•     Pierre Debouxhtay précisait que "la région de Verviers est une de celles où l'Antoinisme s'est implanté assez profondément". (p.259)

        Non seulement, le premier temple consacré par le Père même y vit le jour en 1911, mais il y a aussi un temple consacré à Verviers même en 1914, soit le 6e de la Belgique.

        On a aussi chez cet auteur l'étendue de l'implantation par le nombre des salles de lecture dans la région : Andrimont, Dison, Dolhain, Ensival, Fraipont, Grand-Rechain, Jehanster, José, Thimister, Wegnez...

        Mère les fit fermer en 1932 pour contrecarrer les zèles de desservants indépendantistes.

        Les villes d'Ansival, Andrimont, Pépinster, Heusy et Verviers votèrent un voeu de sympathie au collège communal en faveur de la reconnaissance légale du culte (Pierre Debouxhtay, p.278-79).


    votre commentaire
  •     "Nous colportons tous avec le plus grand zèle, écrit un adepte verviétois (L'UNITIF, II, 3, p.5-6), la revue contenant les Enseignements que le Père révélait et pendant les trois années que se fit ce travail le nombre des malades qui se rendirent à Jemeppe de Verviers et des environs ne cessa de grandir. Ceux qui par leur foi y trouvaient la guérison de l'âme plutôt que du corps venaient grossir nos rangs et quand le Père se retirant du Temple en 1909 eut désigné un adepte pour y faire le lecture de la nouvelle Révélation et nous eut appelés à établir partout des lectures à l'exemple de ce qui se faisait à Jemeppe, il se forma tout de suite en notre ville un groupe très important bientôt suivi de deux autres qui prospérèrent également."

    in Pierre Debouxhtay, Antoine le Guérisseur et l'Antoinisme, pp.258-59


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique