• Méditation, par Henri Lormier (Le Fraterniste, 15 octobre 1930)

    MÉDITATION

        Le calme et le silence sont les conditions primordiales et nécessaires pour permettre à l'esprit de se recueillir et de puiser de nouvelles forces mentales et spirituelles.
        Si vous voulez maintenir votre santé en bon équilibre exercez-vous souvent à ce recueillement et ne laissez pas votre système nerveux diminuer son énergie dans un excès pernicieux de dépenses vitales en paroles et en actes épuisants.
        Choisissez vos heures de calme, oubliez tout ce qui vous préoccupe et pensez bien que votre repos vous donne des forces nouvelles dont votre esprit s'imprégnera d'autant mieux si, avec foi et conviction, vous faites appel à la Vie Invisible, Energie spirituelle, divine.

                                                                                                                        H. LORMIER.

    Le Fraterniste, 15 octobre 1930


    votre commentaire
  • Henri Lormier - Méditation (Le Fraterniste, 1er mars 1930)

    MEDITATION

        Nous avons un compte à tenir en bon ordre : celui de nos actions constituant l'actif et le passif de notre vie. Il faut bien équilibrer son budget. L'actif, c'est toutes nos bonnes actions. Le passif, toutes les mauvaises. Sachons opérer en bons comptables. Faisons toujours bien, de mieux en mieux, il y aura intérêt. Cet intérêt, c'est la Puissance : amour par la Bonté envers tous. Il s'ajoute au capital : Dieu-Amour.            H. LORMIER.

    Le Fraterniste, 1er mars 1930


    votre commentaire
  • Connais-toi toi-même (Le Fraterniste, 15 août 1930)

    PSYCHOSIE-THEURGIE

        Humain, connais-toi toi-même ! C'est un grand commandement, un précepte divin. Se connaître ! c'est-à-dire, comprendre sa véritable nature, sa double nature, matière et esprit, corps et âme.
        Par le corps, si l'humain ne conçoit que par ses seuls sens matériels, il s'enferme dans un parfait égoïsme, il croit se suffire à lui-même, il ne lutte que pour sa conservation, sa jouissance, son bon plaisir. Cela n'est pas la vraie Vie. La bonne, la pure, la juste, c'est la certitude qu'il y a des sensations de l'âme, et ces sensations sont de telle nature vitale que sans elles, il n'y aurait ni progrès, ni évolution, ni Bonté, ni Amour. Bien se connaître c'est faire régner l'harmonie entre le corps et l'âme, c'est vivre dans le bien, c'est savoir aimer, car l'amour supprime tout le mal. Aime humain, tu seras Dieu.

                                                                                                 H. LORMIER.

    Le Fraterniste, 15 août 1930


    votre commentaire
  • Pensées - Vous vivez en Dieu (Le Fraterniste, 15 janvier 1927)

        Ne cherchez pas Dieu autre part qu'en vous-même, car si vous avez compris ce qu'est l'amour du prochain vous êtes en Lui, vous vivez en Dieu.

    Le Fraterniste, 15 janvier 1927


    votre commentaire
  • Prier c'est bien, Paul Pillault (Le Fraterniste, 1er octobre 1927)


    votre commentaire
  • Règle de conduite (Le Fraterniste, 27 juin 1913)

    Épitaphe sur la tombe (au Père-Lachaise, à Paris) de Charles Loyson,
    plus connu sous son nom religieux de Père Hyacinthe (1827-1912), fondateur de l'Église gallicane.


    votre commentaire
  • O sêle mîn
    genk ûz, got în!
    sink al mîn icht
    in gotis nicht,
    sink in dî grundelôze vlût!    
    vlî ich von dir,
    du kumst zu mir.
    vorlîs ich mich,
    sô vind ich dich,
    ô uberweselîches gût! 
    O mon âme
    sors et Dieu entre!
    Fait naufrage mon ego
    Dans le divin néant,
    sombre dans le fleuve sans fond!
    Que je fuis,
    tu viens.
    Que je me perde
    je me trouve,
    Ô félicité suprême!


    Dernière strophe en allemand ancien et en français du poèce attribué à Maître Eckhart Granum Sinapis, (« Grain de sénevé ») de la fin du XIIIe siècle. Typique des mystiques rhénans, il reprend les idées et les thèmes du courant philosophique non-dualiste.

    source : https://fr.wikisource.org/wiki/Granum_Sinapis


    votre commentaire
  • Nous sommes dans le vrai (Le Fraterniste, 1er février 1927)


    votre commentaire
  • H. Lormier - Guérissons notre Esprit (Le Fraterniste, 15 mars 1928)

    Guérissons notre Esprit

        C'est bien la cure la plus difficile à réaliser pour l'humain, car notre pauvre petit esprit est si indiscipliné qu'il n'obéit pas toujours aux conseils et aux remontrances qui lui sont tant de fois répétés.
        Cependant si nous savions avoir un peu plus de courage et de persévérence nous pourrions nous débarrasser de bien des maux qui nous font souffrir.
        Nous ne faisons pas assez attention aux lois de la pensée. Il y a trop d'orgueil en nous qui nous empêche de nous incliner devant le langage de la raison et de la Vérité.
        Nous nous plaisons à ne ressentir que ce qui est vibration matérielle, nous ne recherchons que la satisfaction des sens de notre nature physique et nous négligeons complètement ceux de l'esprit.
        Cependant si le corps a besoin d'une saine nourriture pour bien se porter de quelle bien plus saine et fortifiante manne la pensée doit-elle se nourrir pour que l'équilibre soit parfait entre l'Esprit et la Matière ! (le corps et l'âme).
        Il est dit quelque part : si vous n'avez l'Amour en vous, vous n'êtes que des arbres ne donnant que de mauvais fruits et l'Amour c'est TOUT, par conséquent hommes qui avez la même origine de Vie, qui vous agitez dans le même Univers, sachez donc guérir votre petit esprit, en vous nourrissant de toutes les vertus qui feront de vous des êtres supérieurs d'autant que vous reconnaîtrez votre humilité, votre petite valeur, puisque, un souffle, un rien, peut suspendre au moment où vous y pensez le moins, toute la force vitale que vous croyez détenir en toute propriété.
        Votre vie sera vraiment forte et féconde si vous voulez bien comprendre ce qu'est la Bonté, avec tous ses attributs et que, en vrai gourmet des mets de l’Esprit, vous vous en nourrissiez abondamment ce qui sera pour vous la Santé, la Force, la Domination.
        Ce faisant, vous serez toujours en règle avec les lois qui vous gouvernent spirituellement et votre attirance sera tellement puissante que vos bras ne seront pas assez grands pour étreindre avec Amour, tous ceux qui cherchent un refuge, un asile de Paix et de Fraternité.
        C'est la route du Ciel qui vous est ainsi ouverte, souffrants de toutes sortes. Voulez-vous la suivre ? C'est votre bonheur qui vous attend.
                                                                               H. LORMIER

    Le Fraterniste, 15 mars 1928


    votre commentaire
  • Aimez vos ennemis (Le Fraterniste, 1er mars 1927)


    votre commentaire
  • Le Fruit et l'Arbre (Le Fraterniste, 24 avril 1914)


    votre commentaire
  • Connais-toi toi-même (Le Fraterniste, 15 sept 1927)


    votre commentaire
  • Morale stoïcienne (Le Biéniste, 15 novembre 1922)


    votre commentaire
  • Les grandes âmes (Le Fraterniste, 15 mars 1924)


    votre commentaire
  • Dieu ne s'achète ni ne se vend (Le Fraterniste, 15 juin 1924)


    votre commentaire
  • Dans l'amour, le séparé existe encore (Guy Debord)

        Puisque chaque sentiment particulier, n'est que la vie partielle, et non la vie toute entière, la vie brûle de se répandre à travers la diversité des sentiments et ainsi de se retrouver dans cette somme de la diversité. Dans l'amour, le séparé existe encore, mais non plus comme séparé, comme réuni et le vivant rencontre le vivant.
    Guy Debord, La société du spectacle, 1974


    votre commentaire
  • La faute est en nous-mêmes (William Shakespeare)

        “The fault, dear Brutus, is not in our stars
        But in ourselves, that we are underlings.”

    William Shakespeare

    Traduction :

        “La faute, cher Brutus, n'est pas dans nos étoiles
        Mais en nous-mêmes, si nous sommes de sous-fifres.”

    (Jules César, Acte I, Scène 2, v. 140-141).

    Pour en savoir plus (en anglais)


    votre commentaire
  • La recherche de la Vérité (Le Biéniste, 1er novembre 1922)


    votre commentaire
  • Le mot et le fait (Le Fraterniste, 21 novembre 1913)


    votre commentaire
  • Emile Zola, Mes Haines (Le Biéniste, 15 juillet 1922)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique