• Chaire de lecture (Temple de Schaerbeek, arch. Jean Tombeur)

    détail du plan du Temple par Jean Tombeur
    Il s'agit d'une projet, voici à quoi elle ressemblait.


    votre commentaire
  • Un Souvenir de Jemeppe


    votre commentaire
  • Luciano Folpini - È incredibile (2007)

    Auteur : Luciano Folpini
    Titre : Le radici - È incredibile - Indagine sul mistero dell’uomo 3 - Le proposte alternative
    Éditions : Centro culturale Kairòs - Aderente al Progetto Culturale della Cei - Gavirate – maggio 2017

        L'auteur évoque p. 105-106 en ces termes le culte antoiniste :

    Il Culto Antoinista
    Il belga Louis Antoine, dopo oltre 40 anni di lavoro come operaio specializzato si imbatte nello spiritismo. Nel 1890 decide di diventare medium e fonda un gruppo spiritico chiamato Les Vignerons du Seigneur.
    Nel 1893, dopo la morte del figlio ventenne, cominciò a curare le malattie con pezzi di carta magnetizzati o con l’acqua, con l’aiuto di spiriti di medici.
    La sua fama crebbe ma nel 1901 fu condannato per esercizio abusivo della professione medica.
    Fu allora che decise di non usare più il contatto fisico col paziente ma di operare in un procedimento non più di tipo medico ma religioso. Così quando nel 1907 fu di nuovo giudicato per esercizio abusivo della medicina, è assolto perché si tratta di una questione di fede.
    Nel 1906, Antoine, ha abbandonato lo spiritismo per dare vita al Culto Antoinista dove lui è il Padre che non nega lo spiritismo, ma lo confina a un livello inferiore nella sfera morale dei suoi insegnamenti.
    Il movimento ha successo con più di 100mila aderenti in Belgio e si espande in altri paesi.
    Quando nel 1910 la fila di quelli che attendono un incontro con lui comincia ad allungarsi troppo, costruisce il Tempio Antoinista dalla cui tribuna, vestito in tunica nera e cilindro, fa scendere il suo fluido contemporaneamente su tutta la folla.
    Poi nel 1912 muore e il movimento continua con la moglie Jeanne Catherine Collon.
    Attualmente, pur essendo il movimento in calo, esistono ancora alcuni templi e sale di lettura in Belgio e in altri paesi, gestiti da un desservant, una specie di diacono, spesso una donna, che veste come il Padre anche fuori del luogo di culto.
    In tutti i templi tutte le domeniche alle dieci, e nei quattro primi giorni della settimana alle sette di sera, si leggono gli insegnamenti del Padre, mentre negli stessi giorni alle dieci del mattino il desservant, fa scendere il flusso di Antoine dalla tribuna sui presenti dopo qualche momento di preghiera e al termine dà consigli personali a chi li richiede.
    Sono anche previsti dei riti antoinisti per: funerali, battesimi e matrimoni, ora abbastanza rari. In Francia si è affermato il rito di Mère con le innovazioni introdotte dalla moglie e l’uso di ritratti di Antoine.
    L’antoinismo afferma che se Dio non esiste al di fuori di noi, anche noi non esistiamo al di fuori di Dio. La materia, il male e la malattia non esistono perché si tratta solo di errori della nostra immaginazione o credenze che le fanno immaginare reali.
    Per superarle bisogna opporre la coscienza e la fede nell’efficacia che ancor oggi ha il fluido che continua a emanare dal Padre Antoine tramite i desservant, e nelle credenze kardeciste sul progresso, la solidarietà, la fraternità, e il lavoro morale, che consentono la crescita anche attraverso reincarnazioni successive.

    Luciano Folpini - È incredibile (2007)


    Traduction :
    Le culte antiniste
    Le Belge Louis Antoine, après plus de 40 ans de travail en tant qu'ouvrier qualifié, découvre le spiritisme. En 1890, il décide de devenir médium et fonde un groupe spirituel appelé Les Vignerons du Seigneur.
    En 1893, après la mort de son fils de 20 ans, il a commencé à traiter les maladies avec des morceaux de papier magnétisé ou de l'eau, avec l'aide des esprits des médecins.
    Sa notoriété grandit mais en 1901, il est condamné pour exercice illégal de la profession médicale.
    C'est alors qu'il a décidé de ne plus utiliser le contact physique avec le patient mais d'opérer selon une procédure qui n'était plus médicale mais religieuse. Ainsi, lorsqu'en 1907 il a été à nouveau jugé pour exercice illégal de la médecine, il a été acquitté du fait qu'il s'agissait d'une question de foi.
    En 1906, Antoine abandonne le spiritisme pour donner vie au Culte antoiniste où il est le Père qui ne nie pas le spiritisme, mais le confine à un niveau inférieur dans la sphère morale de ses enseignements.
    Le mouvement a connu un grand succès avec plus de 100 000 adhérents en Belgique et s'est étendu à d'autres pays.
    Lorsqu'en 1910, les rangs de ceux qui attendaient une rencontre avec lui commencèrent à grandir, il construisit le temple antoiniste dans lequel, depuis la tribune vêtu d'une tunique noire et d'un haut-de-forme, il laissait descendre son fluide sur toute la foule en même temps.
    Puis en 1912, il meurt et le mouvement se poursuit avec son épouse Jeanne Catherine Collon.
    Aujourd'hui, bien que le mouvement soit en déclin, il existe encore quelques temples et salles de lecture en Belgique et dans d'autres pays, dirigés par un serviteur, une sorte de diacre, souvent une femme, qui s'habille comme le Père même en dehors du lieu de culte.
    Dans tous les temples, tous les dimanches à dix heures, et les quatre premiers jours de la semaine à sept heures du soir, on lit les enseignements du Père, tandis que les mêmes jours à dix heures du matin, le serviteur fait descendre le fluide d'Antoine de la tribune vers les personnes présentes après quelques moments de prière et à la fin il donne des conseils personnels à ceux qui le demandent.
    Des rites antoininistes sont également prévus : funérailles, baptêmes et mariages, aujourd'hui assez rares. En France, le rite de la Mère s'est établi avec les innovations introduites par sa femme et l'utilisation des portraits d'Antoine.
    L'antoinisme affirme que si Dieu n'existe pas en dehors de nous, nous n'existons pas non plus en dehors de Dieu. La matière, le mal et la maladie n'existent pas parce qu'ils ne sont que des erreurs de notre imagination ou des croyances qui les rendent réels.
    Pour les surmonter, il faut opposer la conscience et la foi dans l'efficacité qu'a encore le fluide qui continue à émaner du Père Antoine à travers les serviteurs, et dans les croyances kardecistes sur le progrès, la solidarité, la fraternité et le travail moral, qui permettent la croissance aussi à travers les réincarnations successives.


    votre commentaire
  •  Los antonistas en Francia (Diario español, 21 de noviembre de 1913)CEREMONIA CURIOSA

    Los antonistas en Francia

    Visiones y otros excesos

        Paris.–Los adeptos del culto antonista, fundado en Jemmapes (Bélgica), por el famoso magnetizador, herrero de oficio, Antonio el Generoso, decidieron hace algunos meses levantar un templo en Paris.
        El antonismo cuenta en Bélgica con cientos de miles de prosélitos, muchos de ellos en buena posición.
        Es jefe de la secta, desde la muerte del fundador, una parienta suya, muy vieja, llamada Antonia.
        Días pasados celebróso la inauguración del primer templo antonista parisiense.
        Vinieron de Bélgica, Antonia y unos cien fieles.
        Acudieron también bastantes Antonistas de diversos puntos de Francia.
        Antonia, una vez estuvo el templo lleno, mandó cerrar las puertas.
        Subió al púlpito y arrodillóse.
        Vestia de negro, y llevaba tendida sobre su cuello y espalda su blanca y larguisima cabellera, que no habia peinado.
        Empezó á recitar oraciones de las e que Antonio dejó escritas.
        Luego se puso en pié, y extendiendo los brazos y abriendo mucho los ojos, quedóse inmóvil.
        Al cabo de algunos minutos declaró que acababa de ver á Antonio, entre nubes.
        Otros antonistas dijeron que no habían visto á Antonio, pero sí una nube blanca.
        De pronto, una mujer de treinta años, natural de Vichy, que habían llevado en un carrito, levantóse y empezó á gritar:
        –Llevaba ocho años paralítica. Acabo de curarme.
        Y comenzó á dar saltos.
        Otras tres personas empezaron á gritar a su vez:
        –Estamos curados, estamos curados.
        So trataba de sedicentes enfermos de dolencias nerviosas.
        Prodújose gran alboroto.
        Parecía aquello una reunión de locos.
        Al fin todos se calmaron y fueron saliendo.
        Y así ha comenzado el culto antonista en París.

    Diario español, 21 de noviembre de 1913

     

    Traduction :

    CÉRÉMONIE CURIEUSE

    Les Antonistes en France

    Visions et autres excès

        Les adeptes du culte Antoiniste, fondé à Jemmapes (Belgique) par le célèbre magnétiseur, forgeron de métier, Antoine le Généreux, ont décidé il y a quelques mois d'élever un temple à Paris.
        L'Antoinisme compte en Belgique des centaines de milliers de prosélytes, dont beaucoup sont de bonne situation.
        Le chef de la secte, depuis la mort du fondateur, est une de ses parents, très âgée, appelé Antoine.
        Il y a quelques jours, elle a célébré l'inauguration du premier temple Antoiniste à Paris.
        Antoine et une centaine de fidèles sont venus de Belgique.
        Il y avait également de nombreux Antoinistes venus de différentes régions de France.
        Antoine, une fois l'église pleine, a ordonné la fermeture des portes.
        Elle est montée sur la chaire et s'est agenouillée.
        Elle était vêtue de noir, et ses longs cheveux blancs, qu'elle n'avait pas peignés, étaient drapés sur son cou et son dos.
        Elle a commencé à réciter certaines des prières qu'Antoine avait laissées.
        Puis elle se leva, et, étendant les bras et ouvrant grand les yeux, elle resta immobile.
        Au bout de quelques minutes, elle déclara qu'elle venait de voir Antoine parmi les nuages.
        D'autres antoinistes ont dit qu'ils n'avaient pas vu Antoine, mais qu'ils avaient vu un nuage blanc.
        Soudain, une femme de trente ans, originaire de Vichy, qui avait été emmenée dans une charrette, se lève et se met à crier :
        –Je suis paralysé depuis huit ans. Je viens d'être guéri.
        Et elle a commencé à sauter de joie.
        Trois autres personnes se sont mises à crier à leur tour :
        –Nous sommes guéris, nous sommes guéris.
        Il s'agissait de personnes prétendument souffrantes de maladies nerveuses.
        Il y a eu une grande agitation.
        On aurait dit une réunion de fous.
        Finalement, tout le monde s'est calmé et est parti.
        C'est ainsi qu'a commencé le culte antoiniste à Paris.

    Journal espagnol, 21 novembre 1913

    Le récit est très librement adapté d’autres articles français, comme celui du journal Le Voltaire.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires