•  


    votre commentaire
  • Temple de Verviers - intérieur (Sciences occultes)

    issu du magazine Sciences occultes, n°2 (vers 1955)


    votre commentaire
  • Antoinistes à Battice

     

    BATTICE

        Les Allemands, qui ont incendié Battice le 6 août 1914, viennent d'achever leur œuvre en rasant le village. Ils ont abattu jusqu'à un mètre du sol les murs encore debout, y compris la tour de l'église et la maison communale. La cause de cet acte de vandalisme ? On offrait aux sinistrés 75 0/0 de la valeur des immeubles, à la condition de reconstruire, et tous ont refusé.
        – On tient des réunions antoinistes, près du café Legros, au coin de la route de Xhovémont. Elles sont fréquentées par des étrangers.

    L'opinion wallonne, 30 mai 1918


    votre commentaire
  • Temple Verviers

    VERVIERS

        Inauguration d'un temple antoniste. – Verviers, qui posséda du vivant d'Antoine de Guérisseur un petit temple du culte nouveau (à Bronde-Stembert), vient d'en voir inaugurer un second beaucoup plus important et qui a douze mètres de large sur quatorze de profondeur. C'est la Mère Antoine, la thaumaturge par procuration, de Jemeppe-sur-Meuse, qui est allée l'inaugurer dimanche matin.
        Le temple nouveau se trouve sur une hauteur dominant la ville, rue des Jardins-aux-Hautes-Mezelles.

    L'indépendance belge, 13 juillet 1914


    votre commentaire
  • Temple Verviers

     

        CHEZ LES ANTOINISTES. - La Mère Antoine est venue dimanche inaugurer le nouveau temple antoiniste des Hautes Mezelles.
        Un millier d'adeptes l'accompagnaient. On nous rapporte que, durant les opérations de Mère Antoine, deux vieillardes impotentes ont soudain recouvré l'usage de leurs jambes. Les adeptes présents ont crié au miracle.

        INDISPOSEES ! - Dimanche, au cours de la cérémonie antoiniste, une dame Libert, 32 ans, de Bellaire, a été prise d'une crise nerveuse grave en même temps qu'une jeune fille d'Ans, Mlle Marie Delfosse, 15 ans, était prise d'une syncope provoquée par la chaleur.
        Toutes deux furent transportées dans le jardin de M. Bastagne, où Mme Mairlot et M. Ch. Baltus, membres de la Croix-Rouge, leur prodiguèrent des soins.

    Journal de Liège et de la province, 15 juillet 1914


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique