• influence de la théosophie sur l'antoinisme

        L'influence de la théosophie sur l'antoinisme est claire concernant les doctrines : sens la prière, Dieu en nous, réincarnation, loi d'évolution, importance des pensées...
        Mais la Révélation de Louis Antoine n'en reste pas moins une Révélation : "le Couronnement est à Lui seul tout l'enseignement", et celui-ci nous enseigne quoi : voyons les titres des chapitres et ce qui relève de l'innovation ou des influences :
    - L'arbre de la science de la vue du mal (innovation de L. Antoine) ;
    - Le libre arbitre (Spiritisme, Théosophie) ;
    - Unité individuelle de l'ensemble (Théosophie) ;
    - C'est Adam et Eve qui forment la base des termes de comparaisons (innovation de L. Antoine) ;
    - Apparence de la réalité (innovation de L. Antoine) ;
    - Réincarnation (Spiritisme, Théosophie) ;
    - Intelligence (innovation de L. Antoine) ;
    - L'étude de l'enseignement moral (Théosophie) ;
    - Le mystère : amour, intelligence et conscience (innovation de L. Antoine) ;
    - La croyance et la foi (innovation de L. Antoine) ;
    - Le vrai bonheur ne résulte que du malheur (Spiritisme, Théosophie) ;
    - Nous n'acquerrons la vérité que par notre erreur (Spiritisme, Théosophie) ;
    - Un dernier mot de cette révélation (innovation de L. Antoine) ;
    - Cause, développement et perfectionnement de l'être (Spiritisme, Théosophie).
        Sur 14 chapitres, 7 sujets sont uniquement présent chez Louis Antoine. La moitié. On peut aussi préciser que les sources de Louis Antoine viennent de la Théosophie, mais aussi du spiritisme. Par ailleurs, signalons qu'il serait avéré que les textes de H.P.Blavatsky serait des plagiats d'une centaines de livres occultes divers (http://www.blavatskyarchives.com/colemansources1895.htm). On peut donc dire que la doctrine de Louis Antoine reflète bien les idées de l'époque. Cependant, les différentes pratiques de l'antoinisme sont, il me semble, des innovations de Louis Antoine ou sa femme : prière silencieuse, mains jointes, pensées silencieuses...

        Par ailleurs la Théosophie évoque le Karma, l'astral (pour L. Antoine, il faut se défaire du monde pour se purifier, pour la Théosophie, à sa mort, l'âme rejoint l'astral où la matière n'a plus la même prégnance sur notre âme, mais où l'on garde sa personnalité ou individualité), l'Esprit ou Âme divine, l'Ego... et ne laisse guère de possibilité de comprendre le monde autrement que comme H.-P. Blavatsky ou Annie Besant (l'Homme et ses Corps d'Annie Besant est un exemple frappant de théorie invérifiable et sans contredit possible), ou d'autres le comprennent, alors que la Révélation nous demande de comprendre ou de ne pas comprendre le monde, mais simplement de l'accepter.
        Le point de vue de la Théosophie par rapport au spiritisme est plus dure que celle de L. Antoine : pour L. Antoine, elle n'est qu'expérience, et en cela science, donc matériel. Pour la théosophie, les évocations spirites causent du tort aux corps astraux des désincarnés. Dans la théosophie, on peut rejoindre les désincarnés par la méditation et le progrès moral sans pour cela que la communication ne soit possible, les théosophes doivent même l'accepter si les esprits veulent venir à nous au moyen d'un médium. Ils expliquent aussi que les communications se déroulent avec des esprits de la nature et non des esprits des morts. Pour L. Antoine, on peut simplement "resentir" les désincarnés par les fluides.
        Considérant le spiritisme comme scientifique, la théosophie n'en a pas moins un grand respect pour la science. Ainsi expériences sur des médiums, conférences d'érudits, magnétisme, télépathie sont pratiquées dans les débuts de la théosophie. La complexité des oeuvres d'Annie Besant, notamment son Etude sur la conscience en témoignent encore (à lire et télécharger sur Gallica). Voir aussi l'article Initiation de Wikipedia [http://fr.wikipedia.org/wiki/Initiation_%28Th%C3%A9osophie%29]
        Le point de vue sur l'intelligence est très particulière à l'Antoinisme : sans complètement l'incriminer, car elle a son utilité, L. Antoine appelle à s'en méfier pour atteindre ce qui est le monde astral dans la théosophie. Dans la théosophie même, lors de sa deuxième mort (après la mort terrestre on atteint le monde astral, où l'on meurt encore), on peut même retrouver les satisfactions intellectuelles, de l'art, de la dévotion, etc. que l'on a aimé dans le monde terrestre. Lors de sa deuxième mort, on se retrouve dans le Ciel selon la Théosophie, et seulement pour quelques siècles avant de retomber dans une incarnation terrestre. On y meurt donc aussi, mais la souffrance n'y existe pas, car on y aura créé une illusion de notre bonheur : joie matérielle et gens aimées. D'après L. Antoine, à sa mort terrestre, on retrouve l'Unité de l'Ensemble, ou on se réincarne, "soit sur la terre ou dans un autre monde" (Développement, p.114).
        Un point commun est par contre le fait que l'on peut être théosophe et chrétien, ou bouddhiste, ou juif... comme dans l'antoinisme. Par contre, on parle rarement dans la théosophie de l'incroyance.

        Concernant les dissidences : lors d'une entrevue, un membre de la Société Théosophique a conclu que "la Société Théosophique a donné l'enseignement et ils l'ont tous repris en l'amalgamant avec toute sorte d'autres choses. Sincèrement, on ne peut appeler cela des mouvements dissidents parce qu'on doit dire que ce sont des gens qui désiraient avoir la première place quelque part, qui avaient des idées propres. Ils en ont donc profité pour faire leur propre mouvement, en y injectant beaucoup de théosophie. Ils reprennent la même terminologie qui a été créée par les auteurs théosophiques, et qui n'existait pas en occident avant". Le regard porté sur les dissidents semble être d'une même trempe que celui de Guénon sur la Société Théosophique (mélange d'ésotérisme, de religions orientales (occidentalisées) et de spiritisme)(source : www.oeildusphinx.com/MdI3_theos.html). Par ailleurs la succession dans le mouvement théosophique a été beaucoup plus houleux que dans l'antoinisme.

        Signalons encore que la théosophie avait aussi mis en place des salles de lecture : au siège de la Société théosophique de France, 4, Square Rapp, à Paris (en 1917), se trouve une salle de lecture, une bibliothèque et s'y déroulent les réunions. Le Siège de la Société était ouvert tous les jours de la semaine de 3 à 6 heures sauf le 2e et le 4e dimanche.
        Les buts de la Société étaient :
    1° Former un noyau de fraternité dans l'humanité, sans distinction de sexe, de race, de rang ou de croyance.
    2° Encourager l'étude des religions comparées, de la philosophie et de la science.
    3° Etudier les lois inexpliquées de la nature et les pouvoirs latents dans l'homme.
        L'adhésion au premier de ces buts est seule exigée de ceux qui veulent faire partie de la Société.
        Actuellement, le Siège de la Société en France est au 4, square Rapp, 75007 Paris.

        La section de Liège, la "Branche Annie Besant" de la Société Théosophique a ses locaux au 10, place Vivegnis, dans le vieux Liège. A Bruxelles, le siège de la Société Théosophique (ST) Belge A.S.B.L. est établi au 51, rue du commerce, 1040 Bruxelles.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :