•                                                       ON l'a appelé notaire mais c'est par commodité c'était un mot prétexte il fallait bien qu'on donne un nom à ce sur quoi on se cognait la tête depuis des temps immémoriaux l'ennmi toujours presque la tête visage ou alors au visage trop innombrable et fuyant NOTAIRE c'était pris dans le sens tellement plus large de « puisance qui reçoit et rédige les actes liberticides les contrats oppressifs pour leur donner u caractère d'authenticité » c'était un mot qui voulait exprimer toute la violence de la non-violence, un mot pour dire que notre vie  moderne dans cette ville et dans ce pays et ailleurs se trouvait aux mains des notaires des notaires politiques des notaires idéologiques des notaires religieux des notaires révolutionnaires bureaucratiques concentrationnaires mercantiles et que même ceux que parfois nous croyons être nos amis nos amours sont des notaires oui


    Marcel Moreau, A dos de dieu
    ou l'Ordure lyrique, chap. VIII, p.115
    Luneau Ascot Editeurs, Paris, 1980.


    votre commentaire
  •     Sois ennemi des doses !



    Marcel Moreau, La Terre infestée d'Hommes,
    Naissance d'un neuro-réalisme : l'agence de voyages, p.166
    roman, Buchet/Chastel, Paris, 1966.


    votre commentaire
  •      Car nommer met voile sur la lumière directe des fruits et des plantes. Moins je serai capable de nommer, et plus aisément l'éclat de la cellule centrale de la vie ruissellera sur le galbe de la chose vivante.

    Marcel Moreau, La Terre infestée d'hommes, p.126
    Dieux ! Je me découvris l'étoffe d'un monstre,
    et dans cette étoffe soyeuse et silencieuse,
    précieuse et hasardeuse, je coupai,
    fébrilement, un manteau de pourpre
    pour la poésie humiliée..., p.126
    roman, Buchet/Chastel, Paris, 1966


    votre commentaire
  •     — Qu'y a-t-il, répétai-je.
        — Mmmm, fit Jiri.
        Je comprenais. Enfin, un peu... J'allumai. Le décor n'était pas celui que vous envisagiez déjà, car il est bien vrai que vous misiez sur la crasse, sur l'immonde saleté des détritus vieux d'une semaine. On la sentait venir, on la présageait, cette saleté. Déjà en montant l'escalier, on s'attendait au pire, tout annonçait le désordre, des moutards squelettiques attachés par des chaînes au pied d'un lit, des carpettes d'excréments amollis par l'urine, un sol rendu glissant par la glaire, on s'attendait aux puces, à des putains en guenilles et barbues, rampant sur leurs genoux, cherchant leur subsistance dans les disjointures des planches, et au lieu de tout cela, nous entrions dans l'univers nu et gris de Jiri, dont le visiteur impromptu ne pouvait qu'emporter une image austère et cause de malaise. Le bas des murs semblait avoir été léché. Nous entrions dans cet univers comme dans un roman composé uniquement de phrases sans adjectifs. Et quel écrivain n'a pas rêvé d'écrire un livre où il n'y aurait plus de tables vertes ou jaunes, de Sénégalais bons ou mauvais, mais où plutôt la table serait exclusivement table, et le Sénégalais exclusivement Sénégalais ? Une telle œuvre serait un foisonnement insoutenable de corps purs, strictement relatifs à eux-mêmes, sans liens mutuels, durs, même les plus mous, étincelants, même les plus ternes, muets, morts, serrés autour du lecteur criant en vain son angoisse à l'auteur, devenu fou, comme si ce qui nous maintenait en santé c'était précisément ces rallonges à la chose et à l'homme, leur écoulement jusqu'à nous, cette suppuration d'eux-mêmes appelés adjectifs et au fond, nous sentons bien que nous ne sommes présents et aliénés au monde que dans la mesure où l'adjectif avec une force de réseau prend possession de nous, non seulement de nos mots, mais aussi de nos images, de nos visions, de nos rêves, de nos démarches et de nos sensations ; ainsi, le sperme qui dégouline de l'urètre, les doigts du bourreau éborgnant la victime, et l'ébrouement frêle des fibres du mal qui est en moi quand je songe à la mort prennent valeur d'adjectifs par rapport à la Source qui les produit qui est pur étincellement. Essence indivise. En somme, sans que nous le sachions très clairement, l'adjectif est en nous comme une malédiction, il nous relie à des réalités solitaires mais fonde le mensonge par le fait même qu'au lieu de nous les faire toucher, il ne parvient qu'à nous les faire qualifier. C'est à son intervention puissante et irrévocable que nous devons de voir les apparences rouler les unes vers les autres et nous griser de l'illusion de vivre. Il est liens, raccords, froissements et chaînes, il nous pousse infatigablement dans le piège d'une harmonie qui n'aurait point d'existence sans l'intercession de ses manœuvres confondantes, il nous englue dans ses verts, dans ses jaunes, dans ses bons et dans ses mauvais, qui ruissellent à perdre haleine dans toutes les directions. nos cinq sens sont faits comme des rats. Dans la chambre de Jiri, notre première impression était pour le moins détraquantes, on voyait Jiri et à côté de lui, sa monstruosité, et non Jiri monstrueux, on voyait le mur, et séparé du mur, le blanc du mur, comme une chose dure et saisissable en soi, les objets se démultipliaient à l'infini, il y avait là le cuivre et le brillant de ce cuivre, la lumière et le vif de la lumière, etc., si bien que finalement, nous n'osions plus faire un pas, par recrutements et recrudescences d'éléments pleins, opaques et autonome créaient autour de nous Forêt et nous étouffions, littéralement, nous étouffions, nous succombions aux coups, de fouet, de fouet sec, le fouet de chaque chose intrinsèque, dépourvue de qualité, toutes ces choses, inqualifiées, neutres, qui ruinaient nos sens.
        Puis tout rentrait dans l'ordre.

    Marcel Moreau, La Terre infestée d'Hommes,
    Mon frère Jiri, d'horreur illuminé, p.64-65
    roman, Buchet/Chastel, Paris, 1966.


    votre commentaire
  •     Eloge de la poussière


        Terminer le livre que l'on a cru devoir écrire, et ensuite pqsser un bon moment qvec la poussière, c'est ce que j'appelle la fin honorable d'une aventure.
        La poussière qui grisaille mes meubles, dans cet appartement qui en assure la déposition. Cette poussière, j'ai appris à la désirer pour un certain nombre de raisons, dont quelques-unes me demeureront à tout jamais obscures. Mais elle est là, sur les surfaces boisées, sur les vitres, d'où j'ai scrupule à la chasser, comme si d'en déchirer seulement du bout du doigt l'irréel manteau clochardesque me gênait. Epousseter, pour le semi-célibataire que je suis, c'est devenu aujourd'hui un acte hésitant qui consqcre moins ma paresse à prendre en charge les tâches ménagères que ma propension à observer dans leur légèreté les dérives de la mort.
        Si je trouve la poussière fascinante, c'est aussi parce que sa douce et méconnue beauté prend silencieusement et patiemment sa place au rendez-vous que je fixe chaque jour aux objets que j'aime, compagnons de mes phantasmes et autres témoins de ma solitude ou de mes amours. Je ne sais d'où elle tombe ainsi, mais ma certitude est que son voile presque illusoire n'est soulevable que par l'imagination aiguë que j'ai de mon déclin et de ma fin.
        Ce dressoir qui semble plus l'attirer sciemment que l'accueillir indifféremment, c'est déjà une chose qui voudrait que mon regard s'éteigne sur elle, c'en est aussi une autre qui invite ce même regard, sans brusquerie, à s'allumer à la perceptio de ma chute. L'empoussièrement tisse entre toutes les pièces du décor dont la familiarité m'importe une toile dont je sais à présent qu'elle est la délicatesse d'un scandale, celui-là même que découpe pour moi en visions abruptes ma relation avec le néant.
        Qu'elle s'apparente à une décalcification des murs ou aux sécrétions sèches d'un vieux tapis afghan (mais est-il vraiment afghan, qu'en sais-je ?), la pousière s'incruste ou se pose là où je n'ai d'oeil que pour le coeur arrêté des ornements, là où je n'ai de mots que pour des conciliabules languissants avec mes os. Je ne devrais éprouver envers elle qu'horreur, je ne devrais avoir de cesse qu'elle ne s'évanouisse, sous les coups d'un chiffon, par la grâce d'une cire. Mais quand il en va ainsi, je sais que son retour est déjà une évidence. Que sa stratégie de l'interpellation lancinante triomphe à l'instant précis où je crois revoir, sous le nouvel éclat d'un meuble, le superbe visage du chêne.
        Et pourtant, au centre de tant de manoeuvres impalpables, je continue mon combat contre les grandes contagions de la vanité de vivre. Au moment où j'écris, j'ai comme l'impression que la poussière est trop subtile pour la violence des pulsions qui dictent à ma démarche son sens tragique. Qu'il est trop tôt pour que la rage et l'écume du verbe prennent à leur compte cette espèce de cendre paradoxale, venue du froid, descendue d'une absence de feu. L'oeuvre de la poussière, passé la création, est de m'environner d'un langage qui n'appartient pas encore à l'écriture et qui semble lui avoir été soufflé, jusqu'ici, par le prodigieux mutisme des passions mortes ou des corps périssables. Cette oeuvre, je ne puis la négliger, qu'elle m'apparaisse comme le « film » triste qui estompe l'ardeur amollie d'un envahisseur qui aurait l'éternité devant lui. Si j'ai appris à l'aimer, c'est peut-être aussi pour la tendresse poudeuse avec laquelle elle me prépare à une érosion sans remords.

    Marcel Moreau, Eloge à la poussière
    in Discours contre les entraves
    Christian Bourgeois Editeur, 1979


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique