• Les disciples d'Antoine le Guérisseur en Savoie (Excelsior, 30 août 1912)

    L'Antoinisme s'est développé d'une façon incroyable non seulement en Belgique, mais en France. Les adeptes du guérisseur, dont le cercueil fut accompagné au cimetière de Jemmepes-les-Liége par quinze mille disciples, ont même fondé trois groupes dans nos régions alpestres, et c'est près de Chambéry qu'opère dans son temple campagnard le grand prêtre de ces groupements. Nous publions ici plusieurs photographies d'Ernest Blanc-Talon, grand prêtre pour la Savoie, dans ses différents emplois.

    Excelsior, 30 août 1912


    votre commentaire
  • Un temple antoiniste dans les montagnes de la Savoie (Excelsior, 30 août 1912)

                Vendredi 30 août 1912.

           LES ADEPTES DU GUÉRISSEUR

           Un temple antoiniste
                   dans les
        montagnes de la Savoie

                 Cirant les parquets le matin,
    bêchant son champ l'après-midi, Ernest Blanc-
                  Talon officie le dimanche.

    CHAMBÉRY, 29 août (De notre envoyé spécial). – Tout comme l'aviation, l'antoinisme a fait son chemin à grands pas. Mais cependant, si l'on a pu voir des hydro-aéroplanes survoler les Alpes, j'avoue que ce n'est pas sans quelque surprise qu'au cours d'une excursion j'ai rencontré ici, sur ma route, une colonie de fervents adeptes du Guérisseur dont, en juillet dernier, j'avais suivi les funérailles à Jemeppes-lez-Liége.
        C'est à Biollay, petit hameau entre Chambéry et Aix-les-Bains, qu'existe, abrité par le massif du Revard, le petit temple des prosélytes savoyards de la plus jeune des religions.
        En réalité, ce temple n'est qu'une grange assez confortablement aménagée et dépendant d'une ferme dont le propriétaire est en quelque sorte le grand-prêtre de l'antoinisme en Savoie.

                Le grand-prêtre, frotteur et cultivateur

        Par qui Ernest Blanc-Talon fut-il investi de ses fonctions spirituelles ? Personne ne le sait, pas même lui ! Ce brave homme, originaire des Bauges, s'est un jour senti illuminé par la foi : il a cru, il croit et il s'efforce de faire croire.
        Ce n'est pas que sa position sociale le poussait à de hautes destinées, car Ernest Blanc-Talon profite des loisirs que lui laisse la culture de son lopin de terre pour frotter et cirer les parquets.

        – Comment je suis devenu un adepte du Père ? me confia le grand-prêtre. Mais c'est parce qu'il a guéri ma vieille mère, que tous les médecins avaient abandonnée, déclarant que le cancer qui lui rongeait la face était incurable.
        Désespéré, j'avais employé vainement toutes les drogues et tous les dépuratifs, lorsque, il y a deux ans, sur les conseils d'une voisine qui était en relation avec une adepte antoiniste, j'écrivis au Père, à Jemeppes, pour implorer sa protection. Et, miracle, lorsque je revins chez moi, après avoir été mettre ma lettre à la poste, l'intervention du Père s'était déjà manifestée, car ma mère ne souffrait plus de ses démangeaisons intolérables. Depuis, nous sommes allés à Jemeppes, où nous avons été reçus par la Mère : la guérison n'est pas complète, mais le mal ne ronge plus le visage de ma mère, qui, dès lors qu'elle souffre un peu, n'a qu'à penser au Père pour être aussitôt soulagée ! Moi-même, je souffrais de maux d'oreilles provoqués par une grande peur que m'avait faite un gros rat : je n'avais pas franchi le seuil du temple de Jemeppes que je m'étais senti guéri !
        De retour à Biollay, j'étais tout transformé. J'avais la foi, je ne songeai qu'à la faire partager à tous ceux qui m'étaient chers et même à tous ceux qu'il me serait possible de convertir.
        Seulement, comme la grange de Marlioz était trop peu pratique, je fis parqueter un local qui était libre chez moi, j'y fis disposer des bancs et des chaises. C'est là que tous les dimanches, à 3 heures, une trentaine de prosélytes ayant sous les yeux l'arbre de la Science de la Vue du Mal viennent écouter la lecture que je leur fais.

        Et le grand-prêtre lève ses yeux inspirés vers un tableau noir où se lisent ces mots : « l'auréole de la conscience ». Tandis que deux enfants s'accrochent en criant aux plis de sa longue lévite noire.
        Pour avoir été longtemps réfractaire à la foi, la femme du grand-prêtre n'en est que plus croyante. Et à peine eût-elle été soulagée « d'un mal de gosier » que, usant de la transmission de la pensée, Mme Marie Blanc-Talon se mit à opérer des guérisons miraculeuses.
        Rien qu'en imposant ses mains et en invoquant le Père Antoine, elle arrache à la mort, prétend-elle, la fillette d'un fermier de Marlioz qu'une méningite allait emporter. N'est-ce pas ainsi que procédèrent, à Paris, les époux Leclercq, qui laissèrent mourir leur enfant faute de soins !

                La chasse aux adeptes

        Evidemment, la nouvelle doctrine ne s'est pas implantée toute seule dans nos montagnes de Savoie. Il s'est fait et il se fait encore une propagande acharnée conduite par la « Direction de l'Unitif », dont le siège est, on le sait, au temple de la rue du Bois-du-Mont, à Jemeppes-lez-Liége, où, depuis la mort de son époux, la Mère Antoine est cloîtrée et vénérée comme une idole !
        Des disciples du Père Antoine ont parcouru nos campagnes et c'est ainsi que la naïveté de nos paysans a contribué à augmenter le flot incroyable des 150.000 antoinistes.
        La Savoie et l'Isère seuls comptent trois groupes d'adeptes : l'un à Grenoble, le second au Touvet (Isère) et le troisième, celui que j'ai visité, à Biollay.
        Le colportage des brochures antoinistes est savamment organisé et il a même redoublé depuis la mort du Guérisseur. C'est ainsi que le chez Ernest Blanc-Talon j'ai pu lire des circulaires s'adressant à ceux qu'aurait pu alarmer « la désincarnation du Père qui S'est retiré progressivement dans le recueillement, mais leur conseillent d'écrire sans tarder à l' « Unitif » pour « rester dans le bon fluide » !
        Et dire que ces mêmes paysans qui écoutent bénévolement la lecture de « principes en prose » auxquels ils ne comprennent rien, regimbent dès qu'on leur parle d'hygiène. – HENRY COSSIRA.

    Excelsior, 30 août 1912


    votre commentaire
  • Chambéry - La femme et un des enfants du grand prêtre antoiniste (Excelsior, 30 août 1912)

    La femme et un des enfants du grand prêtre antoiniste

    Excelsior, 30 août 1912


    votre commentaire
  • Maison des Blanc-Talon à Aix, Plaine de Marlioz (patrimoine.auvergnerhonealpes.fr)

    Maison des Blanc-Talon à Aix, Plaine de Marlioz (patrimoine.auvergnerhonealpes.fr).jpg

    Maison des Blanc-Talon à Aix, Plaine de Marlioz (patrimoine.auvergnerhonealpes.fr)

    Villa de Mme Blanc-Talon, rue Isaline. Surélévation d'un étage. 1er étage. Combles. Façade sur rue / S.n. Aix-les-Bains : [1932]. Ech. 1 : 50. 1 dessin sur calque ; 45 x 50 cm (AC Aix-les-Bains. 1 O 245, n° 844)

    Aix-les-Bains - Plaine de Marlioz - 10 rue François-Ponsard - en ville - Cadastre : 1879 E 138 p., 139 p. 2006 CE 419

    Liste des propriétaires :
    1927 : Mme veuve Blanc-Talon Ernest
    1959 : Blanc-Talon Ernest Marius, époux Brunet Alice Eugènie, électricien SNCF
    1968 : Mme veuve Blanc-Talon Ernest, née Brunet Alice, et ses enfants : Maurice et Monique, épouse Dunoyer Michel
    2006 : copropriétaires

    source : https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/maison/0f552762-9c9f-49ce-ae66-f4194f9da956

       Le Temple, construit vers 1923-24, est situé également dans le Lieu-dit "Plaine de Marlioz" (3 chemin Saint-Exupéry).


    votre commentaire
  • Maison des Blanc-Talon à Aix, Les Hauts de Marlioz (patrimoine.auvergnerhonealpes.fr)

    Commune : Aix-les-Bains
    Lieu-dit : Les Hauts de Marlioz
    Adresse : 33 chemin des Burnet
    Cadastre : 1879 E 871 p. ; 2004 AV 113 

    Paul Yvroud fait bâtir une maison en 1903, agrandie dès 1904. En 1924, celle-ci est signalée comme villa dans les matrices cadastrales. L'architecture extérieure du bâtiment a depuis fait l'objet de modifications.

    Liste des propriétaires :
    1903 : Yvroud Paul, à Chambéry
    1911 : Blanc-Talon Ernest, cultivateur
    1912 : Yvroud Paul
    1918 : Yvroud Louise, la veuve
    1921 : Perillat François
    ...

    source : https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/maison/9ca07149-1ff2-4448-acd4-a5b7c610c7d2

     

        S'agit-il de cette maison dont parle Henri Cossira dans Sciences et Voyages en 1919 :
        Convertissant la plus grande pièce de sa maison en temple, il y plaça l'Arbre de la Science de la Vue du Mal, et le tableau sur lequel on lit le précepte fondamental de l'antoinisme :
        « Un seul remède peut guérir l'humanité : la Foi ; c'est de la Foi que nait l'Amour : l'Amour qui nous montre dans nos ennemis Dieu lui-même ; ne pas aimer ces ennemis c'est ne pas aimer Dieu, car c'est l'Amour que nous avons pour nos ennemis qui nous rend dignes de le servir ; c'est le seul amour qui nous fait vraiment aimer, parce qu'il est pur et de vérité. »
        Et revêtu de la lévite noire de l'antoiniste, Ernest Blanc-Talon, se croyant nanti d'une procuration de la Mère, se mit à opérer. 

        Ou encore cette article de L'Abeille de la Nouvelle-Orléans de 1912 :
        Autour d'une grange, qui leur sert de temple, les fidèles de la religion belge viennent écouter la parole de leur prêtre improvisé. 
       "Seulement, comme la grange de Marlioz était trop peu pratique, je fis parqueter un local qui étai libre chez moi ; j'y fis disposer des bans et des chaises. C'est là que tous les dimanches à 3 heures, une trentaine de prosélytes ayant sous les yeux "l'arbre de la Science de la Vue du Mal" viennent écouter la lecture que je leur fais."


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique