• Acte de naissance d'Albert Jeannin en 1894

     

    Jeannin Albert

    Du seize Juin mil huit cent quatre-vingt-quatorze à deux heures du soir. Acte de naissance de Albert Jeannin du sexe masculin, née à Mantes hier à midi trente minutes, au domicile de ses père et mère, avenue de la République, numéro 107 ; fils légitime de Victor Jeannin, officier de l’Instruction publique, Inspecteur de l’enseignement primaire, âgé de quarante-neuf ans et de Emma Bonfils, son épouse, sans profession, âgée de trente-neuf ans. Le présent acte dressé par nous Marc Frumence Lohy, officier d’Académie, mairie de la ville de Mantes sur la représentation de l’enfant, sur la déclaration du père et en présence de messieurs Victor Eugène Grave, pharmacien, âgé de cinquante-trois ans et Louis Aristide Beaumont, libraire, âgé de quarante-trois ans, tous deux demeurant à Mantes lesquels, déclarant et témoins ont signé avec nous Maire, après lecture. (suivent les signatures).

     

    En marge :
    Marié à Bruxelles (Belgique), le dix-huit Mars mil neuf cent vingt-quatre avec Yvonne Eugénie Marie Vachter. Mantes le vingt-deux Juin mil neuf cent vingt cinq.
    Décédé à Paris 19° le 4 Juin 1970.

     

    On apprend par l’arbre généalogique d’Olivier de BEAUSACQ (odebeausacq) qu’ils auront deux enfants, tous deux né à Jemeppes au milieu des années 20, et dont le fils sera médecin.


    votre commentaire
  • J'étais présent lors des funérailles du frère Jeanin (Janin?), qui fit énormément pour la pénétration du Culte en France. Je n'ai, bien entendu, pas compté les adeptes présents, mais il y en avait plusieurs centaines, voire un millier, dont de nombreux "costumés", ce y compris des enfants. Contrairement à l'habitude, la lecture des Dix Principes se fit au temple, avant le départ pour le cimetière de Baigneux-parisien. A l'époque temples belges et français s'étaient "réconciliés". La lecture au temple et au cimetière fut d'ailleurs faite par le frère Lucien Miot, qui avait été l'artisan de cette "réconciliation" et qui avait créé une revue, le "Journal d'informations morales".

    Jacques Cécius,   Lundi 29 Juin 2009

     

    Cf. le commentaire de frère Robert Pierrefeu pour l'orthographe correcte du nom de famille du frère Jeannin.


    1 commentaire
  • Albert Jeannin

    Albert Jeannin

     

    Né le 15 juin 1894 à MANTES (Yvelines) - Décédé le 4 juin 1970 à PARIS XIXe

    Entre dans la Marine en 1911

    Enseigne de vaisseau de 2ème classe le 5 octobre 1914, port ROCHEFORT.

    Enseigne de vaisseau de 1ère classe le 26 avril 1916.

    Affecté au Bataillon de Fusiliers Marins, il est cité à l'ordre de l'Armée navale en février 1919 : "Officier particulièrement brave ; le 14 septembre 1918, a entraîné superbement sa troupe à l'attaque. Bien que blessé une première fois, a continué à diriger énergiquement son unité jusqu'au moment où un éclat d'obus lui fracturant gravement la jambe l'obligea à abandonner le commandement. A donné à tous un superbe exemple de courage et d'énergie.".

     

    Lieutenant de vaisseau le 25 février 1919.

    Il est à nouveau cité en mars 1919 : "Etant enseigne de vaisseau, lieutenant de la 2e compagnie de bataillon de fusiliers-marins, est parti à l'attaque le 14 septembre 1918, au moulin de Laffaux, à son poste derrière le barrage roulant. Blessé une première fois, il continua sa progression, mais il fut peu après atteint une seconde fois ; il remit le commandement de sa troupe au chef de demi-section, fut pansé sur le terrain et évacué. Sa conduite au feu, pleine de bravoure, fut un exemple rempli d'encouragement pour ses subordonnés. Trois citations.".

    Chevalier de la Légion d'Honneur.

    Croix de Guerre.

    Au 1er janvier 1921, port ROCHEFORT.

     

    source : http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_jeannin.htm


    votre commentaire
  • Albert Jeannin évoque Robert Vivier

     

    LES LIVRES LUS PAR...

    « Délivrez-nous du mal »
         de Robert Vivier
    vu par un Antoiniste.

        M. Robert Vivier, auteur de deux romans populistes : Non et Folle qui s’ennuie (prix Albert-Ier), vient de consacrer un gros livre de 370 pages à Antoine le Guérisseur et à la religion qu’il a fondée. Celui qui, pour ses adeptes, est devenu le Père, s’appelait de son vrai nom Louis Antoine. Né dans une humble famille de paysans belges, il fut lui-même mineur, puis ouvrier métallurgiste et concierge aux tôleries de Jemappe. Ayant amassé un petit pécule — 80.000 francs, ce qui était coquet avant 1900 – il s’adonna au spiritisme, puis fonda le « nouveau spiritualisme » qui devait devenir, par la suite, l’Antoinisme. Sa renommée se répandit promptement en Belgique. Quand il mourut, en 1912, il laissait deux temples. Le culte Antoiniste en compte aujourd’hui 44 (dont 28 en Belgique), et 140 salles de lecture. Le chef actuel de la nouvelle religion est la propre femme du guérisseur, que les adeptes saluent du nom de Mère.
        Nous sommes allé demander au desservant d’un des deux temples antoinistes de Paris ce qu’il pensait du livre de M. Robert Vivier. Ce desservant est un ancien lieutenant de vaisseau, grand blessé de guerre, commandeur de la Légion d’honneur. Il a passé huit années à Jemappe-sur-Meuse, près du Père Antoine. Il est vêtu de la robe noire des Antoinistes, une courte soutane.
         – M. Robert Vivier, nous dit-il, est impartial et il montre même, m’a-t-il semblé, une certaine sympathie à l’égard du Père. Mais son livre est malheureusement incomplet. C’est ainsi qu’on n’y voit pas suffisamment les difficultés que notre chef spirituel eut à surmonter avant de faire triompher sa doctrine. Le Père Antoine fut un homme de foi et de sacrifice. Songez qu’il recevait jusqu’à 1.400 malades par jour, et que chacun, après l’avoir vu, partait soulagé. Songez aussi que, pendant dix ans, il voulut vivre seul, privé de toute satisfaction, de toute joie. Cette solitude lui était d’ailleurs nécessaire pour recevoir la révélation, qu’il nous a léguée en trois livres intitulés : La révélation, par Antoine le Guérisseur ; Le couronnement de l’œuvre révélée et Le développement de l’enseignement du Père.
        – Pouvez-vous me dire comment le Père Antoine rédigea ces livres ?
        – C’est précisément ce que M. Vivier n’a pas suffisamment mis en valeur. Voilà : le Père obéissait aux fluides. Ses dix principes furent reçus en deux nuits.
        Dès qu’il sentait le fluide venir en lui, il convoquait sa sténographe et prenait soin que son message fût fidèlement transcrit. Il arrivait parfois que la sténographe corrigeât des phrases boiteuses, mais le Père, aussitôt, rétablissait son texte. « Je préfère ma pensée à votre correction grammaticale », disait-il. Car le Père était un prophète, un instrument de Dieu.

                                                         Yves GANDON.

    L’Intransigeant, 22 février 1936


    votre commentaire
  • Voici les traces des recherches de Diane Moore, l'acte de décès d'Albert Jeannin


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique