unimpressive dumb show.     Antoinism, one learns, is going ground in Paris. In different quarters of the capital there are five weekly meetings of Antoinists, and money is pouring into the coffers of the sect, which has bought a large property with the sums received from anonymous donors.

    The Herald (Melbourne), Do 14 Nov 1912 (Page 3)

     

    Traduction :

    "NOUVEAU TEMPLE DU GUÉRISSEUR".

    ÉTRANGE CÉRÉMONIE.

        Antoine "le Guérisseur" est mort, mais "l'Antoinisme" existe toujours, vous vous souvenez peut-être (le correspondant parisien du "Daily Telegraph" du 20 septembre), qu'il y a un mois ou deux un couple a comparu devant les tribunaux pour avoir causé la mort de leur petite fille par négligence criminelle. Ils ont professé eux-mêmes les disciples d'Antoine et ont refusé de faire appel à l'aide médicale.    Il y avait beaucoup de doute quant à leur santé mentale, mais les journaux parisiens ont repris le dossier avec une certaine vigueur à l'époque. Il apparaît maintenant que les disciples d'Antoine sont encore forts en nombre et dans la foi. Son manteau a été revêtu par sa femme qui se fait appeler par le simple titre de "Mère" Antoine.
        Hier au village de Bierset, entre Bruxelles et Liège, a été inauguré un nouveau temple des fidèles disciples du Guérisseur.      C'est un petit bâtiment, à peine plus grand qu'un garage.     Il ne contient pas d'autel, pas de tentures, et seulement quelques bancs en bois.      La cérémonie de son inauguration a été suivie par plus d'un millier d'Antoinistes, qui ont atteint le temple en voiture, en calèche et en train.    Certains disciples auraient eu du mal à installer leur voiture dans le nouveau tabernacle de leur culte.     Tous étaient vêtus de l'habit caractéristique des Antoinistes – un surtout boutonné jusqu'en haut, ressemblant à la "soutane" d'un prêtre, et pantalon foncé.     Presque tous les hommes portaient un couvre-chef carré et un feutre haut ornant leur apparence exubérante. Les femmes, même les filles, étaient aussi en noir, avec une sorte de bonnet de veuve et un long voile de crêpe.     Le "Mère" Antoine officiait.     Il n'y avait ni prière, ni hymnes, mais seulement une figure assez frappante de la "Mère" Antoine qui tendait les mains dans un spectacle muet étrange et non sans importance.     L'antoinisme, apprend-on, est en train de s'implanter à Paris. Dans différents quartiers de la capitale, il y a cinq réunions hebdomadaires d'Antoinistes, et l'argent afflue dans les caisses de la secte, qui a acheté une grande propriété avec les sommes reçues de donateurs anonymes.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :